La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne

Alexandre Schmid Contributeur
07 novembre 2019 à 18h18
0
drapeau chine.jpg

La Chine vient de mettre en place de lourdes restrictions pour la pratique du jeu vidéo chez les jeunes.

Les mineurs chinois doivent désormais respecter toute une série de mesures visant à limiter leur addiction au jeu vidéo. Une réglementation très sévère, comme vous allez le constater.

Couvre-feu et temps de jeu limité

Celle-ci s'impose à tout individu âgé de moins de 18 ans. Pour n'importe quel jeu en ligne, les utilisateurs devront désormais renseigner leur véritable identité (via un numéro unique) et leur date de naissance. Fini l'anonymat. On peut imaginer que les fraudes, consistant à emprunter le numéro d'identité d'un adulte, seront légion.

Les mineurs auront interdiction de jouer en ligne entre 22h00 et 8h00. En semaine, le temps de jeu est même limité à seulement une heure et demie par jour. Le week-end, ce seuil est rehaussé à trois heures de jeu quotidiennes. Les jeunes joueurs chinois vont donc devoir trouver d'autres occupations (étudier, espère le gouvernement).

Une limite d'argent qui peut être dépensé par mois est aussi fixée. Fini les dépenses colossales dans les microtransactions de Fortnite ou FIFA. Désormais, les moins de 16 ans ne peuvent pas acheter plus de 200 yuans (36 euros) de contenus par mois, et les moins de 18 ans sont restreints à 400 yuans (72 euros) mensuels.


L'addiction au jeu vidéo en ligne de mire

La Chine tente ainsi de lutter contre la dépendance des jeunes au jeu vidéo. En parallèle de ces mesures, elle demande d'ailleurs aussi aux développeurs et éditeurs de supprimer les aspects de leurs titres qui peuvent contribuer à créer de l'addiction. Le gaming est notamment accusé de provoquer des troubles du sommeil et des problèmes oculaires, avec des conséquences aussi bien sur la santé que l'éducation.

Ces limitations imposées aux jeunes joueurs chinois risquent d'avoir un impact sur toute l'industrie vidéoludique, qui dépend grandement du marché chinois, comme on l'a vu avec l'affaire Blizzard - Chine - Hong-Kong. Cela pourrait engendrer une baisse de revenus conséquente pour les différents acteurs.

Pour rappel, le numéro 1 du jeu en ligne est le géant chinois Tencent, propriétaire de Riot Games (League of Legends, TeamFight Tactics), actionnaire important (environ 40%) d'Epic Games (Fortnite, Epic Games Store) et participant mineur (un peu moins de 5%) d'Activision-Blizzard.

Source : Le Monde
Modifié le 07/11/2019 à 18h18
36 réponses
21 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top