Predator Hunting Grounds : notre preview à la Paris Games Week

Thibaut Popelier
Expert Gaming
01 novembre 2019 à 12h07
0
Predator Hunting Grounds

Une des grosses nouveautés jouables chez PlayStation durant cette Paris Games Week 2019 était Predator: Hunting Grounds. Ce titre multijoueur invitera quatre joueurs à plonger dans une jungle épaisse dont ils devront s'échapper. Mais c'était sans compter sur le Predator (incarné par un cinquième joueur) venu les traquer. Nous avons pu prendre la créature en main.

Une traque qui commence mal ?

Si Predator: Hunting Grounds n'était pas la star du salon français, il n'en demeurait pas moins attendu au tournant par de nombreux fans de science-fiction. Durant une session d'une dizaine de minutes, nous avons pu incarner le fameux Predator au beau milieu d'une forêt tropicale pas franchement accueillante. En effet, nous avons senti d'entrée de jeu que les graphismes risquent de ne pas être la qualité première du produit final. L'environnement est plutôt austère et la modélisation des personnages très sommaire. Un bon point tout de même au niveau du framerate puisque nous n'avons été victimes d'aucun ralentissement lors de la prise en main.

Passons au gameplay asymétrique de cette exclusivité PS4. Comme nous l'avons précisé dans l'introduction, quatre joueurs incarnent des soldats (en vue FPS) qui doivent accomplir des objectifs pour fuir la jungle. En plus des PNJ éparpillés sur la carte, l'escouade devra faire preuve de coordination et de stratégie pour survivre aux assauts du Predator. Ce dernier est donc contrôlé par un dernier joueur (en vue TPS cette fois) qui devra massacrer les soldats jusqu'au dernier. Le concept fait forcément penser à celui d'un certain Evolve.

Predator Hunting Grounds

Une machine à tuer

Puisqu'il est seul, le Predator a droit à quelques avantages non négligeables. En plus d'une grosse barre de vie, la créature peut grimper dans les arbres pour prendre un peu de hauteur. En pressant la flèche du bas puis en la maintenant, la vision thermique s'active et indique la position des autres joueurs. Pour s'approcher furtivement du commando, il faut donc associer ces compétences à celle permettant au Predator de devenir partiellement invisible. Une attaque à distance ou au corps-à-corps peut ensuite être déclenchée pour terrasser les adversaires. Bien entendu, les pouvoirs doivent être utilisés avec parcimonie puisqu'ils vident progressivement notre barre d'énergie.

Sur le papier, le Predator a tout de la créature ultime, mais dans les faits, ce n'est pas vraiment le cas. Aucune impression de puissance ne se dégage du gameplay, la faute à un arsenal limité et à des contrôles encore archaïques. La visée n'est pas intuitive et les phases d'escalade manquent aussi de clarté. Une fois dans les arbres, le monstre est censé pouvoir se projeter de branche en branche lorsque le joueur presse la touche "croix". Durant notre session, le Predator restait bien souvent figé et il fallait descendre au sol (et donc s'exposer au danger) pour continuer d'avancer. Finalement, nous avons eu la sensation que les pouvoirs du Predator ont été bridés pour ne pas provoquer un déséquilibre trop important entre les deux camps. Un parti pris compréhensible, mais frustrant.

Predator Hunting Grounds

Conclusion

Predator: Hunting Grounds a de bonnes idées, mais la matérialisation de ces dernières laisse à désirer. Un tel jeu aura besoin d'une communauté solide et fidèle pour se maintenir à flot. Malgré la hype suscitée par son annonce, Evolve a rapidement montré ses limites et Predator: Hunting Grounds ne semble pour le moment pas avoir d'arguments forts pour espérer réussir là où tant d'autres ont échoué. Le studio IIIFonic a encore un peu de temps pour améliorer sa production pour l'instant uniquement portée par la créature iconique des années 80.
Modifié le 03/11/2019 à 01h09
6
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
scroll top