Blizzard va se séparer de 134 employés en France, un tiers de l'effectif

05 juin 2019 à 14h46
0
Blizzard Entertainment France

La société Activision Blizzard avait annoncé un plan social mondial en février dernier.

Les détails concernant la filiale française n'étaient, à l'époque, pas encore connus. Le plan social annoncé est de 134 emplois supprimés, soit 1/3 des 400 employés de la filiale française de Blizzard Entertainment SAS, basée à Versailles.

Les syndicats dénoncent un plan « plus boursier qu'économique »


Après de bien silencieuses (et houleuses, comme on peut l'imaginer) négociations en interne, le syndicat Sud Solidaire Informatique a décidé de rendre public, via un communiqué, les termes du plan économique qu'il juge « plus boursier qu'économique », et qui viserait à faire remonter le cours de l'action de Blizzard Entertainment.

Le syndicat s'interroge d'une manière plus générale sur les raisons de ce plan social : « une partie des postes supprimés en France, notamment au Service Clientèle, sont réouverts en l'état dans les bureaux irlandais, note Sud Solidaire Informatique. Parle-t-on alors de licenciement économique, ou d'une délocalisation qui cache son nom pour économiser sur les coûts de main-d'oeuvre ? »

Plan social et recentrage des équipes


Selon le syndicat, ces suppressions de postes annoncées par Blizzard viseraient à faire remonter le cours de l'action de la société, qui « a baissé fin 2018, suite à l'annonce du départ du PDG de Blizzard Entertainment, Mike Morhaime, et au mécontentement vocal de la communauté des joueurs après l'annonce du développement d'un jeu mobile sous la licence Diablo ».

En effet, le chiffre d'affaires du dernier trimestre (et donc celui des fêtes) aurait été trop décevant pour l'éditeur, qui s'est vu obligé de prononcer le divorce avec le studio Bungie. Suite à cette séparation, l'action de l'éditeur aurait perdu la moitié de sa valeur, engrangeant plan social et recentrage des équipes. Le projet ? Augmenter de 20% le nombre de développeurs sur des titres AAA comme Call Of Duty, Warcraft, Diablo... ou Candy Crush.

Avec le départ de près d'un tiers des employés de la filiale française, l'éditeur des licences phares Starcraft, Warcraft ou Overwatch a également annoncé qu'il souhaitait se séparer de plus de 800 salariés, sur les 10 000 employés dans le monde. La filiale française de Blizzard n'a pas souhaité commenter ce communiqué, expliquant qu'elle ne voulait pas perturber les discussions qu'elle « souhaite constructives ».

Source : Les Echos

E3 2019 : suivez l'événement en live avec Clubic !

banner_e3
A partir du 8 juin et durant toute la durée du salon, retrouvez Clubic en live sur Twitch, Youtube ou encore Facebook pour vivre en direct l'E3 2019 !
Modifié le 07/06/2019 à 11h50
16 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top