Pokémon Go bannira les tricheurs

18 août 2016 à 17h59
0
Niantic Labs vient d'avertir les tricheurs. Un joueur qui truque sa position, exploite un logiciel non-officiel pour utiliser Pokémon Go sera passible d'un bannissement.

Niantics Labs, la société à qui l'on doit l'application mobile Pokémon Go vient de mettre à jour ses conditions d'utilisation. Ce rafraîchissement concerne tout particulièrement les personnes qui seraient tentées de contourner les fonctions du jeu ou d'utiliser des moyens détournés pour collecter toutes les créatures.

Dans une note publiée sur son site, l'éditeur précise que le fait de « falsifier sa localisation, utiliser des émulateurs qu'ils soient modifiés ou non-officiels, accéder à un client Pokémon GO d'une manière non autorisée via un logiciel tiers » pourra être puni. Tout tricheur sera banni à vie.

Niantic Labs ne précise pas la manière par laquelle il entend surveiller les dresseurs de Pokémons. Toutefois, si un joueur est exclu, il peut faire appel de la décision en remplissant un formulaire dédié. En attendant, l'éditeur souhaite mettre un terme à l'utilisation de bots de dressage et autres outils permettant de mettre en échec les services de localisation du jeu.

0258000008510494-photo-pok-mon-go-level-40.jpg


A lire également

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
scroll top