Test de Kinect : la détection de mouvements sur Xbox 360

09 novembre 2010 à 18h25
0
Le succès de la Wii de Nintendo confirme l'importance de proposer des interfaces de contrôle novatrices sur console. Du côté de chez Sony, la réponse ne s'est pas fait attendre puisque le PlayStationMove vient de compléter l'offre « casual » qui proposait déjà les EyeToy de première (PS2) et deuxième (PS3) génération. À partir du 10 novembre (en France), Microsoft compte bien suivre la tendance en proposant Kinect.

Quoi de neuf sous le soleil ? Grâce à ce nouvel accessoire, les joueurs Xbox pourront contrôler certains jeux en effectuant des mouvements devant leur console. Par exemple, avec l'épreuve de ping-pong de Kinect Sports, il faut renvoyer les balles en agitant ses bras dans le vide pour reproduire les mouvements de raquette. Il est donc possible de remplacer sa manette en utilisant son corps.

Le système est capable de repérer l'ensemble des corps présents sur l'aire de jeu grâce à un tandem composé d'un projecteur et d'une caméra infrarouge. L'accessoire est-il vraiment révolutionnaire ? Le temps de réponse est-il au rendez-vous ? Les jeux du lancement tirent-ils profit de la technologie Kinect ? Pour répondre à toutes ces questions, nous vous proposons de faire le point. Voyons quels sont les tenants et les aboutissants qui caractérisent ce nouvel accessoire qui semble être promu à un bel avenir !


0258000003722576-photo-ec94375ea2-kinect-73048.jpg



Vidéo de présentation (kinect + gameplay)

La première vidéo présente le Kinect ainsi que l'ensemble des accessoires qui accompagnent le pack de base qui sera commercialisé à compter du 10 novembre. Nous profiterons également de cette occasion pour donner des détails sur la technologie Kinect. Enfin, nous verrons comment raccorder un Kinect à une console Xbox 360 S, ou standard.



Cette seconde vidéo donne un exemple de gameplay. Nous pourrons également y découvrir quelques-uns des jeux qui seront proposés au lancement. La question de la latence sera également abordée. Enfin, nous verrons quelles sont les possibilités annexes qui sont offertes par Kinect (manipulation du Dash Board).

Kinect : photos commentées

Photos commentées

Le Kinect dépasse largement les mensurations que l'on a l'habitude de voir avec les caméras ou Webcams « ordinaires ». Le dispositif est particulièrement imposant, son envergure est presque identique à la hauteur d'une Xbox 360 de première ou seconde génération.


012C000003715048-photo-dsc-0019-border.jpg
012C000003715050-photo-dsc-0044-border.jpg

Le kinect est aussi large qu'une Xbox 360


De face, on remarque la présence de trois objectifs. En réalité, l'« œil » de gauche n'est pas une caméra. Il s'agit d'une lampe infrarouge qui éclaire la pièce. Sur la droite, cette lumière est récupérée par une caméra infrarouge (CMOS 320x240) qui permet au Kinect de modéliser l'ensemble de la scène (salon + joueur(s)) en trois dimensions. Le principe est simple : la lumière infrarouge captée est intense lorsque des volumes sont placés à proximité de la console, et vice versa (plus de précisions dans le chapitre explicatif).

Enfin, au centre, on trouve une caméra classique comparable à celle qui équipe l'EyeToy de Sony (capteur CMOS, résolution de 640 x 480) qui filme l'ensemble de la pièce.

Les deux extrémités biseautées pourvues de grilles d'aération laissent craindre le pire en matière de chauffe. Les futurs propriétaires peuvent être rassurés, même si un petit ventilateur est présent dans les entrailles de Kinect, ce dernier est silencieux, et après une longue période de jeu, on ne remarque pas de chauffe particulière au niveau de ces ouïes. Derrière ces grilles, Microsoft a placé quatre microphones.

012C000003715056-photo-dsc-0125-border.jpg
012C000003715046-photo-dsc-0154-border.jpg

Lampe infrarouge, objectif visio et caméra infrarouge. À droite, ouïes latérale/


Abordons cette fois la problématique de la mise en place du dispositif. Le Kinect est monté sur un petit pied plat motorisé. Il est donc impossible de le poser sur la majorité des téléviseurs haute définition, l'arrête étant souvent trop fine pour supporter l'accessoire.

Reste deux solutions : le premier scénario est aussi le moins onéreux puisqu'il suffit de poser le Kinect sur son meuble à télé pour que tout fonctionne (comme sur la photo de droite ci-dessous).

Si on tient absolument à poser le Kinect sur un téléviseur HD, ou sur un pied prévu à cet effet, Microsoft préconise d'utiliser un accessoire optionnel (Kinect TV Mount Kit, compter 30 euros ou Kinect Floor Stand, 25 euros).


012C000003715052-photo-dsc-0077-border.jpg
012C000003715054-photo-dsc-0088-border.jpg

Sans un accessoire optionnel, le Kinect ne peut pas être posé sur la plupart des téléviseurs HD. À droite : Kinect posé sur un meuble TV.


Voyons ce que nous réserve la connectique. Les utilisateurs d'Xbox 360 Slim pourront raccorder directement le Kinect via une prise USB propriétaire qui fournit une alimentation électrique suffisante pour faire fonctionner Kinect (12 watts) . Avec les premiers modèles d'Xbox 360, il faut utiliser un adaptateur qui transforme l'USB propriétaire en USB classique, mais qui est également accompagné d'un adaptateur secteur qui épaule la prise USB d'origine. Cette dernière n'est pas en mesure de délivrer plus de 5 watts.

012C000003718370-photo-dsc-0090-2-border.jpg
012C000003715058-photo-dsc-0114-border.jpg

USB propriétaire du modèle « Slim »

Kinect : principe de fonctionnement

Interface de capture vidéo en deux et trois dimensions

Au premier contact, on remarque la présence non pas d'un, mais de trois objectifs. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, dans le lot, on trouve uniquement deux caméras. La caméra chargée de capturer une image de la scène en couleur (en deux dimensions) se trouve au centre (RGB caméra sur la photo ci-dessus). Il s'agit d'un capteur RGB CMOS de 640 x 480 (32 bits).

Vient ensuite l'innovation la plus importante qui fait réellement la différence avec une Webcam standard, ou un EyeToy. Kinect est capable de modéliser l'intégralité de la scène de jeu (éléments statiques et dynamiques) en trois dimensions en temps réel ! Le procédé est aussi simple qu'astucieux : à l'intérieur du premier objectif (à gauche sur la photo ci-dessous), les ingénieurs de Microsoft ont placé un émetteur qui projette une lumière infrarouge sur toute l'aire de jeu. Ces rayons sont réfléchis par l'ensemble des éléments physiques qui sont présents dans la pièce.

0280000003719342-photo-explications-infrarouge.jpg

Modélisation d'un salon en 3D interprété par la caméra infrarouge de Kinect.


Un « cerveau » intégré et des micros « 3D »

0082000003715046-photo-dsc-0154-border.jpg
les extrémités abritent 4 micros
Lorsqu'on évoque l'accessoire de Microsoft, on pense immanquablement aux capacités de détection visuelle. Pourtant, si Kinect est capable d'interpréter une scène en deux et trois dimensions, il est également en mesure de localiser les provenances des sons avec un degré de précision important. Des micros à faisceaux multiples sont placés dans les deux extrémités du dispositif. Trois sont placés sur la partie droite, un seul sur la partie gauche. Ces signaux sont interprétés par une carte son intégrée. Cette dernière est équipée d'un préampli microphone (Wolfson WM8737G).
0280000003724054-photo-core.jpg

Le schéma explicatif de Microsoft indique clairement que la caméra vidéo centrale est optionnelle.


Sur Kinect, en plus de la carte son intégrée, on trouve de nombreux composants, dont un processeur qui est principalement dédié au traitement de l'image (Prime Sense, photo ci-dessus). Même si les performances sont inférieures à celles qui étaient initialement prévues avec le prototype, Kuno Tsunoda (responsable R&D Kinect) annonce que la version commerciale de Kinect consomme moins de 1% de CPU sur la console hôte.

Kinect : les questions et les réponses

Kinnect est-il précis et rapide ?

La suppression d'un processeur présent dans les prototypes du projet Natale, et la chute de résolution du capteur infrarouge de PrimeSense (320x240 contre 640x480 à l'origine) laissait craindre le pire. Après test, nous pouvons confirmer que le temps de réponse du dispositif est excellent, que ce soit sur les anciennes Xbox, ou sur le modèle slim. Certes, on observe tout de même un très léger décalage. Toutefois, même si la latence est bien présente, elle ne perturbe en rien le gameplay, même avec les jeux qui demandent une réactivité immédiate (le ping-pong dans Kinect Sports, voir vidéo en page 2).

0280000003724214-photo-lifestyle3.jpg

La latence est suffisamment faible pour éviter de perturber le gameplay


On peut également balayer définitivement les doutes concernant l'ancienne Xbox. Une unique différence sépare la prise USB classique du premier modèle de la prise USB propriétaire du modèle slim. Ce nouveau modèle propose une prise propriétaire dont l'alimentation électrique a été revue à la hausse. Cette modification évite de devoir utiliser l'adaptateur électrique qui est fourni pour la première Xbox (voir photos commentées en page 2).

Comment poser mon Kinect sur mon écran plat ?

À moins d'utiliser un ancien poste de télévision cathodique, ou de disposer d'un écran plat dont la surface est suffisamment plate et large pour accueillir le Kinect dans de bonnes conditions, il faudra se délester de quelques euros supplémentaires... En effet, la base du Kinect ne peut pas être posée sur l'arête fine d'un téléviseur HD. Pour pouvoir s'affranchir de cette contrainte, il faut ajouter l'une ou l'autre des deux embases optionnelles proposées par Microsoft. La première permet de poser le Kinnect sur la partie haute de son écran plat (Kinect TV Mount Kit, compter 30 euros), la seconde prend la forme d'un trépied qui peut être posé au sol (Kinect Floor Stand, 25 euros). Les mauvaises langues ne manqueront pas de dire que Microsoft nous refait le coup de l'accessoire optionnel quasi indispensable (carte Wi-Fi sur la première Xbox 360). Les personnes qui disposent d'un meuble à télé peuvent être rassurées, Kinect fonctionne très bien lorsqu'il est posé à proximité du pied du téléviseur.


012C000003719346-photo-dsc-0071-border.jpg
00C8000003719348-photo-16222378x.jpg
0064000003719350-photo-clipboard02.jpg

De base, le Kinect ne tient par sur le haut du téléviseur. De gauche à droite : Kinect Floor Stand et Kinect TV Mount Kit.


Xbox 360 classique VS slim : des différences de réactivité ?

Les joueurs qui disposent encore de la première Xbox 360 peuvent être rassurés. Même en raccordant Kinect en utilisant l'une des prises en façade (la notice recommande de brancher Kinect à l'arrière), on ne constate pas d'augmentation de latence par rapport au modèle Slim.

0226000003719368-photo-dsc-0087-2-border.jpg

Le modèle Slim est équipé d'une prise USB propriétaire qui délivre un courant électrique suffisant pour alimenter Kinect (12 watts contre 5 watts pour l'USB classique).


Au final, on aurait pu redouter une latence supérieure avec l'ancienne Xbox, mais il n'en est rien. La seule et unique différence sépare les deux modèles concerne l'adaptateur USB propriétaire vers USB classique accompagné d'un adaptateur secteur qui est nécessaire lorsqu'on utilise l'ancien modèle de Xbox 360.

Quel est le nombre maximum de joueurs simultanés ?

Les premières versions de démonstration de Kinect (connu alors sous le nom de project NATAL) étaient capables de prendre 6 joueurs en charge. Peu avant la sortie officielle, Microsoft a revu ce chiffre à la baisse en parlant d'un nombre maximum de 4 joueurs pris en charge simultanément.

0280000003719590-photo-hp-kinect.jpg

Le modèle commercial ne supporte pas plus de deux joueurs simultanément.


Finalement, en parcourant la notice du produit commercial, on apprend que Kinect n'est pas en mesure de supporter plus de deux joueurs en même temps. Après une brève phase de pratique, on arrive presque à comprendre Microsoft dans la mesure où chacun des joueurs est amené à occuper un volume particulièrement important lors des enchainements de mouvements. La console est tout de même capable d'associer des données biométriques personnalisées à six profils Xbox.

Est-il possible de manipuler le Dashboard façon Minority Report ?

Il est possible de répondre à l'affirmative ou à la négative. La dernière mise à jour du DashBoard ajoute bien un menu spécialement dédié à Kinect (pour peu que l'on ait raccordé l'accessoire) qui peut être ouvert à tout moment en agitant la main. Ce dernier est intégralement manipulable à distance en effectuant des mouvements dans le vide.

0190000003719706-photo-minority-report-ui.jpg

Il faudra attendre une prochaine mise à jour avant de pouvoir se prendre pour Tom Cruise.


Malgré cela, l'interface n'est pas vraiment futuriste, et les contrôles s'approchent plus de l'EyeToy sorti 7 ans plus tôt, que du super calculateur de Minority Report. Pour valider une option, il faut garder sa main en face de cette dernière pendant quelques secondes. Enfin, pour l'heure, tout le reste de l'interface doit être encore être manipulé à la manette.... Dommage.

012C000003719672-photo-kinect1.jpg
012C000003719674-photo-kinect2.jpg

Dashboard classique suivi du menu Kinect


Qui de la reconnaissance vocale ?

La reconnaissance vocale fait partie intégrante de Kinect. Cette dernière peut-être utilisée pour contrôler l'interface, ou pour interagir avec certains jeux. Seul bémol, lors de la sortie de Kinect en France, le module reconnaissance vocale sera uniquement en mesure de prendre en charge la langue anglaise, l'espagnol, et le japonais. Même si vous maitrisez ces langues, vous n'aurez pas accès à cette fonctionnalité dans la mesure où cette dernière est tout simplement désactivée en attendant l'arrivée d'une prochaine mise à jour. La langue de Molière est prévue pour le printemps 2011.

Kinect : les principaux jeux disponibles au lancement

Kinect Adventures

Ce jeu est fourni dans le pack de base Kinect. Il s'agit d'une compilation de 5 mini jeux qui nous plongent au cœur d'un parc d'attractions. Dans le lot, on trouve un jeu de rafting, un aquarium dont il faut colmater les brèches, une sorte de grand 8 dans lequel il faut éviter une série d'obstacles, un niveau en apesanteur ainsi qu'une salle de sport en perspective dans laquelle il faut renvoyer une série d'objets (ballons, etc.).


0280000003722588-photo-riverrushwidescreen.jpg

Comme on pouvait s'en douter, le graphisme contraste légèrement avec ce que peut proposer une Wii...


L'ensemble des « party games » qui sont proposés sont plutôt réussis. Kinect Adventures est une bonne mise en bouche qui permet de se familiariser avec son Kinect tout en s'amusant seul ou à plusieurs. On regrettera simplement que le contenu soit un peu léger. Pour en obtenir davantage, il faudra passer à la vitesse supérieure en faisant l'acquisition d'un des jeux listés ci-dessous.

Kinect Sport

Contrairement à Nintendo, Microsoft a choisi de commercialiser le jeu de sport séparément. Les développeurs ne sont pas allés chercher leur inspiration bien loin puisque Kinect Sport partage de nombreuses caractéristiques avec Wii Sports. Il s'agit toujours d'un jeu multi épreuves. Cette fois, Microsoft propose de pratiquer le lancer de javelot, de disque, la boxe, le ping-pong ou le saut en hauteur.

0280000003722824-photo-volley.jpg

Kinect Sport est probablement l'un des jeux les plus intéressants du line up


On peut aussi jouer au foot, au volley-ball, participer à une épreuve de 200 m haie, de course à pied, ou jouer au Bowling. Les clins d'œil à Wii Sports sont omniprésents, à commencer par la présence des avatars (clones des MII) que l'on est amené à diriger avec l'ensemble des épreuves. Cela ne retire rien aux qualités ludiques du titre qui sont indéniables. Les jeux sont vraiment très réussis, le temps de latence est minime, et on apprécie de pouvoir être accompagné par un second participant dans la majorité des épreuves.

Kinectimals

Kinectimals s'adresse avant tout à un public jeune. Il s'agit d'une sorte de « Tamagochi » de luxe sauce Nintendogs qui propose au joueur d'adopter un petit animal. Lors de sa sortie en France, le jeu sera amputé d'une fonction principale : à l'origine, le jeu a été pensé pour tirer profit des fonctionnalités de reconnaissance vocale de Kinect.

0280000003282702-photo-kinectimals.jpg

Kinectimals : apprivoisez un animal de compagnie virtuel


Pour l'heure, cette possibilité a été désactivée en attendant sa localisation dans la langue de Molière. Malgré tout, le jeu demeure parfaitement jouable puisqu'une grande partie du Gameplay s'articule autour de la détection de mouvements. Les graphismes sont particulièrement réussis. Le titre devrait faire la joie des plus jeunes qui sont adeptes du genre.

Kinect Joy Ride

Kinect Joy Ride tranche avec les habituelles compilations de mini jeux que l'on a l'habitude de voir avec les accessoires de ce type. Cette fois, on se trouve aux commandes d'une voiture qu'il faut diriger en agitant ses bras dans le vide comme si l'on tenait un volant dans les mains. Les développeurs ont ajouté des petits mouvements annexes. Par exemple, pour déclencher un turbo, il faut tendre brusquement ses bras vers l'avant. On peut aussi faire tourner son véhicule en bougeant son corps.

0280000003469920-photo-kinect-joy-ride.jpg

On se lasse assez vite de Joy Ride. Avec ce type de jeu, l'utilisation de Kinect ne présente pas un réel intérêt.


Pour pimenter le tout, Kinect Joy Ride intègre des éléments empruntés au désormais célèbre Mario Kart : on peut se débarrasser des concurrents gênants en les arrosant copieusement d'items handicapants. Même si cela reste avant tout une affaire de goûts, ce jeu ne nous a pas enthousiasmés. On a plus l'impression qu'il s'agit d'une démonstration technique (facturée à 50 euros) dont le mode de contrôle ne présente pas de réel intérêt par rapport à l'utilisation d'une manette traditionnelle, ou d'un volant.

Dance Central

Alors qu'on pouvait s'attendre à un énième jeu de danse insipide, Dance Central fait véritablement parti des meilleurs programmes disponibles au lancement. Le titre parvient vraiment à tirer son épingle du jeu grâce à sa jouabilité qui s'avère être particulièrement adaptée au Kinect. Oubliez Just Dance avec lequel il fallait agiter un Wiimote dans les airs, et même la référence qui fut longtemps incarnée par le tandem Dance Dance Revolution + tapis.

0280000003282310-photo-dance-central.jpg

Dance Central : une vraie bonne surprise


Dance Central propose une suite d'exercices didactiques qui vous apprennent un ensemble de mouvements de base. On se situe plus dans le domaine de l'abstrait. Ici, il est question d'effectuer de véritables mouvements qui produisent un ensemble cohérent lorsqu'ils sont enchainés au bon moment ! Si vous êtes amateurs du genre, ou que vous souhaitez perdre quelques kilos tout en vous amusant, n'hésitez pas. Travolta n'a qu'à bien se tenir.

Conclusion

00DC000003725680-photo-xbox.jpg
Contrairement à ce qu'affirme Microsoft, le fait de pouvoir contrôler ses jeux sans manette n'est pas révolutionnaire. Ce concept avait déjà été introduit 7 ans plus tôt par Sony sur Playstation 2 avec EyeToy Play, une caméra USB qui était accompagnée d'une compilation de mini jeux. Malgré cela, Kinect parvient bien à franchir une nouvelle étape dans le domaine des interfaces sensorielles en se différenciant radicalement d'EyeToy. À l'inverse de l'accessoire de Sony, avec Kinect, la caméra standard est optionnelle ! Kinect est doté de deux interfaces de détection (visuelle, et acoustique) tridimensionnelles. La première - qui est composée d'un projecteur et d'une caméra infrarouge - est capable de modéliser l'ensemble de l'aire de jeu en trois dimensions en temps réel. La seconde s'appuie sur 4 micros capables de localiser la provenance des sons dans la pièce. Si l'absence de manette n'est pas une nouveauté, cette sorte de sixième sens apporte bel et bien un vent de fraicheur. Ces capacités permettent à Kinect d'offrir une réelle sensation d'immersion.

Dans le domaine des périphériques de détection de mouvements, Kinect permet à Microsoft d'entrer en concurrence directe avec la Wii, même si la technologie employée s'approche plus de l'EyeToy.

Au regard des révisions à la baisse des caractéristiques des prototypes (résolution des caméras, suppression du processeur interne), on pouvait craindre la pire concernant le temps de latence. Dans la pratique, que ce soit avec l'ancien ou le nouveau modèle d'Xbox 360, le résultat est convaincant. Le temps de réponse n'est pas nul, mais il est suffisamment faible pour que l'on parvienne à jouer à des jeux rapides sans avoir à pester contre sa console. Certes, on peut toujours regretter la limitation à deux joueurs simultanément avec le modèle commercial, mais lorsqu'on passe à la pratique, on comprend les choix de Microsoft. Avec Kinect, il faut effectuer des mouvements amples, il faut donc prévoir un espace non négligeable à deux joueurs.

Au final, Kinect nous a véritablement séduits. Microsoft est parvenu à placer la barre un cran au-dessus de la concurrence en proposant une technologie de détection de mouvements novatrice. Pour ne rien gâcher, l'accessoire est accompagné d'un nombre important de titres qui tirent avantageusement parti des possibilités offertes. Le produit est au moins aussi novateur que l'était la Wii lors de son lancement, mais cette fois, les joueurs n'auront pas de concession à faire sur le graphisme. Ce plus est indéniable, même si il est vrai que cet aspect est secondaire.

0280000003725678-photo-packdebasekinect.jpg


Kinect

8

Les plus

  • Sensation d'immersion
  • Jeu offert sympathique
  • Temps de réponse correct
  • Nombreux jeux au lancement

Les moins

  • Prix
  • Socles optionnels
  • Jeu offert trop « léger »
  • Pas plus de 2 joueurs simultanés

0

Détection8

Finition7

Offre logicielle8



[]
[]
[]
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Affaire TomorrowNow : Ellison réclame 4 milliards de dollars
Nokia clame le succès du N8... sans donner de chiffres
Hadopi: la Gauche s'inquiète de l'absence de logiciels labellisés
15 minutes avec Rasmus Lerdorf, créateur du PHP
AMD livre ses premiers APU Fusion, arrivée sur le marché début 2011
L'April tacle les DRM, ces
Neutralité : l'Europe veut un Internet ouvert
GeForce GTX 580 : un peu d'overclocking et même du watercooling pour les premières cartes
Taxe sur la publicité en ligne : l'IAB monte au créneau
Archos a vendu 1 million de tablettes
Haut de page