@_NicolasSarkozy : Twitter précise ce qui relève de la parodie

01 juin 2018 à 15h36
0
Après avoir autorisé à nouveau le compte non-officiel @_NicolasSarkozy (incluant désormais le terme « Fake »), Twitter rappelle les conditions que doivent remplir les détenteurs de comptes ayant trait à la parodie. Le service de micro-blogging précise qu'en cas de suspension, il accorde « dans la majorité des cas » à ces administrateurs une seconde chance de pouvoir réutiliser leur compte.

00FA000003830640-photo-logo-twitter-bleu-sur-blanc.jpg
Twitter revient sur la polémique concernant la fermeture de plusieurs comptes parodiques reprenant le nom du Président de la République. Le service avait suspendu le compte @_NicolasSarkozy sur demande de l'UMP au motif qu'il pouvait induire en erreur certains utilisateurs qui cherchent à suivre le compte officiel du chef de l'Etat (dont le compte vérifié est @NicolasSarkozy). Cette suspension a été temporaire puisque depuis mardi soir, le profil en question est à nouveau disponible mais avec un changement notable puisque le terme « Fake » (faux, trompeur) y est accolé.

Dans une note publiée sur son blog officiel, le service rappelle qu'il se réserve le droit de suspendre un compte dans plusieurs cas de figure. Twitter précise qu'un profil relevant de la parodie ne doit pas reprendre le nom exact d'une autre personne, sauf si des termes « du type pas, faux ou fan » sont également présents. De même, la biographie (texte publié sous le nom du compte) ne « doit en aucun cas tromper ou faire croire que l'auteur du compte est la personne parodiée ». A défaut, Twitter se réserve donc le droit de suspendre un compte si une demande en ce sens est formulée par la personne dont l'identité est usurpée (au sens large, le représentant légal peut également agir).

Twitter fait donc un « rappel à la loi » au sujet de ses conditions d'utilisation. Il précise également qu'il a recours à des suspensions automatisées « pour les comptes violant les règles énumérées dans la section Spam des Règles de Twitter ». En effet, si l'UMP a bel et bien confirmé avoir formulé une demande pour certains comptes utilisant le nom du Président de la République, d'autres profils ont également été suspendus. Pour ces derniers, il est donc probable que de multiples demandes de qualification « en tant que spam » soient à l'origine de leur fermeture.

Le service informe que les titulaires des profils qualifiés de spam par d'autres utilisateurs peuvent demander à tout moment d'annuler cette suspension. Une « seconde chance » est accordée par le service si l'administrateur accepte de respecter les conditions d'utilisation du service.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Infos US de la nuit : incertitudes sur la date de lancement de l'iPhone 6
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Netflix perdra Starz fin février 2012
Test Internet Explorer 8 : le dernier IE avant la refonte
Test Internet Explorer 9 : un navigateur en net progrès
Haut de page