Données personnelles : Google aide le FBI… puis prévient les internautes ?

Grégoire Huvelin Contributeur
12 septembre 2018 à 09h04
0
Google FBI

Sans que l'on en ait le cœur net, Google a pu fournir des données personnelles de certains internautes au Federal Bureau of Investigation (FBI), à la demande de ce dernier. En cause, le téléchargement d'un outil d'administration à distance.

Après prise de position en faveur d'Apple face au FBI en février 2016 et sa participation à la rédaction d'une lettre commune pour défendre la vie privée des internautes quelques mois plus tard, Google crée la surprise avec cette affaire.

Google reste flou



Le géant californien n'est pas irréprochable : récemment accusée d'échanger nos historiques de transactions et habitudes d'achat avec Mastercard par le biais d'un accord secret, la firme américaine a quelque peu terni son image. Et les dernières informations publiées par Motherboard ne vont en rien redorer sa réputation : Google aurait en effet fourni des données personnelles de certains internautes au FBI.

Plusieurs personnes ont ainsi reçu un message de la multinationale US, leur informant que des données ont pu être envoyées à l'agence de sécurité, à la demande de cette dernière. Pour quelles raisons ? Le mail de Google ne le mentionne pas, et ne précise surtout pas si les équipes du moteur de recherche ont satisfait la requête du FBI. Motherboard a contacté une avocate spécialisée dans la cybercriminalité pour en savoir davantage.

Le FBI cible le software LuminosityLink, pourtant légal



Marcia Hoffman explique tout bonnement que le Federal Bureau of Investigation a envoyé un ordre de non-divulgation à Google, contraint de garder le silence quant à la demande de l'agence. Ledit ordre a ensuite été levé, permettant à la compagnie dirigée par Sundar Pichai de prévenir les internautes ciblés. Ces derniers, dont les plaintes n'ont pas mis longtemps à surgir sur Reddit, Twitter ou encore HackForums, se sont donc mobilisés pour percer ce mystère.

Et de comprendre qu'un outil d'administration à distance, ou RAT (Remote Administration Tools) nommé LuminosityLink est la cause de tout ce remu-ménage. Créé par Colton Grubbs et vendu au prix de 40 dollars, ce logiciel permet de contrôler à distance l'ordinateur d'une autre personne. Le FBI craint tout simplement un usage mal intentionné de ce système, d'où ses petites enquêtes sur chacun des clients LuminosityLink.

Problème : aucun des propriétaires du software n'enfreint la loi. Pis, certains, à l'image de Luca Bongiorni, chercheur en sécurité informatique, l'utilisent à des fins professionnelles. Et se voit donc cibler par le FBI malgré ce cadre légal. Mais surtout, une question reste en suspend : Google a-t-il, oui ou non, répondu à la demande de l'agence par la positive ?
3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top