L'un des co-fondateurs de Facebook pense que le réseau social devrait être démantelé

10 mai 2019 à 08h10
0
Facebook_cropped_1879x1880_cropped_0x0

Dans un article du New York Times, Chris Hughes, l'un des cofondateurs de Facebook, a appelé à la dissolution du réseau social.

Hughes avait aidé Mark Zuckerberg à lancer Facebook depuis son dortoir à Harvard il y a 15 ans. Ce dernier a déclaré que, par manque de concurrence, la Federal Trade Commission devrait annuler l'acquisition par Facebook de WhatsApp et Instagram sur les marchés des médias sociaux.

Selon Hughes, le monopole de Facebook pose problème

L'ancien collaborateur avance premièrement un argument économique. Selon lui, Facebook serait devenu un immense monopole qui a freiné la concurrence et limité l'innovation. Il est impossible pour les utilisateurs de passer à un autre réseau social car il n'existerait, selon lui, aucun concurrent sérieux.

Depuis 2011, aucun nouveau réseau social n'a fait surface et ce, « probablement à cause de Facebook ». Hughes explique également que 84% des dépenses en publicités sur les médias sociaux vont directement au site de Zuckerberg. Selon lui, Facebook pourrait tout à fait être dissout, tout comme AT&T l'a été par la FTC dans les années 1980 ou encore Wild Oats par Whole Foods en 2009.



L'influence de Zuckerberg, néfaste pour le réseau social ?

« Les problèmes de Facebook ne se résument pas qu'à l'économie », affirme Hughes. Selon lui, les algorithmes de News Feed dictent le contenu que des millions de personnes voient chaque jour et il n'existe aucun contrôle démocratique de l'ensemble du processus. La propriété de Zuckerberg sur la majorité des actions de Facebook signifie qu'il n'y a aucun contrôle interne sur son influence personnelle, et qu'aucune agence gouvernementale ne se consacre à la supervision d'une entreprise comme la sienne.

« L'influence de Mark est stupéfiante, bien au-delà de toute autre personne du secteur privé ou du gouvernement. Il contrôle trois plates-formes de communication principales : Facebook, Instagram et WhatsApp, utilisées par des milliards de personnes et ce chaque jour », écrit Hughes. Il ajoute : « Mark seul peut décider comment configurer les algorithmes de Facebook pour déterminer ce que les gens voient dans leurs fils d'actualités, quels paramètres de confidentialité ils peuvent utiliser et même quels messages sont livrés. Il définit les règles permettant de distinguer les discours violents et incendiaires des discours simplement offensants, et il peut choisir de bloquer un concurrent en l'acquérant, en le bloquant ou en le copiant ».

« Mark est une bonne personne », a relativisé Hughes. « Mais je suis fâché que son obsession de la croissance l'ait conduit à sacrifier la sécurité et la confidentialité des gens pour des clics ».

Hughes rejoint un nombre croissant de législateurs qui réclament la dissolution de Facebook, comme la sénatrice Elizabeth Warren, qui a annoncé qu'elle arrêterait Facebook si elle était élue présidente en 2020. D'autres, dont Zuckerberg lui-même, ont appelé à une réglementation accrue des grandes entreprises de la technologie. Une ironie ?

Source : The Verge.
Modifié le 10/05/2019 à 11h15
8
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
Les États-Unis songent à interdire TikTok
NVIDIA : les spécifications des RTX 3070 et 3070 Ti en fuite, la RTX 2080 SUPER battue ?
Facebook Messenger et WhatsApp bientôt réunis ?
scroll top