Tim Berners-Lee attaque Apple, Hadopi... et les autres

0
L'un des pères fondateurs du Web, Tim Berners-Lee vient de livrer une critique acérée contre certaines mutations du Web. Il estime que certains principes clés comme la neutralité ou les standards ouverts sont peu à peu grignotés par des entreprises privées mais également par des Etats. Explications.

00FA000000117189-photo-tim-berners-lee-w3c.jpg
Berners-Lee fait une critique en règle sur plusieurs points. Outre les réseaux sociaux, le président du W3C estime que « certains des plus fameux locataires du Web ont commencé à rogner sur ses principes ». Il appelle donc les internautes à imaginer l'avenir du Web sans quoi ce dernier « pourrait bien se retrouver fragmenté en archipel ». Il rappelle donc certaines idées de base qui régissent le Web, notamment l'universalité. Ce principe signifie que chacun doit être capable de mettre tout ce qu'il veut sur le Web, quel que soit l'ordinateur, le logiciel utilisé ou la langue parlée.

A ce stade, Berners-Lee commence à tacler sévèrement. Dans son billet traduit en français, il explique : « Amazon.com, par exemple, est devenu une gigantesque librairie en ligne, puis un disquaire, puis un immense entrepôt de toutes sortes de produits, parce que l'entreprise avait un accès libre et gratuit aux standards techniques qui sous-tendent le Web. Amazon, comme tout usager du Web, a pu utiliser le HTML, l'URI et le HTTP sans avoir à en demander l'autorisation à quiconque et sans avoir à payer pour cela ».

De même, il entre dans une critique de l'environnement iTunes, dirigé par Apple. Il lance : « l'univers iTunes est centralisé et emmuré. Vous êtes piégés dans un seul magasin, au lieu d'être sur une place ouverte ». No comment...

Enfin, il critique ouvertement la France et l'Hadopi qui « viole les droits du réseau de leurs citoyens ». Malgré le fait qu'un juge prononce la sanction, le responsable considère qu'il s'agit là d'une absence de « procédure légale digne de ce nom ». Tim Berners-Lee vise clairement les géants de l'Internet. Il considère donc qu'à l'heure actuelle, un risque existe qu'ils s'arrogent complètement ce moyen de communication. Reste à savoir si ce signal sera entendu face à des modèles économiques ficelés et rentables...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hylas 1 : un satellite européen pour une meilleure couverture du haut-débit
Gadget : une batterie d'appoint USB à accrocher aux clés
Dernière ligne droite pour l'ACTA
56K, cinquième : Gilles fait tout péter
HP délaisserait le CRM d'Oracle pour aller chez Salesforce
TV connectées : les chaines veulent garder le contrôle de leurs flux
Facebook bientôt titulaire de la marque
Deux acteurs majeurs du jeu social règlent un litige à l'amiable
AFNIC : une croissance de 21% en un an pour les domaines .fr
Deuxième levée de fonds pour Qype : 6,5 millions d'euros
Haut de page