Live Japon : le partage d'émotions en ligne, illusoire ? A voir !

26 février 2011 à 10h45
0
Le géant des télécommunications japonais NTT le sait : la transmission de la voix ça eut payé, mais ça ne paye plus. Ce qui rapporte désormais, c'est de permettre aux individus de s'échanger des images, de la musique et autres contenus multimédias. Au-delà, l'avenir est aussi dans la capacité à mieux partager à distance les émotions et sentiments. Gare néanmoins à ne pas s'épancher en public! (lisez le manga de JP Nishi)

01C2000004039382-photo-live-japon-sentiments-ntt-manga-nishi.jpg

Le tentaculaire groupe NTT, dont l'auteur de ces lignes a visité cette semaine un gigantesque centre de recherches à quelques encablures du coeur de Tokyo, imagine diverses technologies censées enrichir les relations interpersonnelles distantes et rendre plus chaleureuse la communication par réseau interposé en stimulant tous les sens humains. Exemple basique : la filiale de services mobiles NTT Docomo a développé une application qui transforme un message saisi au clavier sur un téléphone portable en animation montrant le visage en trois dimensions (3D) de l'expéditeur en train de dire ce qu'il a écrit. Le logiciel sait aussi transcrire le texte saisi en lettre manuscrite reproduisant exactement l'écriture de l'expéditeur. A un horizon qui semble également proche, les filiales de NTT souhaitent transmettre le toucher. Pour ce faire, elles explorent les nombreuses imperfections et interactions des sens humains afin de les utiliser ultérieurement pour concevoir des applications qui créent l'illusion, qui permettent de faire croire à l'homme qu'il voit, entend, touche ou ressent comme réel ce qui n'est pourtant que virtuel.

0000008C04039384-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg
0000008C04039408-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg

C'est déjà le cas pour la perception de l'image d'une télévision ou du relief au cinéma avec des lunettes. La vision tridimensionnelle repose en effet sur un artifice, à savoir la combinaison de deux images plates différentes qui sont vues successivement par un oeil et l'autre. C'est que le cerveau est capable de restituer par lui-même une partie d'une information tronquée ou manquante pourvu que l'on trouve une astuce pour l'y forcer. Cela est vrai également avec l'ouie ou pour le sens tactile. Si vous passez un plumeau sur un micro et écoutez le son résultant avec un casque sur votre oreille, eh bien vous aurez la sensation tactile que l'on vous dépoussière l'oreille! NTT travaille aussi sur le fait que les deux mains qui se frottent puissent, à certaines conditions, avoir l'impression de ressentir entre elles la présence d'un objet alors même qu'il est inexistant. Gageons que ces bizarreries seront mises à profit pour rendre perceptible au toucher une représentation virtuelle.

En attendant de NTT propose diverses améliorations des moyens de vidéo-conférence pour particuliers (avec la TV et une plus grande variété de terminaux fixes et mobiles) afin de renouer virtuellement des liens distendus entre membres d'une famille. Outre les échanges interhumains, le groupe travaille aussi sur la compréhension par les ordinateurs du langage des hommes pour accélérer les échanges en ligne et la recherche d'informations.

012C000004039386-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg

NTT teste par exemple actuellement un programme qui résume en deux ou trois phrases les opinions de différents internautes sur un produit du commerce, évitant aux acheteurs potentiels de parcourir toutes les critiques afférentes publiées sur un site de vente en ligne.

Le groupe a également conçu un outil dit de "réalité augmentée" pour faciliter le choix d'un meuble ou autre objet, même si l'on ne l'a pas sous les yeux. Il suffit d'imprimer une imagette-symbole présentée sur le site internet, de poser le papier là où le produit en question est censé prendre place dans la maison et de filmer la scène avec son téléphone portable. Grâce à un logiciel spécial, apparaît sur l'écran du mobile non pas le papier plat mais, en lieu et place, l'objet tridimensionnel comme s'il était physiquement présent dans la pièce. Vendu ! Expédiez, c'est payé.

012C000004039390-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg

Par ailleurs, à l'instar de nombreuses entreprises nippones, NTT parie sur la capacité des machines à prendre le pouls des hommes (aux sens propre et figuré), pour concevoir des services nouveaux, non seulement pour améliorer les communications distantes, mais aussi pour contrer les effets du vieillissement de la population.

Une équipe de NTT a notamment conçu un bracelet muni d'un accéléromètre, d'une caméra (avec un champ très limité centré sur la paume de la main) et d'un micro, objet qui permet de qualifier presque toutes les actions quotidiennes d'une personne, comme le brossage des dents, la préparation d'un café ou le fait d'écrire ou passer l'aspirateur. Un accéléromètre seul permettrait certes d'identifier certains mouvements (marche, parcours à vélo, lavage des mains), mais pas de qualifier avec certitude nombre d'autres actions, d'où la nécessité d'un couplage de divers types de capteurs sensoriels.

Le bracelet est selon lui un bon sinon le meilleur choix, car "la main est la partie du corps qui est la plus employée dans tous les gestes humains, avec des mouvements souvent caractéristiques", souligne le directeur de ce projet, Takuya Maekawa. "Ce qui est important, c'est aussi le fait que tous les composants requis soient concentrés sur un seul et même objet facile à porter et peu coûteux", ajoute-t-il.

012C000004039398-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg

Le prototype, encore imposant, est constitué d'une caméra (pour authentifier la forme et la couleur des objets filmés et les retrouver dans les données préenregistrées), d'un micro qui capte les sons associés et d'accéléromètre qui suit les mouvements. S'y ajoutent deux capteurs, un pour la direction et l'autre pour la luminosité, les deux aidant à cerner l'environnement (intérieur/extérieur, jour/nuit, etc.). Le logiciel informatique associé enregistre et horodate pour sa part en quasi temps réel le déroulé des actions, lequel peut-être suivi simultanément ou rapidement passé en revue ultérieurement, avec des vignettes facilement identifiables.

00C8000004039396-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg
L'idée est de proposer des nouveaux services d'aide à la personne en s'appuyant sur ces données qui reflètent le mode de vie d'un individu et qui potentiellement mettent au jours des mauvaises habitudes à corriger (grignotage entre les repas, absence d'exercices physiques, tabagie, alcoolisme), des problèmes de santé (trop grande fréquence de passage aux toilettes, sommeil trop court) etc. Reste qu'il faudra pousser les individus à porter l'objet en quasi permanence, ce qui exige qu'il soit fortement miniaturisé, qu'il transmette les données sans fil (dans l'idéal via plusieurs types de technologies et infrastructures) et qu'il ait une autonomie importante.

Dans la même veine, NTT a aussi conçu un dispositif qui recense les habitudes de vie pour faciliter les soins sanitaires, en couplant les données recueillies par plusieurs instruments sans qu'il soit nécessaire de les porter en permanence sur soi, sauf un, le podomètre. Ce dernier est muni d'une étiquette électronique active qui recueille les données issue des autres appareils (pèse-personne, tensiomètre, etc.), les enregistre et les retransmet de façon régulière à une base de données lorsque le porteur passe à un endroit pré-défini équipé d'un récepteur dédié, par exemple la porte de son appartement ou celle de son entreprise. Inversement, le podomètre reçoit des informations pour conseiller ou motiver l'individu. La filiale concernée de NTT imagine même des bornes publiques informatiques où chacun pourrait venir consulter son dossier simplement grâce à la reconnaissance de son podomètre.

012C000004039394-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg

Les utilisateurs bénéficieraient de services de conseils personnalisés de la part du corps médical ou des autorités locales compétentes, ce qui permettrait, aux dires des chercheurs de NTT, de réduire les dépenses de soin par une meilleure prévention. Des entreprises pourraient être encore plus "aux petits soins" pour leurs ouailles et les salles de sport ou autres lieux d'activités physiques proposer des prestations plus personnalisées en prenant en compte le mode de vie de leurs adhérents. Telle est en tout cas la vision idéale que dessinent les ingénieurs de NTT, laquelle peut apparaître un rien liberticide pour le public occidental mais a des chances d'être plutôt bien accueillie par les Japonais, ces derniers appréciant d'être conseillés sur leur façon de se comporter.

000000A004039388-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg
000000A004039392-photo-live-japon-sentiments-ntt.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Test des AirTags : l'accessoire Apple indispensable des têtes en l'air ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
Des chercheurs ont réussi à pirater une Tesla à l'aide d'un drone (et Tesla a déjà patché la faille)
Saliout-1 : la première station spatiale, et pas la plus heureuse
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
Idéal pour le télétravail, cet ordinateur HP Chromebook passe à moins de 300€ !
Mini-LED à l’assaut de l’OLED ? On fait le point sur cette ambitieuse technologie LCD
Portal : un fan du jeu a transformé son Alexa en une GLaDOS plus vraie que nature
Test du Moustache Friday 27 FS Speed : un speedbike efficace, mais aussi des contraintes
Un prototype du Cybertruck de Tesla se pavane dans les rues de New-York
Haut de page