Critique | Doctor Strange in the Multiverse of Madness : Sam Raimi projette Marvel dans de nouvelles dimensions

05 mai 2022 à 11h11
7
Doctor Strange 2 © © Marvel Studios
© Marvel Studios

Pour ce premier film Marvel de 2022, le studio nous présente la nouvelle aventure en solo de Doctor Strange. Le programme, ambitieux, est de jouer avec les possibilités infinies du Multivers. Pari réussi ? Réponse dans cette critique !

Doctor Strange in the Multiverse of Madness
  • Vous êtes un fan inconditionnel du MCU
  • Vous aimez l'horreur et le gore
  • Vous souhaitez voir Marvel prendre des risques
  • Vous vous attendez à un film de super-héros standard
  • Vous êtes perdu dans le multivers depuis au moins deux ans
  • Vous n'aimez pas les sensations fortes

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique du film :

Fiche technique Doctor Strange in the Multiverse of Madness

Informations

Titre original
Doctor Strange in the Multiverse of Madness
Date de sortie
4 mai 2022
Durée du film
2H06
Réalisateur
Sam Raimi
Société(s) de production
Marvel Studios
Genre cinématographique
Fantastique, Comics, Action
Plateforme de streaming
Autre
Classification
Public averti

En Multivers et contre tous

Dans ce 28e film du Marvel Cinematic Universe, Doctor Strange doit protéger America Chavez, une jeune fille capable de voyager dans les arcanes du Multivers. Or, passer entre les différentes réalités est un jeu dangereux aux terribles conséquences.

La Phase 4 du Marvel Cinematic Universe est singulière à plus d'un titre. L'écurie des super-héros Disney semble profiter de ces quelques années de transition pour expérimenter, adapter la formule qui a fait le succès des Avengers et prendre quelques risques pour surprendre les fans inconditionnels comme les spectateurs occasionnels.

Les séries WandaVision, Loki ou Moon Knight sur Disney+, mais aussi Les Eternels il y a seulement quelques mois, nous ont déjà montré que Marvel Studios souhaitait étendre son univers jusque là très formaté et explorer toutes les possibilités offertes par Stan Lee et les auteurs ayant officié dans la Maison des Idées depuis plus de 60 ans.

Doctor Strange 2 © © Marvel Studios
© Marvel Studios

Avec Doctor Strange and the Multiverse of Madness, l'omnipotent producteur de Marvel, Kevin Feige, avait annoncé que le studio se préparait à produire son premier film d'horreur. Il embauchait alors rien de moins que Sam Raimi, le réalisateur génial de la trilogie Spider-Man des années 2000 mais aussi de la trilogie culte Evil Dead. Reste que, tout aussi doué soit le monsieur, on pouvait légitimement craindre qu'il soit écrasé par un cahier des charges pachydermique et bridé dans sa créativité.

Que nenni, il lui a suffit de dix minutes pour nous prouver le contraire.

Raimiraculeux

Si nous ne devions vous donner qu'une seule raison de voir Doctor Strange and the Multiverse of Madness, c'est pour son esthétique, qui donne enfin un vrai souffle d'air frais au MCU. Sam Raimi s'amuse à dynamiter discrètement la mécanique bien huilée des films de la saga et à imposer sa patte, l'air de rien, à travers quelques plans et effets de montage caractéristiques de sa mise en scène. Les idées visuelles se comptent par dizaines dans les scènes d'action qui profitent à plein de son sens du rythme et de sa fantaisie. Parmi elles, nous avons été scotchés par une séquence « musicale » tout bonnement stupéfiante, à la fin du film.

La dimension horrifique, largement mise en avant dans la promotion du film, est étonnamment très présente, alors qu'on ne voyait là qu'un effet d'annonce. Là encore Sam Raimi exploite avec gourmandise toutes les largesses de son scénario : le film n'est jamais vraiment terrifiant mais il détonne par sa noirceur, ses hommages au gothique et sa violence graphique, surprenante dans l'univers policé de Marvel Studios.

L'humour un peu gras typique de la saga est ici logiquement mis en sourdine, le réalisateur préférant miser sur un comique de situation et quelques rares bons mots pour détendre une atmosphère bien lourde, sans jamais désamorcer la montée en puissance du scénario.

Doctor Strange 2 © © Marvel Studios
© Marvel Studios

Tout n'est pas parfait bien sûr, et comme souvent avec les films du MCU, certains effets visuels laissent parfois franchement à désirer, notamment les incrustations souvent baveuses et visibles à l'oeil nu. Sam Raimi semble également avoir été parfois limité par un tournage en studio particulièrement compliqué, en raison de la pandémie, et un moment de bravoure explosif souffre ainsi d'un découpage brouillon assez inhabituel pour le metteur en scène.

« Avec Doctor Strange and the Multiverse of Madness, Marvel livre l'un de ses meilleurs films et profite à plein de la créativité de Sam Raimi. »

On ne va toutefois pas faire la fine bouche devant ce spectacle jubilatoire qui, après l'apéritif Spider-Man : No Way Home, met enfin les pieds dans le plat en nous donnant à voir quelques unes des dimensions du Multivers, sans jamais oublier d'offrir quelques délicieuses friandises aux fans de la franchise, comme autant de promesses pour l'avenir du MCU.

« Viens voir le Docteur, non n’aies pas peur »

Tout roller coaster qu'il est, Doctor Strange and the Multiverse of Madness n'oublie jamais de se reconnecter à son personnage principal, qui n'avait pas été aussi développé et approfondi depuis son premier film titre, il y a déjà six ans. Michael Waldron, le scénariste déjà à l'oeuvre sur la série Loki, en a parfaitement conscience et réussit ici un remarquable travail d'équilibriste, malgré une production chaotique et de multiples réécritures.

Doctor Strange 2 © © Marvel Studios
© Marvel Studios

Le récit ne perd jamais de vue ses enjeux et les dilemmes qui traversent l'ex-Sorcier Suprême ainsi que Wanda Maximoff, probablement l'un des plus beaux personnages de la saga Marvel, interprété magnifiquement par Elizabeth Olsen. Par sa performance tout en intensité, elle parvient à voler la vedette à Benedict Cumberbatch, pourtant débordant de charisme, dans chacune de leurs scènes en commun.

Soucieux de mêler l'intime et le spectaculaire, on pardonnera au film quelques dialogues sur-explicatifs qui ralentissent à de très rares occasions un scénario pourtant mené tambour battant et sans bouts de gras. Sam Raimi boucle d'ailleurs son récit en deux heures montre en main, signant l'un des films les plus courts du MCU, et s'évitant au passage les habituels ventre-mous auxquels les blockbusters modernes nous ont malheureusement habitués.

Si vous n'êtes pas un exégète de l'univers Marvel, pas d'inquiétude, Doctor Strange and the Multiverse of Madness reste accessible à tout le monde. Certaines références aux séries TV pourront peut-être vous passer sous le nez, mais cela ne nuira pas votre compréhension du film. Il faudra en revanche avoir vu les longs-métrages les plus récents, en gros ceux situés après Avengers : Endgame, puisqu'après 28 longs-métrages, Marvel Studios ne cherche plus à perdre le temps de réintroduire ses personnages et les évènements marquants des précédentes phases.

Doctor Strange 2 © © Marvel Studios
© Marvel Studios

Marvel Studios nous avait promis beaucoup avec Doctor Strange and the Multiverse of Madness et ne déçoit presque jamais. Mieux encore, la franchise, loin de se reposer sur ses lauriers, livre l'un de ses meilleurs films et profite à plein de la créativité d'un Sam Raimi visiblement libre de mener sa barque comme il l'entend, malgré les contraintes et les impératifs du studio.

On aurait pu penser que la recette magique du MCU ne s'épuise fatalement après 12 années de domination sans partage sur le box-office et la pop culture mondiale. Avec ce 28e film, Marvel Studios semble au contraire vouloir écrire une nouvelle page de son histoire, à l'encre rouge sang.

Doctor Strange in the Multiverse of Madness

8

Pari gagnant pour Doctor Strange and the Multiverse of Madness qui réussit l'exploit d'emmener le MCU dans des voies inédites et spectaculaires sans jamais perdre de vue ses personnages. Sam Raimi remet une âme dans la machine Marvel et signe l'un des tout meilleurs films de la saga.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous êtes un fan inconditionnel du MCU
  • Vous aimez l'horreur et le gore
  • Vous souhaitez voir Marvel prendre des risques

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Vous vous attendez à un film de super-héros standard
  • Vous êtes perdu dans le multivers depuis au moins deux ans
  • Vous n'aimez pas les sensations fortes

Doctor Strange and the Multiverse of Madness est en salles depuis le mercredi 4 mai 2022

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
justepourlefun
2 heures?.. .j’ai eu l’impression qu’il durait trois …<br /> Un partie centrale longue et verbeuse, du fan service lourdingue et raté<br /> Par contre, la dernière demi heure est phénoménale, Sam Raimi revenant à ses premiers amours, et sauve tout le film avec effectivement une scène « musicale » qui rentrera clairement dans le must-see du MCU !
Passion1
J’ai arrêté de regarder depuis un bail les gros blockbusters héros américain propagande genre Marvel
Gin-chan
Je ne retrouve pas l’information, mais on m’a dit que depuis spiderman no way home, les réalisateur non plus la main sur le montage. Donc la patte du réalisateur est amoindri …
Popoulo
Horreur et gore ? Vraiment ?
dgino
vu le temps qu’il a pris à sortir, je m’attendais à un film marvel bien peaufiné et digne de ce nom, mais finalement je suis assez déçu, on voit tout l’amateurisme malgré les effets spéciaux : un scénar insipide, presque prévisible, des persos peu charismatiques (la fille qui traverse les multivers qui sort de nullepart, la sorcière rouge). L’idée avait le potentiel de faire émerger un film monstrueux, mais à la place on n’a eu qu’un film donnant un gout bien amer, et qui ne donne absolument pas envie d’être à nouveau regardé. Le premier film de Strange était nettement meilleur. Très dommage…
pecore
J’ai bien aimé, peut être pas autant que le premier mais il n’y a plus l’effet de surprise. Le fait de remplacer la sempiternelle quête pour dominer ou détruire le monde par quelque chose de beaucoup plus intime est aussi une idée intéressante. Le clin d’œil que Raimi fait à ses réalisations passées est aussi assez bienvenu.<br /> Petit regret, j’ai trouvé le héro un peu faiblard, comme revenu à la fin du premier film sans l’expérience acquise dans les autres histoires. Il est sensé être le maitre des arts mystiques tout de même.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page