🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

C'est (enfin) officiel, Ariane 6 ne décollera pas avant 2023

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
14 juin 2022 à 11h30
4
Ariane 6 au décollage © Airbus
Ariane 6 au décollage. Il faudra encore attendre... Crédits / ArianeGroup

Malgré une communication difficile, l'information a enfin été officialisée hier par le directeur de l'ESA. Ariane 6 est en retard dans un contexte particulièrement défavorable, avec l'arrêt de la collaboration liée aux lanceurs russes. Au Centre Spatial guyanais, les essais de la fusée assemblée n'ont pas encore eu lieu.

Le besoin est critique !

Reculer pour mieux sauter

Depuis le début de l'année, en coulisses, ce n'était déjà plus un secret : les agendas menant au premier décollage orbital d'Ariane 6 n'aboutissaient que début 2023. Mais les instances officielles continuaient, jusqu'au 13 juin, de marteler que le nouveau fleuron européen des lanceurs pourrait décoller avant fin 2022. Josef Aschbacher, invité à la BBC, a finalement admis hier ce nouveau retard.

Il reste beaucoup à faire avant qu'Ariane 6 soit opérationnelle, et malheureusement les essais ont été à nouveau décalés de plusieurs mois. Le développement est dans la phase dite des « essais combinés », où les équipements sont testés en conditions réelles. Le site de lancement passe les étapes les unes après les autres, mais le corps principal de la fusée reste invisible, dans son bâtiment d'intégration depuis fin janvier. Or l'un des points d'orgue de ces essais combinés sera bel et bien d'avoir une Ariane 6 complète, à la verticale sur sa table de tir. C'était prévu en avril…

Ariane 6 étage central essais combinés © ArianeGroup/PepperBox-Julien Hazemann
Ariane 6 se fait attendre hors du bâtiment d'assemblage. Crédits : ArianeGroup/PepperBox-Julien Hazemann

Le lanceur encore absent des essais combinés

Il est prévu que plusieurs simulations de compte à rebours avec mise à feu aient lieu dans le cadre des essais combinés, qui dureront plusieurs mois sur l'ELA-4, le site de lancement d'Ariane 6. D'autre part, le test de mise à feu de l'étage supérieur sur le banc d'essai allemand de Lampoldshausen, attendu depuis mars 2021, n'a pas encore eu lieu.

Autant de facteurs qui rendent peu probable l'arrivée des éléments de la fusée pour son vol inaugural vers l'orbital avant l'automne. D'après les éléments dont nous disposons, il est même prématuré d'annoncer un décollage dans les tout premiers mois de 2023 avant que les équipes n'aient décortiqué tous les résultats des essais combinés.

Ça bouchonne…

Le manque d'Ariane 6 se fait cruellement sentir depuis l'année dernière avec plusieurs reports de vols, mais il est d'autant plus marqué depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février dernier. En réplique aux sanctions européennes, l'agence spatiale russe avait en effet cessé toute activité au Centre Spatial guyanais, stoppant les vols de Soyouz.

Or les satellites européens ont un fort besoin de véhicule pour se rendre en orbite ! Deux paires de satellites Galileo sont prêtes, il y a le satellite de la défense française CSO-3, le satellite d'étude terrestre EarthCare, le télescope spatial Euclid… Tous devaient décoller avant le printemps 2023, mais il y a aussi des clients privés !

Problème supplémentaire, même si Ariane 6 décollait dans les premiers mois de l'année, il serait peu probable de voir plus de trois à quatre tirs de ce nouveau lanceur dans sa première année d'exploitation (et ce, même si tout se passait bien).

L'embouteillage est réel, et il faudra peut-être s'attendre à des choix et priorisations difficiles. Ennuyeux, quelques semaines après la signature du contrat géant avec Amazon. Seule compensation morale : les concurrents ULA et Blue Origin subissent eux aussi des retards. Deux décollages importants sont prévus pour l'Europe spatiale dans les semaines à venir : Ariane 5 le 22 juin, et le vol inaugural de Vega C le 7 juillet.

Longtemps promis pour juillet 2020, le premier décollage du lanceur est repoussé au moins jusqu'à mi-2022. Alors même que les critiques se font pressantes en Europe, plusieurs essais indispensables sont encore en préparation… Mais que reste-t-il à faire pour mettre en service Ariane 6 ?
Lire la suite

Source : Spacenews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Urleur
C’est vraiment dommage d’avoir autant de retard par rapport à la concurrence, car on a un très bon savoir faire.
clockover
Ca fait bien longtemps que la paresse bureaucratique l’a déclassé.
jyti94
Je serais curieux de savoir s’il y a des dédommagements pour l’esa de la part d’airbus/safran/arianespace.
carinae
Pourquoi y en aurait il ? Le donneur d’ordre c’est l’ESA. S’ils n’ont pas été foutu d’avoir un plan B au cas où après tous les retards qu’il y a eu ce n’est pas aux autres a payer…<br /> Ça me fait penser à Airbus tiens
jyti94
Ca tombe bien c’est justement airbus qui est dans la boucle.<br /> Les contrats comme ceux-là ne contiennent pas seulement un cahier des charges mais aussi un échéancier qui est accompagné d’un calcul de pénalités en cas de retard.<br /> Ces pénalités sont souvent négociées en fonction des responsabilités du maître d’oeuvre mais potentiellement aussi du maître d’ouvrage qui peut avoir révisé son besoin.<br /> Ici, airbus a fait du lobbying pour écarter la solution du cnes a priori meilleure au moins sur certains points et qui avait montrer sa maîtrise pour ariane 5.<br /> Laisser l’industriel seul aux commandes peut aller dans le bon sens si l’administration en charge du domaine est devenue trop lourde, mais ça peut aussi être problématique (cf A400m, EF2000, nh90)<br /> L’option d’un plan B est irréalisable pour un tel projet.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La petite sonde Capstone de la NASA décolle vers la Lune !
La Chine pourrait tenter de ramener des échantillons de Mars deux ans avant la NASA et l'ESA
La sonde spatiale Psyche ne partira pas explorer son grand astéroïde avant 2023
Découvrez les clichés du deuxième survol de Mercure de la mission BepiColombo
Ariane 5 est encore là et décolle ce soir avec deux grands satellites
La NASA a sélectionné l'équipage qui prendra place à bord de Starliner pour son premier vol habité
Ce système planétaire se désintègre lentement sous l'œil de nos télescopes
Starship : une première tentative de décollage orbital le mois prochain ?
Des employés de SpaceX se plaignent du comportement d'Elon Musk dans une lettre ouverte... et se font virer
Devialet et ArianeGroup vous font vivre l'expérience du décollage d'une fusée, et ça décoiffe !
Haut de page