L'armée US veut déployer des mini centrales nucléaires portables

11 mars 2020 à 15h12
0
Centrale nucleaire

L'idée de l'armée américaine est de se doter d'une source d'énergie quasi infinie, adaptée aux théâtres de guerre.

Le département de la Défense des États-Unis a annoncé, lundi, son intention de déployer des petites centrales nucléaires dites « portables » dans des zones de conflit. L'armée américaine ne veut plus être dépendante de l'approvisionnement en carburant pour alimenter ses bases militaires avancées en électricité. Le développement de centrales portables lui permettrait de s'absoudre de l'acheminement du carburant, et ce en disposant de ressources quasi infinies.


De petites centrales portables de moins de 40 tonnes

Le Pentagone a annoncé avoir accordé trois contrats à des sociétés basées autour de Washington, pour une durée de deux ans. Le but, pour les USA, est d'amorcer le développement d'un prototype de microréacteur nucléaire, baptisé « Pele », qui serait à la fois « sûr, mobile et avancé » pour soutenir plusieurs missions. Épauler les bases reculées sur le plan énergétique en fera évidemment partie.

Les trois contrats, qui s'élèvent à plus de 10 millions de dollars chacun, devraient aboutir, d'ici deux ans, à la sélection de l'une des trois sociétés, qui aura alors la charge de construire et de tester un prototype de mini centrale nucléaire.

Ces mini centrales devront être dotées d'une capacité de 1 à 5 mégawatts et peser moins de 40 tonnes, ce qui permettrait de les faire transiter par camion, train, avion ou bateau, et faciliterait leur mise en service.


Aussi pratiques que dangereuses

Si le Pentagone affirme qu'« un tel réacteur permettrait d'emporter une source d'énergie quasi illimitée pour mener des opérations pendant des périodes prolongées partout sur la planète », plusieurs experts de l'énergie nucléaire redoutent de potentielles conséquences dramatiques, certains n'hésitant pas à dire que la situation pourrait dégénérer.

L'aspect pratique de la centrale nucléaire portable est, certes, indéniable, mais la présence de telles infrastructures parfois dans des zones de guerre serait, par définition, extrêmement risquée et dangereuse. Une centrale portable qui viendrait à être bombardée aurait de très lourdes conséquences sur les militaires directement à son contact, qui seraient contaminés par la radioactivité. Un ennemi pourrait aussi s'en emparer pour fabriquer des bombes sales avec le combustible, « ces armes qui utilisent un explosif conventionnel pour disséminer des substances radioactives avec l'effet de souffle », explique un expert du risque nucléaire, Edwin Lyman.

Le ministère américain de la Défense travaillerait également sur un autre projet de microréacteur, cette fois-ci destiné aux installations militaires, directement aux États-Unis. Des réacteurs de 2 à 10 mégawatts pourraient permettre aux bases militaires du pays de fonctionner en continu, même en cas de cyberattaque ou de coupure électrique. Un projet qui pourrait être testé dès 2023.

Source : Le JDQ
Modifié le 11/03/2020 à 15h56
13
13
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top