L'Allemagne veut empêcher le déploiement de la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp

12 mai 2021 à 10h30
2
WhatsApp © Unsplash / Rachit Tank
© Unsplash / Rachit Tank

Alors que la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp entrera en vigueur ce 15 mai, le régulateur de la ville de Hambourg a ordonné à Facebook, à travers un décret, de ne pas traiter les données provenant des utilisateurs de WhatsApp allemands.

Au début de l’année, l’annonce de la nouvelle politique de la messagerie a provoqué un véritable tollé, notamment car elle inclut le partage de certaines données utilisateurs avec Facebook, la maison mère de WhatsApp. La situation a été telle que la firme a dû repousser sa mise en place de plusieurs mois. À partir du 15 mai, les usagers qui n’acceptent pas ces conditions verront leurs fonctionnalités cesser de fonctionner au fil des semaines pour finalement ne plus pouvoir utiliser l’application. 

Une nouvelle politique de confidentialité illégale, selon l’Allemagne

Selon le commissaire à la protection des données et à la liberté d'information de Hambourg, qui est habilité car le siège allemand de Facebook se trouve dans cette même ville, le non-choix proposé aux utilisateurs et la collecte de données qui va être opérée par la plateforme sont une violation directe du RGPD. Pour rappel, de nombreuses personnes ont peiné à saisir les contours de la politique de confidentialité, engendrant beaucoup de confusion chez les utilisateurs. Le commissaire ne manque pas de le rappeler dans son communiqué : « Le contenu est trompeur et présente des contradictions considérables. Même après une analyse approfondie, les conséquences de l'approbation pour les utilisateurs ne sont pas claires. »

« L'enquête sur les nouvelles dispositions a montré qu'elles visent à étendre encore davantage le lien étroit entre les deux entreprises afin que Facebook puisse utiliser les données des utilisateurs de WhatsApp à ses propres fins à tout moment. Dans les domaines de l'amélioration des produits et de la publicité, WhatsApp se réserve le droit de transmettre des données à des entreprises de Facebook sans avoir besoin d'un autre consentement des personnes concernées » continue le régulateur, qui assure qu’« aucune base légale » ne permet à la messagerie d’appliquer sa nouvelle politique.

L’Inde est également en train d’enquêter sur ces pratiques tandis que l’agence de protection des données italienne a demandé, dès le mois de janvier, davantage de transparence de la part de WhatsApp. 

WhatsApp ne compte pas respecter la demande du régulateur

« Le décret vise à sauvegarder les droits et libertés des millions d'utilisateurs qui approuvent les conditions d'utilisation dans toute l'Allemagne [...]. Les scandales liés à la protection des données de ces dernières années, de "Cambridge Analytica" à la fuite de données récemment révélée qui a touché plus de 500 millions d'utilisateurs de Facebook, montrent l'étendue et les menaces du profilage de masse. Cela concerne les droits fondamentaux, mais aussi la possibilité d'utiliser le profilage pour influencer les décisions des électeurs afin de manipuler les processus décisionnels démocratiques » a déclaré Johannes Caspar, commissaire à la protection des données et à la liberté d'information de Hambourg.

Introduit en urgence, le décret sera valable pour une durée de trois mois. Le commissaire compte néanmoins s’associer au Comité européen de la protection des données afin que l’Union européenne s’allie et agisse sur la question de manière groupée en faisant appliquer le RGPD.

La situation ne semble pas vraiment inquiéter WhatsApp. Un porte-parole de la plateforme a nié les allégations en faisant bien comprendre qu’elle ne respecterait probablement pas le décret : « Notre récente mise à jour explique les options dont disposent les gens pour envoyer un message à une entreprise sur WhatsApp et fournit davantage de transparence sur la façon dont nous collectons et utilisons les données. Les allégations du commissaire de Hambourg étant erronées, le décret n'aura aucune incidence sur la poursuite du déploiement de la mise à jour. Nous restons pleinement engagés à fournir des communications sécurisées et privées pour tout le monde. »

Après le tollé suscité par la mise à jour des conditions d’utilisation de WhatsApp , beaucoup d’internautes se tournent vers des solutions alternatives. Mais les plus connues d’entre elles ne changent pas forcément le problème. Et si c’était l’occasion d’essayer des messageries instantanées d’un nouveau genre, plus anonymes et surtout résolument décentralisées ?
Lire la suite

Modifié le 12/05/2021 à 12h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Forfait mobile : le forfait RED by SFR 5Go à 5€ est encore disponible quelques heures
Huawei :
Honor pourrait également sortir son smartphone pliable... mais pas avant la fin d'année
Après Aukey, au tour de RavPower d'être banni d'Amazon en raison de faux avis
Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : vers un lancement tout début août
Qualcomm : le futur haut de gamme Snapdragon 895 en test chez les constructeurs partenaires
Le forfait mobile B&You 5 Go à prix mini est de retour !
Le trafic de données mobiles a augmenté de 46 % depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon Ericsson
Tim Cook estime qu'il y a 47 fois plus de malwares sur Android que sur iOS (et c'est drôlement précis)
Les Honor 50, 50 Pro et 50 SE sont officiels : les premiers smartphones de la marque depuis qu'elle n'appartient plus à Huawei
Haut de page