Une faille permet d’écouter 77 % des smartphones Android

le lundi 20 novembre 2017
Voilà qui risque d'augmenter la paranoïa de celles et ceux qui pensent qu'ils sont écoutés, via leur smartphone, à tout moment de la journée : les chercheurs de MWR Labs ont découvert une nouvelle faille majeure qui toucherait plus des trois quarts des smartphones Android en circulation. Une faille que Google a comblée, mais seulement dans Android 8.0 Oreo.

Le problème de cette nouvelle faille, c'est qu'elle est très facilement exploitable par un développeur malintentionné : il ne s'agit pas d'une attaque à proprement parler mais d'un souci dans les autorisations données aux applications.

Le service Android MediaProjection au centre de cette nouvelle faille


Les chercheurs de MWR Labs ont découvert que Google, qui développe Android, a réalisé un changement majeur dans les autorisations d'un des services les plus anciens d'Android : MediaProjection. Ce service est en mesure d'enregistrer l'audio ainsi que l'écran du smartphone et est utilisé par certaines applications.

Sauf que si dans les 4 premières versions d'Android ce service ne pouvait être utilisé que par des applications du fabricant du smartphone car il nécessitait un accès root et un certificat OEM signé ; depuis Android 5.0 Lollipop MediaProjection est accessible à tous les développeurs.

La différence, avec cette ouverture, est la suivante : pour avoir accès à ce service, une application ne nécessite plus que l'autorisation de l'utilisateur, autorisation donnée généralement grâce à un pop-up qui apparaît sur l'écran et sur lequel l'utilisateur doit donner son accord. C'est la même technique utilisée pour demander l'accès à la caméra, par exemple, ou au répertoire.

01f4000008530208-photo-android-nougat.jpg


Les pop-ups ne sont pas sécurisés


Selon les chercheurs de MWR Labs, cette technique est facilement contournable : les pirates peuvent intercepter l'apparition du pop-up et afficher une autre demande qui n'attirera pas l'attention de l'utilisateur, comme l'accès aux contacts par exemple. En accédant à cette fausse requête, l'utilisateur donne sans le savoir l'accès à ce service à l'application malveillante.

Cette technique est possible car les versions d'Android jusqu'à Nougat 7.1.2 ne sont pas en mesure de détecter que la demande originelle a été cachée partiellement ou totalement. Un problème qui a été résolu dans Android 8.0 Oreo qui, de fait, n'est plus vulnérable à cette attaque.

Les smartphones disposant d'une version d'Android comprise entre Lollipop 5.0 et Nougat 7.1.2 sont toutefois vulnérables. Ils représentent 77,5 % des smartphones Android dans le monde, soit plus de 1,5 milliard de terminaux.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top