Cybercriminalité : 78% des victimes se reprochent leur imprudence

08 septembre 2010 à 13h22
0
00FA000001903278-photo-logo-norton-from-symantec.jpg
Comme on peut l'imaginer, se faire arnaquer sur le Web met en colère bon nombre d'internautes, mais en pousse également un très fort pourcentage à se sentir responsable de sa situation : c'est ce que révèle le nouveau rapport sur la cybercriminalité publié aujourd'hui par l'éditeur Symantec.

L'étude commence par dresser un état des lieux concernant le problème de la cybercriminalité mondiale, englobant les virus, l'usurpation d'identité, le phishing ou encore le harcèlement en ligne. Réalisée sur la base de 7000 personnes réparties dans 14 pays, l'enquête révèle que 65% des internautes auraient été au moins une fois victimes d'un acte malveillant sur Internet. Un chiffre qui décolle dans certains pays : 83% en Chine, 73% au Brésil et en Inde, ou encore 73% aux USA.

La seconde partie du rapport s'intéresse aux sentiments éprouvés par les victimes d'actes cybercriminels. Ainsi, on apprend que 58% ressentent de la colère, 29% de la crainte, 26% de l'impuissance et 78% de la culpabilité. « Les gens sont en colère, mais nous avons également constaté qu'ils ne sentent très coupables » précise Marian Merritt, porte-parole chez Symantec. « 54% ont admis qu'ils auraient dû faire preuve de plus de prudence avant de répondre à ce qui était une escroquerie ». 12% des victimes ont déclaré que l'incident était entièrement de leur faute.

A ce sentiment de s'être fait avoir s'ajoute un fort pessimisme concernant l'issue du problème, puisque 80% des personnes interrogées indiquent ne pas s'attendre à ce que les escrocs responsables de leurs bévues soient traduits en justice. La plupart ne voient même pas l'intérêt de déclarer le problème aux autorités : selon le litige, seuls 44% contacteraient la police, 48% leur banque et 34% leur fournisseur de messagerie en ligne.

« Beaucoup de criminels vivent à l'étranger, il n'est donc pas surprenant que les victimes les considèrent comme étant sans visage » explique Adam Palmer, analyste chez Symantec. « De plus, la cybercriminalité internationale est difficile à détecter et à poursuivre, donc les gens ne s'attendent pas vraiment à ce que justice soit faite. »

L'enquête conclut en soulignant une certaine hypocrisie chez les internautes, dont beaucoup admettent être, à leur manière, des cybercriminels : près de la moitié du panel a ainsi indiqué qu'il considère comme « légal » le fait de télécharger un morceau de musique, un album ou un film sans le payer, et 80% des personnes interrogées ont estimé qu'il est « acceptable » de regarder secrètement l'historique de navigation ou la messagerie d'autrui. Une banalisation d'actes illégaux ou forts discutables que l'enquête met sur le compte de la dimension virtuelle du Net, en opposition à des situations physiques similaires qui apparaitraient - probablement - comme bien moins acceptables.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top