Cybersécurité et souveraineté numérique : les candidats à la présidentielle dévoilent leurs propositions

31 mars 2022 à 13h10
7
Palais de l'Élysée © elysee.fr
© elysee.fr

Le Forum international de la Cybersécurité (FIC) a questionné les candidats à l'élection présidentielle sur leur programme en matière de sécurité numérique pour la France. L'occasion de voir ce que chacune et chacun a derrière la tête.

Si la menace numérique ne constitue qu'un problème parmi tant d'autres pour les candidats à l'élection présidentielle, certains ont bien pris conscience des enjeux et des secteurs ou symboles touchés par celle-ci : économie, consommation, démocratie, géopolitique, citoyens ou entreprises, et tant d'autres. À l'heure où les questions de souveraineté numérique et surtout de cybersécurité s'imposent d'elles-mêmes, plusieurs aspirants à la présidence ont joué le jeu du FIC en répondant à diverses questions visant à détailler leur programme en matière de cybersécurité.

Emmanuel Macron, un absent qui a déjà son idée pour les cinq prochaines années en matière de souveraineté numérique

Neuf des douze candidats qui prétendent aujourd'hui à la plus haute fonction de l'État ont répondu au questionnaire soumis par le Forum international de la Cybersécurité. Si Nathalie Arthaud, Marine Le Pen, Valérie Pécresse, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Eric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Fabien Roussel font état d'un intérêt réel pour l'enjeu cyber, Jean Lassalle, Philippe Poutou et surtout le président sortant, Emmanuel Macron, n'ont pas daigné répondre au FIC.

Pour ce qui est d'Emmanuel Macron, on sait que l'actuel locataire de l'Élysée se livre à une campagne disons « allégée », et que le candidat LREM entend poursuivre sa feuille de route autour du fameux label « Cloud de confiance », après avoir, durant le quinquennat qui s'achève, grandement contribué à la naissance d'un lieu totem de la cybersécurité, le Campus Cyber.

Les priorités des candidats à l'élection présidentielle : un « système informatique exempt de toute porte dérobée » pour Le Pen, de « vrais parcs de data centers français » pour Mélenchon

À la question « si vous étiez élu à l'Élysée, quel serait votre premier chantier en matière de sécurité numérique ? », seuls sept candidats ont ici accepté de répondre, peut-être les seuls qui, parmi les neuf ayant répondu, placent la sécurité informatique comme une priorité réelle de leur programme.

Dans l'ordre alphabétique, Nicolas Dupont-Aignan entend s'assurer « de la souveraineté de l'intégralité des données publiques et le cas échéant, de confier celles-ci à nos fleurons français ». Le candidat DLF ajoute que cette opération se ferait en lien avec le « ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique », une dénomination qui n'est pas anodine et qui octroierait au Numérique son propre portefeuille.

Yannick Jadot (EELV), de son côté, veut créer « une structure nationale de renseignement non militaire sur la cybersécurité, pour anticiper les menaces ». Marine Le Pen (RN) évoque « l'autonomie » comme priorité, avec la volonté d'établir « un système informatique, tant matériel que logiciel, exempt de toute porte dérobée ou infrastructure étrangère qui pourrait en compromette l’intégrité ».

Data Center © shutterstock.com
© shutterstock.com

Jean-Luc Mélenchon veut doter la France de « vrais parcs de data centers français, de droit français et localisés en France », de façon à s'assurer « que les données des services publics français et des entreprises essentielles y soient hébergées ». Faisant aussi de la souveraineté numérique une priorité, le député LFI évoque le contexte géopolitique et entend développer « les ramifications entre la France et les Outre-mer en câbles sous-marins souverains, notamment entre la France et la Guyane ». Jean-Luc Mélenchon veut rétablir la propriété française publique sur Alcatel Submarine Networks, filiale à 100 % du géant finlandais Nokia.

La cybersécurité, « un pilier » pour Pécresse, qui veut un Parquet national cyber, alors que Zemmour vante la souveraineté des domaines « du Cloud et de la cybersécurité »

La candidate des Républicains, Valérie Pécresse, se fixe l'objectif de faire voter, dès la première année de son quinquennat, une loi dite « Souveraineté et Responsabilité numérique » qui aboutirait à la création d'un Parquet national Cyber. La présidente de la région Île-de-France parle, elle aussi, de souveraineté numérique, qu'elle juge « indissociable de la sécurité des données de chacun d'entre nous », au même titre que la souveraineté militaire et économique. « Je ferai de la cybersécurité l'un des piliers de la politique globale du numérique que j'engagerai, incluant les infrastructures, les logiciels, les données et la sécurité », promet-elle.

Candidat du parti communiste, Fabien Roussel veut mettre en place « un plan de renforcement du contrôle public » qui viendrait compléter la loi d'orientation et de programmation pour une nouvelle industrialisation du pays, qui est l'une de ses propositions. Pour cela, le député français voudrait réunir autour de la table les opérateurs télécoms, les autorités du secteur et les services de sécurité intérieure ou militaire, pour évaluer les protections techniques et juridiques en place.

De son côté, l'ex-chroniqueur Éric Zemmour pointe du doigt la dépendance de la France vis-à-vis des entreprises étrangères, dans les domaines du Cloud et de la cybersécurité. Le candidat Reconquête veut ainsi développer une offre souveraine dans les deux domaines. Il détaille son idée de financement de partenariats de recherche avec les entreprises Cloud et cyber ; sa volonté d'augmenter la communauté publique pour multiplier les investissements en R&D des entreprises innovantes ; et la promulgation d'une loi qui permettrait d'héberger et sécuriser dans des solutions dites « souveraines » les « données publiques et privées régies par l'IGI 1300 ("Secret" et "Très secret") ou définies sensibles par la CNIL ».

S'agissant des autres candidats ayant répondu au FIC de manière un peu moins loquace, Nathalie Arthaud (LO), pour qui l'augmentation des moyens cyber n'est pas une priorité, souhaite néanmoins « mettre fin au soutien des groupes cybercriminels par l'État et la classe dirigeante », fustigeant la cyberguerre « des capitalistes », à qui elle reproche d'entraîner les populations « dans leurs prétentions de profit et de domination ». Anne Hidalgo (PS), elle, veut un « ministère du Numérique » autonome qui renforcerait la coordination des services gouvernementaux en matière de gestion numérique. La maire de Paris milite aussi pour « interdire l’assurabilité des rançongiciels pour éviter que des attaques informatiques (phishing, malware…) soient payées en crypto-monnaie, sans que la justice puisse poursuivre les agresseurs ».

Source : FIC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
ar-s
Pour cette élection, je suis persuadé que le programme de Mélenchon est de loin le plus carré et le plus abouti.
Popoulo
Les promesses n’engagent que ceux qui y croient comme disait l’autre.<br /> C’est sympa les présidentielles en France. Ils ont tous des idées 2 semaines avant les élections, évoquent des sujets dont ils ne connaissaient même pas l’existence hier matin et ça fonctionne. Des gens trouvent les « programmes » trop trop biens.
Morak
Mouais, tous les candidats n’y connaissent rien en cybersécurité, ils suivront simplement leurs conseillers et le peuple, théoriquement.
pecore
C’est facile d’avoir plein d’idées lorsqu’on est sûr de ne même pas être au 2é tour. Mais c’est vrai que pour des candidats souverainistes, ce sujet est du pain béni qui leur permet de déployer leur argumentaire en matière de « sécurité », de « souveraineté » et de « contrôle ».
Palou
Morak:<br /> tous les candidats n’y connaissent rien en cybersécurité, ils suivront simplement leurs conseillers et le peuple<br /> Ils demanderont au cabinet McKinsey … --&gt;[ ]
Francis7
Je ne suis pas sûr que les candidats aient des idées qui viennent d’eux-mêmes. Ils suivent les conseils de professionnels. Et puis ils ont des ministres qui gèrent la plupart des choses.<br /> J’avais lu tantôt qu’il fallait installer des serveurs DNS en France parce le pays serait dépendant des Etats-Unis en la matière.
carinae
Alors concernant les DNS oui et non. C’est le cas de la plupart des pays. Sauf erreur de ma part il y a 12 serveurs DNS racines. 2 sont en Europe 1 au Japon et les autres… Aux USA… <br /> Mais bon … en terme cyber la France se défends pas trop mal mais dans certains cas la sécurité est ommipresente voire prends le pas sur le SI et ça frise presque le ridicule . Ce n’est pas forcément toujours compris dans d’autres pays.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Découvrez comment votre carte SIM pourrait protéger vos données des hackers
Attention à ce malware qui se propage et menace votre navigateur
Découvrez Proton, la toute nouvelle identité visuelle de ProtonMail
Opera VPN Pro est désormais disponible sur Windows et macOS
Zoom sur Fronton, le botnet russe qui multiplie les fake news sur les réseaux
YouTube retire 70 000 vidéos de désinformation pour contrecarrer la propagande russe sur la guerre en Ukraine
Face au malware XorDdos, Microsoft recommande son navigateur Edge aux utilisateurs de Linux
Ce bug dans PayPal permet à un hacker de manipuler les transactions
Attention, ce malware se cache dans un ficher Word vérolé, lui-même caché dans un PDF
Les Anonymous déclarent la cyberguerre à Killnet, un groupe de hackers pro-russes
Haut de page