Cyberattaque : le plan de la France, Lettonie et Lituanie pour les élections et contre la désinformation

30 septembre 2020 à 08h10
0
Emmanuel Macron © Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com
Emmanuel Macron (© Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com)

Emmanuel Macron, en visite officielle à Vilnius cette semaine, s'est associé à son homologue lituanien pour réclamer des mesures plus protectrices en matière de cybersécurité.

De plus en plus au cœur des préoccupations des dirigeants de notre monde, la sécurité informatique, la protection des citoyens en ligne et les conséquences des attaques et des individus malveillants sur notre société sont souvent discutées et débattues. Mais force est de constater que pour le moment, les choses tardent à changer. La France, la Lituanie et la Lettonie entendent secouer le cocotier. Les dirigeants des trois nations ont ainsi proposé un plan à l'Union européenne pour lutter contre la désinformation et protéger les élections en Europe contre les cyberattaques.

Solliciter des experts nationaux pour aider tout État de l'UE menacé

Lundi 28 septembre, les présidents français et lituanien, Emmanuel Macron et Gitanas Nauseda, ont fait part de leur volonté de mettre au point, ensemble et avec la Lettonie emmenée par son Premier ministre Artur Krinsjanis Karins, un plan visant à protéger les élections partout en Europe et lutter contre la désinformation.

La France, la Lituanie et la Lettonie ont ainsi fait une déclaration commune. Dans celle-ci, les trois pays livrent leurs recommandations pour renforcer le Plan d'action de l'Union européenne pour la démocratie, cher à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Celle-ci avait promis, en juillet 2019, de protéger de toute influence extérieure les systèmes démocratiques de la zone.

Dans les faits, Emmanuel Macron, Gitanas Nauseda et Artur Krinsjanis Karins souhaitent bâtir un mécanisme conjoint qui puisse constituer un bouclier de protection des élections, menacées par les cybercriminels. Ce mécanisme serait alors constitué d'experts nationaux pouvant être sollicités pour aider tout État membre qui serait menacé, afin de protéger son système électoral.

Établir de nouvelles normes pour lutter contre la désinformation

Outre la cyberprotection des élections, Paris, Vilnius et Riga souhaitent créer un cadre réglementaire « prévoyant des normes et obligations communes pour les plateformes en ligne », qui s'inscrirait dans le cadre de la lutte contre la désinformation.

« La France, la Lituanie et la Lettonie sont fermement convaincues, alors que les espaces politiques européens et nationaux deviennent de plus en plus imbriqués, que le moment est maintenant venu pour l’Europe de passer à l’action », ont déclaré les trois dirigeants.

Il appartient désormais à l'Union européenne de transformer l'essai et de joindre les actes aux paroles, tant est que les trois pays puissent avoir suffisamment d'influence sur leurs partenaires pour franchir l'en-but.

Source : Le Figaro

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
[MàJ] Après sa fusion avec OnePlus, OPPO va supprimer près de 20 % de ses effectifs
Altice rachète l'opérateur Coriolis Telecom
Haut de page