L'UE fait appel des 13 milliards d'euros d'impôts, impayés, d'Apple en Irlande

28 septembre 2020 à 15h00
7

Margrethe Vestager fait appel devant la Cour de justice de l’Union européenne pour trancher.

Le différent opposant la Commission européenne à Apple et l’Irlande connait un nouveau rebondissement. Bruxelles remet en cause l’annulation de l’amende infligée à Apple, estimant que « le Tribunal de l'UE a commis un certain nombre d'erreurs de droit ».

La justice fiscale, priorité de la Commission européenne

La Commission européenne insiste : après l’annulation en juillet dernier de l’amende infligée à Apple, l’organe exécutif européen a annoncé vendredi 25 septembre faire appel de la décision du Tribunal de l’Union européenne. 

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, emmène donc l’affaire jusqu’à la Cour de justice. Plus haute juridiction de l’Union européenne, c’est à elle que reviendra la tâche de trancher le différent opposant la Commission à Apple et l’Irlande.

« Le Tribunal a confirmé à plusieurs reprises le principe selon lequel, si les États membres sont compétents pour déterminer leur législation fiscale, ils doivent le faire dans le respect du droit communautaire, y compris les règles relatives aux aides d'État », a déclaré la commissaire européenne, en prévenant : « nous assurer que toutes les compagnies, grandes et petites, paient leur juste part d'impôts reste l'une des priorités majeures de la Commission. »

Décision finale : pas avant 2022

Depuis 2016 Apple est sous le coup d’une amende de 13 milliards d’euros. Son motif ? Le non-remboursement à l’Irlande de certains avantages fiscaux.

Et pour cause : basée en Irlande, la société de Tim Cook bénéficiait de taux d’imposition sur ses revenus européens très favorables. Ces derniers (ainsi que des revenus tirés d’Afrique et d’Asie) étaient rapatriés à Dublin pour bénéficier des aides fiscales du pays. Contraires au droit européen de la concurrence, ces pratiques avaient conduit Margrethe Vestager à sévir.

Conséquence, Apple et l’Irlande (qui protège sa politique d’avantages fiscaux) avaient conjointement fait appel. Leur démarche s'était soldée par un succès puisque l’amende a été annulée : « [] La Commission n’est pas parvenue à démontrer à suffisance de droit l’existence d’un avantage, » concluait le Tribunal de l’Union européenne le 15 juillet dernier.

Il faudra attendre sans doute deux ans pour obtenir le résultat du troisième round.

Source : The Verge

Modifié le 28/09/2020 à 16h04
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le logiciel espion Pegasus a infecté les téléphones mobiles de cinq ministres français
Wise-Integration, le Français spécialiste de la miniaturisation des chargeurs, lève 2,7 millions d'euros
Coincée au Canada depuis 3 ans, la directrice financière de Huawei va enfin rentrer chez elle
Google cherche une porte de sortie à l'amiable pour sa dernière enquête antitrust européenne
Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Haut de page