Airbnb : un locataire qui sous-loue un appartement sans autorisation va devoir rembourser le propriétaire

20 septembre 2019 à 13h46
15
Airbnb
© Crédits photo : AlesiaKan / Shutterstock.com

Le propriétaire d'un appartement s'est retourné contre ses locataires, qui sous-louaient son appartement sur la plateforme Airbnb. Il a obtenu gain de cause devant la Cour de cassation.

Sous-louer un appartenant en ayant un statut de locataire peut se retourner contre vous, ce qui peut motiver le propriétaire, s'il l'apprend, à réclamer son dû. C'est en tout cas ce que vient de trancher la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 12 septembre 2019. Les deux locataires d'un appartement situé à Paris sont condamnés à rembourser les sommes perçues grâce à Airbnb au propriétaire. Et le montant est colossal.

Une sous-location non-autorisée, et des revenus qui frôlent les 30 000 euros

Le 5 juin 2018, la cour d'appel de Paris avait rendu un arrêt par lequel elle avait condamné les deux locataires, expulsés de l'appartement, à reverser au propriétaire les sommes perçues grâce à la sous-location de leur domicile, proposé sur la plateforme Airbnb. Cette sous-location n'était évidemment pas autorisée.


Au total, les deux locataires devaient rembourser la coquette somme de 27 295 euros, somme perçue entre 2013 et 2015. Un bel argent de poche. Les deux hôtes proposaient l'appartement en location sur Airbnb, à la nuitée pour 120 euros, à la semaine contre 700 euros, ou au mois pour 3 401 euros. Mais le propriétaire avait réalisé quelques captures d'écran de l'annonce Airbnb, qui ont permis de faire dresser un constat d'huissier.

La Cour de cassation fait valoir « le droit d'accession » du propriétaire

Refusant de payer une telle somme, les deux individus se sont pourvus en cassation où ils ont tenté de défendre leur dossier devant la troisième chambre civile. S'ils ne contestent pas avoir sous-loué l'appartement sur Aibnb sur la période précitée, ces derniers ont fait valoir que le propriétaire n'avait subi aucun préjudice. Mieux, ils ont même affirmé avoir toujours payé en temps et en heure leur loyer, et que cela fut possible grâce à cette fameuse sous-location. En outre, ils ont accusé le propriétaire de vouloir s'enrichir en percevant un second loyer sur un même bien.


La Cour de cassation, dans son arrêt du 12 septembre 2019, n'a évidemment pas retenu les arguments des locataires et a confirmé le remboursement des sommes perçues au propriétaire. Selon la juridiction, « les sous-loyers perçus par le preneur constituent des fruits civils qui appartenaient par accession au propriétaire ».

Moralité, si vous êtes locataire et que vous décidez de sous-louer votre appartement sur Airbnb (ou une autre plateforme de ce type) sans en informer votre propriétaire, vous savez ce que vous encourez.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
15
13
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Snapdragon 775 : les détails du SoC milieu-haut de gamme de Qualcomm se dévoilent
Jack Dorsey met en vente son premier tweet sous la forme d’un NFT
Failles de Microsoft Exchange : les correctifs apportés ne suffisent pas, ce qui inquiète la Maison-Blanche
Microsoft introduit une flopée de nouveautés sur Bing
Vous pouvez supprimer rapidement des éléments précis de conversations WhatsApp
Alors, on regarde ? Pacific Rim: The Black S01
Apple : un brevet pour des Face ID et Touch ID sous l'écran
Le géant du e-commerce Rakuten accepte désormais les paiements en crypto-monnaies
Bon plan : la montre Apple Watch Series 6 (40 mm) à moins de 340€
Watch Dogs Legion : le mode en ligne repoussé au 23 mars sur consoles et indéfiniment sur PC
Haut de page