Aviation électrique : la compagnie brésilienne Azul se tourne vers l’eVTOL Lilium Jet

07 août 2021 à 18h20
21
Lilium Jet
Si Lilium présente son appareil comme un "jet", sa propulsion est en réalité assurée par de simples hélices carénées équipées de moteurs électriques individuels. © Lilium

En début de semaine, la start-up allemande Lilium a annoncé être entrée en négociations exclusives avec la compagnie aérienne brésilienne Azul. Le deal, estimé à un milliard de dollars, pourrait conduire à la vente de 220 eVTOL de type Lilium Jet.

Ces petits avions électriques à décollage et atterrissage vertical, capables d’embarquer quatre à six passagers, pourraient être disponibles dès 2025.

Un contrat majeur pour Azul

Créée en 2008, la compagnie aérienne Azul s’est rapidement développée au Brésil, où elle a permis de considérablement renforcer l’offre en matière de vols domestiques. Exploitant de nombreux petits avions régionaux, Azul cherche depuis quelques années à se positionner sur le marché prometteur des taxis aériens. Avec ses grandes mégapoles dispersées sur l’un des plus grands territoires du monde, le Brésil est déjà un marché préférentiel pour les compagnies d’hélicoptères, qui assurent des liaisons inter-cités et inter-aéroports. Avec l’arrivée des eVTOL, Azul espère casser les prix sur ce marché de niche et offrir une continuité de service entre les différents aéroports que la compagnie dessert.

Dans le cadre de l’accord négocié avec Lilium, la compagnie Azul se chargera d’opérer jusqu’à 220 petits eVTOL Lilium Jet, qui seront probablement exploités à la fois comme des navettes, sur des lignes régulières, et comme des taxis, pour des vols à la demande. La maintenance courante des Lilium Jet sera également confiée à la compagnie, avec le soutien technique du fabricant allemand Lilium.

Une offre soumise à condition

Cette annonce s’inscrit dans une longue lignée de communications fracassantes, aussi bien de la part des start-up aéronautiques que des compagnies aériennes ou des spécialistes du transport logistique. Et comme à chaque fois, l’accord entre Azul et Lilium reste soumis à conditions, et ne constitue pas une commande ferme. Si Lilium a bien avancé sur la conception de son Lilium Jet, rien ne garantit que l’appareil sera opérationnel en 2025. Et même si c’était le cas, il faudra que Lilium travaille d’arrache-pied pour permettre la certification de son eVTOL auprès des autorités brésiliennes. Ce qui ne sera pas une mince affaire.

Enfin, il faudra également que le petit appareil tienne ses promesses en matière de coûts et de performances. Propulsé par 36 hélices carénées intégrées aux ailes de l’appareil, le Lilium Jet doit être certifié pour l’emport de six passagers (plus un pilote) sur des distances inférieures à 250 km, à la vitesse de 280 km/h. Grâce à ses ailes basculantes, il pourra décoller et atterrir verticalement. Il devrait surtout bénéficier d’une recharge rapide ; 30 min de charge permettant une heure de vol.

Outre le bien-fondé de la configuration propulsive, les équipes de Lilium vont devoir démontrer les bonnes qualités aérodynamiques de leur avion, la sûreté de ses batteries ou encore sa facilité de maintenance sous tous les climats. Le tout en tenant compte des inévitables ralentissements administratifs causés par les différents organismes de certification internationaux. Un sacré challenge pour tenir la date de 2025 !

Source : Aviation Today

Modifié le 08/08/2021 à 11h05
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
14
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Des chercheurs ont découvert comment mieux détecter des deepfakes (et c’est une bonne nouvelle)
Pour les 40 ans du TGV, la SNCF dévoile son projet de train à grand vitesse du futur
Aviation électrique : le
L'ONU appelle à un moratoire sur certains usages de l'intelligence artificielle
La Wikimedia Foundation organise une compétition pour améliorer le légendage des images Wikipédia
Lynx R-1 : le casque de réalité mixte d'une jeune start-up française pourrait faire de l'ombre au Quest 2
L’armée de l’Air et de l’Espace se lance dans le prêt-à-porter et accessoires, avec sa propre marque
La start-up toulousaine Beyond Aero dévoile son projet d'avion léger à hydrogène
JetPack Aviation a trouvé un premier client militaire pour ses jetpacks, en attendant de faire voler son moto-speeder
Singapour teste Xavier, son « robot patrouilleur » anti-incivilités
Haut de page