Le transport des futurs vaccins contre la COVID-19 : "la mission du siècle pour l'industrie du fret aérien"

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
11 septembre 2020 à 09h38
18
© Pixabay
© Pixabay

Le moment venu, le secteur aérien sera sollicité pour faciliter le transport du ou des vaccin(s) contre la maladie. Mais certains défis sont à relever dès aujourd'hui.

Si l'on fait abstraction des déclarations de certains dirigeants ou laboratoires, personne n'est encore véritablement capable de planifier une date ne serait-ce qu'approximative de commercialisation d'un ou de plusieurs vaccins contre la COVID-19. Mais alors que la pandémie de coronavirus reste très forte, l'Association internationale du transport aérien (IATA) demande d'ores et déjà aux gouvernements du monde entier de démarrer les réflexions autour de la préparation et de la distribution des futurs vaccins, qui mobiliseront les acteurs du secteur aérien.

La préparation pour le transport des vaccins, c'est maintenant !

En temps normal, le fret aérien joue un rôle majeur dans le transport des vaccins, grâce à des circuits de distribution mondiaux réfléchis, pensés pour résister au temps et à certaines températures. Autant dire qu'au moment où un vaccin contre la COVID-19 devra être distribué, le rôle joué par le fret aérien gagnera encore en importance.

« La livraison en toute sécurité des vaccins contre la COVID-19 sera la mission du siècle pour l'industrie mondiale du fret aérien », a commenté le directeur général et P.-D.G. de l'IATA, Alexandre de Juniac. « Mais cela n'arrivera pas sans une planification préalable minutieuse. Et le moment est venu ».

Au moment de livrer les milliards de doses qui seront produites, il faudra que le secteur aérien franchisse certains obstacles logistiques et programmatiques, et ce tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

Les vaccins devront par exemple être manipulés et transportés conformément aux exigences réglementaires internationales, les températures devront être contrôlées, les délais de livraison raccourcis…Tout cela pour maintenir la qualité des liquides. Et bien que l'on ignore encore où les doses seront fabriquées ni à quelle température elles devront être conservées et qu'on ne sait, bien entendu, encore rien de leur nombre, des installations respectant la chaîne du froid devront voir le jour, et ce partout dans le monde.

Des investissements importants pour contrôler, manipuler puis surveiller les vaccins sont donc inéluctables. Avant, pendant et après chaque vol.

Une capacité de vols qui pose déjà question avec l'humanitaire

Une fois que le conditionnement des vaccins sera assuré, il faudra ensuite réfléchir aux processus frontaliers, et ainsi travailler à la fois avec les autorités sanitaires et douanières pour obtenir les approbations réglementaires nécessaires. L'IATA souhaite par exemple que les processus d'obtention des permis de survol et d'atterrissage pour les appareils transportant des doses soient accélérés et que les plages horaires de vol soient rallongées.

Enfin, le dernier problème majeur à régler, c'est tout simplement celui de la capacité à assurer ces vols. Il ne vous aura pas échappé que le secteur aérien fonctionne au ralenti et qu'en conséquence, les compagnies aériennes ont réduit leurs réseaux et laissé un bon nombre d'appareils au garage. L'UNICEF et l'OMS ont récemment signalé avoir des difficultés à maintenir leurs divers programmes de vaccination depuis le début de la crise.

« Il nous incombe à tous de nous assurer que tous les pays ont un accès sûr, rapide et équitable aux doses initiales lorsqu'elles sont disponibles. En tant qu'organisme chef de file pour l'achat et la fourniture du vaccin COVID, […] l'UNICEF dirigera ce qui pourrait être l'opération la plus grande et la plus rapide au monde. Le rôle des compagnies aériennes et des sociétés de transport internationales sera essentiel à cette entreprise », a expliqué Henrietta Fore, directrice générale de l'UNICEF.

Oui, l'aérien, critiqué aujourd'hui pour sa consommation de carburant, pourrait bien être un acteur majeur de la future vaccination contre la COVID-19…

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité de Clubic

Chargé de l'actualité de Clubic

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM), pour écrire, interroger, filmer, monter et produire au quotidien. Des atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la prod' vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et Koh-Lanta :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (18)

jmbcg
M’enfin, il sera plus long de les produire que de les charger dans l’avion!!!<br /> Du buzzz
ManuMike
Oui sûrement du buzz pour recevoir une compensation des états à l’avance, j’imagine que la logistique est déjà rodée avec la grippe saisonnière même si l’échelle est un poil plus petite.
Blues_Blanche
C’est du buzz en effet.<br /> Au passage, est-ce que le fret aérien est impacté actuellement par le Covid19 ?
stibbons
Le fret aerien de vaccin a temperature controlé n’est pas aussi simple que des commandes aliexpress…
keyplus
va pleuvoir des seringues lol
Nmut
Oui, il est aussi fortement impacté, mais bien sur pas autant que le trafic passager. Et c’est avec un peu de retard car maintenant, il n’y a plus de masques ou de matériel sanitaire à transporter, ce genre de fret est repassé par voir maritime et ferroviaire car la tension a diminué et les prix pratiqués ne le permettent plus.
Nmut
Détrompe toi. La production industrielle est en préparation. Le fret aérien reste limité par rapport à tous les autres transports (et heureusement car c’est la moins efficace financièrement et écologiquement).<br /> Il faut toute une chaine logistique particulière longue et couteuse à mettre en place, donc il faut de la préparation et du fric.
Nichi
Ouf de lire ça…<br /> Bossant dans une société qui traite le fret (aerien/camion) je peux te dire que le fret est impacté… et pas qu’un peu.<br /> Certe moins que le trafic passagé, mais les perte de trafic sont conséquentes comparées à l’année dernière et on est toujours au chomâge partiel… et c’est pas près de s’arrêter.<br /> Est-ce le cas de tous les secteur ? Je ne crois pas…
philouze
" même si l’échelle est un poil plus petite." un petit milliard de fois plus petite.<br /> En europe, pas même 50% des seules «&nbsp;populations à risque&nbsp;» qui devraient se faire vacciner le font. Avec le covid c’est une fraction massive de toute la population humaine qui pourrait être concernée
Blues_Blanche
Merci de ta réponse. Ce n’est pas évident d’avoir de vraies info.<br /> Dans les domaines que je connais c’est revenu à la normale en juin pour le domaine médicale mais pas encore complètement pour la recherche. Ca ne redeviendra sans doute pas à la normale tout de suite : rencontres, réunions, conférences, cours, accueil d’étudiants ou de chercheurs. Certaines collaborations ou certains travaux ne sont pas possible. Des thèses ont été annulées et/ou reportées. C’est pas l’impact comparable au fret aérien que tu décris ou de l’aéronautique.
sebstein
«&nbsp;Si l’on fait abstraction des déclarations de certains dirigeants ou laboratoires, personne n’est encore véritablement capable de planifier une date ne serait-ce qu’approximative de commercialisation d’un ou de plusieurs vaccins contre la COVID-19.&nbsp;»<br /> Bah, s’il y en a qui peuvent planifier une date, ce sont bien les laboratoires… pourquoi en faire abstraction ? C’est un peu comme dire «&nbsp;Si l’on fait abstraction de la pluie, il fait bien sec dans nos contrées…&nbsp;».
toug19
Et le bateau, ça existe aussi. Mais attendez, il faut aller vite pour que l’hyper consommation reprenne!
Nichi
Il y a des produits qui ne peuvent pas passer par bateau, car il faut les garder sous températures basses ou leurs durées de vie/péremption ne le permettent pas.<br /> Certain médicaments en font partie et le suivi de la chaîne du froid est ultra rigoureuse et il faut des équipements/infrastructures dédiés et surtout des gens qualifiés pour en assurer le transport de bout en bout.<br /> La chaîne du froid est sans doute maîtrisable aussi sur un bateau, mais entre s’assurer 1 à 2 mois sans rupture de froid et quelque heures, niveau sanitaire y’a pas photo.<br /> Donc rien à voir avec un complot d’actionnaires capitalistes, c’est même le contraire, car niveau coût faire ça autrement que par avion, c’est plus rentable j’imagine et j’aimerai pas voir le nombre d’accident suite à l’injection d’un produit qui a subit une rupture de froid.<br /> Mais on en arrivera bientôt là vu le green bashing contre l’aviation.
toug19
Le green bashing contre l’aviation…Ben c’est juste le moyen de transport qui émet le plus de CO2 (oui sauf si un pauvre type qui roule seul dans une grosse voiture). Surtout que, quand on s’en sert, c’est pas pour faire 100km. Donc une personne qui prend l’avion va émettre des tonnes de CO2.<br /> Les ruptures de chaîne du froid interviennent majoritairement lors des changement de moyen de transport. Mais l’homme va encore penser qu’il vaut mieux que les espèces animales qu’il fait disparaître par ses choix .
Blues_Blanche
Là on parle de transport de vaccins. Évidemment que ça doit passer par avion.
toug19
Pourquoi?
Blues_Blanche
Pour les temps de trajets, selon la distance bien sûr et en supposant que le produit sera froid comme la plupart des vaccins.
Nichi
Niveau transport de passagers, je suis tout à fait d’accord, il y a trop d’abus et de déplacement évitable surtout…<br /> Coucou les gars qui se font plaisir d’aller 3 jour aux USA par ci, 3 jours en Asie par là ou même un trajet Paris Bordeaux ou tout autre grande ville de France bien desservie en train, sous prétexte de réunion indispensable et surtout parce qu’ils payent rien et veulent en profiter pour voyager : C’est pas comme si les Visio conférences fonctionnaient mal de nos jours :o<br /> Ou encore tout ceux qui se font embaucher en France, dans les grands groupes, alors qu’ils habitent en Tunisie, aux UK, en Espagne, au Portugal, etc… (pour défiscaliser bien sûr) et qui font des allez-retour toutes les semaines (encore aux frais de la société)…<br /> Bref, y’a clairement un pb, mais comme d’hab, c’est des réseaux et ça crée une économie importante et des lobbyings derrières donc :o<br /> Mais niveau Fret, il y a des cas, comme les vaccins, ou l’avion est et sera toujours indispensable et encore plus en pleine pandémie.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet