Copilot+ PC : Microsoft rétropédale sur Recall et rend la fonction de rappel facultative, comment la désactiver

Mélina LOUPIA
Publié le 08 juin 2024 à 17h33
Microsoft modifie les options de Windows Recall sur ses nouveaux PC Copilot+ © Robert Way / Shutterstock
Microsoft modifie les options de Windows Recall sur ses nouveaux PC Copilot+ © Robert Way / Shutterstock

Après les vives réactions suscitées par la fonctionnalité Recall des PC Copilot+, Microsoft fait machine arrière. Cette mémoire virtuelle captant tout ce qui s'affichait à l'écran sera finalement désactivée par défaut, apportant un peu plus de tranquillité aux utilisateurs soucieux de leur vie privée.

Opt-out, puis opt-in. L'affaire avait fait grand bruit : en mai dernier, la firme de Redmond présentait fièrement ses tout nouveaux PC Copilot+, des ordinateurs surpuissants agrémentés d'une panoplie d'outils d'intelligence artificielle, dont la très controversée fonctionnalité Recall. Véritable mémoire virtuelle, celle-ci enregistrait de façon transparente et continue les moindres faits et gestes de l'utilisateur, dans un but de retraçabilité pour le moins contestable. L'annonce n'avait pas manqué de jeter un froid, entre inquiétudes liées à la vie privée et craintes de failles de sécurité pouvant mener au piratage de ces données personnelles capturées.

Face au tollé suscité par ce qui s'apparentait à un mouchard numérique intégré, Microsoft a finalement revu sa copie. Recall ne sera plus activée d'office à l'installation des PC Copilot+, et son utilisation rendra nécessaire le consentement éclairé des utilisateurs.

Quels PC sont compatibles avec Microsoft Recall ?
A découvrir
Quels PC sont compatibles avec Microsoft Recall ?

22 mai 2024 à 17h26

News

Copilot+ et sa fonctionnalité Recall : de la polémique à l'assouplissement forcé

Présenté en grande pompe le 20 mai dernier, le Copilot+ avait tout d'un produit révolutionnaire. Ces nouveaux PC Windows bardés d'intelligence artificielle intégraient Recall, une fonctionnalité censée simplifier le quotidien numérique des utilisateurs. Le concept ? Capturer en continu et par instantanés ce qui s'affiche à l'écran toutes les 5 secondes afin de permettre une recherche facilitée par le langage naturel. Quelque peu déconcertant sur le papier, la promesse était alléchante.

Mais très vite, des inquiétudes ont fait leur apparition. Mots de passe, données bancaires, échanges intimes… Cette mémoire virtuelle aux allures d'aspirateur numérique effrayait par son potentiel intrusif. Beaucoup redoutaient que ces informations sensibles ne soient un jour piratées ou volées en cas de mauvaise manipulation.

Les défenseurs de la vie privée et les experts en cybersécurité n'ont d'ailleurs pas tardé à monter au créneau. Pour certains, Recall constituait ni plus ni moins qu'un véritable cheval de Troie, instillant la défiance la plus totale. Des preuves du risque que la fonction représentait ont même été distillées sur le Web, illustrant avec une facilité déconcertante comment récupérer la substantifique moelle de données personnelles. Un cyber-cauchemar à faire froid dans le dos…

Face à ce vent de fronde déstabilisateur, Microsoft n'a eu guère d'autres choix que de revoir sa copie. Le 7 juin 2024, la firme lâchait du lest en annonçant une refonte majeure de l'implémentation de Recall. Exit l'activation d'office, l'utilisateur gardera désormais le contrôle total sur l'enregistrement des instantanés.

Les utilisateurs vont avoir le choix d'activer ou non Recall sur leur nouvelle machine © ASUS

Comment désactiver Recall sur les PC Copilot+ ?

Au terme de ce rétropédalage salvateur, Microsoft précise la nouvelle procédure d'activation de Recall sur les PC Copilot+, uniquement équipés d'un processeur ARM. Ce choix devrait rassurer bon nombre d'utilisateurs inquiets quant à la confidentialité de leurs données.

Lors de la première installation du PC ou de la mise à jour vers la nouvelle version de Windows, Recall sera inactif par défaut. Vous n'aurez donc rien à faire, sauf si, bien sûr, vous souhaitez activer la fonction Recall. Un paramètre vous demandera explicitement d'accepter l'enregistrement d'instantanés ou non. Ce choix relèvera de votre pleine et entière volonté, sans activation automatique. Choix que vous pourrez par la suite modifier au besoin.

Pour maximiser la sécurité, Microsoft exigera également que vous soyez connecté avec Windows Hello lors de l'activation de Recall. Cette authentification biométrique renforcée garantira ainsi que vous soyez bien l'unique instigateur du processus. Par ailleurs, la consultation de vos instantanés nécessitera à chaque fois une nouvelle preuve de présence pour accéder à vos données.

Mais ce n'est pas tout ! Dans un élan rassurant en matière de protection, la firme promet d'ajouter une couche de chiffrement supplémentaire. Un système de décryptage « juste à temps » permettra aux instantanés d'être décodés et visibles seulement à l'instant de votre authentification. Cette sécurité supplémentaire empêchera toute consultation abusive. Enfin, pour les entreprises qui gèrent un parc de PC professionnels, une nouvelle option de gestion dédiée autorisera les administrateurs à désactiver Recall de manière globale si besoin. Un contrôle de plus pour muscler davantage la robustesse des mesures envisagées.

Avec ces changements notables, Recall ne fera plus autant polémique. Microsoft espère regagner la confiance de ses utilisateurs en leur offrant un choix clair quant au contrôle de leurs informations personnelles. Le compte à rebours jusqu'au 18 juin 2024 est lancé.

  • Intégration de DALL-E 3 pour une création d'images plus créatives et réalistes
  • Capacité de traitement des images par GPT-4 Vision pour des réponses contextuelles précises
  • Interface conviviale et intégrée dans divers produits Microsoft

Microsoft Copilot est un chatbot combinant l'intelligence artificielle avancée avec la capacité de générer des images créatives et réalistes grâce à DALL-E 3, et de traiter des requêtes qui reposent sur des images grâce à GPT-4. Cette intégration multimodale en fait un outil polyvalent pour les utilisateurs cherchant à obtenir des informations contextuelles sur des images ou à générer des contenus visuels sur mesure.

Source : Microsoft

Par Mélina LOUPIA

Modératrice, contributrice et community manager pour le regretté OVNI Le Post, puis journaliste société spécialisée dans la parentalité et la psychologie notamment sur Le HuffPost, l'univers du Web, des réseaux, des machines connectées et de tout ce qui s'écrit sur Internet s'inscrit dans le champ de mes sujets préférés.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
max6

Une fois pris la main dans le sac on commence par clamer haut et fort que tout est sécurisé et quand les démonstrations arrivent (très vite moins d’une semaine après l’annonce) et démontrent la facilité de vol des données on rétropédale vraiment cela inspire la confiance la plus totale.

TNZ

C’est du Microsoft académique … on balance la fonctionnalité, on verra pour la sécurité ensuite quand ça commencera à poser un problème.
Comment peut on encore cautionner un acteur pareil ? … Ils nous ont fait le même coup avec Windows 3 for worksgroup, Win95 etc.

Joeee

Quand on n’a pas de concurrent, on peut faire un peu n’importe quoi :wink:

Neferith

Bah c’est le time to market. MS n’a rien inventé, meme si pour faire autant de fric, ils sont forcement champion en la matière (Dans un autre niveau, rappelons la xbox 360)

Pernel

Jusqu’à la MAJ qui la réactivera en scred.

TNZ

Oui et non, quand on fait du partage de disque par le réseau … ben, on a besoin d’être identifié et d’avoir un système de protection des accès aux fichiers. Quand MS a tricoté sa copie sur l’exercice, le monde unix et autres netware avait déjà défini tout ce qu’il fallait.

MS s’est lancé sans mettre à jour les fondamentaux (noyau, structure de l’application graphique [le truc qu’on mettait dans autoexec.bat] etc). C’est bien après qu’ils ont commencé à faire de la sécurité …

adarion29

Une petite victoire car finalement une telle option ne devrait même pas être proposé dans un OS aussi populaire et sensible que windows, un nouveau clou dans le cercueil ou MS à simplement mal visé avec le marteau au moment de l’enfoncer, il reste que le clou est toujours là!

Un jour une maj en invisible, petit changement des CGU que personne ne lit jamais et boom! recall tourne en tâche de fond sans que vous ne l’ayez consciemment activé, puis la phase d’après se sera l’hébergement de ces donnée dans one drive.

On y arrivera petit à petit si rien n’est fait au niveau politique pour les en empêcher.

TNZ

A vrai dire, MS joue sur l’absence de législation sur le sujet. Ils se dépêchent de sortir un truc qui deviendra la « norme » avant que les lois brident tout ça.

Feunoir

Bah ils jouent vraiment avec le feu quand même.
Dans mes paramètres je ne vois pas ou je les autorise a garder sur leur cloud mes recherches sur edge (donc c’est bing qui doit baver) et plus amusant tous les softs que je lance sur mon pc (même le jeu lancé via un lanceur battlenet).

L’« historique d’activité » a eu une durée de vie de qq minutes sur mon pc le temps de trouver comment la degager donc c’est pas elle.

En cherchant (un peu) a limiter le truc j’ai obtenu ce suivi, j’imagine ce que quand c’est open bar cela doit être impressionnant

J’utilise edge que pour le streaming et les gafam, donc 90% du temps je suis sur firefox + duckduck go

ce recall ? Je pense que c’est assez proche d’une camera « securisée » qui me filmerait chez moi : hors de question

Laurent_Marandet

Ah oui, la « sécurité » de netbios !