La maison mère d'Hubside Store, spécialiste français de la téléphonie, placée en liquidation judiciaire

Corentin Béchade
Publié le 28 mai 2024 à 08h34
La maison mère d'Hubside Store va fermer ses portes © sylv1rob1 / Shutterstock.com
La maison mère d'Hubside Store va fermer ses portes © sylv1rob1 / Shutterstock.com

Après s’être fait taper sur les doigts par la CNIL en avril dernier, la société derrière Hubside Store vient d’être placé en liquidation judiciaire par la justice. La fin d’une longue épopée juridique.

« Quand le business plan d’une entreprise repose sur une escroquerie, ça ne peut pas fonctionner. » Dans l’affaire Hubside Store, la procureure du tribunal de Paris n’y est pas allée de main morte. Mercredi 22 mai, la justice a placé les filiales du groupe Indexia (dont fait partie le spécialiste de la téléphonie Hubside Store) en liquidation judiciaire après des accusations de ventes abusives et pratiques commerciales illicites.

La chute d'un empire

De nombreuses victimes racontent en effet s’être fait prélever des centaines, voir des milliers d’euros après avoir souscrit, pas toujours de manière pleinement consentie, des abonnements et des assurances multimédias auprès de Hubside Store. Les clients et clients racontent également avoir identifié des prélèvements complètement aléatoires sur leurs comptes en banque après avoir eu affaire à Indexia et ses filières.

Fin avril, la SFAM, compagnie d’assurance appartenant au même groupe, était déjà épinglée par la justice pour des faits similaires. L’Ursaaf réclamait également à l’entreprise 12 millions d’euros d’impayés et de nombreux employés étaient rentré en conflit avec la direction pour des affaires de non-versements des salaires et de primes dues.

En 2019 déjà, la SFAM écopait d’une amende de 10 millions d’euros infligés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour « pratiques commerciales trompeuses ». Dans la foulée, l’organisme perdait le partenariat tissé avec la Fnac avant de carrément voir disparaître son agrément de société d’assurance en 2023.

Fin de l'histoire en septembre prochain

Aux yeux de la justice donc, les magasins Hubside ont mis en place des pratiques similaires à celles de sa société sœur en rendant en plus la résiliation des contrats plus difficile qu’elle ne devrait être. Selon la procureure du tribunal de Paris, Sadri Fegaier, le PDG de Indexia « a trompé les salariés et a fait plus d’un millier de victimes, qu’il ne faut plus appeler des clients. »

Sadri Fegaier devrait être jugé devant le tribunal correctionnel le 23 septembre prochain et risque jusqu’à 300 000 euros d’amende en plus d’une interdiction de gestion de société. Les sites de Indexia et de Hubside Store (qui possède aussi une trentaine des points de vente physique en France) sont hors service depuis quelques jours et rien ne dit qu’ils reviendront un jour en ligne.

Source : Libération

Par Corentin Béchade

Journaliste depuis quasiment 10 ans, j’ai écumé le secteur de la tech et du numérique depuis mes tout premiers chapôs. Bidouilleur (beaucoup), libriste (un peu), j’ai développé une spécialisation sur les thèmes de l’écologie et du numérique ainsi que sur la protection de la vie privée. Le week-end je torture des Raspberry Pi à grands coups de commandes 'sudo' pour me détendre.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
Baxter_X

Étonnant, des gens aux pratiques aussi honnêtes…

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de cette arnaque a grande échelle, ça vaut le coup de s’y intéresser.

gaadek

300 000€ d’amende, c’est pas beaucoup compte tenu de la volonté d’escroquer les gens, des préjudices subits par les victimes et de la fortune du gaillard…

Yslaine

Ce qui est regrettable c’est que Sadri Fegaier ne risque que 300 000 € d’amende et une interdiction de gestion de société, même pas de prison alors qu’il a créé sa fortune sur ses nombreuses escroqueries à répétition.
(classé 87eme plus grosse fortune en France avec 1 400 M€ au 30.06.23)

Le plus triste, c’est que les nombreuses victimes sont surtout des personnes avec peu de moyens et qu’elles ne recouvreront probablement jamais leur argent.

Laurent_Marandet

Il faudrait aussi se questionner sur le rôle trouble de la Fnac dans cette affaire…

Kriz4liD

Normale ! Il vendait du vent…
Apres c’est trop facile , ils ont arnaqué trop de gens et s en sortent avec une simple liquidation judiciaire :frowning: c’est injuste !

ezechielxae

C’est surtout l’etat qui va empocher l’amende gracieusement… Les victimes, elles ne reverront jamais l’argent volé.

marco3522

Pour une fois qu’un arnaqueur est condamné. On a l’impression qu’en France la justice fait tout pour favoriser les arnaqueurs, escrocs et voleurs de tout poil.

SATS

sont hors service depuis quelques jours et rien ne dit qu’ils reviendront un jour en ligne.

Quel grosse perte, à part pour les salariés !

Damya

quelqu’un connait-il le nom du mandataire liquidateur de Hubside Store ?