Que Choisir déplore la restriction de l’offre musicale en ligne

Par Ariane Beky
le 14 novembre 2005 à 00h00
0

Selon l’association, la pauvreté de l’offre sur les kiosques payants de musique en ligne en Europe "fait barrage au développement de la diversité culturelle".

Selon l'association, la pauvreté de l'offre sur les kiosques payants de musique en ligne en Europe "fait barrage au développement de la diversité culturelle".

Après le mobile, la TNT et les 118xyz du renseignement téléphonique, l'UFC Que Choisir dépeint sans nuance la situation du secteur de la musique en ligne.

Selon l'association française de défense des consommateurs, "l'accès à la diversité culturelle est en berne".

Pour en arriver à cette pessimiste conclusion, l'UFC Que Choisir s'est appuyée sur deux études paneuropéennes rendues publiques par le Bureau européen des unions de consommateurs, entité installée à Bruxelles (beuc.org).

La première étude intéresse la diversité culturelle en ligne, la seconde l'interopérabilité entre sites payants de téléchargement de musique et lecteurs de musique numérique (consumersdigitalrights.org).

Sur un échantillon de 260 titres "ayant déjà manifestement rencontré un public international et disponibles dans l'univers physique" : 95% des références sont absentes du site e-compil.fr en France, 70% de musicload.de (T-Online) en Allemagne, 63% de Sony Connect (connect-europe.com) et, enfin, 60% de l'Apple iTunes Music Store dans sa version britannique (apple.com/uk/itunes/).

Que Choisir observe par ailleurs que "les musiques classiques sont oubliées à 90%, quel que soit le site testé".

Pour l'association, il s'agit purement et simplement d'une "restriction de l'offre, conduite principalement par les grands producteurs, qui appauvrit la taille du marché potentiel, menace les artistes sous exposés et marginalise certains répertoires".

A cette situation vient se greffer "l'absence quasi générale de compatibilité entre les formats de lecture". Par ailleurs, les producteurs peuvent via le système de gestion des droits numériques (DRM) contrôler l'utilisation de l'œuvre téléchargée (nombre de copies sur Cd ou de transferts d'un PC/Mac vers un baladeur numérique, etc.)

Pire, selon l'UFC-Que Choisir, le projet de loi du ministre français de la culture examiné au Parlement "légitime la confiscation d'un marché par les majors et les grands éditeurs de logiciels en renforçant excessivement leurs droits et leur pouvoir".

Enfin, l'association craint que le "lobby industriel" au sein du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA), amende le texte afin de pousser plus loin cette logique, une logique "nuisible à l'innovation et à l'accès le plus large possible à la diversité culturelle".
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top