Jean-Claude DUCASSE << et si la technologie WADSL était la solution ?>>

Jérôme Bouteiller
15 septembre 2002 à 00h00
0

Fondée par Jean-Claude DUCASSE, la société MDS a développé une nouvelle technologie de transmission de données à très haut débit, baptisée "WADSL".

Cette technologie hertzienne permet de diffuser un signal à un débit théorique de 5 Gb/s par cellule. Associée au logiciel "Hyperboost", n'importe quelle voie de retour peut-être utilisée et permettre ainsi une interactivité à très très haut débit...

JB - Jean-Claude DUCASSE, bonjour. En quelques mots, pourriez vous présenter votre parcours ?

JCD - Bonjour. Après une première carrière d'officier dans l'armée française, spécialisé dans les télécommunications et le cryptage, j'ai rejoins diverses entreprises dont Alcatel CIT ou ICOM France dont j'ai été le fondateur.

J'ai crée la société MDS en 1986 pour exploiter un concept de diffusion cellulaire à très haut débit, imaginé par dans le cadre du CCETT et promu à l'époque par Jacques DONDOUX, son ancien PDG.

Baptisée "HyperCâble", cette technologie était comparable à celle de la diffusion satellite. Mais au lieu d'être dans l'espace, le "satellite" en question était simplement situé en haut d'un pylône. Cette technologie simple et bon marché contrariait de grands projets comme le plan câble, les satellites TDF1 et TDF2 de TDF (qui finira d'ailleurs par être racheté par France Telecom suite à l'échec cuisant du programme) et indirectement la stratégie de lanceur lourd des fusées Ariane 4 et Ariane 5... Cette technologie a été torpillée à l'époque par le ministre des PTT, Louis MEXANDEAU, ce qui n'a pas empêché ma société, MDS, de continuer le développement de l'hypercâble et de l'améliorer en y apportant notamment l'interactivité.
Jacques DONDOUX devait inaugurer le premier réseau hypercâble français, mis en place dans le cadre des inforoutes de l'ardèche, mais il nous a quittés au printemps 2002, quelques jours avant leur inauguration...

JB - Quelles sont les performances de cette technologie hypercâble ou "WADSL" comme l'appelle désormais votre société ?

JCD - MDS commercialise des équipements cellulaires Asymétriques Hypercable "WADSL" à très Haut débit pour le multimédia et l'internet. Au même titre que le câble, elle permet de diffuser des programmes de télévision mais dispose également d'une technologie pour la voie de retour pour des applications comme l'internet et la téléphonie. Ses performances sont spectaculaires puisque chaque cellule d'un émetteur, d'une portée d'un rayon de 100 km, dispose d'un débit de 5 Gigabits/seconde sur une centaine de canaux, ce qui garantit un débit moyen théorique par accès de l'ordre de 50 Megabits/seconde pour de l'internet.

JB - Et comment fonctionne la voie de retour ...?

JCD - La voie de retour nécessite un abonnement traditionnel à n'importe quel type de fournisseur d'accès : ligne GSM, GPRS, RTC, ADSL, etc... Mais nous avons développé un logiciel, baptisé hyperboost, qui intervient au niveau du protocole TCP/IP afin d'accélérer d'un facteur 1000 la vitesse de transmission. Pour simplifier, au lieu d'envoyer de nombreux messages au réseau pour indiquer que "tout va bien", le terminal internet se limite à envoyer un message en cas de problème. Hyperboost permet ainsi des temps de réponse ultra rapides malgré l'asymétrie réelle entre la voie descendante et la voie ascendante.

JB - A qui s'adresse cette technologie ? les opérateurs ? les collectivités locales ?

JCD - La technologie WADSL peut intéresser potentiellement de très nombreux opérateurs télécom car elle est technologiquement très performante et affiche des coûts ultra compétitifs. Par exemple, un opérateur satellite comme TPS pourrait couvrir l'intégralité du territoire français avec quelques dizaines d'émetteurs WADSL pour un coût équivalent à celui de la location d'un satellite pendant 1 an ! Notre technologie a également été testée indirectement par Bouygues Telecom, dans le cadre d'un projet d'accès internet domestique par GPRS.

Pour le moment, la seule expérimentation en France a lieu dans l'Ardèche, dans le cadre des "inforoutes de l'information". Nos quatre émetteurs couvrent ce département et permettent à quelques milliers de privilégiés de tester la télévision numérique terrestre et l'accès internet à très très haut débit.

Par contre, à l'étranger, MDS dispose déjà de nombreux clients. Nous avons par exemple vendu notre technologie à l'armée américaine et MDS déploie actuellement son premier réseau commercial aux Emirats-Arabes-Unis. Ce réseau dispose de cellules d'une capacité de 3 Gigabits, couvre une zone de 60*35 km et compte 25.000 abonnés pour de la télévision et de l'internet (nous pourrions d'ailleurs également proposer de la téléphonie IP). Le coût d'équipement par abonné n'a pas dépassé 40 euros.

JB - Concrètement, que représente l'équipement pour un particulier ?

JCD - Le terminal de réception doit disposer d'une antenne plate et d'un démodulateur, interne ou externe au PC, pour recevoir le signal, et bien sûr du logiciel hyperboost. Cela revient à environ 400 euros d'équipement auxquels il faut néanmoins ajouter le coût d'un abonnement internet (à partir de 25 euros par mois pour de l'illimité en RTC). Si cela revient encore trop cher, cette connexion peut être partagée entre plusieurs postes, dans le cadre d'un réseau WiFi par exemple. Même divisé par 100 accès, le débit reste comparable à l'ADSL !

Cette technologie est donc en mesure d'intéresser les mairies de zones rurales, soucieuses d'offrir une connexion bon marché et rapide à leurs habitants et ainsi réduire la fracture numérique...

JB - La fracture numérique semble toutefois secondaire quand on touche aux intérêts stratégiques des opérateurs comme France Telecom...

JCD - WADSL permet d'améliorer la transmission de données mais ne se substitue pas aux opérateurs puisqu'ils sont toujours indispensables pour la voie de retour. De plus, grâce à hyperboost, leurs lignes sont très peu occupées. Ils devraient plutôt donner un accueil favorable à cette technologie. Ce sont plutôt les équipementiers comme Alcatel ou Ericsson qui freinent le déploiement de cette solution.

JB - Souhaitez vous ajouter quelque chose ?

JCD - J'invite tout simplement les opérateurs et les collectivités locales, engagées dans le dégroupage de la boucle locale et souhaitant la réduction de la fracture numérique à découvrir nos technologies et ils sont bien évidemment les bienvenus en Ardèche pour une démonstration !

JB - Monsieur Ducasse, je vous remercie.

Ne manquez pas notre dossier sur cette technologie ICI
Modifié le 18/09/2018 à 14h11
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top