Thunderbird 3 en partie inspiré par l'armée française

10 décembre 2009 à 13h58
0
00C8000002660978-photo-thunderbird-3-logo.jpg
Dans l'une de ses dépêches Reuters rapporte que le gestionnaire de courriers électroniques Mozilla Thunderbird est non seulement très prisé par la gendarmerie française mais a également évolué en intégrant des fonctionnalités jusqu'alors réservées à des besoins spécifiques.

C'est en 2003 que la gendarmerie française a entamé les premiers débats autour de la question du logiciel libre. Le but premier était d'être au maximum indépendant de toute société en matière de nouvelles technologies ; notamment Microsoft. Le lieutenant Colonel Frederic Suel explique que le projet s'est rapidement développé et les travaux effectués en interne furent publiés en partenariat avec Mozilla sous le nom de TrustedBird. Déployé sur les 80 000 machines du ministère des Finances, de l'Intérieur ou de la Culture, TrustedBird intègre un système d'accusé de réception, un outil de signature électronique, une fonction de remplissage automatique à partir de plusieurs carnets d'adresses LDAP ou encore un gestionnaire de notification d'absence.

C'est ainsi qu'une partie du code source de Mozilla Thunderbird 3 fut initialement créée par la gendarmerie. « L'un des premiers changements effectués par les militaires leur permet de savoir précisément lorsqu'un email a bien été lu », explique David Ascher, président de Mozilla messaging. Il ajoute que la gendarmerie française « aide à la création d'un écosystème de spécialistes à travers le monde pour le déploiement d'extensions spécialisées afin que la plateforme réponde aux besoins des utilisateurs ».

Au mois de mars nous apprenions que la migration vers des solutions open source - Mozilla, OpenOffice.Org, Linux - avait permis d'économiser plusieurs dizaines de millions d'euros. Le colonel Bruno Poirier-Coutansais, de l'équipe IT de la gendarmerie, explique qu'au début il était plutôt réfractaire à cette migration « parce que c'est moins rassurant que d'avoir une société très renommée capable d'apporter un support de qualité ». Il précise également que même le déploiement de ces solutions libres à un coût. « Rien n'est jamais complètement gratuit ».
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top