Apple : Schiller défend la politique de l'App Store

18 septembre 2018 à 14h42
0
Publier une application sur l'App Store, le kiosque de téléchargement dédié à l'iPhone et à l'iPod Touch, prend parfois des allures de parcours de combattant, la faute à une politique de validation que d'aucuns jugent trop stricte. Régulièrement attaquée sur le sujet, Apple a réagi cette semaine par la voix de Phil Schiller, son vice-président en charge du marketing. Dans un entretien accordé à BusinessWeek, celui-ci explique que le processus de validation n'est pas parfait, mais qu'il est indispensable.

Pour Phil Schiller, il en va de la responsabilité d'Apple. La firme doit veiller à ce que d'une part, les logiciels proposés au téléchargement, gratuit ou payant, fonctionnent parfaitement. De l'autre, elle doit s'assurer de la qualité des produits mis à disposition des utilisateurs. Une qualité fonctionnelle, bien sûr, mais aussi éthique, voire morale. « Nous avons reçu pour validation des applications qui volaient les données personnelles, qui servaient à permettre aux utilisateurs d'enfreindre la loi, ou qui contenaient des contenus non appropriés », explique Phil Schiller. Selon lui, 90% des refus seraient occasionnés par des applications ne fonctionnant pas parfaitement. Les développeurs seraient alors ravis qu'on leur signale les problèmes avant que les consommateurs aient eu l'occasion d'être déçu par le logiciel.

« Quel que soit votre détaillant préféré, il va de soi qu'il se soucie de la qualité des produits qu'il propose. Nous analysons les applications pour être sûr qu'elles fonctionnent conformément à ce à quoi s'attend le consommateur lorsqu'il les télécharge », ajoute Schiller. La sélection ne se fait toutefois pas sans ratés, ni sans recherches préalables. Une sur cent environ tomberait dans la « zone grise », celle où l'on ne sait pas bien s'il y a une infraction comme une violation de marque, un accès à des contenus illégaux ou autre.

0190000002041216-photo-app-store-milliard.jpg

La politique de validation, un mal nécessaire ? Peut-être. Il n'empêche que certains voient rouge. Vieille comme l'App Store, la polémique a enflé ces dernières semaines, après que Joe Hewitt, qui développait jusqu'ici l'application Facebook pour iPhone, eut décidé de déléguer ses travaux à d'autres. « Je suis très inquiet de voir qu'ils sont en train de créer un horrible précédent pour d'autres plateformes logicielles, et que bientôt des agents de contrôle viendront infester la vie de chaque développeur logiciel », a-t-il expliqué pour justifier sa décision.

Même son de cloche chez Rogue Amoeba, éditeur bien connu des utilisateurs Mac pour ses logiciels dédiés au son. Lui aussi a annoncé son intention d'abandonner le développement pour iPhone, suite aux mésaventures de sa dernière production, AirFoil, dont la dernière mise à jour a dû patienter trois mois avant d'apparaitre sur l'App Store. Motif du délai ? Une icône reprenant l'apparence d'un Mac apparaissant au sein de l'application. Apple a jugé que cette dernière enfreignait sa propriété intellectuelle, un point finalement inévitable puisqu'elle était appelée par l'iPhone depuis l'ordinateur auquel il était connecté. Suite à cet incidents, le visuel incriminé a été retiré et remplacé par une icône invitant à aller visiter le site de l'EFF (Electronic Frontier Foundation).

On imagine la virulence des réactions que susciterait un éditeur, Linux, Apple, Microsoft, s'il décidait qu'il n'était plus possible d'installer sur son ordinateur sans validation préalable. Avec 100.000 applications en base et deux milliards de téléchargements au compteur, Apple estime toutefois légitime le rôle de prescripteur qu'elle s'est donnée. Pour l'instant, les chiffres lui donnent raison.

00FA000002621764-photo-airfoil-avec-logo-eff.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

NCsoft nettoie  Aion  : 16000 comptes « karchérisés »
Fuite des bénévoles chez Wikipedia.org
Développeurs, partagez vos extensions pour Chrome
L'opticien HappyView.fr réunit près d'un million d'euros auprès de business angels
Ciena acquiert l'activité réseau optique de Nortel
HP bénéfice net en hausse de 14% au T4 2009
Anuman Interactive annonce le rachat de Microïds
Creative annonce sa nouvelle caméra Vado HD
Bannières : Google acquiert la jeune pousse Teracent
Murdoch, Microsoft : haro contre Google ?
Haut de page