Saugatuck : "cloud, saas, virtualisation et open source pour 2009"

Matthieu Dailly
30 décembre 2008 à 16h21
0
00C8000001841520-photo-saugatuck.jpg
Lorsque l'on observe les tendances d'une année passée, celles d'après se dessinent. Le cabinet d'étude Saugatuck Technology a ainsi présenté en quoi le cloud computing, les logiciels en tant que service (saas), la virtualisation et l'open source allaient marquer 2009.

« Equilibrer les budgets, gérer l'évolution vers le cloud computing, gérer des infrastructures hybrides, consolider les fournisseurs et consolider les compétences, tels sont les défis auxquels seront confrontés les DSI (Directeur des systèmes d'information) dans l'année qui vient », explique Saugatuck.

00FA000000440415-photo-logo-march-du-saas.jpg
Le cabinet considère, entre autres, que la tarification des saas à l'usage représente un formidable avantage pour les DSI. Ce modèle évite d'avoir à acheter de nouveaux matériels ou d'embaucher du personnel pour les administrer. En revanche, pour Saugatuck, la difficulté proviendra de leur intégration à l'infrastructure informatique déjà existante de l'entreprise. Ce qui n'empêche pas qu'en 2012, l'ensemble des éditeurs devrait avoir pris en compte cette nouvelle manière de proposer du logiciel.

Une autre technologie qui devrait marquer 2009 sera la virtualisation. Grâce à elle, un serveur peut faire tourner différents systèmes d'exploitation ou différents logiciels, en faisant abstraction de ses particularités « physiques » et donc en optimisant ses capacités « logiques ». Cela signifie également qu'un datacenter peut réduire le nombre de ses serveurs et donc son empreinte écologique. D'ici à la fin 2010, les grandes entreprises devraient avoir virtualisé au moins 35% de leur infrastructure serveur et stockage et 20% de leurs postes de travail.

Mais pour Saugatuck, la flexibilité ne s'arrête pas là. En effet, fin 2009, l'intégration de composants open source dans les offres des éditeurs (incluant les fournisseurs SaaS et de solutions de type cloud) poussera les entreprises à investir massivement dans la gouvernance open source.

012C000000442324-photo-datacenter.jpg
Parallèlement, en 2013, au moins 20% des charges informatiques, qui historiquement devraient être administrées sur site, seront prises en charge sur des infrastructures mutualisées (cloud) apportant des améliorations fonctionnelles importantes, des réductions de coûts, des équipes et de l'empreinte carbone. Mais comme le cloud n'en est qu'à ses débuts et que les standards ne sont pas encore définis, la sélection de solutions de ce type restera, un temps, quelque peu hasardeuse.

Quant au revirement économique, il devrait, dans un premier temps imposer une réduction de la croissance des budgets informatiques (entre 0 et 2% en 2009) avant qu'ils ne repartent en 2010 (entre 4 et 6% en 2010). Ensuite, une nouvelle catégorie de fournisseurs devrait émerger dans les domaines du SaaS suite à une croissance organique et à des fusions et acquisitions. Les quatre grands du logiciel Microsoft, IBM, Oracle et SAP devraient, eux, renégocier leurs accords.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top