Nikola abandonne son projet de camion-benne électrique en raison de difficultés techniques

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
28 décembre 2020 à 15h55
1
Nikola-Camion-poubelle © © Nikola
© Nikola

Trop compliqué, potentiellement trop cher… et avec la perspective d'un retour sur investissement vraisemblablement trop lent. Ce sont les raisons qui ont contraint Nikola à mettre à la benne son projet de camion poubelle électrique. Une décision surprenante, puisque la concurrence progresse à bon rythme sur des projets semblables.

Rival indirect de Tesla, l'Américain Nikola annonçait en début d'année 2020 un projet de camion poubelle électrique conçu en collaboration étroite avec Republic Services, numéro deux sur la collecte, le transfert, l'élimination et le recyclage des déchets aux États-Unis.

Ensemble, les deux groupes avaient pour projet, ambitieux mais réaliste, de « concevoir et produire un camion à ordures entièrement équipé, le premier du marché, basé sur une plateforme de propulsion électrique à batterie sans émission ». Moins d'un an plus tard, le projet est purement est simplement annulé.

Nikola met son camion poubelle au placard

« Après une collaboration étroite et un examen approfondi, les deux entreprises [Nikola et Republic Services] ont déterminé que la combinaison de diverses nouvelles technologies et de nouvelles méthodes de conception entraînerait un temps de développement plus long que prévu et des coûts inattendus. En conséquence, le programme est interrompu, ce qui entraîne l’annulation de la commande de véhicules précédemment annoncée », c'est donc ce qu'on lit du communiqué partagé la semaine dernière par Nikola.

Comme l'explique Electrek, cette annonce est surprenante en cela que plusieurs entreprises concurrentes ont réalisé de belles avancées sur des chantiers similaires ces derniers mois. Le Chinois BYD dispose par exemple d'un camion à ordures de 3,9 tonnes capable de parcourir 160 kilomètres sur batterie. Mack et Volvo ont également dévoilé un camion poubelle électrique, tandis que Daimler a récemment assuré qu'il serait en mesure de lancer prochainement un modèle de son cru sur le marché.

Nikola aurait-il mis la charrue avant les bœufs ?

Reste donc à savoir pourquoi Nikola s'est décidé à annuler son propre projet de camion poubelle électrique. Si la marque se justifie indiquant que les efforts de R&D demandés pour mener à bien ce projet auraient été trop importants, une partie de l'explication réside probablement dans les récents scandales traversés par la firme. Accusée de tromperie et d'avoir survendu des technologies qu'elle n'avait pas entièrement été capable de mettre au point, la marque a récemment vu partir son fondateur, Trevor Milton. Il est donc possible que Nikola ait annoncé un projet de camion qu'elle n'aurait pas été en mesure de concrétiser faute de technologie suffisante.

Autre piste évoquée par Electrek : un retrait de Republic Services. Suite à la publication du sulfureux rapport de Hindenburg Research, en septembre dernier, le groupe a peut-être préféré annuler le seul projet qui le reliait à Nikola… dont les perspectives semblent à l'heure actuelle relativement bouchées.

Source : Electrek

Modifié le 28/12/2020 à 16h20
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les véhicules électriques ont doublé leur part de marché en Europe en 2021
Mercedes-Benz tease une électrique capable de 1 000 km d'autonomie
Mercedes-Benz se veut tout électrique d'ici 2030
General Motors stoppe la production de ses pick-up à cause de la pénurie de semi-conducteurs
Aux États-Unis, les utilisateurs de Lyft pourront bientôt réserver des trajets en voiture autonome
Tesla annonce que son poids lourd
Volkswagen fait carton plein avec ses modèles électriques et triple quasiment ses ventes en 2021
Tesla promet de rendre son réseau de Superchargeurs accessible à toutes les voitures électriques
Tesla propose désormais l'option conduite autonome en abonnement mensuel
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Haut de page