Local Motors lance Olli 2.0, une navette autonome imprimée en 3D

07 septembre 2019 à 14h48
0
Olli 2.0

La start-up américaine Local Motors ambitionne de révolutionner les transports publics avec Olli 2.0, une navette autonome imprimée en 3D au design futuriste et dotée de technologies dernier cri.

Alors que Tesla, Google ou encore Uber se ruent sur le marché des taxis autonomes, le constructeur automobile Local Motors voit l'avenir de la mobilité urbaine dans les transports publics. La start-up américaine a donc dévoilé Olli, sa petite navette électrique et sans chauffeur... imprimée en 3D.

Une navette à la pointe de la technologie

Local Motors, une société automobile spécialisée dans l'impression 3D de véhicules, a développé une navette électrique pas comme les autres. Baptisé Olli, le mini-bus a fait sa première apparition en 2016 avec un prototype déjà prometteur. Trois ans plus tard, sa petite sœur Olli 2.0 se dévoile.

Olli n'a rien d'un bus électrique traditionnel. Dotée d'une trentaine de capteurs, d'écrans digitaux, de micros et d'enceintes, la navette permet à ses usagers de communiquer avec elle pour lui communiquer leur destination. Ils pourront également interagir avec son ordinateur de bord pendant leur voyage, pour demander l'heure d'arrivée ou pour obtenir des conseils sur les restaurants du quartier, entre autres.

Pour les créateurs, la personnalisation est l'un des atouts phares de ce projet. Grâce à l'impression 3D, les caractéristiques de la navette peuvent être adaptées de multiples façons. La société affirme pouvoir répondre à toutes les demandes spécifiques des clients : « Nous pouvons faire pratiquement tout ce qu'ils souhaitent avec les bons partenaires », indique ainsi John B. Rogers, PDG de Local Motors. La version 2.0 dispose d'un nombre modulable de sièges et peut en accueillir jusqu'à 12. Pour une ambulance, par exemple, l'espace peut être réaménagé pour laisser de la place aux lits des patients et aux équipements.

Un véhicule né de multiples collaborations

Pour équiper sa navette connectée, Local Motors s'est entouré de partenaires solides. Depuis son premier prototype Olli 1.0, c'est la société IBM qui fournit la plateforme d'intelligence artificielle à la start-up. Le développement et la fabrication des différentes pièces de leurs véhicules reposent sur un réseau constitué d'une multitude de micro-usines et de laboratoires. Pour son premier prototype, Local Motors a même eu recours à un challenge lancé aux designers du monde entier ; c'est le Colombien Edgar Sarmiento qui a été sélectionné pour dessiner Olli 1.0.

La start-up, quant à elle, se concentre sur la conception 3D, ce qui lui permet de produire ses véhicules en quelques semaines.

Olli 1.0 est actuellement utilisée dans plusieurs bases militaires et campus américains. Avec sa vitesse maximale de 40km/h, la navette devrait bientôt être déployée dans d'autres zones de circulation lente, et pourrait rapidement faire son apparition en Europe.

Source : TechCrunch.
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top