Local Motors lance Olli 2.0, une navette autonome imprimée en 3D

07 septembre 2019 à 14h48
0
Olli 2.0

La start-up américaine Local Motors ambitionne de révolutionner les transports publics avec Olli 2.0, une navette autonome imprimée en 3D au design futuriste et dotée de technologies dernier cri.

Alors que Tesla, Google ou encore Uber se ruent sur le marché des taxis autonomes, le constructeur automobile Local Motors voit l'avenir de la mobilité urbaine dans les transports publics. La start-up américaine a donc dévoilé Olli, sa petite navette électrique et sans chauffeur... imprimée en 3D.

Une navette à la pointe de la technologie

Local Motors, une société automobile spécialisée dans l'impression 3D de véhicules, a développé une navette électrique pas comme les autres. Baptisé Olli, le mini-bus a fait sa première apparition en 2016 avec un prototype déjà prometteur. Trois ans plus tard, sa petite sœur Olli 2.0 se dévoile.

Olli n'a rien d'un bus électrique traditionnel. Dotée d'une trentaine de capteurs, d'écrans digitaux, de micros et d'enceintes, la navette permet à ses usagers de communiquer avec elle pour lui communiquer leur destination. Ils pourront également interagir avec son ordinateur de bord pendant leur voyage, pour demander l'heure d'arrivée ou pour obtenir des conseils sur les restaurants du quartier, entre autres.

Pour les créateurs, la personnalisation est l'un des atouts phares de ce projet. Grâce à l'impression 3D, les caractéristiques de la navette peuvent être adaptées de multiples façons. La société affirme pouvoir répondre à toutes les demandes spécifiques des clients : « Nous pouvons faire pratiquement tout ce qu'ils souhaitent avec les bons partenaires », indique ainsi John B. Rogers, PDG de Local Motors. La version 2.0 dispose d'un nombre modulable de sièges et peut en accueillir jusqu'à 12. Pour une ambulance, par exemple, l'espace peut être réaménagé pour laisser de la place aux lits des patients et aux équipements.

Un véhicule né de multiples collaborations

Pour équiper sa navette connectée, Local Motors s'est entouré de partenaires solides. Depuis son premier prototype Olli 1.0, c'est la société IBM qui fournit la plateforme d'intelligence artificielle à la start-up. Le développement et la fabrication des différentes pièces de leurs véhicules reposent sur un réseau constitué d'une multitude de micro-usines et de laboratoires. Pour son premier prototype, Local Motors a même eu recours à un challenge lancé aux designers du monde entier ; c'est le Colombien Edgar Sarmiento qui a été sélectionné pour dessiner Olli 1.0.

La start-up, quant à elle, se concentre sur la conception 3D, ce qui lui permet de produire ses véhicules en quelques semaines.

Olli 1.0 est actuellement utilisée dans plusieurs bases militaires et campus américains. Avec sa vitesse maximale de 40km/h, la navette devrait bientôt être déployée dans d'autres zones de circulation lente, et pourrait rapidement faire son apparition en Europe.

Source : TechCrunch.
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top