Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 janvier 2022 à 14h15
8
Virgin Orbit 747 largage © Virgin Orbit
« Release release release », la fusée de Virgin Orbit est larguée ! Crédits : Virgin Orbit

Ce 13 janvier, le 747 de Virgin Orbit s'est à nouveau envolé avec, sous son aile, une fusée LauncherOne. Au-dessus du Pacifique, il l'a larguée pour qu'elle entame son voyage vers l'orbite. Une nouvelle mission réussie pour commencer une année 2022 qui s'annonce critique pour l'entreprise, dont le but est d'accélérer ses cadences.

Les images sont toujours spectaculaires !

Virgin Orbit a la tête au-dessus des nuages

La mission était bien nommée Above The Clouds (au-dessus des nuages) : à 23 h 52 jeudi 13 janvier, le 747 de Virgin Orbit a effectivement terminé son cabré et transpercé le ciel au large de la Californie pour larguer sa fusée LauncherOne.

Plusieurs fois repoussée, cette tentative a été couronnée de succès. Un peu plus d'une heure plus tard, Virgin Orbit a confirmé que les sept petits satellites transportés sur ce vol étaient tous éjectés en orbite. Quatre d'entre eux étaient issus du département de la Défense américain (même si l'un des quatre était développé par la NASA), deux de plus étaient dédiés à l'opérateur polonais SatRevolution avec un satellite d'observation et un satellite utilisant un test de propulsion, tandis que le dernier appartenait à Spire Global, avec une mission de mesure des débris en orbite basse.

Virgin Orbit 747 vol n°4 pré-largage © Virgin Orbit
Difficile de ne pas remarquer sa fusée ! Crédits : Virgin Orbit

LauncherOne, une solution convaincante ?

Pour Virgin Orbit, le vol avait aussi valeur de démonstration. Le satellite de Spire Global par exemple, n'a été rajouté qu'en fin d'année, profitant d'un « espace libre » sur LauncherOne et soulignant la souplesse d'emploi de la fusée.

D'autre part, le 747 porteur a volé plus au sud-ouest que lors des vols précédents, et a donc pu offrir une inclinaison différente à ses clients. Un avantage que ne peuvent offrir les opérateurs traditionnels basés, par exemple à Cape Canaveral ou Vandenberg . Cela dit, pour l'instant, Virgin ne peut transporter son service de lancement n'importe où… Plusieurs sites autour du monde ont donné leur aval pour le projet de Virgin (qui aimerait bien déployer ses quelques containers nécessaires et son avion au Royaume-Uni ou au Japon), mais toutes les autorisations ne sont pas encore réunies.

Virgin Orbit LauncherOne © Virgin Orbit
Il faut dire que tous les aéroports ne sont pas adaptés à voir décoller ce genre de matériel avec des tonnes d'ergols chargées sous l'aile. Crédits : Virgin Orbit

Et maintenant, un peu de rythme !

Outre la réussite qui vient confirmer les choix techniques de Virgin Orbit (trois succès d'affilée en quatre tentatives), l'année 2022 est un exercice crucial pour l'entreprise californienne. Elle est en effet cotée en Bourse depuis moins d'un mois, et pour l'instant c'est loin d'être une réussite… Il faut attirer les capitaux, alors que d'autres entreprises spatiales viennent aussi d'arriver sur les marchés comme Maxar, Planet ou encore Rocket Lab et Astra, concurrents directs de Virgin Orbit.

Mais surtout, pour que la confiance s'établisse, il faut que le rythme des lancements puisse augurer d'une quelconque rentabilité du business model. Or, Virgin Orbit n'a envoyé sa fusée que deux fois en orbite en 2021. Il faudra accélérer, et leurs équipes le savent. Un exercice complexe !

Quoi ? Vous avez manqué un événement spatial en 2021 ? Pas de panique : avec ce grand récap' vous serez incollables et à jour pour terminer l'année ! Astronautes , entreprises, exploration : le domaine spatial est en pleine expansion.
Lire la suite

Source : Spacenews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
SPH
Tiens ! il n’y a pas de rageux qui parlent de pollution…
ebottlaender
Laissez le temps, c’est publié depuis 3h…
Popoulo
C’est «&nbsp;INADMETTABLE&nbsp;» que des fusées soient lancées car elles ne servent à rien et elles polluent notre belle planète. Je donne donc rdv à tous les mangeurs de graines demain à 17h devant l’entrée du métro de la rue ché pour que nous nous rendions tous ensembles sur place pour protester. (prévoyez un plan du métro car je ne sais pas trop lesquels faut prendre pour se rendre sur site).<br /> J’ai tout bon ?
ricozed
On va leur souhaiter plus de succès qu’avec Virgin Galactics .<br /> belles images.
LeToi
Virgin tout le monde s’en fout. Remplace par SoaceX ou Amazon et tu verras arriver les commentaires !
Jean_khal
«&nbsp;les sept petits satellites transportés sur ce vol étaient tous éjectés en orbite.&nbsp;»<br /> On dit «&nbsp;injecté&nbsp;» en orbite.<br /> Quand on est éjecté de l’orbite, c’est qu’on n’y est plus.
ebottlaender
Ejectés de l’orbite, en effet ils n’y seraient plus.<br /> Ejectés en orbite, c’est à dire éjectés de leur casier situé sur la fusée en orbite, c’est correct.<br /> Le lanceur, lui, a bien été injecté en orbite.
taist
moi, c’est ma belle mère que j’ai éjectée après qu’elle se soit injectée dans mon ménage !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Haut de page