🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Critique Rectify : préparez-vous pour 4 saisons de dépression ferme

12 août 2021 à 10h50
7
Rectify © Sundance TV

Nombre de séries dramatiques m'ont véritablement bouleversé ces dernières années. Je pense par exemple à The Leftovers, Humans ou encore Dispatches from Elsewhere. Mais je crois qu'aucune n'a réussi à me coller une aussi grande gifle que Rectify.

Rectify
  • Vous recherchez une série à la fois apaisante et déprimante
  • Vous voulez voir des acteurs et actrices à leur meilleur niveau
  • Vous aimez les drames bien construits et intenses
  • Vous ne voulez pas d'une série qui risque de vous déprimer
  • Des sujets comme la prison ou la peine de mort vous rebutent
  • Les œuvres bavardes et introspectives ce n'est pas votre came

Le veilleur d'écran[s] S06E04 📺 : Rectify

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique Rectify

Informations

Genre
Drame
Réalisation
Ray McKinnon
Editeur
Gran Via Productions, Zip Works
Plateforme
MyCanal
Nombre de saisons
4
Nombre d'épisodes (Total)
30
Classification
Déconseillé aux moins de 10 ans

Rectify du système et cœurs à vif

Après des années à regarder des séries quotidiennement, un constat s'impose : je les préfère généralement éloignées le plus possible du quotidien, du drame social contemporain, si ce n'est carrément du réel. La raison à cela est évidente : lorsque je suis devant ma télévision, j'essaie au maximum de m'échapper de la réalité, et de me divertir pleinement en oubliant la lourdeur et les tracas qui m'entourent. Or, rien de mieux pour cela que la science-fiction, ou la fantasy, et leurs univers atypiques, par exemple.

Toutefois, il y a quelques exceptions, et Rectify est assurément de celles-là.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul élément pour lequel la série de Sundance TV fait figure de mouton noir. Dans Le Veilleur d'écran[s], j'ai toujours eu plus de plaisir que de peine à déterrer mes souvenirs d'une série à laquelle j'ai dit adieu après un ultime épisode. Mais cette fois, l'écriture de la chronique dédiée à Rectify est douloureuse, tant repenser à ses 4 saisons me retourne à nouveau les entrailles.

Rectify © Sundance TV

Créée par Ray McKinnon, multi-casquettes et très impliqué dans son show, dont il est d'ailleurs question dans le livre Créer une série dont nous parlions il y a peu, Rectify est la définition même du drame humain et contemporain qui frappe là où ça fait mal.

Holden on a feeling

La série démarre sur la sortie de prison de Daniel Holden (interprété par Aden Young). Enfermé depuis presque 20 ans et en attente de son exécution dans le couloir de la mort depuis ses 18 ans, l'homme est finalement libéré suite à la découverte de nouvelles preuves ADN, qui viennent contredire les faits qui lui sont reprochés, à savoir le viol et le meurtre de sa petite amie Hanna. Je ne vous ai pas menti, c'est un drame dur, un vrai.

Rectify © Sundance TV

Désormais libre, notre héros doit tout simplement réapprendre à vivre, après deux décennies passées isolé du monde et de presque tout contact humain. Il retourne alors dans sa ville natale, Paulie en Géorgie, auprès de sa sœur Amantha (Abigail Spencer) et de sa mère Janet (J. Smith-Cameron) notamment.

Grâce à ces deux femmes aimantes - qui ont bien entendu leurs propres problèmes à régler - , et également accompagné par sa douce belle-sœur Tawney (Adelaide Clemens), Daniel tente d'avancer et de se reconstruire face aux nombreux obstacles qui jalonnent la route de la réhabilitation.

Rectify © Sundance TV

La première de ces difficultés, c'est lui-même, puisque vous vous en doutez, 20 ans en prison laissent des séquelles difficiles à soigner. Profondément marqué par cette expérience à la fois violente et isolante, déconnecté d'un monde qui a avancé sans lui, Daniel ne connait plus sa place et a bien du mal à se projeter dans le monde qui se présente à lui. Ses proches ne savent pas toujours comment l'aider, et plus Daniel se livre, en racontant ce qui lui est arrivé, en expliquant péniblement son état d'esprit, plus le spectateur est plongé dans le malaise et l'empathie.

Doux comme un agneau à l'abattoir

Extrêmement calme et doux de nature (certaines de ses interventions pourraient faire office d'ASMR tant sa voix et son rythme de parole détendent), Daniel doit également faire face à certains habitants de la ville, qui le croient toujours coupable. D'autant qu'un nouveau procès est en route, ce qui ne va assurément pas l'aider à aller de l'avant.

Bien entendu, l'objectif de la série est également de semer le doute dans l'esprit du spectateur concernant ce crime passé. Sont ainsi évoqués bien des sujets complexes, traitant de la justice, de la peine de mort, de la prison, de la nature humaine et d'autres joyeusetés du même acabit.

Rectify © Sundance TV

Vous vous en doutez, Rectify est une série profondément introspective et psychologique. Bavarde, sans être avare de longs silences, prenant son temps pour suggérer certains points, la série de Sundance TV est aussi lente qu'elle est bouleversante. Plus d'une fois je suis sorti d'un épisode avec une profonde inspiration, après avoir retenu mon souffle pendant de longues minutes, écrasé par le drame se jouant sous mes yeux.

« Rectify est une série douce-amère qu'il n'est pas forcément aisé d'apprécier »

La réussite de Rectify s'explique par une réalisation intimiste de haute volée, par les riches sujets traités avec tact et justesse (et en évitant au maximum de prendre tel ou tel parti, laissant le spectateur se faire sa propre opinion), mais aussi par l'incroyable jeu de ses acteurs et actrices.

Si vous lisez régulièrement notre chronique, vous savez déjà qu'en général, je ne taris pas d'éloge sur le travail des interprètes. Mais ce casting sort encore du haut du panier en se plaçant mieux que jamais au diapason des dialogues et situations dramatiques à jouer.

D'ailleurs, revoir l'image ci-dessous m'a instantanément fait monter les larmes aux yeux - comme souvent avec cette série. C'est dire à quel point ses personnages m'ont profondément secoué et durablement marqué.

Qu'il s'agisse du trio principal Aden Young, Abigail Spencer, J. Smith-Cameron, ou des rôles un peu plus secondaires comme Adelaide Clemens (malgré le côté catholique très appuyé de son personnage, un peu pénible) et Clayne Crawford (qui a ensuite brillé dans un tout autre registre avec Lethal Weapon, avant de s'en faire limoger…), tous sont absolument mémorables, crédibles et émouvants dans la moindre de leurs mimique et expressions.

Rectify © Sundance TV

Très difficile psychologiquement et rude pour les canaux lacrymaux, Rectify est également chargée en moments de grâce, lumineux et pleins d'espoir. Reste qu'il s'agit d'une série douce-amère qu'il n'est pas forcément aisé d'apprécier, surtout par les temps qui courent.

Mais si vous vous laissez embarquer par les récits complexes (mais plausibles) de ses personnages brisés et torturés, croyez-moi, vous en ressortirez dans un confortable état de mélancolie, certainement comme vous n'en avez jamais vécu.

Rectify © Sundance TV
8

Les plus

  • Vous recherchez une série à la fois apaisante et déprimante
  • Vous voulez voir des acteurs et actrices à leur meilleur niveau
  • Vous aimez les drames bien construits et intenses

Les moins

  • Vous ne voulez pas d'une série qui risque de vous déprimer
  • Des sujets comme la prison ou la peine de mort vous rebutent
  • Les œuvres bavardes et introspectives ce n'est pas votre came

Au moment d'écrire ces lignes, c'est Canal+ qui propose les quatre saisons de Rectify.

Besoin d'une nouvelle série à regarder ? Retrouvez toutes nos critiques et chroniques séries.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
Zakalwe
(Je suis un boomer-64-) Vu la moitié de la première saison ; ayant une longue vie, des drames j’en ai déjà vécu, j’ai donc moins besoin d’en vivre en vidéo.
crush56
Je ne connaissais pas, merci pour la découverte
Bombing_Basta
Pas sûr que la dépression soit recherchée par les gens en ce moment de pandémie et de confinement…
Blackalf
En ce qui me concerne, le premier paragraphe décrit exactement mon état d’esprit. ^^<br /> Après des années à regarder des séries quotidiennement, un constat s’impose : je les préfère généralement éloignées le plus possible du quotidien, du drame social contemporain, si ce n’est carrément du réel. La raison à cela est évidente : lorsque je suis devant ma télévision, j’essaie au maximum de m’échapper de la réalité, et de me divertir pleinement en oubliant la lourdeur et les tracas qui m’entourent. Or, rien de mieux pour cela que la science-fiction, ou la fantasy, et leurs univers atypiques, par exemple.<br />
pecore
Pareil pour moi et ce depuis aussi loin que je me souvienne. Je ne critique pas et même admire d’une certaine manière les personnes qui aiment regarder les drames humains mais pour ma part j’estime avoir déjà ma dose avec la vraie vie. Pas une série pour moi donc, même si le pitch est intéressant.
wackyseb
C’est vraiment pas le moment de regarder des drames en série.<br /> Le premier paragraphe reflète exactement mon état d’esprits.<br /> J’ai besoin de m’évader loin, très loin du quotidien.<br /> De la S-F , et uniquement de la S-F… mais de la bonne S-F<br /> Dans une dizaine d’années quand le COVID sera terminé, on reparlera des drames à regarder à la TV.
Zakalwe
@wackyseb Ma génération (64) a eu la chance d’une bonne éducation, de la lecture et du stock très important de (très) bonne SF. Merci mon Dieu d’avoir pu en profiter comme je l’ai fait ! Avec le bonus d’une France paradisiaque.
wackyseb
Ah ça oui, la France c’est autrement plus glamour que certains pays en guerre depuis des lustres qui ne savent même plus pourquoi ils sont en guerre. Lol <br /> Pour la S-F, pas de livre pour moi. Ma génération fin 70 a dû lire trop de livre et perdu trop de temps. Je suis pas un extraterrestre et je ne suis pas seul à penser comme ça non plus<br /> Maintenant on a de magnifiques séries ou films autrement plus poignant qu’un bout de papier.<br /> Toute la dimension artistique est mise en lumière et en image dans les films et séries.<br /> On se projette mieux aussi. C’est de l’art vivant.<br /> Après chacun son delire. Détruire la forêt. Gâcher du papier pour 1 seule lecture.<br /> Un bon streaming et on n’en parle plus.
Zakalwe
@wackyseb La lecture apporte bien plus que la vidéo. Mais tu ne le sais pas. On a fait en sorte que tu ne le saches pas Et je te le dis pour que tu le saches.
wackyseb
Chacun son truc. La lecture apporte des tonnes de détails que tu met 10 jours à lire et 20 secondes à voir.<br /> A toi de voir si tu préfères perdre du temps ou te plonger dans des centaines d’aventures.<br /> Perso j’ai énormément lu étant jeune et un jour j’ai vu des films tiré des livres. Une révélation.<br /> Pourquoi passer plusieurs jours à lire une histoire quand tu peux avoir la même histoire en moins de 2h !!!<br /> Lecture des harry potter : 4 mois, voir les films en 4 soirées<br /> Voilà pourquoi la lecture et moi c’est terminé.<br /> Mais ne t’inquiètes pas, je continue à lire… sur internet
Zakalwe
wackyseb:<br /> Pourquoi passer plusieurs jours à lire une histoire quand tu peux avoir la même histoire en moins de 2h !!!<br /> Parce que c’est toi qui fait le film. Mais comme on est tous différent, il est bien certain que c’est plus puissant chez certains que chez d’autres.<br /> wackyseb:<br /> Perso j’ai énormément lu étant jeune et un jour j’ai vu des films tiré des livres. Une révélation.<br /> J’ai toujours été déçu par ces adaptations. La plus grande, c’est Dune. Mais il y en a sûrement d’autres, j’ai arrêté de les compter. Je rêve (!) de voir Lyonesse adapté. Mais je sais que je serai déçu.<br /> Sauf si c’est moi qui m’en occupe
wackyseb
J’ai travaillé sur jurassic park. J’ai du lire le livre.<br /> Certes pleins de détails, trop de détails.<br /> Puis quelques années après le film.<br /> Et là je me suis dit : bah voilà c’est moins long, il manque peut-être des passages mais l’idée est là. Hop film suivant.<br /> Zakalwe:<br /> Parce que c’est toi qui fait le film<br /> Je ne suis pas cinéaste, j’ai un imagination débordante mais passer plusieurs paragraphes voir des chapitres entiers pour décrire un lieu, un personnage et se mettre dans l’ambiance, c’est trop long.<br /> Zakalwe:<br /> J’ai toujours été déçu par ces adaptations<br /> C’est ce que disent tous les lecteurs des livres avant de voir le film.<br /> L’inverse est vrai aussi, certains lisent le livre après avoir vu un film tiré d’un bouquin.<br /> Alors déjà je ne regarde que très rarement un film 2 fois car on n’aura pas assez d’une vie pour tout voir alors me taper des bouquins avec la même histoire qu’un film c’est pas mon truc du tout. J’aurais vu au moins 10-15 films le temps de lire l’histoire d’un film que j’ai vu.<br /> Non c’est pas possible.
Zakalwe
wackyseb:<br /> J’ai un imagination débordante mais passer plusieurs paragraphes voir des chapitres entiers pour décrire un lieu, un personnage et se mettre dans l’ambiance, c’est trop long.<br /> Oui, tu es né après 68 : l’effondrement de l’EN orchestré par la gauche.
wackyseb
Oula, pas de politique merci <br /> Je ne sais pas ce qu’est l’EN ?<br /> Bonne brocante papi mouzot
Zakalwe
Tout est politique (malheureusement…) Education Nationale.
Blackalf
@wackyseb vu ta façon de jouer dont tu parles dans un autre sujet, il s’agit donc uniquement de toi, de ta mentalité personnelle et de ton absence totale d’immersion dans quoi ce se soit. au final, c’est le meilleur moyen de ne vraiment profiter de rien.
wackyseb
C’est exactement ça. Enfin quelqu’un qui me comprend.<br /> Juste mon point de vue, je n’essaie jamais de faire une généralité.<br /> A chaque fois je précise bien que c’est « MA » façon de voir les choses. Je ne cherche pas à imposer et heureusement d’ailleurs, on est tous libre de nos choix.<br /> Et oui je ne me prends plus la tête avec quoi que ce soit. Carpe diem.<br /> Les jeux en réseau par exemple demandent du temps, que je n’ai plus. Faut se réunir à tel heure, jouer pendant autant de temps, en plus il faut suivre des ordres d’un leader etc…<br /> J’en ai assez au boulot d’être manager.<br /> A la maison, c’est à la cool <br /> Autant dans le sport, ca me va d’être trésorier et de m’amuser avec les autres, autant dans les jeux c’est l’evasion, la tranquillité.<br /> Je fais bien des jeux sans tricher, heureusement, mais la difficulté a progresser fortement pour certains. De mon temps il n’y avait pas autant de fonctionnalités.<br /> Pour l’exemple un Fortnite c’est juste pas possible. Déjà c’est en réseau et en plus d’être en mode survie, faut construire, se protéger etc… mon style dans UT2003, c’était plus course et frag dans tous les sens. Le sniper et les planquer, pas mon truc.<br /> J’espère t’avoir éclairé Alf noir
wackyseb
Ah oui si tu parles de l’education nationale, c’est devenue une usine à idiots.<br /> Je prône le retour du bonnet d’âne, des punitions digne de ce nom et que les parents arrêtent de sacraliser leurs enfants.<br /> Non ce ne sont pas les plus beaux, les plus gentils et oui ils font des tas de bêtises à l’école.<br /> Il serait bien qu’ils sachent lire, écrire et compter en arrivant au collège, ça serait déjà pas si mal.<br /> Ma femme est prof alors je sais malheureusement que la route est longue, très longue. Un Bac+2 de maintenant ne vaux même pas un CAP de début 1980. C’est dingue.<br /> Pendant plus de 15 ans j’ai été examinateur en BTS. Une catastrophe.<br /> « Monsieur j’aibpas eu le temps dans l’année pour finir mon projet… »<br /> Sérieux y’a 2h de boulot là !!!
Blackalf
wackyseb:<br /> J’espère t’avoir éclairé Alf noir<br /> C’est Noir Alf, rapport à mon très regretté chien Alf qui était noir. <br /> Ceci dit je ne jette pas la pierre, j’ai simplement l’impression qu’aller trop vite ne permet pas de bien profiter de ce que l’on fait…comme on dit chez moi vite et bien, ça n’existe pas. ^^<br /> Mais en même temps, je comprend que c’est dû en partie à l’époque, bien des gens sont plus stressés et ont moins de contrôle sur leur vie qu’autrefois, d’ailleurs on n’entend plus que ça dans le monde du travail : «&nbsp;mobilité, souplesse et polyvalence&nbsp;», quand autrefois on pouvait se faire une vie tranquille et calme dans un boulot occupé pendant de nombreuses années et avoir une bonne latitude dans ses choix de vie.
wackyseb
Je suis totalement en accord avec ta vision de la vie.<br /> A mon boulot on nous demande d’être « agile » et de s’adapter rapidement.<br /> Cela laisse sur le carreau bon nombre de collègues ultra spécialisés dans un domaine et seuls ceux qui font force de pugnacités face aux changements s’en sortent mieux.<br /> Heureusement à la maison j’ai appris à décrocher du boulot, à me mettre au calme.<br /> Prendre du temps pour moi et mes proches.<br /> Et ne surtout pas me stresser pour un simple jeux vidéos. CQFD <br /> PS : désolé pour le toutou , je sais que c’est dur
Blackalf
Ha, ça fait longtemps qu’il nous a quitté, et si j’adore les autres chiens de la famille, je n’ai jamais pu en reprendre un à moi. Et puis on a trois chats, c’est presque aussi affectueux, contrairement à ce que croient ceux qui les connaissent mal. ^^<br /> Sinon en effet ce n’est pas facile de travailler aujourd’hui, mon beau-fils vole de cdd en cdd avec peu d’espoir d’obtenir un jour un cdi et la stabilité qui va avec. Mais il supporte pas trop mal, puisqu’il n’a jamais connu que ça. <br /> Mais on s’écarte du sujet. Je crois que pour pouvoir regarder ce genre de série un peu lugubre, il faut surtout être très bien dans sa tête, sinon on risque d’empirer les choses.
Voir tous les messages sur le forum

dernières critiques

Critique | The Pentaverate : Mike Myers chasse les complots sur Netflix et ne fait pas dans la dentelle
Critique | Doctor Strange in the Multiverse of Madness : Sam Raimi projette Marvel dans de nouvelles dimensions
Critique Moon Knight : la nouvelle série Marvel ne manque pas de personnalités
Critique Shenmue the Animation : une adaptation qui manque d'impact
Critique Bubble : le film de Netflix et Wit Studio peine à sortir de sa bulle
Critique Shining Girls : un thriller temporel redoutable et troublant sur Apple TV+
Critique | Choose or Die : Netflix se lance dans la drague des fans d'horreur et de jeu vidéo
Critique | Les Animaux fantastiques, les Secrets de Dumbledore : le spin-off d'Harry Potter a-t-il enfin trouvé la bonne formule ?
Critique | L'Attaque des Titans : un anime incroyable qui se prend parfois le mur
Critique | Freaks Out : l'Italie fait son super cirque
Haut de page