Vous voulez commander un Uber pour un proche ? C'est désormais possible, et voici comment faire

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 15 février 2023 à 16h50
La fonctionnalité Guest Rider débarque sur Uber © Alexandre Boero pour Clubic
La fonctionnalité Guest Rider débarque sur Uber © Alexandre Boero pour Clubic

Uber lance une nouvelle fonctionnalité aussi pratique que réclamée par ses utilisateurs : « Guest Rider », qui permet à la fois de commander et de payer pour quelqu'un d'autre.

Votre ami, votre proche ou votre collègue de travail veut commander un Uber, mais n'a pas téléchargé l'application ou galère à mettre à jour son moyen de paiement ? Vous n'aurez désormais plus à vous embêter ou à expliquer la situation au conducteur. Uber vient d'annoncer le lancement d'une nouvelle fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de l'appli de commander une course pour une autre personne, même si elle n'est pas inscrite sur la plateforme. Voyons comment cela fonctionne.

Une fonctionnalité facile à prendre en main

Depuis ce mercredi 15 février, il est possible de commander et de payer une course pour une autre personne, directement depuis l'application Uber. Pour cela, rien de plus simple.

  • Dans l'onglet « Planifiez votre course », accessible sur la page « Où allez-vous », il vous suffit de tapoter sur le bouton « Pour moi », puis de sélectionner « Ajouter un passager ».
  • Là, Uber va vous demander d'accéder à vos contacts pour que vous puissiez rechercher le numéro de votre proche.
  • Une fois votre contact sélectionné, vous devez vérifier son numéro de téléphone et entrer son prénom et son nom. Ces informations-là seront communiquées au chauffeur.

La personne pour qui vous commandez un Uber recevra alors par SMS le nom du chauffeur, les détails du véhicule, le numéro d'immatriculation et les coordonnées, exactement comme lors d'une commande classique. Tout cela aidera votre proche à facilement repérer le (bon) chauffeur qui, lui, recevra, nous le disions, le nom de l'invité pour s'assurer qu'il transporte la bonne personne.

Voici, étape par étape, le fonctionnement de l'outil Guest Rider © Uber
Voici, étape par étape, le fonctionnement de l'outil Guest Rider © Uber

Le chauffeur et votre proche pourront échanger même en dehors de l'application

Une fois la commande effectuée, votre proche et le chauffeur pourront s'ils le souhaitent communiquer par SMS (ou par téléphone) sans avoir à passer par votre compte. Uber s'engage à préserver l'anonymat des coordonnées de la personne qui bénéficie de la commande, et le chauffeur ne pourra pas les consulter.

Une fois que vous aurez confié votre camarade au chauffeur, vous pourrez suivre en temps réel le déroulement de la course sur l'application. Quant au paiement, il s'effectuera toujours en toute sécurité, après que vous aurez sélectionné votre mode de paiement.

Les chauffeurs, eux, auront davantage de visibilité sur les personnes qu'ils transportent, car avant l'apparition de cette fonctionnalité, les confusions ont été nombreuses, et Uber se devait d'éviter les quiproquos, dans un sens comme dans l'autre. L'entreprise indique d'ailleurs que tous ses clients ont désormais accès à la fonctionnalité Guest Rider.

  • Une interface sobre et intuitive pour simplifier la réservation d'une course
  • Un paiement sécurisé et pensé pour faciliter les démarches
  • Un service de transport privé combiné au service de restauration Uber Eats

Uber - Request a ride est une application du groupe Uber Technologies Inc, proposant un service alternatif aux transports en commun ou à l'utilisation d'un véhicule personnel. Son interface simple et son service rapide et qualitatif ont sans aucun doute contribué à renforcer sa domination sur le marché du transport privé à la demande.

Source : Uber

Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (7)
Adrift

eh bien mieux vaut tard que jamais ca fait dix ans que tout le monde galere pour offrir des uber a ceux qui ont plus de bateries ou autre…
Comme des debile on se retrouvait a attendre que l’autre arrive avant de comander son propre uber…

Joeee

Malheureusement les transports coutent très cher de manière générale. Sauf erreur de ma part, c’est bien moins cher qu’un taxi.
Après pour ma part, ayant des vélib pas loin de chez moi, je n’ai jamais commandé d’uber mais je peux comprendre le coté pratique

promeneur001

Pourquoi UBER ?
UBER, quelque soit l’heure, vous pouvez avoir un taxi et rapidement (taxi classique, vous pouvez attendre 1 h). Ça reste ce qu’il y a de moins cher.

Exemple : vous êtes à l’hôpital aux urgences
Il est 23 h. On vous annonce que vous pouvez retourner chez vous :

  • ambulance ? Non, vous n’y avez pas droit, car maintenant, vous allez bien.
  • taxi conventionné ? Non, ça ne marche pas la nuit.
    Alors ce sera UBER.
ABC

@Tiller : « Sauf erreur de ma part, c’est bien moins cher qu’un taxi. »

Ça c’était il y a longtemps, pour attirer les clients et quand les chauffeurs étaient correctement rémunérés, avant d’augmenter les prix tout en réduisant la rémunération des chauffeurs à des cacahuètes. C’est la technique Uber.

En effet, vous faites erreur. Le tarif minimal passe à 9€ en 2023 pour les courses de petite distance. 7,30 € pour les taxis. Si prendre un Uber aux heures creuses est facturé au tarif de base, aux heures pleines les prix sont multipliés, par 2, par 4, voir plus… Ils appellent ça la « la tarification dynamique ». Exemple, un pote qui a payé plus de 60 euros un Uber à Paris un samedi soir, pour aller du 4e à Nation (à peine plus de 5 mn de trajet).

Uber appâte avec des tarifs plus vraiment bon marché (au détriment de ses chauffeurs pris à la gorge) pour mieux plumer ses clients aux heures où il y a le plus de demande. Et dans les grosses agglomérations où les gens bougent et sortent beaucoup, c’est très souvent et c’est annoncé au dernier moment.

L’ubérisation, c’est le mal. Ceux qui pensent se trouver toujours du bon côté du manche, comprendront quand leur métier sera ubérisé à son tour.

ABC

C’est le but d’Uber, devenir majoritaire pour écraser la concurrence, et faire payer aussi cher ou plus une fois que les Uber sont ultra majoritaires. Paris a été une proie facile car il n’y avait pas assez de taxis. L’incompétence des pouvoirs en place à facilité le développement de la pieuvre Uber.

Ce n’est pas pour rien si certaines grandes métropoles européennes ont interdit Uber. Dans certains pays, les chauffeurs Uber, après avoir été attirés par des bons salaires au début, se sont retrouvés réduits en esclavage pour payer leur crédit une fois qu’Uber à baissé leur rémunération sans leur demander leur avis. En Inde, beaucoup de chauffeurs Uber en sont réduits à pratiquement vivre dans leur voiture, même le week-end, pour parvenir à payer leur crédit automobile.

Uber est une firme malhonnête, trompeuse, toxique et esclavagiste. Elle nous vendait du rêve. Au final on a le cauchemar de l’ubérisation.

promeneur001

J’ai oublié de dire qu’il y avait 1 h d’attente pour un taxi classique. Quand vous avez passé la journée aux urgences alors oui UBER.

promeneur001

Oui, UBER est en infraction. Pour se décharger de la contrainte d’avoir des salariés, il demande au chauffeur de s’inscrire en tant que profession libérale. Puis UBER prétend qu’il demande des prestations à des sortes d’artisan. C’est du salariat déguisé.

L’état (le trésor public) ne fait pas son boulot. Normalement, il devrait envoyer de son propre chef à chaque chauffeur un questionnaire afin de vérifier s’il n’est pas un salarié déguisé. Ce n’est pas difficile. Il faut répondre à deux questions primordiales : « décidez-vous du prix de vente de la prestation ? », « décidez-vous de vos horaires ? ». « avez-vous d’autres clients qu’UBER ? »
Si c’est « non » alors, vous êtes un salarié déguisé. Nul besoin de recourir à un procès.
C’est ce qui m’est arrivé il y a bien longtemps (40 ans) lorsque voulant travailler pour une SSI, je m’étais inscrit en tant que profession libérale. Je ne suis pas resté en profession libérale, je suis devenu salarié de la SSI.
UBER n’est pas le premier à faire ça en France.