YouTube : une lettre ouverte du PDG aux créateurs pour évoquer la monétisation

07 février 2019 à 08h12
6
Susan Wojcicki
Susan Wojcicki © FilmMagic

Susan Wojcicki a évoqué les problèmes de monétisation dues aux réclamations d'atteinte aux droits d'auteur sur de nombreuses vidéos. La PDG explique malgré tout que les revenus des YouTubeurs progressent régulièrement depuis 2018.

YouTube s'explique face à la grogne des vidéastes. Susan Wojcicki, PDG de la société filiale de Google a rédigé une lettre ouverte revenant sur les différents sujets de préoccupation des YouTubeurs, notamment de ceux possédant le plus grand nombre d'abonnés.

YouTube a renforcé ses outils et sa communication avec les créateurs

Ces derniers se plaignent de se voir retirer la monétisation de leurs vidéos en raison d'une ou plusieurs réclamations d'atteinte aux droits d'auteur, même si ils ne font que citer un extrait d'un film ou d'une chanson pour la parodier ou l'analyser dans une critique vidéo. La patronne se défend en commençant par s'excuser du manque de communication de YouTube vis à vis de ses utilisateurs, et explique avoir amélioré la réactivité de leurs équipes sur les réseaux sociaux ou en réponse par mail de 50 % cette année.

Ensuite, Susan Wojcicki indique que YouTube a affiné son outil de détection automatique des contenus sous licence afin de bien distinguer les vidéos qui enfreignent le droit d'auteur de celles qui utilisent un extrait dans une démarche artistique. Elle ajoute que YouTube a augmenté la précision de son système d'icônes de monétisation (qui fournit aux créateurs des explications sur la raison pour laquelle une vidéo a été monétisée ou non) de 40 % et amélioré la plateforme de réclamations des vidéastes pour qu'ils obtiennent une réponse plus rapidement.

Enfin, la PDG annonce que le seuil d'abonnements nécessaires à une chaîne pour accéder à la monétisation des contenus est passé de 100 000 à 30 000 abonnés.

Des explications très légères face aux craintes des YouTubers

Susan Wojcicki rappelle toutefois dans sa lettre que les créateurs « gagnant des montants à cinq ou six chiffres au cours de la dernière année a augmenté de plus de 40 % » par rapport à 2017. Elle n'explique par contre pas que ces vidéastes sont soutenus par des MCN, des groupes médias représentant les intérêts des YouTubeurs et n'utilisant pas directement avec la régie publicitaire de YouTube, ce qui augmente le montant des revenus perçus.

Toutes ces mesures sont très loin de répondre à l'inquiétude des vidéastes dont la majeure partie des revenus ne dépend que de la monétisation et de l'affichage publicitaire. Ceux-ci ont également à craindre l'application de l'article 13 de la directive de l'Union européenne sur le droit d'auteur, qui va renforcer les moyens de supprimer les vidéos enfreignant les droits d'auteur de manière arbitraire, sans tenir compte du contexte dans lequel ces œuvres sont utilisées.

Source : TechCrunch
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
0
m_enfin
“La PDG explique malgré tout que les revenus des YouTubeurs progressent régulièrement depuis 2018.”<br /> Tu m’étonnes, vu la quantité de pubs qu’on doit se farcir à présent ! Youtube devrait déjà limiter le nombre de pubs pour une vidéo. Parce que quand une personne met 5 pubs sur une vidéo, non seulement celle-ci montre son peu de considération pour le spectateur, mais en plus c’est l’image même de la plateforme qui en prend un coup : gavage, matraquage publicitaire, …<br /> Pour ce qui est des atteintes au droit d’auteur, et donc des vidéos qui se font démonétiser ou supprimer, je trouve cela normal. Internet s’est construit sur le pillage du travail des autres, et il temps que cela cesse. Non seulement il y a souvent plusieurs heures de travail derrière une création, mais en plus celle-ci ne peut exister qu’à condition de respecter le droit d’auteur car celui-ci apporte 2 choses fondamentales à la création : argent et notoriété (certes il existe des artistes qui ont créé leur univers artistique dans la pauvreté et l’anonymat avant d’être reconnus après leur mort, mais ce sont des exceptions. La plupart des créateurs abandonnent en cours de route car il faut bien remplir son frigo).<br /> Donc même pour en faire une critique ou une parodie, il ne doit pas être possible de piller le travail d’autrui. Il y a vraiment tout un respect du travail de création à enseigner.<br /> Alors oui, certains trouveront dommage de ne plus pouvoir piller une vidéo qui a demandé des heures de travail, de l’argent, des ressources humaines, pour en faire une critique dans leur chambre qu’ils monétiseront sur Youtube, mais c’est ce qu’on appelle respecter le travail d’autrui. Et si c’est frustrant, c’est bien parce que le travail pillé a de la valeur et qu’il n’est pas accessible au simple youtubeur : si vous n’êtes pas capable de reproduire un contenu c’est bien parce que celui-ci nécessite des ressources que vous n’avez pas, et donc qu’il faut respecter ce travail. Pour le dire autrement, même à TF1 cela coûte d’envoyer un journaliste couvrir un évènement : il faut de l’argent, une structure juridique, recruter du personnel, etc… La création de contenu, ce n’est pas magique.
ddrmysti
“Susan Wojcicki rappelle toutefois dans sa lettre que les créateurs « gagnant des montants à cinq ou six chiffres au cours de la dernière année a augmenté de plus de 40 % » par rapport à 2017. Elle n’explique par contre pas que ces vidéastes sont soutenus par des MCN, des groupes médias représentant les intérêts des YouTubeurs et n’utilisant pas directement avec la régie publicitaire de YouTube, ce qui augmente le montant des revenus perçus.”<br /> Donc si j’ai bien comprit, elle nous explique que non non, l’augmentation des strike n’empêche en rien à créativité car le revenu des gros youtubers augmente, tout en précisant que ces youtubeurs ne dépendant pas de la régie publicitaire de youtube, et ne sont donc de toute façon pas concernés par le problème de la démonétisation…<br /> Et en ce qui concerne les youtubers qui ne vivent pas de partenariat publicitaires et autre placement de produits ?
writingmetier
Susan Wojcicki is a great example of business women. Everybody thinks that she is a serious and strict person, but one my friend from https://writingmetier.com knows her directly and saying that in the real life she’s completely different.
Krypton_80
That is to say ?
cioaz
Je réponds au 1er messsage du crétin “m_enfin !”<br /> Tu peux comprendre la différence entre piller une oeuvre, la mettre sur ta chaine et monétiser la vidéo, donc tranquille le vol, et prendre par exemple un film, le commenter, donc en extraire on va dire 15 séquences de 30 sec tout au long du film pour décrire, expliciter la scène, etc…<br /> Est-ce que tu peux faire cette différence ou bien tu es définitivement un sombre crétin, doublé d’un idiot profond?<br /> On ne parle pas de prendre des extraits qui durent 10 minutes, on parle ici du type qui prend un extrait de 15 secondes d’un film, sa vidéo peut être strikée, autrement dit annulée et/ou privée de monétisation.<br /> Tu fais une vidéo qui dure 1 heure, tu fous 10 secondes d’un extrait de film, toute la monétisation de la vidéo ira aux ayants-droit de ces 10 secondes. Tu as pu bosser d’arrache-pied pendant 2 mois sur la vidéo, y passer des nuits de recherches, de boulot, 10 secs ou moins suffisent à ce que ta vidéo soit privée de monétisation.<br /> Et toi comme un parfait idiot, tu viens nous dire que tout est parfait madame la marquise, c’est très bien comme cela.<br /> Donc à part se filmer pour voir ta gueule continuellement, si tu veux parler d’un sujet, si tu n’as pas filmé toi-même le truc, la personne si elle le découvre, pose une plainte youtube pour copyright et les sous de la vidéo lui reviennent.<br /> Tu veux commenter une vidéo qui raconte un peu tout et n’importe quoi, tu fous des extraits de 10 secondes pour mettre en contexte, l’auteur va te striker si tu le critiques. Et si tu ne le critiques pas, il pourra aussi te striker ou réclamer que le fric de la vidéo lui revienne.<br /> C’est tout bonnement du délire total, on ne peut donc plus rien faire. Demain un type fait une vidéo explicative sur pourquoi la terre est plate, je créé une vidéo pour infirmer chacun de ses arguments et mettant quelques secondes de sa vidéo, boum ma vidéo ne m’appartient niveau gains financiers. Voir même on peut la striker.<br /> Voler le boulot des autres ok ça se comprends, mais dans le cas qui nous occupe, dire que c’est super ces règles youtube, je le répéte: faut vraiment en tenir une sacrée couche.
Krypton_80
&lt;&lt; YouTube a renforcé ses outils et sa communication avec les créateurs &gt;&gt;, comme on dit mieux vaut tard que jamais (désolé la vidéo est en anglais mais il est possible d’appliquer des sous-titres).<br />
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Duo : une fonctionnalité « dessin » en approche pour le « Face Time » de Google
Il y aura (finalement) un prochain Titanfall
Nintendo : le DLC de Smash Bros pourrait corrompre vos sauvegardes
Cloud : Microsoft et Amazon dominent toujours Google
Sundar Pichai : la taxe de 30% sur les apps ne bougera pas
EA : le titre s'effondre en bourse suite aux ventes décevantes de Battlefield V
L'UFC alerte de l'augmentation des tarifs mobiles et internet chez Bouygues, SFR et Free
Facebook continue de développer son activité blockchain en rachetant Chainspace
Le Xbox Game Pass accueillera Shadow of the Tomb Raider en février
Oculus : des détails sur le Rift S trouvés dans le logiciel PC
Haut de page