Tous les films Disney seront sur le service Disney +, et nulle-part ailleurs

10 mars 2019 à 20h30
0
Princesses Disney
Les Mondes de Ralph 2 © Disney

Disney va rapatrier toutes ses productions sur son futur service de streaming Disney+ et en conserver l'exclusivité. L'entreprise va mettre fin à sa pratique consistant à rendre inaccessible certains classiques d'animation durant quelques années pour garantir leur caractère exceptionnel.

Bob Iger, PDG de Disney, a confirmé à ses actionnaires ce que tout le monde pressentait depuis l'annonce de l'ouverture d'une plateforme de streaming dédiée aux productions du groupe. L'entreprise aux grandes oreilles va capitaliser sur son immense catalogue et proposer l'intégralité des productions à ses abonnés.

Les 57 classiques d'animation Disney au grand complet

« Le service contiendra tout ce qu'on appelle notre 'bibliothèque produits' comme des films, séries ainsi que des productions originales aussi », a annoncé Bob Iger. « Puis très rapidement après notre lancement, Disney+ accueillera l'intégralité des la bibliothèque Disney Motion Picture. Les films que vous pensiez avoir été cachés dans notre coffre-fort seront disponibles ».

Cette annonce concerne à la fois les derniers films produits par les studios Disney, de Marvel Studios à Star Wars en passant pas les récents Pixar et les remakes comme les prochains Aladdin ou le Roi Lion, mais aussi des classiques d'animation.

La fin de la politique de rareté à l'heure de l'explosion du streaming

En proposant l'intégralité du catalogue à ses abonnés, Disney met fin au système appelé en interne « Vault ». Depuis des dizaines d'années, le géant du divertissement a mis en place une politique de rareté consistant à proposer des ressorties exceptionnelles de ces plus grands films d'animation, que ce soit en DVD, Blu_ray ou à la faveur d'un passage en salles.

Il est impossible de trouver aujourd'hui à la location et même à la vente des films comme Cendrillon, Aladdin ou la Belle au Bois Dormant sur des plateformes de VOD comme iTunes. Une fois les stocks épuisés, les supports vidéo ne sont pas réédités jusqu'à la prochaine sortie, empêchant le public de voir ou revoir ces films mais participant à créer l'évènement à chaque nouvelle sortie.

La multiplication des abonnements, un risque pour toute l'industrie ?

Disney considère aujourd'hui que cette stratégie n'est plus adaptée aux usages contemporains et à la montée en puissance des sites de streaming, Netflix en tête. En officialisant la mise à disposition de son catalogue aimé de tous, Disney abat sa plus belle carte et peut espérer engranger de nombreux abonnés, désireux de retrouver les classiques de leur enfance.

C'est également une mauvaise nouvelle pour les consommateurs qui, pour profiter de l'immense catalogue d'un mastodonte incontournable comme Disney, devront souscrire à un nouvel abonnement, en plus de ceux à Netflix ou Amazon Video. Avec le risque de lasser les clients de l'une ou l'autre de ces plateformes, fatigués de rajouter régulièrement une nouvelle dépense mensuelle pour leurs loisirs.

Source : Engadget
Modifié le 10/03/2019 à 20h52
17
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top