À quelles fins l'Ukraine utilise-t-elle la reconnaissance faciale Clearview AI dans la guerre contre la Russie ?

14 mars 2022 à 13h35
11
Reconnaissance faciale

Alors que la guerre fait rage sur les terres ukrainiennes, l'État dirigé par Volodymyr Zelensky a reçu l'aide de Clearview AI, l'entreprise américaine de reconnaissance faciale, pour « combattre la désinformation, identifier les agents russes et les morts ».

Des voix s'élèvent contre cette aide qui pourrait être utilisée pour d'autres objectifs que ceux communiqués publiquement par la direction de la start-up.

De nouvelles ressources gratuites à disposition

L'agence de presse anglaise Reuters a dévoilé hier que l'entreprise américaine controversée Clearview AI avait offert ses services de reconnaissance faciale gratuitement à l'Ukraine pour aider l'État à faire face à l'invasion russe. Selon le P.-D.G. de l'entreprise, Hoan Ton-That, joint par Reuters, le ministère de la défense ukrainien a commencé à se former à l'utilisation du logiciel ce week-end. Les objectifs affichés sont clairs : faciliter l'identification des morts, identifier des agents russes et combattre les fausses informations.

Avec sa gigantesque base de données comprenant plus de 10 milliards de photos provenant de sources aussi nombreuses que variées, Clearview AI permet à l'Ukraine d'identifier, notamment grâce aux deux milliards de photos venant du réseau social VKontakte, le Facebook russe, les agents russes opérant sur le territoire.

Selon Ton-That, la technologie de reconnaissance faciale de la firme pourra également permettre d'identifier plus facilement les morts, même si leur visage a été endommagé. Clearview AI oriente sa communication sur le positif que peut apporter l'utilisation de telles ressources, comme réunir des réfugiés ou combattre les fausses informations. Mais des voix s'élèvent sur une utilisation plus large et dangereuse qui pourrait émerger.

Un manque de contrôle dangereux

L'identification des agents russes soulève des interrogations de la part d'experts et d'observateurs, compte tenu des déboires de Clearview AI dans le domaine de la surveillance policière aux États-Unis. Le risque 0 n'existe pas et la fiabilité de l'outil est encore à améliorer, ce qui pourrait provoquer de faux positifs, entraînant potentiellement des combats ou des arrestations injustes.

« Nous allons voir une technologie avec de bonnes intentions se retourner contre nous et blesser les personnes mêmes qu'elle est censée protéger. Une fois que vous avez introduit ces systèmes et leurs bases de données associées dans une zone de guerre, vous n'avez plus aucun contrôle sur la façon dont ils seront utilisés », a déclaré auprès de Reuters Albert Fox Cahn, directeur exécutif de l'organisme américain Surveillance Technology Oversight Project (STOP). Il affirme qu'une utilisation visant à identifier les morts est la façon la moins dangereuse d'opérer ce genre de technologie, et donc potentiellement la seule valable.

Rappelons que Clearview AI fait l'objet de plusieurs enquêtes internationales et locales et que son utilisation a été interdite dans plusieurs pays pour des raisons éthiques et de protection de la vie privée. L'entreprise déclare tout de même que leur outil ne doit pas être la seule source d'identification et qu'il ne doit pas être utilisé en violation de la Convention de Genève. Nul doute que la start-up prendra les actions nécessaires si elle s'aperçoit d'une mauvaise utilisation de son outil.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
9
strati33
Un outils reste et doit rester un outils !<br /> Il n’est pas là pour décider à la place d’un humain, juste pour identifier des probabilités qui ne sont JAMAIS de 100% au mieux de 99/99.5/99.9/99.99%. Et dans des cas comme ca, 0.01%, c’est 0.01% de trop de marge… d’ou l’interet de l’humain dans le process !
Bombing_Basta
Il l’ont toujours pas démentelée cette boite ?!
toast
Le jour où l’humain n’atteindra ne serait-ce que 98% d’efficacité…
strati33
toast:<br /> dra<br /> Justement, l’avantage des outils informatique (ou IA), n’est pas pour moi (informaticien) de remplacer l’homme et décider pour lui, mais d’optimiser son efficience ! Qui de base est assez catastrophique… ~~
Nmut
Je ne pense pas que cela soit la fiabilité des résultats qui soit un problème, on aurait exactement le même problème (voir encore moins fiable) si des humains faisait le boulot. C’est le traitement de masse qui pose problème, avec des conséquences plus importantes.
toast
Je suis globalement assez d’accord avec toi dans certain cas.<br /> Pour trier des lettres en analysant le code postal écrit manuellement, je ne vois pas trop l’intérêt de faire intervenir un humain.<br /> Du coup j’évite d’avoir des avis trop tranchés parce que rien n’est jamais blanc ou noir.
strati33
Encore une fois, tu pointe exactement ce que @toast evoque après…<br /> Cet outils IA n’est QUE un outils ! Et comme tout outils, il peut être utilisé pour le meilleur comme le pire !<br /> C’est donc uniquement question de savoir qui va l’utiliser et dans quel objectif. Et personnellement, savoir que la Chine utilise la reco faciale vers ca population (avec entre autre le credit civisme…), et que l’ukraine l’utilise « en temps de guerre » (au sens premier…) pour identifier les morts, détecter de potentiel (probable) espion ou soldat ennemie, et bien clairement, j’ai moins peur de l’usage du 2nde…<br /> Après j’ai envie de dire… Tictoc, insta et FB suffisent à documenter plusieurs milliard de personnes sans bafouer du pied les droits de qui que ce soit car « ce sont des informations (ou photo) publiques ». Ca encore, c’est le coté légal qui est un débat dans le débat j’admets…
KlingonBrain
Cet outils IA n’est QUE un outils ! Et comme tout outils, il peut être utilisé pour le meilleur comme le pire ! C’est donc uniquement question de savoir qui va l’utiliser et dans quel objectif.<br /> J’ai envie de dire, ne soyons pas naïfs.<br /> Les livre d’histoire montrent de manière assez claire que lorsque des outils sont inventés, ce n’est qu’une question de temps pour qu’ils soient utilisés pour le pire. Parce qu’il y aura toujours un salopard pour le faire.<br /> Et cela, parce que nous vivons dans un monde ou l’on accorde beaucoup plus d’importance au développement de la technologie dans un but mercantile et militaire qu’a la formation philosophique nécessaire pour en faire bon usage.<br /> Aussi, parce que nous vivons dans un monde de guerre économique ou les états savent de moins en moins dire « non » aux multinationales et aux startups de peur d’affaiblir leurs sacro saints « champions économiques ». La vérité, c’est que l’humanité n’a jamais vraiment cessé de faire la guerre, elle a juste inventé des moyens de la faire autrement… entre les vraies guerres.<br /> Hélas, cela fait des années que des informaticiens, des cinéastes, des philosophes préviennent des dangers des nouvelles technologies sans que personne ne les écoute :<br /> Attention a cette aspiration de données personnelles à grande échelle, un fichage dont nous n’imaginons pas encore tous les dangers possibles. En quelque sorte, en donnant ces informations, nous avons fait un chèque en blanc.<br /> Attention au développement des chiens robots de combat et aux drones : capables d’aller partout et de tuer en une fraction de seconde. Ils n’ont pas faim, ils n’ont pas froid, ils ne dorment jamais…<br /> Attention à la reconnaissance faciale, parce que c’est le lien entre le morceau de viande que vous êtes et toutes ces base de données virtuelles. C’est le chainon manquant pour tendre le pouvoir de la machine dans le monde réel.<br /> Attention à l’IA et tout ce qu’on peut en faire dans un but de surveillance. Tapez « Stasi » dans un moteur de recherche pour comprendre ce que peut donner une dérive paranoïaque dans la surveillance généralisée. Bonus historique, un certain dénommé Poutine y était.<br /> Allez, combien de temps croyez vous qu’il nous reste à vivre encore avant qu’un cinglé avide de pouvoir ne pense à combiner tout ça ensemble ?<br /> Beaucoup de grands penseurs, tels Stephen Hawking sont arrivé à la conclusion que l’humanité ne survivra pas à sa technologie. Je pense que malheureusement, ils ont sans doute raison.
ben100g
intéressant … on se réjouit de voir les effets sur la chasse aux « espions » dans ce beau pays démocratique.
Vankovic
Je rencontre totalement ton point de vue.<br /> L’actualité nous montre une fois encore qu’il semble plus intéressant d’exercer le pouvoir ou d’obtenir la richesse que d’œuvrer pour le bien de son peuple et encore moins de l’Humanité…
lightness
On voit a quel point toutes ces grandes entreprises réagisse de façon neutre et impartiale. Imaginons un instant que la France soit à la place de la Russie : les usa et le france ont un désaccord, la tension monte,eh bien nous serions en train de vivre ce que le peuple russe vie en ce moment : blocage de Facebook, twitter, duckduckgo et Google déclassement, interdiction du pack office. Autrement dit tout les pays sont aujourd’hui sommet de voter une pourriture plus qu’une autre pour pouvoir conserver ses outils informatiques…
Blackalf
lightness:<br /> On voit a quel point toutes ces grandes entreprises réagisse de façon neutre et impartiale. Imaginons un instant que la France soit à la place de la Russie : les usa et le france ont un désaccord, la tension monte,eh bien nous serions en train de vivre ce que le peuple russe vie en ce moment<br /> Pour que ta comparaison soit valable, il faudrait donc que la France envahisse un pays voisin. Ce qu’elle ne ferait pas, parce que très différente de la Russie.
lightness
cela reste un exemple, elle ne le ferait pas en l’état pour sûr mais en revanche si elle en avait les moyens elle n’hésiterai pas. en revanche ce n’est pas l’action d’envahir un pays le problème c’est d’être en désaccord avec celui-ci.
Blackalf
Ca n’a aucun sens.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Découvrez comment votre carte SIM pourrait protéger vos données des hackers
Attention à ce malware qui se propage et menace votre navigateur
Découvrez Proton, la toute nouvelle identité visuelle de ProtonMail
Opera VPN Pro est désormais disponible sur Windows et macOS
Zoom sur Fronton, le botnet russe qui multiplie les fake news sur les réseaux
YouTube retire 70 000 vidéos de désinformation pour contrecarrer la propagande russe sur la guerre en Ukraine
Face au malware XorDdos, Microsoft recommande son navigateur Edge aux utilisateurs de Linux
Ce bug dans PayPal permet à un hacker de manipuler les transactions
Attention, ce malware se cache dans un ficher Word vérolé, lui-même caché dans un PDF
Les Anonymous déclarent la cyberguerre à Killnet, un groupe de hackers pro-russes
Haut de page