USA : l'impression en 3D d'armes à feu désormais légale

Par
Le 31 juillet 2018
 0
imprimante 3d

Le fléau des armes à feu va-t-il prendre une nouvelle dimension dans les jours à venir ? C'est ce que craignent les représentants de plusieurs états américains suite à un vote favorable pour l'impression d'armes en 3D.

En 2012, Cody Wilson - fondateur de l'association pro-armes Defense Distributed - mettait en ligne les plans d'un pistolet nommé Liberator. Un ghost gun intraçable, car sans numéro de série. Composé de plastique, il est indétectable par les appareils de sécurité qui ne repèrent que le métal. Le tout téléchargeable gratuitement et imprimable en 3D depuis son domicile...

Les plans d'impression retirés du net... puis remis en ligne


L'administration Obama avait alors fait front et ordonné le retrait des fichiers d'impression 3D, invoquant une violation de la régulation ITAR sur la distribution des armes à l'étranger. Mais avant la mise en place effective de l'interdiction, plus de 100 000 plans du Liberator avaient déjà été téléchargés, finissant sur des plateformes P2P comme The Pirate Bay.

Après 5 ans de retrait des schémas d'impression 3D de son ghost gun, Cody Wilson s'est vu autorisé par l'administration Trump à remettre ses plans en ligne. Il a également été dédommagé de 40 000$. La raison ? Les deux premiers amendements de la constitution américaine qui prônent la liberté d'expression et le droit à porter des armes.

Une vive réaction de la part de 20 Etats américains


Choqués par la décision du gouvernement américain, les gouverneurs de 20 Etats ont décidé de déposer une plainte lundi 30 juillet afin d'obtenir une injonction du juge fédéral demandant l'interdiction de télécharger les fichiers d'impression sur leur territoire. Il se peut cependant qu'il soit trop tard, puisque dès le 1er août il sera possible à n'importe qui aux Etats-Unis et dans le monde de télécharger des plans 3D pour le Liberator et d'autres armes à feu.

Une situation qui ne manque pas d'inquiéter les associations anti-armes, notamment avec la recrudescence de fusillades de masse ces dernières années. Pour rappel, plus de 18 fusillades dans des écoles ont eu lieu aux USA depuis le début de l'année. Probablement le pire usage qui puisse être fait des imprimantes 3D...
Modifié le 31/07/2018 à 12h08
scroll top