IA : Les réseaux neuronaux composent un album de musique

06 décembre 2017 à 16h35
0
Décidément, l'intelligence artificielle sait tout faire ou presque ! Après des tableaux créés par les réseaux neuronaux, voici le premier album musical créé de toutes pièces par un ordinateur.

Réseaux neuronaux : un travail minutieux d'apprentissage

« Coditany of Timeness » : c'est le titre d'un album de black metal pas comme les autres. Sa particularité : il a été créé sans intervention humaine, les ordinateurs ont décidé de tout, même de son titre.

« Inventé », pas tout à fait, car tout comme un être humain, avant de déployer sa créativité, l'ordinateur a besoin d'apprendre en étudiant « l'état de l'art ». Au cours de leur expérience, Zack Zukowski et CJ Carr (qu'on connaît surtout par leur surnom « Dadabots ») ont disséqué « Diotima », un vrai album de black metal du groupe américain Krallice, en mini-morceaux de huit secondes chacun. Certains morceaux ont été utilisés pour apprendre à l'ordinateur comment était « structurée » cette musique. Car ces milliers de morceaux appartenant à un même genre musical et à un même auteur ont forcément beaucoup de ressemblances, chacune desquelles peut être identifiée et « décrite » par l'intelligence artificielle. Après tout, c'est cela, la spécialité des ordinateurs : traiter des volumes de données importants et notamment trouver des similitudes.

01F4000008210664-photo-intelligence-artificielle-artificial-ai-ia-ban.jpg


Un album de 20 titres musicaux créé de toutes pièces par l'IA

Une fois ces « connaissances » obtenues, tout comme le ferait un cerveau humain, l'ordinateur a créé de toutes pièces une œuvre originale, en s'appuyant sur les « règles » qu'il a pu déduire lors de l'apprentissage. Par exemple, en analysant une suite de morceaux, il a pu déduire comment les morceaux pouvaient s'enchaîner et, au contraire, quels types d'enchaînements n'étaient pas possibles.

La création de l'album a pris trois jours aux Dadabots. Ce délai important aux vues des capacités de calculation d'un ordinateur s'explique par le fait qu'un tri humain était de la partie. Concrètement, lorsque les « œuvres » résultant de cette « créativité » n'étaient pas intelligibles, les deux musiciens en herbe les supprimaient et ordonnaient à l'ordinateur de produire une nouvelle « œuvre ». Au final, ils ont obtenu 20 titres musicaux de quatre minutes chacun. Qui sait, dans quelques années on écoutera peut-être tous de la musique composée par les réseaux neuronaux !

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top