Test Asus Zenfone 8 : enfin un smartphone haut de gamme compact

12 mai 2021 à 18h00
11

Asus suit son petit bonhomme de chemin sur le marché des smartphones , alternant la sortie de ses surpuissants ROG Phone avec celle des plus grand public Zenfone. Et cette année, le constructeur taïwanais s'essaie à un exercice inédit : celui du contrepied.

Partant du constat que l'énorme majorité des smartphones du marché versent allègrement dans la démesure, Asus veut s'insérer dans l'espace bien moins compétitif des téléphones compacts. Un positionnement malin, qui répond selon lui à une véritable demande.

Si ses mensurations rappellent le Pixel 5  de Google, Asus souhaite toutefois faire moins de concessions techniques que son concurrent. Croyez-le ou non, mais le Zenfone 8 est un véritable flagship. Il n'en a simplement pas l'allure.

Asus Zenfone 8
  • Utilisable à une main
  • Très bon écran…
  • Des performances haut de gamme
  • Très à l'aise en photo et en vidéo…
  • Prise jack et son de qualité
  • Design quelconque
  • … après réglages
  • Autonomie un peu juste
  • … mais traitement un peu agressif

Asus Zenfone 8 : la fiche technique

C'est l'année de la rupture chez Asus. Le Zenfone 7 Pro  n'aura pas de successeur, couronnant de fait le Zenfone 8 comme le véritable nouveau fer de lance du constructeur. Ne vous y méprenez pas : si le Zenfone 8 Flip peut apparaître comme plus impressionnant, il n'en est rien. Il s'agit simplement d'un refresh du Zenfone 7 (et non 7 Pro) de l'an passé.

Fiche technique Asus Zenfone 8

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
11
Surcouche Android
ZenUI
Assistant vocal
Google Assistant

Affichage

Taille de l'écran
5.92in
Type d'écran
Super AMOLED
Définition de l'écran
2400 x 1080 pixels
Taux de rafraîchissement
120Hz
Densité de pixels
445 ppp
Écran HDR
Oui

Mémoire

Mémoire interne
128 Go, 256 Go
Stockage extensible
Oui

Performance

Processeur
Snapdragon 888
Finesse de gravure
5nm
Nombre de cœurs CPU
8
Fréquence CPU
2.84GHz
GPU
Adreno 660
Mémoire vive (RAM)
8 Go, 16 Go

Batterie

Capacité de la batterie
4 000 mAh
Batterie amovible
Non
Recharge sans-fil
Non
Charge rapide
Oui
Puissance de la charge rapide
30W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
3
Définition du / des capteur(s) arrière
64 + 12 MP
Définition du / des capteur(s) avant
12 MP
Enregistrement vidéo
8K30 i/s ; 4K60 i/s ; 1080p60 i/s
Stabilisateur caméra
Optique
Flash arrière
Dual-LED
Flash Frontal
Non
Taille des photosites objectifs arrière
0.8 µm (super pixel de 1.6 µm)
Taille des photosites objectifs frontaux
1.22 µm
Ouverture objectif photo arrières
ƒ/1.8 + ƒ/2.0
Ouverture objectif photo frontaux
ƒ/2.2

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui
Compatible VoLTE
Oui

Connectivité

Wi-Fi
6e
Bluetooth
5
NFC
Oui
GPS
Oui

Equipement

Type de connecteur
USB-C
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Capteur de reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale 2D
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Prise Jack
Oui
Nombre de haut-parleurs
2

Caractéristiques physiques

Hauteur
148mm
Largeur
68mm
Epaisseur
8mm
Poids
170g
Certification IP
65/68

Débit d’Absorption Spécifique (DAS)

DAS tête
1.412 W/Kg
DAS tronc
1.582 W/Kg

Il faut saluer l'admirable gestion des coûts du constructeur sur son nouveau produit. Proposer, en 2021, un smartphone aussi bien doté sous la barre des 600 € est impressionnant. Avertissons toutefois sur un point : si la configuration 6+128 Go est la plus abordable, elle ne sera pas commercialisée en France (pour l'instant ?). Les enchères commenceront donc en France pour 699 € dans la configuration 8+128 Go. Pour compenser, Asus met toutefois en place une offre de remboursement de 100 € pour toute précommande réalisée entre le 12 et le 31 mai.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Dans sa boîte, le Zenfone 8 est livré avec un adaptateur secteur 30 W, un câble USB-C vers USB-C et une coque de protection rigide.

Design : un smartphone utilisable à une main

Sans doute inspiré par un certain iPhone 12 mini , et encore davantage poussé à se lancer par sa communauté, Asus lance avec le Zenfone 8 un produit quasiment anachronique. Alors que la diagonale moyenne des écrans de smartphone tend à se stabiliser autour des 6,7 pouces, le nouveau fer de lance du Taïwanais n'affiche « que » 5,92 pouces.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Le Zenfone 8 Flip et le Zenfone 8 © Pierre Crochart pour Clubic

Par conséquent les dimensions du Zenfone 8 lui permettent d'être très facilement manipulable à une seule main. Et c'est quelqu'un qui vient de boucler le test du Xiaomi Mi 11 Ultra  qui vous écrit ça. Vous pouvez le croire sur parole.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
La prise en main est optimale © Pierre Crochart pour Clubic

Plus sérieusement, je peux effectivement avoir accès à près de 60 % de la surface de l'écran avec mon seul pouce en tenant le Zenfone 8. Un confort d'utilisation qui est hélas devenu rare avec les années, même si dernièrement plusieurs constructeurs s'y sont intéressés, à différents niveaux. On parlait du Pixel 5 plus haut, mais les récents Sony Xperia 5 III  ou le Samsung Galaxy S21  pourraient aussi entrer dans cette catégorie.

Mais si le Zenfone 8 figure effectivement parmi les smartphones récents les plus compacts, il ne remporte certainement pas la palme de l'élégance. Autant l'écrire : le dernier-né d'Asus souffre encore de quelques lacunes de design qui le rendent même un peu grossier. Il y a d'abord ses marges encore généreuses qui encadrent l'écran, mais aussi l'épaisseur générale du smartphone qui contraste avec sa petite taille.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Côté finitions, le Zenfone 8 fait aussi le minimum syndical. Il est donc un peu vilain avec son épais contour en aluminium et sa robe noire mate sans éclat particulier. On aurait apprécié davantage de folie de la part du constructeur, mais cela n'est qu'une affaire de goût.

L'ensemble paraît très solide, et le smartphone profite pour la première fois d'une certification IP68 lui permettant de résister à une immersion prolongée (30 minutes dans 1 mètre 50 de profondeur).

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Une prise jack sur un flagship, eh oui © Pierre Crochart pour Clubic

Il nous faut également préciser que tout flagship qu'il est, le Zenfone 8 dispose bel et bien d'une prise jack 3.5 mm. On a plus vite fait de trouver le dahu qu'un concurrent au Zenfone 8 sur ce terrain-là. Pour couronner le tout, le smartphone affiche également deux haut-parleurs.

Enfin, et contrairement aux Zenfone 7 et Zenfone 7 Pro, le capteur d'empreintes trouve désormais sa place sous l'écran et non plus sur la tranche.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Écran : nécessite quelques réglages

Asus nous a rarement déçus sur la justesse de ses écrans et notre avis n'a pas changé cette année. La dalle Super AMOLED du Zenfone 8 est capable du meilleur, mais il va falloir lui donner un petit coup de pouce avec des réglages de votre cru.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Rappelons déjà les forces en présence. Il s'agit d'un écran affichant une définition FHD+ et autorisant un rafraîchissement à 120 Hz. Le téléphone offre d'ailleurs plusieurs réglages possibles : 60 Hz, 90 Hz, 120 Hz ou «auto». Ce dernier ajuste automatiquement la fréquence en fonction du contenu affiché à l'écran. Mais attention : d'après nos essais, ce mode se limite aussi à du 90 Hz. Si vous souhaitez profiter vraiment de la fluidité de 120 Hz, il faudra forcer ce mode (et dire adieu à votre batterie).

Grâce à notre sonde X-Rite Display Pro et au logiciel professionnel Calman Ultimate, nous avons mesuré la luminosité maximale de la dalle à 771 cd/m2. C'est plutôt bon, même si les smartphones très haut de gamme d'aujourd'hui vont davantage taper dans les 900, voire 1000 nits.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Là où le bat blesse, c'est davantage dans le réglage des couleurs. Par défaut, l'écran pourra paraître très bleu. Nous avons mesuré une température de 8000 kelvins. Rappelons qu'il faut idéalement atteindre 6 500K pour obtenir un blanc « parfait ».

Plusieurs modes de colorimétrie sont disponibles, mais notre choix s'est finalement porté sur le mode « Cinématique », qui offre un rendu beaucoup plus proche de nos attentes. À peine trop chaud par défaut (6 373 K d'après notre sonde), nous l'avons légèrement refroidi avec la jauge laissée à notre disposition pour obtenir les mesures illustrées sur ce tableau : température de 6 512 K, gamuts sRGB et DCI-P3 couverts à 100 % et 97,8 % et delta E (qui mesure l'écart entre la couleur affichée à l'écran et sa référence sur le nuancier Pantone) de 2,88. C'est excellent.

Asus Zenfone 8 test

L'écran du Zenfone 8 profite d'un taux d'échantillonnage tactile de 240 Hz ce qui, couplé à la fréquence élevée du rafraîchissement, offre une réactivité impressionnante. Mais, fatalement, ce que l'on gagne en confort d'utilisation avec la petite taille du téléphone, on le perd en confort de lecture et de visionnage. Charge à chacun et chacune de savoir ce qui est le plus important dans la balance.

Audio : un très bon DAC de poche

Asus renouvelle sa confiance à DIRAC pour proposer un duo de haut-parleurs d'excellente facture sur son Zenfone 8. De belle taille (10 x 12 mm et 12 x 16 mm), ils offrent un son très clair et précis qu'importe le contenu que vous êtes en train d'écouter. Le réglage du volume s'étale sur 30 niveaux, et nous n'avons remarqué de la saturation qu'une fois dépassés les deux tiers.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Plus impressionnantes sont les capacités filaires du Zenfone 8. D'excellente qualité, sa prise jack est épaulée par un DAC Qualcomm Aqstic autorisant la lecture de fichiers audio 384 kHz/32-bit. Bref : un véritable bonheur si vous l'êtes l'heureux possesseur d'un casque Hi-Fi .

Comme sur le ROG Phone 5, on trouve toute une partie de l'interface dédiée aux réglages audio DIRAC. Un égaliser est bien entendu de la partie, ainsi que différents profils d'écoute. Nous avons fait confiance à l'algorithme en conservant le mode «dynamique» qui est censé s'ajuster au type de contenu en cours de lecture.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, le couplet sur le sans-fil. Le Zenfone 8 est compatible Bluetooth 5.0 et prend en charge toute la batterie de codecs habituels. À savoir AAC, SBC, aptX, aptX HD, aptX Adaptative et LDAC .

Performances : un vrai flagship

Il n'en a pas l'air comme ça, mais le Zenfone 8 est une véritable bête de course. D'autant qu'Asus nous a gâtés en nous fournissant pour ce test le modèle configuré avec 16 Go de RAM LPDDR5 et 256 Go de stockage UFS 3.1.

Comme sur tous les smartphones haut de gamme de 2021, c'est le Snapdragon 888 qui est aux manettes. Nous ne sommes donc absolument pas surpris de la vitesse générale du smartphone.

Asus Zenfone 8 test

Sur AnTuTu, le Zenfone 8 frôle la barre des 800 000 points sans pour autant afficher une température importante. Geekbench confirme nos excellentes impressions en sanctionnant le smartphone de plus de 1100 points en single-core et 3600 en multi-core.

Côté GPU, l'Adreno 660 fait décoller les compteurs à plus de 5700 points via 3D Mark. Sur des tâches plus généralistes et quotidiennes, PC Mark affiche le chiffre record (!) de 16620 points. Enfin, la puce de stockage UFS 3.1 nous offre des débits très cohérents avec ce que l'on a l'habitude de constater sur des appareils haut de gamme.

Asus Zenfone 8 test

Impossible de prendre le Zenfone 8 à défaut, côté performances. S'il faudrait éventuellement rester prudent sur le modèle 6 Go de RAM (lequel n'est pas encore commercialisé en France), notre exemplaire de test nous a offert pleine satisfaction. Notre désormais habituel passage sur Genshin Impact nous le confirme : le Zenfone 8 est une foudre de guerre. Le jeu de MiHoYo se lance en qualité « Élevée » et tient ses 60 images par seconde sans sourciller. De plus, aucune chauffe inquiétante n'a été remarquée. Après tout, Asus touche sa bille, côté smartphones gaming.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Logiciel : ZenUI toujours aussi discrète

Beaucoup moins chargée visuellement que ROG UI, ZenUI n'est finalement rien d'autre qu'une adaptation à la marge d'Android Stock. On retrouve absolument tout ce qui fait le sel de l'expérience Android «pure», sans fioritures. Notre exemplaire de test est pourvu d'Android 11 et de la mise à jour de sécurité datée d'avril 2021. Il supporte bien les DRM Widevine L1.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic

On en parlait plus haut, seules quelques parties des paramètres du téléphone laissent la place à des fonctionnalités propres à Asus. Les réglages de DIRAC pour la partie audio en font partie, tout comme ceux liés à Game Genie (l'assistant de jeux d'Asus).

Le « Smart Key » est également de la partie. Pour rappel, il s'agit ni plus ni moins d'un raccourci qui permet de reconfigurer le bouton d'alimentation du téléphone pour, par exemple, lancer rapidement une application de son choix, ou invoquer Google Assistant.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic

Si jamais le Zenfone 8 est encore trop grand pour vous, sachez qu'il existe aussi une fonctionnalité d'utilisation à une main. Ne vous y méprenez pas, elle est bien différente de celle des autres constructeurs qui se contentent de réduire la taille de l'interface. Ici, et à l'instar d'iOS, il s'agit de faire glisser son doigt sur la partie basse du téléphone afin de faire descendre l'écran et donc de pouvoir atteindre les boutons situés en haut.

On retrouve également et avec plaisir toutes les fonctionnalités liées à l'entretien de la batterie. Asus est en effet l'un des rares constructeurs à faire la promotion d'options qui brident la vitesse de recharge de ses téléphones. Anachronisme encore, à l'heure où certains constructeurs, comme OnePlus, permettent de recharger totalement leurs mobiles en 30 minutes.

Ici, l'idée est justement de permettre à celles et ceux qui rechargent leur téléphone la nuit de moins abîmer la batterie du smartphone. Il est par exemple possible d'étaler la recharge sur une longue période, voire même d'interdire la recharge d'excéder les 80 ou 90 % afin de ne pas consommer un « cycle » de recharge. Malin, et à contre-courant.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic

On regrette simplement la présence d'une toute petite poignée de bloatwares (Facebook, Messenger, quelques applications Asus) dans l'interface. Pas de quoi s'en émouvoir : tous sont désinstallables sans peine.

Autonomie : l'énorme point faible

Ne tournons pas autour du pot : le Zenfone 8 ne pèche véritablement que par son autonomie. C'est logique après tout : qui dit petit gabarit, dit également petite batterie, non ? Ce n'est pas si simple. En effet lorsqu'on regarde la fiche technique du smartphone, on remarque qu'il est doté d'un accumulateur de 4 000 mAh ! C'est autant que le Samsung Galaxy S21 , et presque deux fois plus que ce qu'offre l'iPhone 12 mini .

Et pourtant ces deux derniers smartphones ont quasiment autant de souffle que ce Zenfone 8. Pour ce test, et pour profiter du mieux de l'un des arguments de vente du smartphone, nous avons opté pour le mode d'affichage « Automatique », qui fait varier la fréquence d'affichage entre 60 et 90 Hz. Mais même avec cela, le Zenfone 8 ne nous a offert qu'un peu plus de 24 h de veille pour 6 h 41 de temps d'écran. Cela correspond à une journée maximum.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic

Nous l'esquissions plus haut, mais Asus ne concourt pas non plus dans la course au smartphone à la recharge la plus rapide. Avec son adaptateur secteur 30 W (inclus), il faut compter 1 h 25 pour passer de 0 à 100 %. En 30 minutes, on aura déjà regagné 60 %. Cela reste évidemment très honnête, mais la concurrence fait mieux. Sur la recharge, et sur l'autonomie…

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Photographie : modeste mais efficace

Les Zenfone cachent d'ordinaire très bien leur jeu côté photo. C'est qu'Asus, contrairement à ses concurrents, n'axe pas l'intégralité de sa communication sur cet aspect de la fiche technique. D'ailleurs, il ne faut pas se cacher que le présent Zenfone 8 dispose des mêmes capteurs que son prédécesseur (enfin, de deux des trois capteurs).

Dans le détail, nous avons ici affaire à un Sony IMX 686 de 64 mégapixels (grand-angle, capteur 1/1.72", pixels de 0,8 µm, ouverture de ƒ/1.8) et un IMX363 de 12 mégapixels (ultra grand-angle, capteur 1/2.55", pixels de 1,4 µm, ouverture de ƒ/2.2). À l'avant, il s'agit d'un Sony IMX 663 de 10 mégapixels.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Grand-angle : des photos très contrastées

On le connait bien, le IMX686. Intégré à une quantité astronomique de smartphones depuis plus d'un an, le capteur de Sony est un allié fidèle pour immortaliser son quotidien. D'une belle taille, il affiche surtout des « super-pixels » (les pixels obtenus après pixel binning) de 1,6 µm. Suffisant pour obtenir des images très détaillées, au piqué excellent quand la lumière est de votre côté.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Nous pourrions simplement émettre une petite réserve sur le traitement numérique du Zenfone 8. Le contraste et la saturation du vert peuvent en effet paraitre un poil exagérés. Certes, nos photos apparaissent plus belles, mais elles souffrent aussi parfois d'un petit côté grossier qui ne sera pas du goût de tout le monde. Le micro-contraste (la clarté) paraît aussi poussé dans ses retranchements.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Ne nous focalisons pas tant sur cet aspect. Après tout, libre à vous de retoucher vos images à votre convenance après coup. Samsung a également une patte toute personnelle, en termes de traitement « too much ». Mais passons : retenez surtout que le Zenfone 8 offre des images de grande qualité. Une justesse notamment permise par un autofocus très efficace.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

On vous épargne le couplet habituel sur la possibilité de prendre des photos en 64 mégapixels : c'est pratiquement inutile. À moins que vous souhaitiez zoomer dans l'image, vous perdez beaucoup trop de détail et de netteté à vous passer des super-pixels de 1,6 µm.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
16 MP / 64 MP © Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, le Zenfone 8 est très impressionnant en HDR. Une nouvelle fois, on n'échappe pas à un résultat très artificiel. Mais admettez que la récupération de détails dans les ombres et les hautes lumières sont à saluer.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Ultra grand-angle : un peu en retrait

L'ultra grand-angle du Zenfone 8 est loin d'être aussi costaud que le grand-angle, techniquement parlant. De 12 mégapixels seulement, le capteur IMX663 souffre aussi d'une légère diffraction dans les angles qui occasionne une grande perte de détails. Du reste, le piqué au centre de l'image reste très bon.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Néanmoins l'exposition avec ce module est un peu moins bonne qu'au grand-angle. Comme si l'histogramme manquait de blanc. Il nous est aussi arrivé de noter une légère dérive colorimétrique dans certains scénarios. De manière générale, les photos sont un peu plus froides à l'ultrawide qu'avec le capteur principal.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

On reconnaît toutefois l'aisance de ce petit module dans les scénarios de haute dynamique. Ce comparatif avec et sans HDR vous illustre à quel point il est efficace pour rééquilibrer l'histogramme de l'image.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Zoom : numérique uniquement

Ne nous attardons pas trop. Après tout, le Zenfone 8 ne dispose pas de capteur téléphoto dédié. Comme beaucoup d'autres, il va simplement utiliser le capteur principal haute résolution et « zoomer dedans » pour simuler un grossissement.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 8x © Pierre Crochart pour Clubic

Disons que cela dépanne, pour peu que vous ne dépassiez pas un zoom 2x. Au-delà, le lissage est beaucoup trop grossier et on tombe dans le fameux effet « peinture à l'huile ». Dans tous les cas, le Zenfone 8 ne vous permettra pas d'aller au-delà d'un zoom 8x.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 8x © Pierre Crochart pour Clubic

Un portraitiste convaincant

Le Zenfone 8 est très à l'aise dans l'exercice du portrait. Comme quoi, un bon autofocus est parfois plus important qu'une caméra 3D ToF ou qu'un capteur de profondeur de champ. Ici, le seul module grand-angle est capable de capturer de vrais jolis portraits. Les couleurs sont vives et les contrastes marqués. Surtout : le lissage de la peau n'est pas excessif et contribue «simplement» à vous montrer sous un meilleur jour.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le flou est également bien dosé, et peut de toute façon être ajusté pendant ou après coup. Bref, aucune chance de se tromper.

Sur d'autres types de sujets, le Zenfone 8 s'en tire également avec les honneurs. Bien sûr, il arrive que quelques scénarios lui posent souci. Rien qu'un peu de persévérance ne permette pas de résoudre.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le capteur photo avant est un peu décevant. Le point à du mal à se faire, le lissage excessif, et les erreurs d'appréciation dans la génération du flou fréquentes.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Selfie / Portrait avant © Pierre Crochart pour Clubic

Nuit : un bon photophone nocturne

S'il ne se hisse pas aux côtés du Xiaomi Mi 11 Ultra ou du Huawei Mate 40 Pro sur le classement DxoMark, le Zenfone 8 est volontaire, même dans des conditions lumineuses difficiles. En soirée, en intérieur, les deux capteurs sont très corrects. Surtout après qu'on a activé le mode nuit, qui permet de corriger la balance des blancs et surtout d'affiner la qualité de l'image.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

En extérieur en revanche, l'ultra grand-angle n'est plus du tout au niveau. À moins de passer par le mode nuit, le pauvre n'arrive plus du tout à faire le point.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Le grand-angle, enfin, parvient à délivrer des images détaillées et — surtout — exemptes de bruit. C'est sur ce point en particulier qu'on mesure les efforts produits chaque année par les constructeurs.

Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit
Asus Zenfone 8 test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo : une bonne stabilisation

Le Zenfone 8 peut filmer en 8K à 30 images par seconde, mais malheureusement la qualité de l'image n'est pas tout à fait au rendez-vous. Surtout, et malgré un capteur stabilisé mécaniquement, on remarque des à-coups qui deviennent vraiment gênants au visionnage. Privilégiez donc un pied si possible.

En 4K à 60 images par seconde en revanche, le smartphone d'Asus offre une excellente qualité d'image. Riche en détails et aux couleurs vives, les films que vous prenez avec le Zenfone 8 sont également très bien stabilisés en optant pour cette résolution. Même constat en filmant avec l'ultra grand-angle, même si l'image est de moins bonne qualité.

Asus Zenfone 8 : l'avis de Clubic

Asus s'est lancé dans un pari risqué cette année. Mais il s'est aussi assuré de mettre toutes les chances de son côté. Oui, le Zenfone 8 est un smartphone compact. Mais c'est aussi un smartphone haut de gamme, qui ne démérite certainement pas au rang de ses performances ou de la qualité de son écran.

Bien entendu, ce n'est pas l'appareil le plus sexy du marché. Un peu simpliste, il manque aussi d'audace du côté de la photo… Mais nous ne pouvons au final rien lui reprocher en termes de qualité.

Seule ombre au tableau ? Son autonomie. Un peu juste, la batterie du smartphone vous accompagnera rarement plus d'une journée complète. Un compromis à garder en tête au moment de passer à l'achat, même si pour le prix qu'en demande Asus, le Zenfone 8 reste une très bonne affaire.

Asus Zenfone 8

8

Asus se réinvente et opte cette année pour un flagship… compact ! En effet le Zenfone 8 offre une prestation haut de gamme, tout en s'éloignant des modèles XXL qui inondent le marché. Le smartphone est parfaitement utilisable à une main, et ne démérite que sur son autonomie un peu juste.

Les plus

  • Utilisable à une main
  • Très bon écran…
  • Des performances haut de gamme
  • Très à l'aise en photo et en vidéo…
  • Prise jack et son de qualité

Les moins

  • Design quelconque
  • … après réglages
  • Autonomie un peu juste
  • … mais traitement un peu agressif

Design 7

Écran 9

Performances 10

Autonomie 7

Photographie 8

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Modifié le 17/05/2021 à 09h45
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
12
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Apple publie un livre blanc sur la dangerosité des App Store tiers
Huawei P50 : une sortie avant la fin juillet ?
Chrome sur iOS permet de verrouiller ses onglets de navigation privée avec Face ID
Forfait mobile : le forfait RED by SFR 5Go à 5€ est encore disponible quelques heures
Huawei :
Honor pourrait également sortir son smartphone pliable... mais pas avant la fin d'année
Après Aukey, au tour de RavPower d'être banni d'Amazon en raison de faux avis
Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : vers un lancement tout début août
Qualcomm : le futur haut de gamme Snapdragon 895 en test chez les constructeurs partenaires
Le forfait mobile B&You 5 Go à prix mini est de retour !
Haut de page