Test du Xiaomi Mi 11 Ultra : le meilleur photophone du monde manque d’endurance

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
04 mai 2021 à 18h00
26

Annoncé le mois dernier, le Xiaomi Mi 11 Ultra est le 10e smartphone sorti cette année par le constructeur chinois. Un modèle qui, comme son nom l’indique, ne semble faire l’impasse sur rien, et se hisse logiquement au sommet de la chaîne alimentaire dessinée par le troisième plus gros constructeur mondial.

Voulu comme le meilleur photophone au monde, le Mi 11 Ultra avance des arguments massue pour séduire. Il est notamment le premier à intégrer le tout nouveau capteur Samsung ISOCELL GN2, qui n’est rien de moins que le plus gros capteur photo actuellement disponible sur un téléphone portable.

Mais devrait-on pour autant se délester de 1199€ sur la seule foi de photographies impressionnantes ? C’est un petit peu plus compliqué que ça. Surtout pour celles et ceux qui aiment leur smartphone très endurant.

Xiaomi Mi 11 Ultra
  • Le meilleur photophone du marché
  • Très à l’aise en vidéo
  • Un écran fascinant…
  • Rapide comme l’éclair
  • Un son stéréo convaincant
  • Enfin certifié IP68
  • Autonomie très juste
  • Chauffe beaucoup en jeu
  • … mais mal calibré d’usine
  • Très lourd, très épais
  • Deuxième écran anecdotique

Xiaomi Mi 11 Ultra : la fiche technique

Le Xiaomi Mi 11  est immédiatement renvoyé dans les cordes par ce nouveau modèle ultra premium. Le constructeur s’en est assuré : son Mi 11 Ultra ne manque de rien. C’est en tout cas ce qui ressort de la lecture attentive de sa fiche technique, en tout point impressionnante.

Fiche technique Xiaomi Mi 11 Ultra

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
Android 11
Surcouche Android
MIUI 12.5
Assistant vocal
Google Assistant

Affichage

Taille de l'écran
6,81in
Type d'écran
AMOLED
Définition de l'écran
1440 x 3200 pixels
Taux de rafraîchissement
120Hz
Densité de pixels
515 DPI
Écran HDR
Oui

Mémoire

Mémoire interne
256 Go, 512 Go
Stockage extensible
Non

Performance

Processeur
Snapdragon 888 5G
Finesse de gravure
5nm
Nombre de cœurs CPU
Octa-Core
Fréquence CPU
2,84GHz
GPU
Adreno 660
Mémoire vive (RAM)
8 Go, 12 Go

Batterie

Capacité de la batterie
5000 mAh
Batterie amovible
Non
Recharge sans-fil
Oui
Charge rapide
Oui
Puissance de la charge rapide
67W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
4
Définition du / des capteur(s) arrière
50 Mpx, 48 Mpx, 48 Mpx
Définition du / des capteur(s) avant
20 Mpx
Enregistrement vidéo
8K@24fps, 4K@30/60fps, 1080p@30/60/120/240/960/1920fps
Stabilisateur caméra
Optique et Numérique
Flash arrière
Dual-LED
Flash Frontal
Non
Taille des photosites objectifs arrière
1.4 µm, 0.8 µm, 0.8 µm
Taille des photosites objectifs frontaux
0.8 µm
Ouverture objectif photo arrières
f/2.0, f/4.1, f/2.2
Ouverture objectif photo frontaux
f/2.2
Zoom Optique
5x

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui
Compatible VoLTE
Oui

Connectivité

Wi-Fi
Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth
5.2
NFC
Oui
GPS
Oui
Infrarouge
Oui

Equipement

Type de connecteur
USB Type-C
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Capteur de reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale 2D
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Prise Jack
Non
Nombre de haut-parleurs
2

Caractéristiques physiques

Hauteur
164,3mm
Largeur
74,6mm
Epaisseur
8,4mm
Poids
234g
Certification IP
IP68

Débit d’Absorption Spécifique (DAS)

DAS tête
0,547 W/Kg
DAS tronc
0,991 W/Kg
DAS membres
1,992 W/Kg

Le Xiaomi Mi 11 Ultra ne bénéficie pas seulement des meilleurs appareils photo et du meilleur SoC du moment. Il intègre aussi une formidable dalle AMOLED, atteignant une définition WQHD+ et une fréquence de 120 HZ, saluée pour sa justesse par les experts de DisplayMate. Contrairement au Mi 11 classique, ce nouveau modèle est également certifié IP68 pour résister à une immersion prolongée.

Nous aurons également l’occasion d’en parler plus bas, mais le dos du smartphone est aussi recouvert de céramique. Un matériau noble que l’on ne retrouvait jusqu’alors que sur certains modèles de Huawei Mate 40 Pro .

Dans sa boîte, le Xiaomi Mi 11 Ultra s’accompagne d’un adaptateur secteur 67W, d’un câble USB-A vers USB-C, d’un adaptateur USB-C vers jack 3.5 mm et d’une coque de protection en silicone transparent.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Design : cachez ces appareils photo que je ne saurais voir

En termes de gabarit, les Mi 11 et Mi 11 Ultra sont très semblables. À la différence du Samsung Galaxy S21 Ultra, la face avant du smartphone est parfaitement identique au modèle sorti en début d’année. On retrouve donc avec plaisir ce grand écran 6,81 pouces, lequel repousse de façon impressionnante les bordures pour maximiser la surface d’affichage. Le poinçon intégré dans l’angle supérieur gauche est ridiculement petit — une prouesse.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Le Mi 11 Ultra profite toujours d'un écran très immersif © Pierre Crochart pour Clubic

Sous cet écran se loge un capteur d’empreintes digitales de très bonne facture ; aussi réactif que fiable. Tout comme le Mi 11, deux grilles de haut-parleurs (calibrées par Harman Kardon) sont disposées de part et d’autre (en haut et en bas) du smartphone. On apprécie toujours autant la petite coquetterie de Xiaomi de dessiner comme une onde sinusoïdale sur sa grille de haut-parleurs inférieure.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Rien à redire non plus sur le placement des boutons d’allumage et de réglage du volume. Ils sont toujours disposés sur la droite du châssis, et facilement atteignables du pouce pour les droitiers ou de l’index pour les gauchers.

Non, l’essentiel des différences entre les deux modèles se trouve à l’arrière du téléphone. Elle tient d’ailleurs en un chiffre : 3 millimètres. C’est l’épaisseur du bloc d’appareils photo du Mi 11 Ultra.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Le bloc d'appareils photo est très, très proéminent © Pierre Crochart pour Clubic

Je dois être parfaitement honnête avec vous chers lecteurs : je trouve ce bloc hideux. Il occupe toute la largeur du smartphone (logique, vu la taille des capteurs photo) et intègre même… un second écran. Oui, vous avez bien lu. On trouve à l’arrière du Mi 11 Ultra une minuscule dalle AMOLED qui peut, au choix, afficher des notifications, l’heure, le niveau de la batterie, mais aussi un message personnalisé ou encore vous servir de miroir si vous souhaitez vous prendre en selfie avec les appareils photo arrière.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
On peut afficher des messages personnalisés sur le second écran © Pierre Crochart pour Clubic

En résulte un smartphone très, très lourd. Habillé de céramique, doté d’une batterie XXL et d’un bloc d’appareils photo disproportionné, le Mi 11 Ultra tape dans les 234 grammes. C’est plus que l’iPhone 12 Pro Max , et presque autant que le Asus ROG Phone 5  ! Poignets fragiles s’abstenir donc. Tout comme les personnes qui aiment pouvoir manipuler leur téléphone à une main.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Le Mi 11, le Mi 11 Ultra et le Mi 11 Lite 5G © Pierre Crochart pour Clubic

Écran : la perfection se mérite

On ne se risquera pas à contredire les experts de DisplayMate concernant l’écran du Mi 11 Ultra. Mais il faut avertir nos lecteurs que, d’usine, le smartphone ne nous a pas donné entière satisfaction. Il nous a fallu, comme souvent, faire preuve de patience pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Rappelons-le, nous avons affaire à une dalle AMOLED 10-bit affichant une définition de 3200 x 1440 sur une fréquence de 120 Hz. Notre sonde X-Rite et le logiciel de calibration CalMAN Ultimate nous informe que sa luminosité est excellente. Sur notre unité de test, elle a été calculée à 905 cd/m2. C’est parfait pour garantir que l’écran restera lisible qu’importe les conditions lumineuses.

Par défaut, le « schéma de couleurs » comme l’appelle MIUI est paramétré sur « Automatique ». Ce n’est pas le meilleur choix pour plusieurs raisons. La température de couleurs est bien trop froide (7148K) et la couverture du spectre DCI-P3 n’atteint que 93,5%. Le delta E, qui mesure l’écart entre la couleur affichée et sa référence Pantone atteint lui aussi 4,14 (on attend idéalement un chiffre inférieur à 3, voire 2).

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

D’après nos essais, il vaut mieux se tourner vers le mode « Avancé > Amélioré » et réduire la teneur en bleu et en rouge dans la balance RGB. Ce faisant, voici les résultats que nous avons pu obtenir. Température de 6555K, spectre sRGB couvert à 99,8%, DCI-P3 à 98,6% et delta E à 5,67. 

Alors oui, dit comme ça, on pourrait être tentés de croire que le Mi 11 Lite 5G dispose d’un écran mieux calibré. Mais il y a évidemment d’autres éléments à prendre en compte. Le Mi 11 Ultra est beaucoup plus régulier dans sa perfection. De plus, son gamma ne fait pas le yoyo, contrairement au smartphone milieu de gamme. Bref, n’en doutez pas : le Mi 11 Ultra est un vrai bijou du côté de l’écran. Dommage que les utilisateurs ne profitent pas du meilleur mode d’affichage par défaut.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Les mesures relevées avec notre sonde X-Rite et CalMAN Ultimate après calibration.
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Notre réglage pour un affichage parfait © Pierre Crochart pour Clubic

Si l’on parvient à mettre son poids de côté, le Mi 11 Ultra est un smartphone très agréable à utiliser. Sa haute résolution et sa fréquence de rafraîchissement en font un appareil au confort extraordinaire pour profiter de tous ses contenus audiovisuels dans de bonnes conditions. On regrette simplement que Xiaomi n’ait pas pu investir dans une technologie de VRR (variable refresh rate) qui lui aurait permis d’économiser de la batterie au quotidien. Ici, la fréquence oscille automatiquement entre 60, 90 et 120 Hz selon les cas d’usage. Ça reste trop, comparativement au Galaxy S21 Ultra qui peut descendre jusqu’à 10 Hz, et se montre donc beaucoup plus endurant (nous y reviendrons).

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Audio : l’un des meilleurs

Le Xiaomi Mi 11 Ultra se tire la bourre avec un certain ROG Phone 5 au rang des meilleurs audiophones du marché. Avec ses deux haut-parleurs grand format calibrés par Harman Kardon, le téléphone ultra premium de Xiaomi offre un son d’excellente qualité. Comparable, en réalité, à ce que propose le Mi 11.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Aussi, nous avons peu de choses à ajouter à son propos que nous n’avons pas déjà dites dans le test du Mi 11. Que ce soit pour la musique ou les voix (vidéos ou podcasts), le Mi 11 Ultra délivre un son puissant, très équilibré qui, pour une fois, n’oublie pas les basses. Dans des pièces confinées, le smartphone se montre étonnant, et peut sans problème faire office de pis-aller si vous n’avez pas d’enceinte portable à proximité.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Xiaomi ne nous a pas fourni d’écouteurs avec notre modèle de test. Mais vous en trouverez bien entendu dans la boîte du smartphone quand il sera commercialisé. Du reste, le Mi 11 Ultra est compatible Bluetooth 5.2, et dispose évidemment de tous les codecs nécessaires pour profiter de sa musique en haute définition, même en sans-fil (AAC, SBC, aptX HD, et LDAC notamment ).

Performances : un monstre de puissance

Doté du Snapdragon 888 et de 12 Go de RAM LPDDR5, le Mi 11 Ultra est évidemment un foudre de guerre. Après tout, c’est exactement ce que l’on demande en investissant plus de mille euros dans un smartphone, non ?

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

D’après AnTuTu, le Mi 11 Ultra serait donc le smartphone le plus puissant du marché actuel. Lors de notre passage, il s’en est sorti avec plus de 780 000 points. Un score jamais atteint auparavant par aucun autre smartphone testé par Clubic. En resserrant notre focale sur le processeur du Snapdragon 888 via Geekbench, on obtient toutefois des résultats très proches de ceux du Mi 11 (et de n’importe quel autre smartphone équipé de la même puce).

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Le Mi 11 Ultra se hisse également dans le haut du panier côté GPU, avec plus de 5500 points sur 3D Mark. Côté multitasking sur PC Mark, c’est aussi de haute volée avec presque 13 000 points. Enfin, la puce de stockage en UFS 3.1 offre de très bons débits aussi bien en lecture qu’en écriture.

Bon avec tout cela, inutile de vous faire un dessin : on peut tout faire. Lancez une multitude d’applications, passez de l’une à l’autre d’un geste sans aucun ralentissement. Profitez de vos jeux dans leur qualité graphique la plus élevée… même le très exigeant Genshin Impact tient de façon presque stable ses 60 images par seconde en qualité élevée.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Mais ces bonnes nouvelles sont compensées par un petit impair : le Mi 11 Ultra chauffe. Il chauffe énormément. 20 minutes sur ledit Genshin Impact suffisent pour faire s’affoler le mercure à un niveau qui nous inquiète presque. Nous avons relevé plus de 48°C sur la batterie, ce qui nous a encouragé à quitter l’application en attendant que cela refroidisse…

Interface : un deuxième écran très gadget

Vous la connaissez par cœur, la surcouche MIUI 12. Basée sur Android 11 et sur la mise à jour de sécurité d’avril 2021, elle offre absolument toutes les fonctionnalités dont on pourrait rêver sur un smartphone Android.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

La navigation gestuelle est bien présente, le mode sombre intégral également, tout comme la myriade d’options de personnalisation qui permettent notamment de passer du panneau de raccourcis traditionnel à un autre beaucoup plus inspiré d’iOS. Rappelons que MIUI permet également de jongler entre un « tiroir d’applications » ou un écran d’accueil qui laisse une place à la moindre application installée sur le téléphone. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

On trouve aussi une tonne de fonctionnalités dédiées à l’image et à la vidéo, comme l’amélioration des couleurs par IA, le MEMC ou la « Super résolution » qui permet d’upscaler la résolution de certaines vidéos grâce à l’intelligence artificielle. 

Comme sur le Mi 11 : le capteur d’empreintes digitales permet également de calculer son rythme cardiaque en laissant son pouce appuyé dessus. Une petite fonctionnalité déjà aperçue ailleurs, chez Samsung notamment, mais qui était un peu tombée en désuétude depuis quelques années.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Parlons aussi de ce second écran, intégré au bloc d’appareils photo. Point positif : il est totalement personnalisable. On en parlait plus haut, on peut s’en servir pour prendre connaissance de ses notifications, pour changer de musique à la volée, ou plus simplement pour afficher un message personnalisé ou même une photo de son choix.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Un menu complet des paramètres est dédié à la personnalisation de ce gadget. On y choisit la taille des éléments, la couleur du texte et même l’espace entre les lettres. On en parlait : cet écran peut aussi servir de « miroir » pour obtenir un retour en direct si vous souhaitez vous prendre en photo avec les appareils photo arrière. Le hic, c’est que cette fonction n’est pas disponible en mode « portrait ». Étrange.

Enfin, si nous n’avons rencontré aucune publicité comme c’est parfois de rigueur sur MIUI 12, il nous faut vous avertir sur la présence de nombreux bloatwares dans l’interface. Comme sur d’autres modèles Xiaomi, vous trouverez plus d’une dizaine d’applications préinstallées (Facebook, Amazon, eBay, TikTok,…) que, par chance, vous pouvez désinstaller sans aucune barrière. Encore heureux.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Autonomie : ça coince

C’est LE point faible du Mi 11 Ultra. Malgré sa gigantesque batterie de 5 000 mAh, le smartphone de luxe de Xiaomi a beaucoup de mal à tenir la distance.

Dans un premier temps, nous avons opté pour le couple WQHD+ et 120 Hz. Un véritable plaisir pour les yeux, mais qui fait malheureusement peser un poids bien trop lourd sur la batterie du Mi 11 Ultra. Dans ces conditions, et en alternant entre du jeu, de la navigation et de la vidéo, le smartphone nous a lâché au terme de 22h de veille pour à peine plus de 5h d’écran. C’est vraiment très, très juste pour un smartphone haut de gamme. À titre de comparaison, le Galaxy S21 Ultra (écran WQHD+ 120 Hz et batterie de 5 000 mAh) nous offrait 24h de veille et 8h de temps d’écran. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

En passant sur une fréquence fixe de 60 Hz (la résolution étant dynamique, elle a moins d’impact sur l’autonomie), nous avons obtenu 30h de veille pour 5h20 de temps d’écran. C’est donc bien la fréquence de rafraîchissement qui accable la batterie du Mi 11 Ultra. Gageons que Xiaomi pourra opter pour une dalle de type LTPO pour un hypothétique Mi 12 Ultra. 

Ceci étant dit, le Mi 11 Ultra a pour lui sa vitesse de recharge à 67W. Avec l’adaptateur secteur fourni, on peut espérer passer de 0 à 100% d’autonomie en moins de 50 minutes. Après 30 minutes, la batterie affichait déjà 80% ! À ce petit jeu, le Galaxy S21 Ultra est donc battu à plates coutures. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Photo : le meilleur, tout simplement

Prenons un petit instant pour détailler la proposition photo du Mi 11 Ultra. Techniquement, il s’agit — on l’a dit — de la fiche technique la plus reluisante jamais offerte à un smartphone. Ce modèle brille notamment par son capteur photo principal : un Samsung ISOCELL GN2 de 50 mégapixels, lequel tire son épingle du jeu grâce à sa taille de 1/1.12".

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Rendez-vous compte : c’est presque aussi grand qu’un capteur d’appareil photo compact ! Pour couronner le tout, ce capteur offre des pixels de base de 1,4 micron. À titre de comparaison, la majorité de la concurrence table sur des pixels de 0,8 µm. Dans tous les cas, la magie du pixel-binning permet d’augmenter drastiquement la taille de ces pixels. Mais dans le cas du Mi 11 Ultra, on atteint une nouvelle fois un record absolu. Après fusion de quatre pixels en un, on obtient des photosites de 2,8 µm. Du jamais vu sur un smartphone.

Mais le grand-angle n’est pas la seule star à l’affiche. On trouve également un ultra grand-angle de 48 mégapixels (1/2,0"; ƒ/2,2 ; 0,8 µm) et un téléobjectif périscopique de 48 mégapixels également (1/2,0" ; ƒ/4,1 ; 0,8 µm) offrant un zoom optique 5x. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic

Et qu’on se le dise : tout ce charabia technique n’est pas là que pour faire joli. Dans les faits, on obtient effectivement des photos d’un niveau de détail jamais atteint sur un smartphone. Une impression confirmée par les tests poussés des experts de DxO Mark, qui érigent le Mi 11 Ultra au sommet du classement des meilleurs photophones du marché. Il détrône donc l’incroyable Mate 40 Pro de Huawei.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Grand-angle : un niveau de détail jamais vu sur smartphone

Vous l’aurez compris : si le grand-angle affiche 50 mégapixels, les clichés obtenus ne comptent finalement que 12,5 mégapixels. Le principe du pixel-binning consistant en effet à fusionner 4 pixels contigus pour en augmenter sensiblement la taille (ici on passe de 1,4 µm à 2,8 µm).

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Ce que ça change ? Dans les grandes lignes une bien meilleure exposition, et surtout un meilleur niveau de détail sur toute l’image. Autant l’écrire : le grand-angle du Mi 11 Ultra offre un piqué en tout point exceptionnel. Les photos sont d’une netteté impeccable, et le traitement les met parfaitement en valeur. Loin de l’excès de saturation habituel d’un Samsung ou d’un OnePlus.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le contraste nous semble à peine renforcé pour donner ce petit côté dramatique aux clichés. La patte Xiaomi, pourrait-on dire. Toujours est-il que la formule fonctionne. On se plait à photographier son quotidien pour le découvrir sous un nouvel éclairage grâce à la formidable aisance de ce photophone comme aucun autre. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
12,5 MP / 50 MP © Pierre Crochart pour Clubic

Vous vous en doutez, il est évidemment possible d’activer le mode « 50 mégapixels » qui renonce au pixel-binning pour utiliser la pleine résolution du capteur. Un choix comme souvent peu recommandable, en cela que l’on perd énormément en détail et en justesse d’exposition. L’illustration, s’il en fallait encore une, que le nombre de mégapixels d’un capteur est avant tout un argument marketing.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Côté HDR, le Mi 11 Ultra n’a évidemment pas à rougir. Même à contrejour il parvient à ajuster à merveille son histogramme pour mettre en valeur les hautes lumières comme les ombres. Dans ce type de scénario, le piqué n’est plus aussi impeccable évidemment, mais la qualité du cliché reste tout bonnement impressionnante pour un appareil qui se range dans une poche.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Ultra grand-angle : des superbes photos de paysages

Sur le Mi 11, on regrettait notamment la faible qualité des photos de l’ultra grand-angle. Problème corrigé de la plus belle des manières sur le Mi 11 Ultra. Grâce à son capteur de belle taille et très bien défini, l’ultrawide profite presque du même soin que le grand-angle.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Doté d’un piqué rare sur une focale aussi courte (12 mm), l’ultra grand-angle est un formidable allié au quotidien pour immortaliser notamment les paysages. La distorsion inhérente à ce type d’objectif est parfaitement corrigée par les algorithmes, et le niveau de détails à l’image est aussi bon que l’on observe ses photos sur smartphone ou sur grand écran.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

L’exposition est bonne, mais on remarque une très légère dérive colorimétrique dans les tons bleus. Ils sont plus saturés sur l’ultra grand-angle qu’au grand-angle. Rien de bien méchant, mais on aurait aimé obtenir une continuité colorimétrique parfaite entre les trois capteurs du Mi 11 Ultra. On pourrait aussi dire que les teintes sont légèrement plus froides sur cette optique.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
12 MP / 48 MP © Pierre Crochart pour Clubic

Bien entendu, et au vu de la haute résolution de cet ultra grand-angle, il est également possible d’opter pour des clichés de 48 mégapixels en sacrifiant le pixel-binning. Une nouvelle fois c’est peu recommandable. On y perd beaucoup trop en niveau de détail pour que cela représente le moindre intérêt.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Zoom : une qualité optique exceptionnelle

Jamais auparavant un smartphone ne nous aura offert un téléobjectif aussi flatteur. Du moins pas dans ces proportions techniques. Il y a bien les Galaxy S21  qui se targuent d’un module 64 mégapixels, mais celui-ci ne propose qu’un grossissement 3x hybride. On parle ici d’un capteur 48 mégapixels autorisant un zoom optique 5x.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 5x © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic

Doté, lui aussi, d’une très belle taille (1/2,0"), il ne pèche finalement que par sa faible ouverture de ƒ/4,1. On le remarque assez vite : ce troisième et dernier capteur a parfois du mal à exposer convenablement. On soupçonne à ce titre un excès de pudeur de la part de l’algorithme de traitement, qui n’ose pas pousser les ISO dans ses retranchements pour prévenir l’apparition de bruit. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 5x / 10x © Pierre Crochart pour Clubic

On reste malgré tout béats devant le foisonnement des détails de cette troisième optique. La finesse des textures et le micro-contraste sont merveilleusement préservés au zoom 5x. Numériques, les grossissements supérieurs (jusqu’à 120x) offrent des résultats plus variables. Au 10x, le vernis ne s’écaille pas le moins du monde. Surtout sur l’écran du smartphone ! La richesse des clichés impressionne, qu’importe le cas de figure.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 5x © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 120x © Pierre Crochart pour Clubic

Il faut grimper jusqu’au zoom 50x, voire 120x pour s’apercevoir que la technologie ne permet pas encore tout. Et encore. 

Portrait : quelques progrès à faire

Le Mi 11 Ultra ne remporte pas la palme du portraitiste. Il passe près du sésame, mais il nous apparaît encore trop capricieux pour mériter ces louanges. 

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Sur un sujet humain, le capteur ToF et le viseur laser font un formidable travail de détourage et de gestion de la profondeur de champ. On trouvera davantage à redire en ce qui concerne les animaux ou les natures mortes. La compréhension de la scène par le capteur est assez aléatoire et peut résulter dans des flous mal placés ou même une mise au point mal calibrée.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
La mise au point est parfois capricieuse © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Même en contrejour, le résultat est impressionant © Pierre Crochart pour Clubic

Plus classique, le capteur photo avant répond parfaitement à nos attentes, tout en versant naturellement dans cet excès de lissage par défaut. Un vieux démon de Xiaomi.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Selfie © Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, si un mode « macro » est bien de la partie, il ne fait que mobiliser l’ultra grand-angle sans y apporter quelconque changement. On ne s’y attardera pas.

Nuit : un vrai nyctalope

C’est notamment à la nuit tombée que l’attirail photo du Mi 11 Ultra peut briller et tirer son épingle du jeu. Grâce à des capteurs de grande taille et des photosites aussi gros, on est en droit d’espérer des images parfaitement exposées même dans des conditions lumineuses difficiles. Dont acte.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Même sans activer le mode nuit (qui permet de rallonger le temps de pose), on obtient des clichés lumineux et détaillés. Bien entendu, l’exposition et la balance des blancs sont considérablement améliorées si l’on peut se plier à l’exercice du mode nuit. Sans grande surprise, c’est le capteur principal (grand-angle) qui s’en tire le mieux du fait de ses caractéristiques dernier cri.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Précisons que nous avons rencontré un problème récurrent en utilisant le téléobjectif en mode nuit. Ce faisant, impossible d’effectuer une mise au point correcte sur un sujet situé à moins d’un mètre du capteur. Ici sur ce pot-pourri, on constate qu’en mode automatique l’objectif est parfaitement au point, mais pas en mode nuit. Étrange.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : Auto / Nuit (manifestement bugué pour le moment) © Pierre Crochart pour Clubic

En extérieur, le constat est le même. Nous avons indéniablement affaire au smartphone le plus à l’aise en photo nocturne qu’on ait jamais eu entre les mains. Si les ultra grand-angle et téléobjectif n’ont pas encore tout à fait ce qu’il leur faut pour obtenir une exposition parfaite, le grand-angle compense avantageusement ces petits impairs avec des images hallucinantes de justesse.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Modérons toutefois ce constat en ajoutant que ces photos paraissent aussi un peu artificielles du fait de l’important travail délégué aux algorithmes pour l’exposition et la réduction de bruit. La prouesse technique n’en est pas moins importante. Rappelons qu’il s’agit là d’une photo prise à main levée depuis un smartphone.

Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Xiaomi Mi 11 Ultra test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : Auto / Nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo : un très bon caméscope de poche

Comme son prédécesseur, le Mi 11 Ultra peut filmer en 8K à 24 images par seconde. Une très haute définition qui offre, certes, une image riche en détail, mais dont l’usage n’est pas encore des plus pertinents quand on constate le poids des fichiers (un film de 20 secondes pèse 340 Mo). 

En revanche, impossible de nier les capacités vidéo du smartphone ultra premium de Xiaomi. En 4K à 60 i/s, ou en dessous, on conserve une formidable image et surtout un bitrate suffisamment généreux pour rivaliser avec le ténor du genre : l’iPhone 12 Pro .

Notez que toutes les focales peuvent filmer en 8K24, 4K60 ou 1080p60. L’embarras du choix, qui se complète avec la possibilité d’utiliser plusieurs objectifs simultanément pour varier les points de vue sur votre sujet, ou plus simplement pour vlogger.

Enfin, et de façon générale sur les trois objectifs, la stabilisation est excellente. Quand bien même seul le téléobjectif est stabilisé mécaniquement. Le logiciel fait un travail de fond admirable pour s’assurer que le cadre reste le plus fixe possible même en mouvement.

Xiaomi Mi 11 Ultra : l’avis de Clubic

Nous étions déçus, l’an dernier, de voir que le Mi 10 Ultra ne quitterait finalement pas les frontières de la Chine. Mais Xiaomi s’est rattrapé de la plus belle des manières en nous offrant le Mi 11 Ultra cette année.

Meilleur écran, meilleur son, meilleurs appareils photo… le dernier-né de Xiaomi a tout pour lui. Enfin presque, car il nous faut bien être honnêtes et pointer — aussi — ses défauts. Qu’on se le dise : le Mi 11 Ultra ne conviendra pas aux personnes qui recherchent d’abord un smartphone compact, ou qui veulent pouvoir éviter la route d’un chargeur pendant plus d’une journée complète.

En effet l’autonomie est l’énorme ombre au tableau du Mi 11 Ultra. Ça et sa grande propension à la chauffe quand il est sous pression. On pourrait également rajouter à ces points noirs son design qui, clairement, ne plaira pas à tout le monde. Mais il s’agit là d’un critère plus subjectif qui n’entre pas forcément en ligne de compte pour tous et toutes.

Xiaomi Mi 11 Ultra

8

Indéniablement, le Mi 11 Ultra est le meilleur photophone du marché actuel. À l’aise dans toutes les situations, il est aussi doté d’un écran merveilleux et d’un processeur ultrarapide. Seule ombre au tableau : son autonomie vraiment très juste si l’on souhaite en profiter au maximum.

Les plus

  • Le meilleur photophone du marché
  • Très à l’aise en vidéo
  • Un écran fascinant…
  • Rapide comme l’éclair
  • Un son stéréo convaincant
  • Enfin certifié IP68

Les moins

  • Autonomie très juste
  • Chauffe beaucoup en jeu
  • … mais mal calibré d’usine
  • Très lourd, très épais
  • Deuxième écran anecdotique

Design 8

Écran 8

Performances 10

Autonomie 7

Photographie 10

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Modifié le 07/05/2021 à 15h45
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
26
17
SlashDot2k19
N’est pas l’iPhone 12 Pro qui veut…
fightermad
Xiaomi Monte bien gamme et comme Huawei en son temps, sait sortir des smartphones très convaincants
Oliveblaye
Delta E de 5,67 après réglage ?<br /> Probablement une petite faute de frappe !
Cyril_Ferey
L’écran arrière est parfait.<br /> On peut vloger avec le meilleur capteur et en cadrant correctement sa tête. Parfait !!!<br /> Sinon, pour le reste le GN2 fait de vrais miracle, c’est beau.<br /> Mais on ne sait pas à quel bitrate et format l’enregistrement se fait.<br /> C’est du 10-bit HDR format ?
solly_KARSENTI
Étrange vos problèmes de chauffe (qui vont de paire avec l’autonomie). Aucuns de vos confrères ont eu ces soucis et conclusions.
Guillaume1972
Qui aurait penser il y a ne serait-ce que 5 ans que Xiaomi ferait de tels smartphones?
moa
Très beau smartphone, merci pour cette news
KoniRC
Quelqu’un le trouve joli ?<br /> Perso je trouve dégueulasse le bloc objectif au dos…<br /> Le design c’est du 100% chinois, moche mais efficace…
benben99
De quoi renvoyer les Apple et Samsung à la ferraille. Bravo pour le module photo
benben99
Effectivement, si tu vivre dans une cage tu peux aller chez la pomme, mais si tu aimes la liberté, t’es mieux servi chez Android. Mais bon chacun son truc. C’est comme pour les moeurs, il y en a qui préfère la soumission et d’autres le libertinage.
benben99
Oui, j’ai quelques téléphones Apple, comme j’ai déjà dit ailleurs, mais je n’aime juste pas. Ils restent au fond du tiroir. Les marques comme Xiaomi, Huawei, Oneplus et autres sont à mon avis bien plus innovatrice ces dernières années. Si j’aurais attendu après Apple pour me vendre un téléphone pliable par exemple ou bien pour avoir la charge à 65 W, il faudrait que j’attende surement jusqu’en 2025. Comme je disais chacun son truc. Si ca cadre avec tes goûts et ta personnalité pas de problème.
Gizmo64
Ça fait cher la concurrence tout de même…<br /> J’adore le hdg mais pas dans le smartphone, ça me fait rigoler ^^
molotofmezcal
Étrange le titre.<br /> D’une part parce que les autres tests disponible ne font pas mention d’une faiblesse de l’autonomie il me semble.<br /> D’autre part si c’est effectivement le cas (malgré ses 5000mAh), en quoi est ce le meilleur smartphone du monde sachant que c’est pas loin d’être la spec la plus importante ?
molotofmezcal
Ben je dirai tout le monde, si tu fais référence au prix.<br /> Toutes les marques font grimper les prix avec la notoriété.<br /> Mais au moins Xiaomi propose tjrs un large éventail de tarif ( notamment avec Redmi et Poco) donc on ne peux pas vraiment leur reprocher ça.
jkgolconde
L’augmentation de conso me parait logique, je sors d’un Redmi Note 8 pro avec modeste proco Helio G90T batterie 4500mA pour passer à un Poco F3 avec Snapdragon 870 batterie 4520 mA. Surplus de puissance donc surplus de consommation. Le moteur d’une Ferrari consommera toujours plus qu’une Clio, même au repos (pour imager bien sur !). Je ne voir rien de déconnant dans la conso de ce Mi 11 Ultra. Bon WE à tous …
ullbach
Xiaomi font du haut de gamme depuis des années, depuis leur tout début même<br /> Pas que eux, qualitativement et technologiquement, les fabricants chinois sont devant, mais ça va plus que les mentalités<br /> Personne n’arrivait plus à suivre huawei qui avait distancé apple et samsung, tellement ils innovaient en photo, en connectivité, en qualité de fabrication etc; Ils sont toujours là, leur branche téléphonie a des soucis fournisseurs à régler (apple peut respirer)
Judah
Son autonomie moyenne est de toute façon rattrapé par la recharge rapide, ce n’est plus comme si il fallait encore 3h pour recharger, ce n’est clairement pas un point qui me ferait reculer donc.<br /> Après je n’ai pas utilité d’une telle puissance donc je reste dans ma fourchette de prix qui est de 500 euros maximum et qui font finalement tout pareil que les smartphones à plus de 1000 balles…
Ubwi
@Kiki68<br /> Il y a Vivo, chinois qui a toujours fait du matos pas mal mais pas distribué en France.<br /> Seuls téléphones (sur une certaine série) qui avaient par exemple des composants de chaine Hi-Fi intégrés pour gérer le traitement du son. Ils font la charge en 120 W déjà, on ne parle que de 65 W chez nous encore…<br /> Bref, ils sont plus nombreux ils auront toujours de l’avance et c’est logique.
Ubwi
@Kiki68<br /> Ils ne seront jamais équivalents en photo, c’est la base du smartphone aujourd’hui, pour la puissance ils font pareils ou presque à très peu de choses près, je suis d’accord avec @Judah surtout chez Poco !
ullbach
Huawei font du bénéfice, ont le plus grand porte feuille de brevets technologique au monde (notamment en 6G), ce n’est pas que de la téléphonie, ils vendent moins parce que mécaniquement ils ont lâché honor et qu’on leur coupe l’accès à tsmc. Tu te contredis quelque part. Si on les a bloqué c’est justement parce qu’ils humiliaient les iphone (entre autres) : meilleur réseau, meilleur photophone, meilleure batterie, meilleure charge rapide. Deux ans avant l’iphone, ils avaient déjà une puce 5G intégré au soc. Pendant des années, ils étaient à la pointe. Ils ont tapé numéro 1 mondial l’été. La puce NPU (intelligence artificielle), ils étaient les premiers. Tous ces «&nbsp;gadgets&nbsp;» sont repris actuellement. Plus loin, huawei avait déjà une maitrise industrielle de haut niveau dans la conception du rapport encombrement/taille de l’écran. Les puces kirin sont parmi les plus équilibrées dans leur rapport consommation/puissance brut. (on peut aussi ajouter qu’ils avaient popularisé sur le marché le design des capteurs photos. Pendant des années et jusqu’à aujourd’hui, dans le top 10, 80 % des meilleurs photophones sont chinois (et huawei occupe ces places depuis des années)<br /> Donc oui la tendance est donné par les chinois : ici c’est le cas de huawei qui reste un mastodonte, dépassant largement la téléphonie. Ils reviendront le temps de trouver des fournisseurs alternatifs ou le feront eux même. Entre temps, ils commercialisent des autos électriques en les équipant de leur propre technologie de conduite autonome, de batterie et même de train roulant adapté à ces batterie. Ils fabriquent même des lidars pour ces autos (vu ton commentaire, je te suggère d’aller chercher sur le net, je doute que tu saches de quoi il s’agit). Huawei c’est plus de 200 000 ingénieurs (ta box actuelle et ton smartphone sont soi chinois, soit fabriqués en Chine)<br /> On peut aussi citer en vrac, la charge rapide (groupe BBK), et désormains xiaomi et huawei et jamais égalée par apple.<br /> Même leur rom ont donné contrairement à ce que pensent beaucoup la tendance aux android (les interfaces one ui ou pixels) ont repris le concept (iphonien) de la disparition (ou du moins) du masquage du tiroir d’application.<br /> On peut aussi parler du capteurs sous l’écran (premiers à le commercialiser en masse) et j’en oublie<br /> Et c’est d’autant plus dur à réaliser qu’ils l’ont fait dans un contexte de marché mature.<br /> S’agissant de la qualité (sans oublier que l’iphone est un production chinoise), la majorité des enquêtes donnent les chinois très bien placé, et certainement pas en dessous d’un iphone ou samsung.<br /> Cultive toi un peu. C’est dans leurs usines que la meilleure qualité à grande cadence se fait. Aucun pays n’est capable de faire ça, même pas les usa (Tim cook l’affirmait dans une interview d’ailleurs)<br /> ps : la marque «&nbsp;no name&nbsp;» est wiko présentée comme française mais qui est une filiale de TCL (tinno)
ullbach
Mais tu es dans la mauvaise foi doublée de désinformation ou alors aveuglé par un sentiment antichinois.<br /> Les meilleurs smartphones en téléphonie sont huawei depuis des années, c’est quasi unanime de la presse mondial et tout récemment c’est le mi11.<br /> Tu fais bien de remercier tsmc. Parce qu’à la loyale, apple était battu.
Ubwi
Si toutefois tu trouves ça normal de ne pas voir une notification sans allumer l’écran en 2021, tu as fait le bon choix ! Pour moi, ça montre tout simplement un usage différent ou une logique particulière. Je regarde mon bon vieux Honor View 10 acheté 150 euros (soldes) il y 3 ans bientôt et je différencie d’un coup d’œil une notification d’un message, un appel manqué ou autre application juste avec la couleur de ma toute petite led… Apple ne le fait toujours pas…<br /> Aujourd’hui, en 2021 donc, les meilleurs photophones sont chinois et tu peux aller voir sur le site dxomark qui est d’origine française pour confirmer mes dires. Apple y est présent, heureusement, vu leurs tarifs, il faut ça. Je pense que l’écart de prix, 20 à 30 % minimum est un indicateur pour pouvoir se poser la question d’essayer autre chose car leur marge est importante (30 % minimum chez eux) donc je préfère donner à des chinois qui ne gonflent pas leur marge sous un nom plutôt qu’à un nom tout court car les composants sont similaires voire inférieurs.
ullbach
Kiki68:<br /> Depuis qu’ils ont perdu android , beaucoup de mes connaissance sont partis sur iOS pour mon plus grand bonheur.<br /> je ne cite pas tout ce que tu dis. Tu es dans l’idéologie et ça t’aveugle. Il faut rester sur la technologie et poser des faits. Tu découvriras bientôt que ton réseau de connaissance est insignifiant par rapport à un marché intérieur de 1 milliards 500 millions d’habitants<br /> Apple s’est fait distancé par huawei notamment :<br /> -Photographie<br /> -Intégration de l’intelligence artificielle (premier soc avec npu intégré)<br /> -Connectivité (puce 5G intégrée au soc, quasiment deux ans avant )<br /> -Apple gardaient pour eux la puissance brut du soc.<br /> -Rapport qualité prix<br /> -Rapport encombrement/taille<br /> -Charge rapide que apple ont été incapable de maîtriser<br /> Apple avaient de plus en plus de mal à justifier leurs tarifs. Et ils se sont fait battre en vente par huawei l’été dernier sans que ces derniers aient accès au marché américain sachant qu’un iphone se vend énormément en Chine.<br /> J’ai du mac, de l’iphone chez moi et mon entourage. Mais ta haine anti-chinoise me dérange, elle biaise ton argumentation.<br /> Je ne t’ai pas lu t’offusquer sur le blocus tsmc. Même sans android étaient passés numéro 1.<br /> C’est mécaniquement en bloquant à huawei leur fournisseurs que huawei ont reculé en vente. Aucune entreprise dans le monde ne serait encore debout en recevant autant de coups d’un état tout entier.<br /> Kiki68:<br /> Les composants sont loins d’être inférieur d’ailleurs. Je préfère donner as une entreprise occidentale que de donner as des chinois<br /> éteint ton routeur alors, parce qu’il est certainement chinois et probablement la plupart des objet que tu possèdes et qui ont fait que ton mode de vie est ce qu’il est. Encore une fois, tu es dans l’idéologie et la contradiction.
Blackalf
Sujet passé en slow mode pendant quelque temps…le temps que l’idée qu’un sujet n’est pas fait pour être un champ de bataille pénètre certains esprits.
Palou
Kiki68:<br /> Toi tu es dans l’idéologie anti-Apple.<br /> et toi systématiquement dans le PRO Apple alors que le sujet est le Xiaomi MI Ultra, il n’y a PAS un seul post où tu parles d’autre chose que la marque à la pomme, … Apple c’est le plus beau, Apple c’est le plus mieux, c’est trop d’la balle, …<br /> Tu es payé par eux pour en parler ? tu as des actions et tu touches des dividendes ?<br /> Faudrait te calmer un peu sur le sujet
ullbach
On t’a répondu plus bas et d’ailleurs tu commences à mettre de l’eau dans ton vin.<br /> Je ne suis ni pro ni anti aucune entreprise. Cela n’a aucun sens. J’achète selon mes besoins. Je suis technophile, je ne peux pas détester une entreprise high tech mais je garde mon libre arbitre.<br /> J’ai des produits Apple chez moi, un peu que j’ai pris en deuxième main (deux macbook pro, un iphone 5 et qui sont rangés dans le placard) J’ai adoré les imac début 2000 avec leur design même si les processeurs d’époque (power pc) étaient limités. Je connais certainement l’histoire de mac mieux que toi (sans vouloir t’offenser), j’ai noté cela avec les fanboy. Je peux te faire des lignes sur apple, leurs meilleurs produits, l’évolution de leur os etc mais on te l’a dit plus haut, ce n’est vraiment pas le sujet.<br /> Je respecte le libre choix de chacun mais ce n’est parce que tu es fanboy d’apple que tu connais Apple.<br /> Le problème dans tes propos est leur manque flagrant d’objectivité par rapport à ton sentiment anti-chinois. Et le pire est que sans la Chine, il aurait été impossible pour toi d’avoir cet iPhone. Les gens crachent dans leur soupe.<br /> J’attend ton retour sur le fait que tu veuilles boycotter les produits chinois. Logiquement, tu aurais déjà du éteindre ton routeur, donc je ne comprends pas comment tu peux te connecter
Blackalf
@Kiki68 message supprimé pour le motif message non constructif/hors-sujet.<br /> C’est très loin d’être la première fois que tu as la prétention de décider ce qui à sa place ou non dans un sujet, et ce sera la dernière avant sanction. <br /> @ullbach message supprimé pour le motif réponse à un message supprimé.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Android 12 est maintenant disponible sur les Pixel 3 et ultérieurs
Google lance ses Pixel 6 et Pixel 6 Pro : sortie le 28 octobre, à partir de 649€
Le Samsung Galaxy S22 pourrait inaugurer une nouvelle disposition pour ses capteurs photo arrière
Google Pixel 6 et Pixel 6 Pro : comment suivre les annonces ?
Samsung déploierait One UI 4, fondé sur Android 12, au mois de décembre
Le prochain téléphone de realme sera équipé d'une technologie capable de concurrencer les smartphones de Xiaomi
Apple reprend la deuxième place à Xiaomi sur le marché des smartphones
Pourquoi les iPhone japonais ne pouvaient pas prendre de photos silencieusement jusqu'à iOS 15?
Le prix de ce Samsung Galaxy S20 Ultra 5G défie la concurrence ce weekend !
Avec son 8i, realme présente le premier smartphone à écran 120 Hz sous la barre des 200 €
Haut de page