Près de 6 To de données sensibles divulguées sur l'invasion de l'Ukraine, mais qui va les lire en Russie ?

25 avril 2022 à 12h05
6
Vladimir Poutine

Le groupe de lanceurs d'alerte Distributed Denial of Secrets (DDoSecrets) aurait déjà dévoilé 5,8 To de données concernant les administrations et entreprises russes depuis le début de la guerre en Ukraine.

Le groupe DDoSecrets mène une cyberguerre contre Poutine, qui, malgré sa propre armée de hackers, risque d'en souffrir. Plus de 6 millions de documents russes ont été publiés sur le site du groupe, qui permet aux utilisateurs de télécharger des torrents d'informations volées.

Quelles sont les données concernées ?

DDoSecrets vise les administrations russes et ses institutions, telles que les agences nucléaires et pétrolières de l'État Rosatom et Transneft, mais aussi la banque centrale, le ministère de la Culture, des services judiciaires, l'Église orthodoxe, etc. Beaucoup d'entreprises du domaine de l'énergie, du gaz et du pétrole sont attaquées, car elles représentent un intérêt stratégique majeur et appartiennent à des oligarques proches de Poutine. Ces données serviront, maintenant ou plus tard, à prouver l'étendue de la corruption dans le pays.

Plus intéressant encore, DDoSecrets a divulgué 817 GB de données sur Roskomnadzor, l'agence de censure des médias et technologies. Ces fuites ont révélé que l'agence a ordonné la destruction de tout article qui mentionnerait « l'attaque » ou « l'invasion » russe en Ukraine. Ainsi, le collectif et les hackers anonymes qui fournissent ces informations mènent une résistance civile numérique sans précédent contre le gouvernement russe. Cette cybermobilisation internationale change réellement le visage de la guerre.

Cybermilitants anti-guerre

Le groupe DDoSecrets se revendique « neutre » bien que dernièrement, son positionnement soit franchement anti-russe. À noter que DDoSecrets est un hub qui reçoit ses informations grâce à des hackers anonymes : par conséquent, l'orientation des publications dépend grandement des informations reçues. Un membre du groupe a cependant affirmé que si DDoSecrets recevait des données « de l'autre bord » (c'est-à-dire, concernant l'Ukraine), ils pourraient très bien les publier.

Ce militantisme pro-transparence et anti-gouvernement semble être l'héritage de WikiLeaks, devenu quasi-inactif depuis l'arrestation de Julian Assange. Le gouvernement américain n'est pas fan de DDoSecrets, qui a publié des données du FBI et d'autres forces de police américaines dans le passé. Cependant, dans le contexte actuel du conflit, le groupe semble avoir carte blanche pour ce qui est d'extraire les données confidentielles russes. Reste à espérer que les citoyens russes puissent eux-mêmes contourner la censure et trouver un accès à ces données.

Source : The Verge

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

gothax
… Versus le sort de Julian Assange !<br /> On se dirige vers deux blocs comme dans mon enfance à mon grand désarroi
Felaz
On y est déjà revenu je crois…
LedragonNantais
Je dirais plutôt, nous n’en somme sorti « qu’en surface », mais dans le fond, c’est toujours là, et ceux même malgré la chute de l’URSS en 90.
chinou51
« Ces données serviront, maintenant ou plus tard, à prouver l’étendue de la corruption dans le pays. »<br /> C’est vrai qu’on est extrêmement bien placé pour dénoncer la corruption chez les autres…
Popoulo
Les ricains s’ennuient s’ils ne mettent pas le bordel quelque part et au passage s’en mettre plein les poches.<br /> « espérer que les citoyens russes puissent eux-mêmes contourner la censure et trouver un accès à ces données. » : pour quoi faire ? qu’on fait les gens avec les infos d’Assange ? Rien. Petit exemple parmi tant d’autres, il était très intéressant de voir comment pas mal de banques font fructifier leur pognon en amérique du sud. Y-a-t-il eu une quelconque réaction ne serait-ce des autorités ? Alors de Mme &amp; M. Tout le Monde…<br /> Enfin, j’espère que ces gars auront aussi droit à leurs +100 années de taule.
Voir tous les messages sur le forum