Rocket Lab dévoile Neutron, sa future fusée réutilisable

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
02 mars 2021 à 11h18
5
RocketLab Neutron © RocketLab
L'un des rares visuels de Neutron. Deux étages, et de quoi se poser. Crédits : Rocket Lab.

Ce 1er mars, en plus d'annoncer son intention d'entrer en Bourse, Rocket Lab a rendu public son projet Neutron : un lanceur réutilisable de plus forte capacité que sa fusée Electron déjà en service. Le défi est de taille, mais RocketLab est idéalement positionné pour le mener.

Gare tout de même à la concurrence…

Manger son chapeau

« Chez Rocket Lab, les promesses sont tenues ». Tel était le message que Peter Beck, le P.-D.G. et fondateur néo-zélandais de l'entreprise tenait à faire passer en priorité. Et comme il avait à plusieurs reprises affirmé qu'il mangerait son chapeau si Rocket Lab s'engageait sur un lanceur plus puissant ou réutilisable… il ne s'est pas contenté de la métaphore, et a littéralement mangé un morceau de casquette à l'effigie de sa firme.

Derrière l'humour (et surtout la communication) se cachait la grande annonce. Après Electron, Rocket Lab s'engage sur le développement d'un lanceur plus grand, plus puissant et réutilisable, nommé Neutron. Le premier vol n'est pas attendu avant 2024.

Proton, Electron, Neutron ?

Avant de dévoiler Neutron, Rocket Lab a semble-t-il amplement étudié les caractéristiques des lanceurs sur le marché pour se positionner. En effet, il disposera de performances comparables à celles de Soyouz (8 tonnes en orbite basse), que l'on ne retrouve nulle part dans l'offre occidentale : il n'y a pas vraiment d'offre concurrentielle entre 1,5 et 15-20 tonnes de capacité aux États-Unis. Avec une fusée aussi puissante que Neutron, Rocket Lab pourra se permettre d'attaquer de front le marché des grandes constellations de satellites comme Starlink et OneWeb. Ces deux dernières ont déjà des lanceurs attribués, mais d'autres sont encore ouvertes aux propositions, comme LightSpeed de Telesat (dévoilée il y a quelques semaines) ou Kuiper d'Amazon.

Rocket Lab compte aussi étendre ses contrats actuels avec le département de la défense américain et la NASA, et ne s'en cache pas : les caractéristiques de Neutron font déjà mention d'une capacité de 1 500 kg vers Venus ! Le lanceur décollera d'abord de Wallops (Virginie) et sera assemblé aux États-Unis. Il faudra d'ailleurs que Rocket Lab précise quelles seront les capacités de ses nouveaux moteurs : Rutherford, le moteur d'Electron, n'est pas assez puissant pour propulser cette génération avancée.

Rocket Lab_1
Avec 18 lancements de sa fusée Electron, l'entreprise compte aussi sur son image de marque établie. Crédits : Rocket Lab

Un gros carnet de chèques

Dernier point, Neutron sera « adaptée au vol habité ». Ce qui en dit trop… ou pas assez : les véhicules spatiaux utilisés aujourd'hui par la NASA (Crew Dragon de SpaceX et Starliner de Boeing) sont trop lourds. Idem pour la future petite navette DreamChaser. De quoi imaginer une future petite capsule spatiale à l'identité néo-zélandaise ?

Dans la foulée, et comme si cela ne suffisait pas, Rocket Lab a annoncé que l'entreprise allait entrer en Bourse. Elle sera valorisée à environ 4,1 milliards de dollars sur les marchés américains (car son siège social est à Long Beach) grâce à une fusion avec le fonds d'investissement Vector Acquisition Corp. De quoi soutenir les importants financements à venir, rendre les activités de lancement rentables et développer l'activité « composants » de Rocket Lab (plateformes satellites, éjecteurs, antennes, etc.). L'entreprise voit les choses en grand…

Source : Engadget

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
4
molotofmezcal
Ils sont plus rapide que par chez nous pour changer de paradigme.
Niverolle
Ils parlent toujours de faire 120 (de mémoire) lancements par an ?
ebottlaender
Oui je crois que c’est toujours plus ou moins dans les cartons, mais ça n’est pas très réaliste. Avec trois pas de tirs actifs cette année si tout va bien, ils devraient pouvoir viser au-delà de la trentaine.<br /> RocketLab n’a jamais réussi à tenir longtemps à 1 vol/mois avec un site.
Element_n90
Ca veut dire quoi «&nbsp;adaptée au vol habité&nbsp;» ?<br /> Une fusée c’est une fusée, avec une capsule habitée en haut plutôt qu’un satellite, ça fait une fusée habitée, non ?
Element_n90
Elle sera valorisée à environ 4,1 milliards de dollars<br /> Je rêve ou ça vaudrait plus que Virgin qui ne fait pas grand chose et qui risque pas d’en faire beaucoup plus avant longtemps ?!
ebottlaender
C’est plus que Virgin Galactic oui. Mais comme tu le relèves ils ont effectivement beaucoup plus d’activité (et d’employés).<br /> Adaptée au vol habité, ça implique des contraintes dès la conception pour pouvoir certifier la fusée avec des gens en haut. Donc une accélération pas trop forte, des taux de risques garantis très bas, des vibrations faibles, un profil de vol qui soit compatible avec une capsule, etc. C’est assurer que le moment venu quand on voudra mettre des humains au-dessus, ce sera possible. Une capsule n’est pas un satellite qu’on a «&nbsp;juste&nbsp;» à placer sur un adapteur.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Vous devriez faire attention à vos données collectées depuis ces caméras et sonnettes connectées
Google One déploie son VPN gratuit sur les Pixel 7 et 7 Pro
Le Bitcoin est à bout de souffle, peut-il encore revenir ? La BCE n'y croit pas
Le télescope James Webb réussit à photographier les nuages de Titan autour de Saturne
Canal+ lance une nouvelle offre avec Disney+ et le nouveau Paramount + !
L'excellent SSD externe portable Samsung T7 1 To chute de prix avant Noël
Dernières heures du Black Friday : ne passez pas à côté de ces offres VPN !
Voici les meilleures applications de l'App Store en 2022
Haut de page