Riot Games : la plaignante Sharon O’Donnell aurait des antécédents de harcèlement et de chantage

Pierre Crochart
Par Pierre Crochart, Spécialiste smartphone.
Publié le 18 mars 2021 à 09h21
© Wikipedia
© Wikipedia

L’affaire qui oppose l’actuel P.-D.G. de Riot Games Nicolo Laurent à son ancienne assistante Sharon O’Donnell se révèle plus complexe que prévu. 

Dans la nuit, les documents fournis par Riot à la justice pour blanchir Laurent de ses accusations ont été rendus publiques, et pourraient bien faire basculer l’opinion.

Les déclarations anonymes rendues publiques

S’étonnant du « manque de mise en contexte » dont ont fait preuve les journalistes en relayant les rebondissements de l’affaire hier, Greg « Ghostcrawler » Street, Directeur créatif chez Riot Games, a mis à disposition de tout un chacun les documents correspondant aux deux déclarations anonymes qui tendent à laver Nicolo Laurent de tout soupçon.

On y découvre le témoignage de deux ex-collègues de Sharon O’Donnell, qui attestent non seulement de n’avoir jamais constaté de comportement déplacé de la part de leur patron, mais aussi de l’insistance de celle que l’on surnomme « Shari » pour qu’ils ou elles se joignent à sa plainte.

Dans la première déposition anonyme, on découvre l’étrange insistance de Sharon « Shari » O’Donnell à propos de son futur procès. Après avoir décliné son invitation à se joindre à la plainte, la personne aurait commencé à recevoir des coups de fil de la part de journalistes et d’anonymes. D’après O’Donnell elle-même, c’est elle qui aurait fourni son numéro « à des journalistes ou à ses avocats ». Et la plaignante de se montrer toujours plus insistante avec son ex-collègue : « attaquons-le en justice ensemble. Tu sais que si tu me rejoins tu pourrais te faire dans les 500 000 dollars ? ».

Le second témoignage publié par Riot est plus troublant encore. Ici, il est moins question d’insistance que de harcèlement et d’intimidation. La démarche de « Shari » aurait été la même avec cette personne : l’inviter à se joindre à sa plainte contre Nicolo Laurent pour donner du poids à ses accusations. Mais, cette ex-collègue n’ayant pas non plus constaté de problème avec son patron, elle aurait également refusé.

S’en est suivi une série d’appels. D’abord de la part d’une assistante de l’avocat de Sharon O’Donnell (promettant une nouvelle fois « qu’il y avait de l’argent à se faire sur la famille Laurent »), puis de la part d’un homme anonyme qui s’est montré particulièrement intimidant. Agressif, l’homme aurait tenté de forcer la main à cette personne, lui rappelant qu’elle aurait bien besoin de cet argent, qu’elle est « fauchée ». « Je sais où tu habites », aurait-il finalement lâché avant que l’employée de Riot ne raccroche.

Sharon O’Donnell déjà connue pour du chantage en 2018

Les résultats de l’enquête menée pour Riot Games vont plus loin. D’abord, l’argumentaire de Sharon O’Donnell, selon lequel Nicolo Laurent aurait multiplié les avances à son encontre, et l’aurait évincée suite à son refus, serait monté de toute pièce. Une inspection attentive de tous leurs échanges et de multiples rencontres avec les employés et employées de Riot n’ont pas donné d’éléments suggérant des comportements déplacés de la part de Laurent. 

La défense de Riot Games, qui veut que « Shari » ait été licenciée suite à de nombreuses plaintes déposées aux ressources humaines par des collègues, gagne quant à elle du crédit. O’Donnell aurait en effet causé des problèmes à plusieurs reprises sur l’organisation d’événements importants, et notamment la capitale compétition des League of Legends Worlds. Lors de l’édition 2019, se déroulant à Paris, elle s’est illustrée en s’invitant dans de nombreux échanges et en tentant de refaçonner le show comme elle l’entendait. Nicolo Laurent ainsi que d’autres partenaires impliqués, lui auraient demandé de « baisser d’un ton », et de s’abstenir de mettre tout le monde en copie de ses mails.

Mais le plus troublant est encore à venir. Selon les résultats de l’enquête, Sharon O’Donnell aurait déjà des antécédents judiciaires. En mars 2018 (alors qu’elle était déjà employée par Riot Games), O’Donnell a porté plainte contre plusieurs producteurs de films dans le but d’obtenir une « commission d’intermédiaire ». Elle aurait présenté l’acteur Mel Gibson à plusieurs producteurs, et demandait compensation pour ce geste. Mais, selon la défense, cela n’est jamais arrivé. S’en seraient suivi des menaces d’envois massifs d’e-mails « au gouvernement chinois, à China Film Group, à tous les financiers et toutes ses connaissances à Hollywood et à Mel Gibson » si les producteurs ne la payaient pas sous un jour ouvré. Du chantage, en somme.

Autant d’éléments qui font vaciller les accusations de Sharon O’Donnell, désormais elle-même accusée de fausses déclarations, de subornation de témoins et de 30 autres chefs d’accusation.

Les avocats de Riot Games demandent à ce que l’affaire passe au plus tôt à l’arbitrage auprès du juge afin d’éviter un procès au long cours. Aucune action n’est requise contre Sharon O’Donnell ; le cabinet demande simplement la levée de tous les doutes qui pèsent sur Nicolo Laurent, et le remboursement des frais de justice engagés.

Dans un tweet publié hier, Sharon O’Donnell réfute l’intégralité de l’argumentaire de Riot, et déclare qu’une réponse officielle sera déposée aujourd’hui à la Cour.

Source : Greg Street

Pierre Crochart
Par Pierre Crochart
Spécialiste smartphone

Monsieur smartphone et jeux vidéo de Clubic. J’aime autant croquer dans la pomme que trifouiller dans les circuits de l’Android. J'ai commencé à tester des téléphones dans le Monde d'avant™. Mes domaines d'expertise :

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
ultrabill

De clubic à closermag il n’y a qu’un pas.

benben99

Et voilà que les médias s’y mettent pour discréditer la victime en releguant des rumeurs et autres détails non confirmés…

C’est le bon vieux spectacle médiatique pour protéger l’élite.

KarlC

Closermag ? Mince… .moi qui pensait que l’on était a un pas de automobile-magazine…
Bref, c’est clair que clubic se perd complétement.

KarlC

C’est sur que de faire de la new de caniveau… c’est pas terrible.
Cependant, merci de respecter la présomption innocence.

tangofever

On n’en est plus très loin, la faute au covid-19, ils s’ennuient chez Clubic où plutôt à la maison.
Le télétravail n’est visiblement pas fait pour tout le monde.
Les gars prennez de l’avance sur le ménage de printemps.

lapin-tfc

Si elle ment c’est dramatique pour les femmes victimes de harcèlement, viols etc…

Comme pour les attentats et autres catastrophes il y aura toujours des profiteurs hommes ou femmes

_Ludo

Hello hello @tangofever @KarlC @ultrabill !

Non, nous ne nous ennuyons pas chez Clubic ni ne visons spécialement le lectorat de Closer (bien que tout le monde soit le bienvenu ici).

L’impunité qui a eu court dans le jeu-vidéo (ainsi que dans nombre de secteurs) quant aux harcèlements et autres abus provoque aujourd’hui des retours de flammes plus ou moins importants (et factuels) dans les studios.

C’est un sujet que nous ne souhaitons pas occulter concernant une industrie qui nous intéresse ; merci de ne pas juger arbitrairement l’équipe qui travaille en votre direction tous les jours.

Bien à vous :wink:

GRITI

Pour moi, le sujet à tout à fait sa place sur Clubic étant donné la société concernée. Un peu comme le sujet sur le crunch dans les jeux vidéos.
Le harcèlement (sous toutes ses formes) touche de nombreux domaines. En parler est important et quand en plus il se passe dans une entreprise liée à l’un de nos loisirs numériques, cela paraît logique.

Pour ce qui est de discréditer la victime, il ne faut pas oublier que tout n’est pas blanc ou noir. Il ne faut pas laisser les émotions prendre le pas sur la raison. Dans ce genre d’affaire, les rôles de bourreau et victime peuvent vite s’inverser. Surtout que tout cela est de plus en plus courant/médiatisé, il ne faut pas rêver. Certaines personnes vont surfer dessus pour le profit et/ou obtenir l’attention. Les fausses accusations existent. Et tout comme il faut écouter la victime avec respect et ne pas la faire culpabiliser il faut aussi écouter l’accusé de la même façon. Malheureusement quelques victimes sont de fausses victimes et nuisent aux vraies victimes (agressions sexuelles, racisme etc). Quand une personne est accusée de harcèlement/agression sexuels (souvent de la part d’hommes sur des femmes mais pas que je pense) la personne a droit immédiatement à un lynchage médiatique de la part des SJW. Et une fois de plus, les gens sont catalogués: défenseur de la suprématie masculine. Tout comme défenseur de la suprématie blanche, complotistes, islamophobe, raciste, moutons, hater, fanboy etc…

Donc quand à priori la situation évolue dans le sens de l’innocence, il est important d’en parler pour l’accusé et aussi pour montrer le comportement des fausses victimes.

k43l

Ça a toute sa place sur clubic.

Comme dit le crunch, la harcèlement comme il y a pu avoir chez ubisoft et désormais cette affaire ne sont que le résultat d’une parole libéré.
On peut plus se contenter des jeux sans éthique.

Maintenant à chacun de se faire son opinion sur chaque affaire. Celle ci tourne à une mauvaise histoire style marseillais, mais c’est parfois plus dramatique, tant pour la victime présumé que le studio.

cirdan

Je suis pas sûr que ces témoignages anonymes aident beaucoup à établir la vérité.
Il y a aussi de graves accusations, pourquoi ne sont-elles pas sorties avant ? Et au bout du compte, c’est la parole des uns contre celle des autres, on ajoute un soupçon d’interprétation personnelle, beaucoup d’intérêt partisan… Et ils vont bien finir par noyer le poisson.