Test Intel Core i9-12900K : Alder Lake marque d'importants progrès, mais tient-il toutes ses promesses ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
08 novembre 2021 à 09h37
60
Intel Core i9-12900K © Nerces

Après des années de vaches maigres, Intel semble enfin sur la voie du renouveau. Alimentant rumeurs et bruits de couloirs depuis des mois, la gamme des processeurs Alder Lake est aujourd’hui une réalité. Elle confirme enfin le passage d’Intel sur son « nouveau » processus de gravure en 10 nm rebaptisé il y a peu l’Intel 7. L’occasion de faire oublier les générations Comet Lake et Rocket Lake considérées par beaucoup comme de simples palliatifs pour contrer, tant bien que mal, l’offensive AMD avec des Ryzen diablement efficaces.

Intel Core i9-12900K
  • Le meilleur en gaming
  • Excellente efficacité à 125W
  • Architecture novatrice
  • Intégration PCIe 5.0 et DDR5
  • Nets progrès vs Rocket Lake
  • Ne domine pas le Ryzen 5950X
  • Efficacité moindre à 241W
  • Overclocking très limité

Le feuilleton du 10 nm d’Intel a tenu en haleine les amateurs de nouvelles technologies pendant des mois, voire des années. Alors que TSMC et Samsung pouvaient se pavaner devant leurs progrès vers le 7 nm puis le 5 nm, l’Américain restait scotché sur son 14 nm, le 10 nm empilant retards sur retards.

Quelques semaines avant la présentation officielle d’Alder Lake, Intel a même décidé de revoir sa nomenclature, la 12e génération de processeurs ne serait pas gravée en 10 nm, mais en Intel 7 comme pour rappeler que malgré ses déboires, Intel est toujours « dans le coup ». Au-delà de la joute verbale, c’est justement ce qui nous intéresse les chiffres… et plutôt pour savoir ce qu’Alder Lake a véritablement dans le ventre.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Le packaging original du Core i9-12900K, fleuron de la nouvelle gamme © Intel

Une révolution d'architecture multicœurs ?

Si vous avez un tant soit peu suivi l’actualité processeur de ces derniers mois, vous n’êtes pas sans savoir que la 12e génération de processeurs Intel est l’occasion de revoir l’architecture même des puces. Intel a effectivement opté pour ce que l’on appelle parfois une architecture bigLITTLE pour reprendre l’expression consacrée par ARM, l’un des leaders dans le domaine. Chez Intel, on parle plutôt d’architecture hybride , mais la finalité est la même : on associe des cœurs de nature différente afin de s’adapter aux besoins des utilisateurs.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Une révolution technique pour le fondeur américain © Intel

Dans le cas d’Alder Lake, Intel n’hésite pas à parler de son « plus grand changement architectural depuis dix ans ». L’architecture hybride évoquée précédemment associe ici ce que le fondeur appelle des performance-cores et des efficient-cores. Les premiers sont en charge des tâches les plus gourmandes en ressources tandis que les secondes viennent en soutien, pour assurer des activités de « second plan ». Dans le cas du processeur Core i9-12900K, la répartition est équitable avec 8 cœurs « performants » et 8 cœurs « efficaces » pour un total de 16 cœurs, mais « seulement » 24 threads, les cœurs efficaces n’étant pas dotés de la fonction d’hyperthreading.

Sans entrer dans des détails d’architecture qui de toute façon nous dépassent, il est intéressant de souligner qu’Intel a opté pour un cache en partie partagé. La mémoire cache de second niveau (L2) est directement associée aux cœurs : 1,25 Mo par cœur performant et 2 Mo par groupe de quatre cœurs efficaces. Au total, un Core i9-12900K dispose donc de 14 Mo de cache L2. En revanche, le cache de troisième niveau (L3) est donc « partagé ». Il agit comme une entité dissociée baptisée Intel Smart Cache qui travaille avec tous les cœurs en fonction de leurs besoins. Dans le cas du Core i9-12900K, ce cache L3 monte à 30 Mo.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Le Smart Cache par l'image lors de la dernière conférence technique du fondeur © Intel

Fiche technique Intel Core i9-12900K

Résumé

Support du processeur (socket)
Intel LGA1700
Fréquence CPU
3,2GHz
Fréquence en mode Turbo
5,2GHz
Nombre de core
16
Contrôleur graphique intégré
Intel UHD Graphics 770
Cache L3
30MB
Compatibilité chipset carte mère
Intel Z690

Caractéristiques techniques

Support du processeur (socket)
Intel LGA1700
Fréquence CPU
3,2GHz
Fréquence en mode Turbo
5,2GHz
Nombre de core
16
Cores efficients
8
Nom des coeurs efficients
Gracemont
Coeurs performants
8
Nom des coeurs performants
Golden Cove
Nombre de Threads
24
Plateforme (Proc.)
Intel Alder Lake
Virtualisation
Intel Virtualization VT-d, Intel Virtualization VT-x

Architecture

Nom de l'architecture
Alder Lake
Finesse de gravure
10nm
TDP / PBP
125W
TDP Max
241W
Cache L2
14MB
Cache L3
30MB
Compatibilité chipset carte mère
Intel Z690

Graphismes

Contrôleur graphique intégré
Intel UHD Graphics 770
Fréquence du chipset graphique
300MHz
Fréquence boostée graphique
1,55GHz

Contrôleur mémoire

Contrôleur mémoire
DDR5
Type de contrôleur mémoire
Dual Channel
Fréquence(s) Mémoire
DDR5-4800

Golden Cove et Gracemont sont dans un bateau

Parler de cœurs performants et de cœurs efficaces, c’est bien joli, mais ils ont des noms ces bébés et il ne s’agit pas pour Intel de garder des cœurs déjà connus : Alder Lake doit être une révolution à tous les niveaux. Intel a donc opté pour l’association de cœurs Golden Cove pour la partie performances et de cœurs Gracemont pour l’efficacité. Nous y reviendrons, mais l’équilibre exact entre ces deux types de cœurs varie évidemment selon le processeur concerné.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Dans le détail, les cœurs dits « performants » ou Golden Cove © Intel

Lors de son Architecture Day du mois d’août, Intel avait annoncé l’introduction de cœurs Golden Cove pour remplacer les cœurs Cypress Cove de l’architecture Rocket Lake. Il s’agit logiquement des cœurs « performants » et, à fréquence équivalente, Intel annonçait une augmentation des performances générales de l’ordre de 19%. Pour atteindre ce chiffre, Intel a trois mots « wider, deeper, smarter ». Le smarter implique la refonte du système de prédiction de branche qui se veut plus précise. Le wider est lié à l’évolution de l’unité de décodage laquelle passe à 6 décodeurs contre 4 avec un doublement de la longueur des tranches. Enfin, le deeper est lié au doublement de l’instruction TLB à 256 entrées sur les 4K et 32 entrées sur les 2M / 4M.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Dans le détail, les cœurs dits « efficaces » ou Gracemont © Intel

Pour épauler ses cœurs performants, Intel a donc imaginé les cœurs efficaces, en l’occurrence des Gracemont, une évolution des cœurs Tremont que le fondeur a principalement comparés à l’architecture Skylake. Il est ici question de performances en hausse de 40% pour une consommation identique sur un seul cœur et jusqu’à +80% dans le cas d’une utilisation en cluster. Autre façon de présenter les choses, à performances égales, Intel évoque une consommation réduite de 40% sur un seul cœur ou de 80% pour une utilisation en cluster de 4 cœurs.

Alder Lake Core i9-12900K © Locuza

Une interprétation par Locuza du die d'un Core i9-12900K à partir de données publiées par Intel @ Locuza

Une architecture hybride implique logiquement une répartition des tâches et il n’est pas ici question de laisser faire le hasard. Intel a pour cela imaginé une assistance matérielle au scheduler en place dans le système d’exploitation. La planification n’est plus le seul fait du logiciel, l’Intel Thread Director est là pour plus que filer un coup de main. Le principe est redoutablement simple : donner la priorité aux tâches les plus gourmandes en cours d’exécution et réallouer les activités de second plan aux cœurs efficaces. L’Intel Thread Director apporte au scheduler de l’OS des informations liées au niveau de performance nécessaire pour chaque processus. Bien sûr, pour que tout soit fonctionnel, il faut que l’algorithme utilisé par Intel soit des plus capable.

Une architecture scalable limitée à six CPU

Lors de ses multiples présentations, Intel a largement insisté sur le fait qu’Alder Lake et son architecture hybride ont vocation à être déclinés sur de multiples plateformes. Lors de l’Architecture Day, le fondeur a notamment présenté trois formats de die pour évoquer la segmentation de son offre. Il y a aura donc les processeurs desktop avec le socket LGA1700 et des dimensions de 37,5 x 45 mm. Là, les puces seront dotées d’un maximum de 8 cœurs Golden Cove / 8 cœurs Gracemont et de 32 unités d’exécution pour la solution graphique intégrée.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
À terme, Alder Lake sera décliné sur trois sockets différents : LGA1700, BGA Type3 et BGA Type4 HDI © Intel

Il est aussi question de puces dites mobiles livrées dans un format BGA de 50 x 25 x 1,3 mm. Le TDP sera alors sensiblement inférieur (28 à 45 Watts) et les cœurs moins nombreux : jusqu’à 6 Golden Cove et 8 Gracemont (pour un maximum de 20 threads). En revanche, la solution graphique sera plus musclée : jusqu’à 96 unités d’exécution. Enfin, pour fermer la marche, Intel évoque des processeurs ultra mobiles. Là, le TDP est encore réduit (7 à 28 Watts) et le format BGA diminue à 28,5 x 19 x 1,1 mm. Seulement 2 cœurs Golden Cove seront au menu, épaulés par 8 Gracemont (pour un maximum de 20 threads) et 96 unités d’exécution pour la partie graphique.

Gamme Alder Lake 'K' et 'KF' © Intel
L'ensemble de la gamme Alder Lake disponible au 4 novembre © Intel

Reste qu’Intel ne sera pas en mesure de rendre disponible toute la gamme Alder Lake en un claquement de doigts. La sortie se fera progressivement et pour cette première vague de début novembre, seules six références sont effectivement disponibles . Il s’agit des gammes ‘K’ et ‘KF’ des processeurs desktop. Dans le détail, cela veut dire que les Core i9-12900K / i9-12900KF, les Core i7-12700K / i7-12700KF et Core i5-12600K / i5-12700KF sont les seuls à être commercialisés pour le moment. Nous testons aujourd’hui le Core i9-12900K, mais les Core i7-12700K et Core i5-12600K ne devraient logiquement pas trop tarder.

PCI Express 5.0 et mémoire vive DDR5

Parmi les nouveautés les plus « visibles » promises par Alder Lake, il en est deux sur lesquelles il nous semble intéressant de mettre davantage l'accent. On notera donc que les processeurs Intel de 12e génération sont les premiers à prendre en charge la norme PCI Express 5.0. Ils le font au travers de la gestion de 16 lignes dédiées complétées par 4 lignes PCI Express 4.0. L’intérêt du PCIe Gen 5 est bien sûr de venir développer la bande passante : celle-ci double par rapport à la génération précédente et Intel évoque jusqu’à 64 Go/s sur les 16 lignes qu’il met à disposition dans ses processeurs. Reste qu’il s’agit de miser sur l’avenir, car aucune carte graphique ou aucun SSD NVMe PCIe Gen 5 ne sont disponibles.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Intel détaille le XMP 3.0 et, notamment, ses multiples profils disponibles © Intel

Bien sûr, nous en avons déjà largement parlé, l’autre nouveauté majeure concerne la prise en charge de la mémoire vive DDR5 . Précisons d'emblée que cela ne se fait pas au détriment de la DDR4 : Intel s'est arrangé pour que cette génération de RAM reste prise en charge et il sera donc tout à fait possible de se tourner vers une plateforme DDR4 pour des questions d’économies ou de disponibilité. En effet, la DDR5 est sensiblement plus coûteuse que la DDR4 et il se peut qu’avec les pénuries actuelles, la nouvelle mémoire soit moins présente chez les revendeurs.

Officiellement, il faut utiliser de la DDR4 jusqu’à 3200 MT/s ou de la DDR5 jusqu’à 4800 MT/s, mais les cartes mères sont capables d’exploiter des barrettes plus rapides. Évidemment. La DDR5 se distingue par diverses nouveautés, mais, pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à consulter notre dossier « Faisons le point sur les apports de la DDR5 ». Ici, nous voudrions plutôt évoquer le cas des profils XMP et d’une nouvelle fonctionnalité. Intel introduit effectivement le XMP 3.0 avec Alder Lake afin de proposer plus de profils (on passe de 2 à 5) et de personnalisation : 2 des profils peuvent être modifiés par les utilisateurs.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Le Dynamic Memory Boost agit comme un Turbo Boost pour la mémoire vive © Intel

La nouvelle fonctionnalité est baptisée Dynamic Memory Boost par Intel et il s’agit de transcrire le Turbo Boost des processeurs sur la mémoire. Celle-ci devient donc capable d’ajuster sa fréquence de fonctionnement pour exploiter un profil XMP en fonction de la charge. Séduisante sur le papier, la chose aura cependant beaucoup plus d’intérêt sur une solution mobile où toutes les fonctionnalités sont bonnes pour ajuster au mieux la consommation électrique. Nous n’évoquerons donc pas davantage la chose pour notre dossier du jour.

Un unique chipset, le Z690

À l’avenir, Intel prévoit évidemment de multiples chipsets pour accompagner les processeurs Alder Lake et ajuster leurs fonctionnalités en fonction des besoins, du budget de chacun. Il a par exemple déjà été question des H670, B660 et H610 dans diverses documentations Intel, mais les informations précises sont très rares puisqu’Intel ne communique pour le moment que sur un seul de ces chipsets, le Z690 , fer-de-lance de la nouvelle série 6xx. C’est le seul actuellement disponible et c’est donc le seul sur lequel nous reviendrons pour le moment.

Chipset Z690 © Intel
Un beau schéma pour détailler les fonctionnalités du chipset Z690 © Intel

Première nouveauté, le canal de communication DMI garde 8 lignes, mais passe en version 4.0 (contre 3.0 sur les Z490 et Z590). Intel parle d’un doublement de la bande passante dans les échanges entre le processeur et son chipset. En revanche, de manière un peu surprenante, Intel n’a pas retenu le PCIe Gen 5.0 pour son Z690 qui évolue cependant déjà nettement : pour la première fois, Intel propose effectivement un chipset capable de prendre en charge le PCIe Gen 4.0 alors que cela se fait depuis un moment chez AMD. Le Z690 est ainsi capable de gérer 12 lignes PCIe Gen 4.0 en plus de 16 lignes PCIe Gen 3.0.

Comparaison Z690 vs Z590 vs Z490 © Puget Systems
Trois générations de chipset Intel haut de gamme sont ici opposées © Puget Systems

La question des apports se poursuit côté connectivité avec une timide évolution du sans-fil. On intègre maintenant le WiFi 6E, mais aucun changement pour le filaire : on reste sur un contrôleur Ethernet 2,5 GbE. Sur le plan du stockage enfin, Intel avance plusieurs petites nouveautés avec le passage à un maximum de 8 SATA 6 Gb/s et davantage de ports USB très haut débit : l’USB 3.2 Gen 2x2 (20 Gbps) gagne un port : on passe de 3 à 4 par rapport au Z590 sans qu’il soit question de perdre sur les précédentes générations : jusqu’à 10 ports USB 3.2 Gen 2x1, jusqu’à 10 ports UBB 3.2 Gen 1x1 et jusqu’à 14 ports USB 2.0. Bien sûr, ce sont les fabricants de cartes mères qui font ensuite l’arbitrage.

Chipset Z690 © Intel
Une diapositive pour insister sur les principales nouveautés du Z690 © Intel

De la disponibilité des cartes mères…

Habile transition justement pour évoquer les très nombreuses cartes mères qui sont disponibles à la sortie d’Alder Lake ou le seront dans les prochains jours. L’absence de chipset « moins haut de gamme » n’a visiblement pas été un problème et pour ne mentionner que sur les fabricants les mieux représentés en France, on dénombre au bas mot 13 modèles chez ASRock avec les différentes variantes quand il y en a 17 chez Asus, carrément 25 au catalogue de Gigabyte et encore 13 chez MSI.

Nous n’allons pas ici détailler les catalogues complets de chacun de ces fabricants, mais revenons tout de même sur le cas de quelques modèles afin de voir un peu les choix qui s’offrent à vous.

ASRock Z690 Taichi © ASRock
ASRock Z690 Phantom Gaming 4 ATX © ASRock
ASRock Z690 Phantom Gaming 4 mATX © ASRock

En haut, la Z690 Taichi et, en bas, les versions ATX / mATX de la Phantom Gaming 4 © ASRock

ASRock distribue bien sûr une Z690 Taichi, son modèle le plus haut de gamme, lequel est évidemment basé sur de la DDR5. En revanche, le fabricant dispose aussi d’une très large série de cartes avec de la DDR4 : elles sont même plus nombreuses que leurs consœurs DDR5. On retiendra principalement la présence de Phantom Gaming 4 en version ATX et MicroATX.

Asus ROG Maximus Z690 Extreme Glacial © Asus
Asus TUF Gaming Z690-Plus WiFi D4 © Asus
Asus Prime Z690-P D4 © Asus
Asus ROG Maximus Z690 Hero © Asus

Depuis les ROG Maximus jusqu'aux Prime, il y en a pour tous les goûts et (presque) tous les budgets chez Asus © Asus

Chez Asus, on trouve des modèles à tous les niveaux de prix et si le fabricant est capable d’atteindre un délirant 2300 euros avec sa ROG Maximus Z690 Extreme Glacial complètement hors-normes côté tarif, mais aussi côté fonctionnalités, il sait aussi se montrer plus sage avec des Prime accessibles, des modèles TUF Gaming « intermédiaires » et des ROG richement dotées : nous vous proposerons d’ailleurs prochainement le test de la ROG Maximus Z690 Hero.

Gigabyte Z690 Aorus Extreme Waterforce © Gigabyte
Gigabyte Z690 Aorus Master © Gigabyte
Gigabyte Z690 UD © Gigabyte

Depuis la Z690 AORUS Extreme Waterforce jusqu’à la Z690 UD, Gigabyte dispose d'un large catalogue © Gigabyte

Gigabyte est donc le plus « généreux » avec un catalogue déjà incroyablement étoffé de 25 références pour le seul chipset Z690. Il y en a logiquement pour tous les goûts depuis la Z690 AORUS Extreme Waterforce et son système de watercooling jusqu’à la petite Z690 UD qui constitue l’une des solutions DDR5 les moins onéreuses actuellement sur le marché en passant par diverses AORUS, la gamme gaming du constructeur.

MSI MEG Z690 Unify © MSI
MSI PRO Z690-A DDR5 © MSI
MSI PRO Z690-A DDR4 © MSI

MSI n'est évidemment pas en reste et propose lui aussi de multiples modèles avec les variations DDR4 / DDR5 © MSI

Enfin, bouclons la boucle avec MSI qui se montre un peu plus raisonnable avec 13 références, mais couvre malgré tout la majorité des besoins depuis la « grosse » MEG Z690 Unify et son alimentation 19 phases jusqu’à la PRO Z690-A qui existera en deux versions selon que l’on opte pour de la DDR4 ou de la DDR5. Bien sûr, la MPG Z690 Carbon WiFi figure en bonne place… c’est celle que nous utilisons pour ce test processeur.

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi : une carte complète aux dimensions standards (305 x 244 mm) © MSI

… et du focus sur notre MSI MPG Z690 Carbon WiFi

Nous venons de le dire, pour tester ce Core i9-12900K, nous avons pu compter sur une carte mère signée MSI, la MPG Z690 Carbon WiFi. À processeur haut de gamme, carte mère haut de gamme serait-on tenté de dire : le fabricant a mis les petits plats dans les grands pour ce produit qui dispose d’abord d’un bundle particulièrement complet.

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
Dans le détails, le bundle complet de la MSI MPG Z690 Carbon WiFi © MSI

On retrouve évidemment tout ce qu’il faut du côté des « indispensables » (câbles, manuels, antenne WiFi…), mais on dispose aussi de pas mal d’accessoires bien pratiques. On peut ainsi compter sur la présence de petits tournevis, de clips de fixation « simplifiés » pour les M.2, d’une clé USB avec tous les pilotes et même d’une petite brosse de nettoyage.

Autour du socket LGA1700 et du chipset Z690, tout sur cette MPG Z690 Carbon WiFi a été pensé pour que les processeurs Alder Lake s’y sentent bien, à commencer par l’étage d’alimentation musclé. On parle de 18+1+1 phases avec deux prises 2x 8 broches (en rouge), 18 direct power phases (en vert), 1 phase GT (en bleu) et 1 phase auxiliaire (en violet).

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces

L'étage d'alimentation particulièrement musclé, signe d'une carte mère haut de gamme © Nerces

Bien sûr, d’imposants radiateurs ont été disposés sur les VRM et les parties sensibles de la carte, mais aucun ventilateur n’est présent. Des radiateurs qui recouvrent aussi les ports M.2 pour les SSD NVMe. Là, non plus, MSI ne se moque pas du monde avec 5 emplacements, tous à la norme PCIe 4.0 x4 excusez du peu. On dispose du récent système de fixation simplifié bien pratique.

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
Bien sûr, quatre emplacements DIMM sont présents pour accueillir les barrettes de DDR5 © Nerces

Plus classique, quatre emplacements DIMM sont présents. Ils sont évidemment prévus pour de la DDR5. De base, la RAM sera cadencée à 4800 MHz, mais MSI souligne que sa carte mère accepte des fréquences jusqu’à 6666 MHz. Évidemment, le nouveau standard XMP 3.0 d’Intel est pris en charge avec un total de cinq profils disponibles.

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
Classique, l'I/O shield ne fait l'impasse sur aucun connecteur essentiel © MSI

MSI ne pouvait faire l’impasse sur le PCIe 5.0 avec deux ports x16 dotés de renforts en métal pour soutenir une carte graphique. Notez que si les deux sont actifs, ils passent en x8. Le troisième port PCIe est géré par le chipset, il se contente du PCIe 3.0 x4. On retrouve quantité de ports USB 3.2 Gen et Gen 2x2, des ports SATA capables de fonctionner en RAID, un codec Realtek ALC4080 pour le son et un contrôleur réseau 2,5 GbE.

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces

Deux des ports PCIe sont renforcés et, tout autour, on repère les cinq emplacements M.2, tous NVMe PCIe 4.0 © Nerces

Le WiFi 6E (802.11 a/b/g/n/ac/ax) et le Bluetooth 5.2 sont évidemment au menu d'une carte mère qui ne laisse décidément rien au hasard et intègre tout le nécessaire pour connecter des solutions de refroidissement « en veux-tu en voilà ». Soulignons la présence de 7 prises 4 broches pour des ventilateurs et d’une prise 4 broches pour une pompe de watercooling en plus des multiples connecteurs dédiés aux LED.

MSI MEG CoreLiquid S360 © Nerces
Le MEG CoreLiquid S360 impressionne autant par sa taille que par la qualité de la finition ® MSI

Puisque nous parlons refroidissement, évoquons la fourniture par MSI d’un kit AiO costaud : est-ce à dire que le Core i9-12900K risque de chauffer ? Nous verrons, reste que le MEG CoreLiquid S360 est imposant avec son radiateur de 36 cm de long auquel sont fixés trois ventilateurs 12 x 12. Le bloc pompe est bien conçu avec une fixation pratique et un capot aimanté pour caréner l’ensemble. Notons l'écran LCD avec affichage modifiable.

MSI MEG CoreLiquid S360 © Nerces
MSI MEG CoreLiquid S360 © Nerces
MSI MEG CoreLiquid S360 © Nerces

La fixation est simple et efficace tandis qu'un écran LCD surplombe le tout pour plus de personnalisation © Nerces

MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces
MSI MPG Z690 Carbon WiFi © Nerces

Réglages simplifiés, réglages détaillés (avec activation / désactivation des cœurs performants / efficients), choix du dissipateur et configuration initiale : le BIOS dans tous ses états © Nerces

Mis à jour récemment, le BIOS de la MPG Z690 Carbon WiFi est conforme aux habitudes de MSI : clair et complet. La question du refroidissement est posée au premier allumage, comme quoi la chose est d’importance sur Alder Lake : en fonction du choix réalisé, le BIOS ajuste les paramètres PL1 et PL2 de la carte afin que le processeur ne chauffe pas au-delà de ce que peut dissiper le refroidisseur.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Notre Core i9-12900K s'offre un petit tour sur HWInfo © Nerces

Protocole de test

Une nouvelle génération comme Alder Lake implique beaucoup plus de changements que pour nos derniers tests de processeurs, qu’il s’agisse de puces AMD ou Intel d’ailleurs. Là, nous étions dans l’obligation de monter une machine entièrement nouvelle depuis la carte mère jusqu’au système de refroidissement du fait du nouveau socket LGA1700. Nous aurons l’occasion de tester Alder Lake sur de la DDR4, mais pour l’heure, nous sommes passés à de la DDR5 et, en définitive, il n’y a que la carte graphique pour faire une espèce de lien entre nos configurations.

Alder Lake Core i9-12900K - CPU-Z © Nerces
Alder Lake Core i9-12900K - CPU-Z © Nerces
Alder Lake Core i9-12900K - CPU-Z © Nerces
Alder Lake Core i9-12900K - CPU-Z © Nerces

Dans tous ses états, notre Core i9-12900K au crible de CPU-Z © Nerces

Configuration LGA1700

  • Carte mère : MSI MPG Z690 Carbon WiFi
  • Mémoire : Kingston Fury DD5-4800 CL38
  • Carte graphique : Asus TUF RTX 3080 Gaming OC
  • SSD : Western Digital WD_Black SN850 1 To
  • Refroidissement : MSI MEG CoreLiquid S360
  • Alimentation : be quiet! Straight Power 11

Configuration socket LGA1200

  • Carte-mère : Asus ROG Z590-E Gaming WiFi
  • Mémoire : Corsair Dominator Platinum RGB 32 Go DDR4 4000 CL19
  • Carte graphique : Asus TUF RTX 3080 Gaming OC
  • SSD : Sabrent Rocket 4.0 2 To
  • Refroidissement : Corsair iCUE H150i RGB Pro XT 360 mm
  • Alimentation : be quiet! Straight Power 11

Configuration socket AM4

  • Carte-mère : Asus ROG Crosshair VIII Hero
  • Mémoire : Corsair Dominator Platinum RGB 32 Go DDR4 4000 CL19
  • Carte graphique : Asus TUF RTX 3080 Gaming OC
  • SSD : Sabrent Rocket 4.0 2 To
  • Refroidissement : Corsair iCUE H150i RGB Pro XT 360 mm
  • Alimentation : be quiet! Straight Power 11

Configuration socket 1151

  • Carte-mère : ASRock Z390 Extreme 4
  • Mémoire : Corsair Dominator Platinum RGB 32 Go DDR4 4000 CL19
  • Carte graphique : Asus TUF RTX 3080 Gaming OC
  • SSD : Sabrent Rocket 4.0 2 To
  • Refroidissement : Corsair iCUE H150i RGB Pro XT 360 mm
  • Alimentation : be quiet! Straight Power 11
Configuration socket LGA1700 © Nerces
Notre Core i9-12900K rafraîchit par l'imposant MSI MEG CoreLiquid S360 © Nerces

Afin de suivre les récentes évolutions, nous avons opté pour des mesures de performances Alder Lake sous Windows 11. Notez cependant que les écarts avec Windows 10 sont pour ainsi dire nuls. Notez aussi que, pour des raisons pratiques, nous n’étions pas en mesure de refaire les tests sur Windows 11 pour les plus anciennes plateformes.

  • Windows 10 Professionnel 64-bit 21H1 v19043.1320
  • Windows 11 Professionnel 64-bit 21H2 v22000.282
  • Pilotes chipset Intel v10.1.18836.8283
  • Pilotes chipset AMD v3.10.08.506
  • Pilotes graphiques NVIDIA v496.49 64-bit WHQL
  • Pilotes graphiques Intel v30.0.100.9928

Dans la mesure du possible, nous éliminons les programmes résidents en mémoire vive et nous nous assurons que toutes les configurations soient aussi proches les unes des autres que possible. Les tests présentés par la suite sont le résultat de moyennes établies après avoir réalisé les mesures 5 fois et retiré toute valeur incongrue, résultante logique d’une anomalie quelconque à l’instant t.

Et le PBP remplace le TDP

Enfin, il est un point que nous devons préciser avant d'embrayer sur les tests. Nous avons effectivement tenu à présenter les résultats du Core i9-12900K de deux manières afin de tenir compte du TDP - ou plutôt du PBP pour Processor Base Power - avancé par Intel. L'architecture hybride doit permettre une bien plus grande efficacité à « petit » TDP.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Intel présente les gains d'Alder Lake sur Rocket Lake même à consommation réduite de moitié © Intel

Nous avons donc mesuré les performances de notre Core i9-12900K en le laissant s'exprimer pleinement (PBP sans limites) et nous avons ensuite reconduit les tests en bloquant le PBP à 125 Watts, une valeur largement avancée par Intel pour montrer les gains d'Alder Lake sur Rocket Lake.

Alder Lake Core i9-12900K © Intel
Le Processor Base Power illustrée par Intel © Intel

Tests mémoire : l’impact de la DDR5

Dans quelques jours, nous aurons sans doute l’occasion de vous présenter un tableau plus complet du duel DDR4 vs DDR5 que nous permet Alder Lake. Pour ce dossier, nous n’avions qu’une carte mère DDR5 sous la main. Compte tenu des promesses de cette nouvelle mémoire, il est logique que l’écart avec les anciennes plateformes soit important.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur AIDA64 © Nerces

Sans surprise, on se trouve donc avec des débits tout simplement remarquables en DDR5-4800 par rapport à de la DDR4-4000. On voit clairement que la DDR5 permet de considérables gains qu’il faut toutefois mettre tout de suite en perspective. Les premières mesures l’avaient fait remonter et nous pouvons aujourd’hui vous le confirmer : la latence de la DDR5 est bien supérieure à celle de la DDR4.

Ce n'est pas une surprise, le précédent changement de génération (DDR3 vers DDR4) avait été à l'origine de différences assez similaires, mais cela mérite malgré tout d'être souligné. Sans « forcer », nos barrettes de DDR4 atteignent à peine 65 ns quand, sur la DDR5, nous dépassons les 85 ns. Il conviendra de vérifier l’impact d’une telle latence sur les tests pratiques.

Notons enfin l'écart négligeable entre le Core i9-12900K avec un TDP bloqué à 125 W et le même processeur « libéré » : AIDA64 ne pousse pas suffisamment le CPU pour qu'il déborde de l'enveloppe de base.

Quand la DDR5 monte en fréquence…

Avant de vous présenter notre dossier DDR4 vs DDR5, nous avons tout de même pu essayer, sommairement, trois jeux de barrettes DDR5 afin d’évaluer les gains apportés par des fréquences plus élevées avec de la Kingston Fury DD5-4800 CL38, de la Corsair Dominator Platinum RGB DDR5-5200 CL38 et de la G.Skill Trident Z5 DDR5-6000 CL36.

Kingston Fury DDR5-4800 © Kingston
AIDA64 Kingston Fury DDR5-4800 © Nerces
Corsair Dominator Platinum RGB DDR5-5200 © Kingston
AIDA64 Corsair Dominator DDR5-5200 © Nerces
G.Skill Trident Z5 DDR5-6000 © Kingston
AIDA64 G.Skill Trident Z5 DDR5-6000 © Nerces

De gauche à droite, les résultats AIDA64 avec de la DDR5-48000, de la DDR5-5200 et de la DDR5-6000 © Nerces

Nous remercierons Captain Obvious pour sa venue : la DDR5-6000 signe logiquement des performances bien supérieures à ses deux concurrentes. On notera surtout que malgré des fréquences plus élevées, la mémoire G.Skill est aussi capable de meilleurs timings et, de ce fait, d'une latence plus faible. L'avenir nous dira si les fabricants de DDR5 seront en mesure de réduire encore cette latence.

Performances applicatives

Avant d’embrayer sur des mesures en présence d’outils applicatifs plus généraux, nous faisons comme toujours un petit tour sur la pure puissance de calcul du processeur. Nous avions à cœur, et sans mauvais jeu de mots, de vérifier les performances de ces Golden Cove que nous vante Intel depuis déjà plusieurs semaines.

Intel Alder Lake Core i9-12900K
Performances observées sur Cinebench R20 © Nerces

Sur CineBench R20, par rapport aux processeurs Rocket Lake, on voit qu’Alder Lake apporte beaucoup. Les cœurs Golden Cove sont tout à fait à leur aise et en test single thread, il est impressionnant de voir Intel reprendre nettement la première place. Malgré toutes leurs qualités, les cœurs Zen 3 ne sont pas en mesure de lutter sur ce test très précis.

Toutefois, le Ryzen 9 5950X a pour lui un nombre de cœurs sensiblement plus élevé que le Core i9-12900K : on parle effectivement de 16 cœurs / 32 threads quand le petit dernier de chez Intel doit se contenter de 8C+8c / 24 threads. À ce petit jeu, en multi thread, Intel perd la manche de quelques points. Le Ryzen 9 5900X est pour sa part nettement distancé, malgré un nombre de threads équivalent.

Un Ryzen 9 5900X qui nous sert d'étalon pour évaluer le Core i9-12900K lorsqu'il est contraint à 125 Watts de TDP. Là, le processeur Alder Lake fait effectivement jeu égal avec son concurrent Zen 3, mais nous verrons que sa consommation est moins élevée. Plutôt bonne pioche pour Intel, même s'il conviendra, bien sûr, de voir la réponse prochaine d'AMD.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur Handbrake : le score le plus faible est le meilleur © Nerces

Pour notre second test applicatif, nous avons l’habitude de solliciter l’encodeur vidéo open source Handbrake. Nous utilisons un fichier vidéo d’une 50aine de minutes que nous lui demandons d’encoder en utilisant le preset Matroska H.265 1080p30. Il s’agit donc d’encoder en HEVC.

En toute logique, le graphique se lit donc « à l’envers » et le plus petit score est le meilleur. Malgré toute la bonne volonté de notre Core i9-12900K, il ne parvient pas à reprendre le leadership et le meilleur score reste pour le Ryzen 9 5950X. L’écart est toutefois assez fiable, plus faible encore que celui qui sépare le Core i9-12900K et le Ryzen 9 5900X, cette fois à l’avantage d’Intel. Remarquons, encore une fois, que le Core i9-12900K est capable de concurrencer le Ryzen 9 5900X lorsqu'il est limité à un TDP de 125 Watts.

Pour la beauté du geste, on remarquera les très nets progrès enregistrés par Intel sur la précédente génération – Rocket Lake – dont le plus puissant représentant reste très loin du Core i9-12900K, même lorsque celui-ci est limité à 125 W de TDP. C’est de bon augure pour les futurs CPU Alder Lake moins costauds, meilleur marché également.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur WinRAR : le score le plus faible est le meilleur © Nerces

Nos tests se poursuivent et nous restons dans le domaine de la « compression » puisque nous abordons maintenant la création d’une archive ZIP. Pour cette tâche, nous utilisons un total « témoin » de 12 Go de données composées de nombreux fichiers. La compression est réalisée par WinRAR dans sa version 5.11 et le résultat, exprimé en secondes, doit à nouveau être lu « à l’envers », le plus petit score est le meilleur.

Intel s’est toujours bien comporté sur ce test et le Core i9-11900K prenait déjà le meilleur sur le Ryzen 9 5950X. En toute logique, Intel améliore encore son score et le Core i9-12900K est notre premier processeur à passer sous les 100 secondes : il améliore le résultat du fer-de-lance Rocket Lake et souligne l’excellent travail réalisé par les ingénieurs Intel. L’efficacité des cœurs Golden Cove est ici impressionnante.

Rappelons toutefois que WinRAR n'est pas le plus doué dans l'utilisation des nombreux cœurs mis à sa disposition par un Ryzen 9 5950X par exemple. Une assertion qui se vérifie en comparant le Core i9-12900K en 125 W et en « TDP Max » : comme WinRAR n'utilise pas tous les cœurs du CPU au maximum, le TDP de 125 W n'est jamais atteint.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur PCMark 10 © Nerces

Les mesures se poursuivent avec PCMark qui constitue un choix toujours intéressant dans la mesure où il ne mesure pas simplement la puissance brute du processeur ou le débit de la mémoire. Il est censé simuler diverses activités que l’on peut être amenées à réaliser, au quotidien, sur son PC. Il mêle ainsi des travaux de bureautique, de la visioconférence, de l’édition photo / vidéo et de la navigation Web.

Comme c’était le cas avec la compression ZIP, Intel était plutôt à la fête sur cet outil de mesure et le Core i9-11900K parvenait même à devancer le Ryzen 9 5950X. Au coude à coude, l’un et l’autre sont aujourd’hui nettement distancés par le Core i9-12900K. La nouvelle architecture hybride d’Intel est parfaitement à son aise et on gagne encore près de 7% par rapport aux résultats du CPU Rocket Lake ou près de 7,5% par rapport au meilleur des Ryzen d’AMD.

Pour le clin d'œil, on remarquera que le score du Core i9-12900K est un peu plus important lorsque l'on bride son TDP à 125 W. Si la différence reste dans la marge d'erreur, elle vient souligner le fait qu'un usage standard du PC ne vient pas suffisamment solliciter le CPU Alder Lake pour qu'il soit contraint de dépasser ce TDP.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur 3DMark © Nerces

Avant d’embrayer plus sérieusement sur quelques jeux vidéo, nous voulions faire un crochet par 3DMark, un outil de mesure bien connu des amateurs et qui peut faire office de transition dans la mesure où les différentes scènes qu’il exploite pourraient sortir tout droit d’un jeu vidéo. Notez bien que nous utilisons ici le bench TimeSpy et non le TimeSpy Extreme.

Vous le savez, nos tests sont réalisés cinq fois afin d’aboutir à une moyenne. Dans le cas de 3DMark, nous avons été tellement surpris par les résultats que nous avons relancé encore peu plus les choses, mais rien à faire, le Core i9-12900K inflige une monumentale claque à tous les processeurs que nous avons pu tester à Clubic. Notre numéro un était autrefois le Ryzen 9 5950X avec 14 109 points, mais le plus costaud des Alder Lake décroche 17 978 points.

L’écart entre les deux processeurs est de 27,42% à l’avantage d’Intel qui devrait donc encore signer d’excellentes performances sur les autres représentants de la gamme Alder Lake. En toute logique, Rocket Lake est très loin et par rapport au Core i9-11900K, notre cobaye du jour signe un résultat en progrès de 31,23%. Rien que ça.

Performances dans les jeux

Les résultats sous 3DMark sont évidemment de très bon augure pour nos tests en jeu. Nous avons pour habitude de ne pas multiplier les jeux et nous limitons notre série de benchs à quelques titres bien connus. Nous avons toutefois conduit d’autres mesures sur d’autres jeux qui nous serviront par la suite à étoffer un peu les choses, mais nous n’étions pas en mesure de les reconduire sur les anciennes plateformes.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur Sid Meier's Civilization VI © Nerces

De fait, nous commençons comme souvent avec Sid Meier’s Civilization VI, un titre qui met davantage en tension le processeur que le reste de notre configuration. Une façon idéale de vérifier les apports d’Alder Lake. Rappelons que nous utilisons ici le test dit d’intelligence artificielle avec l’extension Gathering Storm d’installée alors que le jeu est en DirectX 12, la définition d’image en 1080p et les réglages en « ultra ».

Notez bien que les résultats, exprimés en secondes, se lisent à l’envers : le plus petit score est le meilleur et, par le passé, les processeurs Intel n’ont jamais tellement été à la fête ici. La performance du Core i9-12900K est donc doublement intéressante. Non seulement, Alder Lake est nettement devant Rocket Lake, avec un temps en baisse de presque 7,5% par rapport au Core i9-11900K, mais il parvient aussi à déborder le Ryzen 9 5950X. La baisse n’est ici que de 1%, mais il y a malgré tout un retournement de situation.

Sans que l'écart entre TDP 125 W et TDP Max soit très important, on note une petite différence qui tend à prouver que Sid Meier’s Civilization VI peut avoir besoin de faire sauter cette limite pour s'exprimer pleinement. À 125 W, le CPU Alder Lake ne fait plus que jeu égal avec le Ryzen 9 5900X alors que, sinon, il concurrençait le Ryzen 9 5950X.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur Red Dead Redemption 2 © Nerces

Encore aujourd'hui considéré comme un des jeux les plus beaux sur PC, Red Dead Redemption 2. Le jeu de Rockstar Games est un titre gourmand qui s'illustre par l'utilisation de la bibliothèque Vulkan. Nous procédons ici à deux mesures : la première en 1 080p et la seconde en 2 160p où l'Asus TUF RTX 3080 Gaming OC était bien davantage sollicitée.

Premier constat, les écarts en FullHD sont finalement assez réduits entre les différentes générations de processeurs, même si les Ryzen Zen 2 sont un peu distancés. De la même manière, on peut noter un petit avantage pour le Core i9-12900K lorsque son TDP n'est plus contraint, même si à 125 W, il est loin de démériter. Notons enfin qu'en 4K, les résultats ne sont guère parlants : les CPU Alder Lake semblent prendre un avantage, mais il n'est pas dit que ce soit le processeur qui en soit à l'origine.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées sur Shadow of the Tomb Raider © Nerces

Notre dernier bench jeu vidéo est comme toujours constitué de Shadow of the Tomb Raider. Là encore, deux séries de mesures ont été réalisées : d'un côté en 1 080p et de l'autre en 2 160p, mais dans les deux cas, le niveau de détails est sur « très haut ».

Nous évacuerons une fois encore et très rapidement les résultats en 4K qui montrent clairement que nos configurations sont nettement limitées par la puissance de notre carte graphique RTX 3080 : les processeurs n'ont aucune incidence. En revanche, en FullHD, c'est une autre histoire.

Là, Alder Lake semble particulièrement à son aise et même en limitant le TDP du Core i9-12900K à 125 W, il prend un bel avantage sur tous les CPU que nous avons été en mesure de tester : l'écart avec le Ryzen 9 5950X est infime, mais rappelons que la consommation du Core i9-12900K est alors plus faible que celle du processeur AMD.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Focus sur le test CPU de Shadow of the Tomb Raider © Nerces

Afin de confirme - ou d'infirmer d'ailleurs - la conclusion que nous venons de tirer, nous nous penchons sur la mesure spécifiquement processeur du bench de Shadow of the Tomb Raider.

Nous avions déjà remarqué que les processeurs AMD étaient moins à leur aise sur cet aspect des choses : une tendance très nettement confirmée avec la sortie d'Alder Lake. Qu'il soit en TDP 125 W ou en TDP Max, le Core i9-12900K inflige une magistrale claque à tous les autres CPU de notre panel sur la partie « rendu ». Pour la partie « jeu », il garde la tête, mais l'écart est ici bien plus modeste… en gardant toujours à l'esprit que, limité à un TDP de 125 W, le Core i9-12900K consomme moins.

Le cas de l’iGPU

Il est un changement que nous n'avons pas encore véritablement évoqué avec Alder Lake, l'arrivée d'une nouvelle solution graphique intégrée. Le mot nouvelle est un peu fort, mais Intel a fait évoluer son iGPU vers l'Intel UHD Graphics 770 quand les Rocket Lake se contentaient d'un 750.

Le nombre d'unités d'exécution est identique (32), la fréquence de base est réduite de 50 MHz (300 contre 350), mais la fréquence dynamique peut grimper à 1,55 GHz contre 1,3 GHz sur l'UHD 750. Suffisant pour en doper les performances ?

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Performances observées avec l'iGPU Intel UHD Graphics 770 sur 3DMark © Nerces

Nous ne nous étendons pas sur le sujet dans la mesure où l'iGPU des CPU Alder Lake ne sera pas suffisante pour faire du jeu vidéo. En revanche, elle vient effectivement améliorer sensiblement les performances enregistrées sous 3DMark via le test TimeSpy réglé en 1 440p.

La solution graphique intégrée à notre AMD Ryzen Pro 4750G de référence est évidemment hors d'atteinte, mais les gains par rapport à Rocket Lake sont éloquents : on passe de 620 à 820 points soit une augmentation d'un peu plus de 32%. Un progrès à peu près du même ordre qu'entre Comet Lake et Rocket Lake (+39%).

En revanche, notons que le déblocage du TDP ne change rien à l'affaire : le minuscule point d'écart n'apporte rien de concluant.

Températures, consommation et… overclocking ?

Nous terminons nos séries de mesures avec deux éléments particulièrement intéressants, même s’ils ne parlent pas nécessairement à tous les utilisateurs. En premier lieu, nous avons cherché à vérifier la température de chacun de nos processeurs. Nous avons ici décidé de retenir deux valeurs.

  • Au repos, alors que Windows 11 avait terminé son démarrage.
  • En pleine charge, au cours d'un encodage H.265 via Handbrake.
Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Relevé des températures observées durant un encodage Handbrake H.265 © Nerces

Rebaptisé il y a quelques mois Intel 7, le processus de gravure 10 nm d'Intel devait permettre de donner plus d'air au fondeur américain. Nous pouvons effectivement voir un impact lors des relevés de températures réalisés lors de l'encodage H.265 via Handbrake. Alder Lake fait ainsi nettement mieux que Rocket Lake perdant environ 10 degrés alors que les performances sont bien meilleures.

Reste que le Core i9-12900K avec un TDP Max vient flirter avec les 90°C malgré l'utilisation d'un imposant système de refroidissement MSI MEG CoreLiquid de 360 mm. De même, bien que limité à 125 W de TDP, le CPU Intel frise encore les 75°C quand les Ryzen 9 5950X n'atteignaient pas les 72°C. Rien de catastrophique pour Intel donc, mais sa maîtrise calorifère est encore à améliorer.

Nous avons ensuite testé la consommation électrique de nos CPU. Il convient de préciser que nous ne mesurons que la consommation du package processeur. Une mesure que nous ferons peut-être évoluer à l'avenir afin de présenter la consommation de la configuration dans son ensemble, un résultat plus parlant pour la majorité des lecteurs. Deux valeurs sont retenues.

  • Au repos, alors que Windows 11 avait terminé son démarrage.
  • En pleine charge, au cours de tests multithreads successifs via Cinebench R20.
Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Consommation au repos / en charge observée durant les tests Cinebench R20 © Nerces

En toute logique, le Core i9-12900K lorsque son TDP est bloqué à 125 W dans le BIOS de la carte mère… consomme grosso modo 125 W. En revanche, lorsque le TDP et débloqué, nous flirtons avec les 270 W. Une consommation que nous ne sommes pas loin de qualifier de délirante, mais nécessaire pour atteindre le score CineBench du Ryzen 9 5950X .

Cela dit, dans l'absolu, ce n'est pas forcément un mal de laisser ainsi le choix à l'utilisateur du comportement de son processeur. Le TDP peut être réglé de manière assez fine dans le BIOS et si nous n'avons opté que pour deux mesures, entre les 125 W et le Max, il y a d'innombrables options.

La vraie question est effectivement de vérifier l'efficacité énergétique de notre Core i9-12900K. C'est logiquement ce que nous faisons en mettant en lien les performances relevées sur CineBench R20 et la consommation enregistrées précédemment.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
Efficacité énergétique observée durant les tests Cinebench R20 © Nerces

À ce petit jeu, il est « amusant » de constater le grand écart réalisé par le Core i9-12900K. Le nouveau CPU est ainsi capable de signer la meilleure performance jamais relevée (70,31) lorsqu'il est à un TDP de 125 W, mais aussi quelque chose de bien plus modeste quand le TDP est débloqué. À 37,82 sur cette seconde configuration, il montre tout de même que son efficacité est meilleure que celle de Rocket Lake.

Nous garderons donc à l'esprit que le Core i9-12900K est redoutable d'efficacité quand on reste sur un usage « normal ». En revanche, le pousser dans ses retranchements implique une consommation nettement à la hausse sans que les performances s'envolent vraiment.

Nous terminons notre dossier par l'utilisation de l'outil Intel Extreme Tuning Utility qui permet d'accéder aux réglages CPU les plus détaillés, les plus précis. L'idée est ici de permettre un overclocking « tranquille » à l'aide d'un simple bouton ou de se lancer dans une configuration pointue pour tirer le meilleur de son processeur.

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Nerces
L'Intel Extreme Tuning Utility permet d'overclocker « facile » ou d'affiner les réglages pour utilisateur « enthousiaste »

Sans doute des utilisateurs plus experts dans l'art de l'overclocking seront en mesure de faire mieux que nous, car il nous faut reconnaître une petite déception à ce niveau : à peine avons-nous atteint les 5 GHz que le CPU grimpait jusqu'à 100°C entraînant un thermal throttling comme le précise l'Intel Extreme Tuning Utility.

De fait, le gain de performances est faible pour ne pas dire nul avec seulement 300 points sur le test multi threads de CineBench R20 (10 505 contre 10 251). Peut-être notre exemplaire n'était pas doué en la matière ou peut-être le Core i9-12900K n'est pas fait pour l'overlocking .

Intel Alder Lake Core i9-12900K © Intel
S'il ne renverse clairement pas AMD, Intel est sérieusement revenu dans la course © Intel

Intel Alder Lake Core i9-12900K, l’avis de Clubic

C'est peu de dire que nous attendions cette 12e génération au tournant et Intel lui-même n'avait pas ménagé ses efforts pour évoquer la révolution induite par cette nouvelle architecture hybride. Hélas, si le changement est bel et bien au rendez-vous, il ne permet pas à Intel de complètement rebattre les cartes.

Ainsi, lorsque nous laissons le Core i9-12900K s'exprimer pleinement, il se montre particulièrement énergivore. Cela n'aurait pas forcément été un problème s'il avait été capable de mettre au pas ses concurrents… mais ce n'est pas tout à fait le cas. Dans de très nombreux domaines, il se montre diablement performant, mais le Ryzen 9 5950X n'est pas battu alors qu'il se montre autrement plus sobre.

Heureusement, en bloquant le Core i9-12900K à 125 Watts, on met en évidence les atouts de l'association Golden Cove / Gracemont. Là, le CPU est tout simplement le plus efficace jamais passé entre nos mains, même si l'écart avec le Ryzen 9 5950X est faible. Il continue à s'imposer comme une bête de course en gaming et vient ridiculiser le Core i9-11900K.

S'il reste encore des « zones d'ombre », ce Core i9-12900K est une excellente entrée en matière pour Alder Lake qui a toutes les chances de s'exprimer de manière encore plus éclatante sur le Core i5-12600K (test à venir) et sur les versions mobiles.

Intel Core i9-12900K

8

Alder Lake avait peut-être suscité trop d'espoir chez les amateurs de concurrence AMD / Intel. S'il ne laisse aucune chance au Core i9-11900K, notre Core i9-12900K est moins à la fête en applicatifs face au Ryzen 9 5950X. Son architecture hybride est néanmoins très prometteuse et il nous tarde de voir le Core i5-12600K à l'œuvre et, plus encore, les versions pour mobile.

Les plus

  • Le meilleur en gaming
  • Excellente efficacité à 125W
  • Architecture novatrice
  • Intégration PCIe 5.0 et DDR5
  • Nets progrès vs Rocket Lake

Les moins

  • Ne domine pas le Ryzen 5950X
  • Efficacité moindre à 241W
  • Overclocking très limité
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
60
39
radeon4ever
c’est moi où ca reste un gros bid ? mis à part dans un jeu, le reste y’a vraiment rien de flagrant je trouve, entre la consommation et le gain réel … pas grand chose de nouveaux
neaufles
Du progrès chez intel,mais reste aux pieds d’ AMD. On vois bien que le 10nm est handicapé face au 7nm d’AMD.<br /> Maintenant place aux groupies Intel pour dire que du 10nm c’est du 7nm, vous savez bien que la terre est plate …
Fodger
Gros carton rouge pour Intel avec sa volonté irresponsable (une fois de plus) de vouloir rendre obsolète le socket LGA1200 avec Z590 à peine sortie en ce début d’année.
Doss
On vois rien, c’est la 1er itération du 10nm et il est dèjà au niveau du 7nm.<br /> Surtout que c’est aussi le début de l’architecture hybrid, combien de temps l’archi Zen a mi pour etre au niveau et surtout son SMT qui plombait les perfs dans les jeux ?
PierreKaiL
Merci pour ce super test, difficile d’avoir mieux, je chipoterai juste un peu pour le choix du TDP, il aurait été intéressant d’avoir un réglage sur un TDP à 150W (possible dans le bios si j’ai bien compris) pour la comparaison avec AMD mais bon c’est vraiment pour chipoter… Encore merci.
Nerces
Je comprends la remarque, mais je ne voulais pas multiplier les mesures.<br /> Le 125W s’explique pour deux raisons :<br /> 1- c’est celui retenu par Intel pendant ses présentations, nous voulions vérifier ses propos<br /> 2- c’est celui qui correspond dans le BIOS de notre carte mère à la recommandation pour un aircooling de base.<br /> Merci pour les compliments
tux.le.vrai
et les Ryzen dans ce comparatif sont sortis déjà il y a un bon moment !
Kriz4liD
Là de ce que je vois , c’est qu’Intel remonte avec un processeur de qualité !<br /> le mode 240W est inutile, mais le reste reste tres tres correcte, la consomation en mode 125W est interessante , un bon produit que nous propose Intel.<br /> Mais , AMD est toujours dans la course , surtout que chezIntel , ce sera X2 à X3 le prix d’une configuration équivalente chez AMD, RAM DDR5 et carte mère incluses.
fox-idcom
Comme dit mon prédécesseur , un excellent CPU , maintenant , bah les Zen 3 restent excellents aussi.<br /> A voir les prix en effet , car le ticket d’entrée avec de la DDR5 n’est pas donné et du coup , à ce petit jeu , gros mais alors gros avantage pour AMD pour le moment.
beubeu
Ca me fait penser à l’époque du P4 vs AMD 64, ou AMD écrasé la concurrence avec de très bon proco, et Intel pour tenir la distance sortait des proco qui montait très haut en fréquence… En chauffait/consommait comme 2 CPU xD<br /> Idem ici, AMD fait du très bon taff, Intel tente de suivre avec du CPU qui chauffe et consomme beaucoup … Trop.<br /> Je ne voit pas ce qui peut pousser une personne a acheter un CPU qui se goinfre comme ça, sur une platforme à changer entièrement (CM chère, DDR5 …), comparé à un CPU AMD qui fait aussi bien voir mieux, pour moins chère et moins compliqué à gérer (refroidissement etc)…<br /> Par contre c’est marrant de lire le test de Cowcotland à coté qui sont d’un avis totalement à l’opposé de vous…
Popoulo
Overclocking très limité ? Vous êtes sûrs ? : «&nbsp;Intel Core i9-12900K Smashes Multiple World Records at 6.8 GHz&nbsp;». et aussi «&nbsp;Overclocking maestro HiCookie (courtesy of Aorus Spain’s Twitter) has overclocked Intel’s flagship Core i9-12900K Alder Lake to an impressive 8 GHz with liquid nitrogen (LN2). And not only that, but he also pushed his DDR5 memory from 4,800 MHz to 8,300 MHz.&nbsp;».<br /> Bon, après, faut certainement habiter à côté de la centrale pour l’alimenter en direct ^^.<br /> Ce qui est bizarre, c’est que sur Tom’s, il domine le 5950X alors que rien n’est vraiment opti pour (comme le rendering sous Corona qui fait tourner uniquement les E-cores…), en DDR4 comme DDR5. Y a pas un truc dans le potage là ?
Popoulo
L’intel est moins cher de 200 balles. La DDR5 n’est pas indispensable.<br /> Et pas que Cowcotland…
Grebz
Donc, bien qu’il n’ait que 24 cœurs et qu’il soit en 10nm contre 7nm, le 12900K fait, en gros, jeu égal avec le 5950X. Au prix d’une consommation plus élevée, certes, mais ça veut au moins dire que si Intel continue de bien travailler, ils ont une architecture potentiellement capable de faire très mal à AMD quand la finesse de gravure sera la même. Dans le domaine qui m’intéresse le plus, à savoir la MAO (musique), Intel est traditionnellement plus efficace qu’AMD, même avant l’arrivée des Alder Lake. Dommage qu’aucun test ici ne permette de mesurer cela, je verrai ça sur les sites spécialisés, avec des tests d’utilisateurs.<br /> En tout cas, les prochains mois vont être intéressants puisque AMD ne va pas en rester là et que la suite est sûrement aussi déjà en cours de développement chez Intel. À suivre. Ma machine de 2013 commence à avoir du mal à suivre, j’espère que les pénuries vont se calmer avant que mon PC me lâche définitivement et que je puisse enfin le remplacer (je l’aurai bien rentabilisé). AMD ou Intel, on verra, je choisirai selon mes besoins. Ce sera de toute façon le plus haut de gamme que je pourrai me permettre d’acheter, histoire que ça dure longtemps, comme mon PC actuel.
tangofever
Et il nous tarde de voir le Core i5-12600K à l’œuvre, et moi et moi et moi.<br /> Avec une 6600 ou 6600XT
neaufles
Intel va bientôt encore souffrir avec l’arrivée des nouveaux procès en 5nm et zen 4.
Pernel
150€ environ pas 200, mais les mobos sont plus cher, au final c’est kifkif.
Pernel
Oui, mais non. Le 10 nm d’Intel correspond en gros au 7 nm d’AMD (enfin TSMC, AMD n’est pas fondeur).<br /> «&nbsp;quand la finesse de gravure sera la même&nbsp;» non justement, le process est différent, ils sont sur un truc équivalent actuellement, quand AMD aura ses Zen 4 en 5 nm Intel devra être environ en 7 nm.<br /> D’autant que là on compare un CPU de 2021 a un CPU de 2020, c’est normal qu’ils soient légèrement devant, ça serait inquiétant sinon et Intel ne pourra pas tirer sur la corde «&nbsp;Core&nbsp;» indéfiniment, on voit ce que ça donne, ça marche bien, mais faut voir les conditions, ça chauffe et ça consomme de manière ridicule, s’ils veulent être au niveau de Zen 4 ils vont avoir de l’optimisation à faire ou carrément sortir le remplaçant de Core. Ils ont pris beaucoup trop de retard sur le 10 nm (6 ans, je crois).
Grebz
Peu importe. Ils sont sur une bonne voie après des années d’errance. Moi ce que je vois, c’est qu’avec moins de cores, ils font jeu égal avec AMD. Certes avec du retard, certes avec plus de chauffe et de consommation. Oui, tout cela est vrai. Mais ce n’est qu’un premier jet de leur nouvelle architecture. S’ils ont retenu la leçon des échecs précédents, alors on peut espérer une vraie compétition pour l’avenir. Et si AMD fait encore plus fort, tant mieux pour nous.<br /> Moi, j’ai besoin de changer de machine et je prendrai le meilleur au moment où je serai prêt à passer à la caisse. L’un ou l’autre, peu importe, j’ai déjà eu les deux marques alternativement par le passé.
pecore
Pour un processeur sorti un an après ceux de la concurrence le bilan est… mitigé. On aurait été en droit d’attendre une domination très nette or on a juste une légère avance et encore, au prix d’une consommation importante. La difficulté à overclocker n’est pas non plus un bon signe, elle laisse supposer qu’Intel a déjà poussé son architecture au max juste pour recoller à la concurrence.<br /> On attendait un électrochoc, quelque chose qui rebattrait les cartes et finalement Intel ne fait que se remettre très légèrement en tête de peloton. Mais pour combien de temps?
Blackalf
Grebz:<br /> Ma machine de 2013 commence à avoir du mal à suivre, j’espère que les pénuries vont se calmer avant que mon PC me lâche définitivement et que je puisse enfin le remplacer (je l’aurai bien rentabilisé).<br /> Ma carte mère LGA1150 m’a lâché le 2 janvier de cette année, donc exit le i5 4690K de 2015 que je comptais garder encore un moment et retour sur une vieille cm et un Phenom II X4 en attendant mieux.<br /> Mais ces 10 derniers mois, j’ai acheté des composant un par un pour me monter un nouveau pc et j’ai trouvé tout ce que je cherchais et à prix correct…il faut juste bien chercher sur divers sites et être un peu patient, mais il était tout à fait possible de se monter un nouveau pc en 2021 (sauf cg, là les prix actuels sont abusés). ^^
aktool
Merci pour ce test indépendant dans lequel on perçoit un réel effort d’objectivité. Contrairement à d’autres sites qui donnent l’étrange impression d’arranger les choses afin qu’Intel ne s’enlise pas d’avantage… Merci également pour un autre article qui avait bien mis en évidence le fait que le i9-12900K requiert 241 W pour rivaliser avec le Ryzen 9 5950X. On sait à présent qu’AMD fait soit l’équivalent ou bien mieux avec une consommation énergétique avoisinant les 150 W ; et ceci, moyennant un CPU sorti douze mois auparavant. Par conséquent, à l’inverse de ce que prétend Intel, les puces de 12è génération Alder Lake ne sonne en aucun cas la fin de la «&nbsp;récréation&nbsp;» pour AMD. Loin de là et, une fois de plus, un nombre non négligeable d’autres benchmarks indépendants vont sans doute contribuer à occasionner une mauvaise presse à Intel.<br /> Ce souci embarrassant de consommation électrique et de températures trop élevées pourrait s’améliorer en 2022 avec l’arrivée des puces de 13ème génération Raptor Lake. Peut-être que ça sera résolu en 2023 avec la 14ème génération Meteor Lake, laquelle bénéficiera de la gravure en 7 nm. Nous verrons… En tous les cas, normalement avec les deux futures générations de processeurs, Intel devrait poursuivre l’utilisation du socket LGA1700.<br /> Au cours de la prochaine année 2022, il est probable que les configurations PC à base d’Alder Lake ne soient pas rentables, ni pour Intel ni pour les fabricants de cartes mères. En effet, va-t-on avoir des GPU et des SSD en PCI-e 5.0 dès l’an prochain ? En outre, la DDR5 n’est que partiellement au point. Les fréquences sont plus élevées qu’en DDR4, ça oui, mais les constructeurs n’ont toujours pas de composants permettant de résoudre l’épineux problème de la latence. Ainsi, actuellement en jeu, l’utilisateur n’a pas plus de performances qu’en employant de la DDR4. D’après MaterielNet, la DDR 5 ne sera pas rentable, pour tous les fabricants, avant deux voire trois ans.<br /> Présentement en 2021, c’est sûr, il n’est pas du tout intéressant de changer de configuration pour avoir un processeur Alder Lake. L’année prochaine, il est hélas presque assuré que ça sera pareil. À partir de là, comment les dirigeants d’Intel vont-t-il rentabiliser les CPU de 12è génération Alder Lake ? N’ont-ils pas mis à mort le socket LGA1200 un peu trop tôt ? Un upgrade des CPU Rocket Lake-S vers la gravure en 10 nm ne pourrait-il pas permettre d’obtenir des ventes meilleures qu’avec Alder Lake ?
Voigt-Kampf
Mouais, je trouve que les Cowcow s’enflamment un peu… je suis plutôt de l’avis de Clubic. C’est bien, le retard est rattrapé, mais c’est pas exceptionnel non plus, pour une nouvelle génération/itération.
VegaWeb
Perso la véritable bombe des AlderLake c’est le i5 12600K.<br /> J’ai la chance de travailler pour quelqu’un qui la reçu et ce processeur est une bombe, chauffe pas consomme peu et le prix reste correct. Les premiers tests applicatifs que je viens de faire avec le situe au niveau du Ryzen 7 5800X, il chatouille même le 5900X.parfois sur certains tests.<br /> Pour moi c’est vraiment le processeur au top de la gamme AlderLake.<br /> Le 12900K ne s’adresse clairement pas à tout le monde tout comme les 5900X et 5950X et juste pour info j’ai un 5900X et j’ai un processeur en charge qui atteint les 350W faciles.<br /> Le seul vrai souci de cette gamme c’est le prix des cartes mères qui est tout simplement fou.
Blackalf
Rien qui me fera regretter d’avoir acheté tout récemment un Ryzen 7 5800X, quoi. ^^<br /> Parce que les benchs, les chiffres et les graphiques sont une chose, mais à l’usage en jeu (ce qui est la tâche la plus lourde que je demande à mon pc), y aura-t-il vraiment une différence entre un 5800X et un 12600K ?
VegaWeb
Non carrément pas je crois même qu’il serait stupide de changer de configuration quand on à un Ryzen 5000 même un 5600X. Les Ryzen 5000 sont des processeurs au top.<br /> Le choix se pose uniquement pour ceux qui ont attendu la sortie pour changer de configuration.
Chevron7
«&nbsp;Overclocking très limité&nbsp;»<br /> «&nbsp;Intel’s Core i9-12900K pushed to 8 GHz alongside overclocked DDR5 memory&nbsp;» Via techspot.<br /> Voila voila.
Nerces
Overclocking dans des conditions presque normales s’entend <br /> Quant au boost à 8 GHz, sa véracité est plus que contestée :<br /> twitter.com<br /> Doc TB (d0cTB)<br /> Almost everyone reported that 8 GHz overclocking on Alder Lake, supported by screenshots from the CPU-Z Validator. Well, here is why it's very unlikely that this CPU really reached 8 GHz. ⤵️<br /> PS: I'm the developer of the CPU-Z Validator.<br /> tomshardware.com/news/intel-cor…<br /> 1:35 PM - 4 Nov 2021<br /> 150<br /> 44<br />
Senka
Ne domine pas le Ryzen 5950x.<br /> …<br /> Ah bon ???<br /> …<br />
juju251
Et quid des protocoles de tests utilisés ?<br /> Et non, le 12900K ne domine pas : Parce qu’avec les tests annoncés par intel, il fallait s’attendre à au moins 30 % de perfs en plus … Ce qui correspond peu ou prou à la différence constaté avec Windows 11 non patché (OS où les perfs avec des processeurs Ryzen sont dramatiquement basses).<br /> Puis bon, quel dommage de répondre à un test de quelques pages (si pagination il y avait sur le site ) avec juste deux lignes et deux vidéos trouvées ça et là …<br /> Et pour terminer, vlà la conso du bouzin en mode «&nbsp;full performances&nbsp;».
beubeu
C’est ça, ils se sont enflammé tout le long du test j’ai trouvé ça très «&nbsp;orienté&nbsp;» !
Voigt-Kampf
Encore des benchmark qui corroborent les dires de Clubic, sur un OS non impacté par de sombres histoires de patch :<br /> https://www.phoronix.com/vr.php?view=30653<br /> C’est assez déroutant d’ailleurs, si Alder Lake semble dominer en bench synthétique, en pratique c’est l’inverse.<br /> Le 12900K est là juste pour que Intel dise «&nbsp;je l’ai fait&nbsp;», mais c’est tout, et surtout au prix d’une consommation presque indécente.<br /> Clairement le meilleur choix du côté Intel est le i5 qui d’ailleurs à mes yeux sauve la mise.
Kurt43
Moi je regrette presque d’avoir pris le mien <br /> Bon par contre, j’ai payé le combo CPU et CM 140€ moins cher que le prix initial.
brice_wernet
Il me semble que le Intel sera par contre moins cher que l’AMD.<br /> D’autres benchs montrent que selon l’appli, Intel ou AMD ont leur avantages.<br /> En compression Vidéo, montage, AMD est meilleur que Intel.<br /> En simulation/dev/web, Intel est meilleur.<br /> Mais là on ne parle que du flagship: ça serait intéressant de voir dans le milieu de gamme et entrée de gamme s’il y a du changement.<br /> La DDR5 fait son entrée, on se focalise sur la latence alors qu’elle a un gros avantage: elle a deux canaux séparés, donc en multithread elle est virtuellement à moitié de latence globale (une appli multithread en DDR4 va se prendre toute la latence à chaque accès, la DDR5 peut servir 2 threads en même temps, mais avec une latence plus élevée)
stealthshadow
Bonjour, le test de clubic est plus honnête que celui de cowcotland, car au moins clubic test les plateformes avec 32 Go de DDR pour toutes alors que le test de Cowcotland a 32 GO DDR pour alder lake mais 16 Go de DDR pour les Ryzen. Pas étonnant que leur test éclate les ryzen surtout en encodage x265 . Donc MERCI Clubic d’avoir fait un test INDÉPENDANT par rapport a d’autres confrère.
spytec
Oui bizzare … je pense plutot que clubic a un soucis avec sa plateforme … de dire que le 12900k ne s overclock pas LOL … bref bios foireux de msi …
spytec
Non … franchement y a des truc bizzare dans les test de clubic la …
Nerces
Je n’ai pas dit qu’il ne s’overclockait pas dans l’absolu : simplement à 5 GHz, j’atteignais le thermal throttling dépassant les 100°C. Donc inutile d’aller plus loin avec ma configuration.
Urleur
Au vu des prix/disponibilté/performance… je vais garder pour longtemps mon i8700k (il ya que 20% de performance et ma Z370 e, (compatible W11, prêt pour 2022, la chance me direz-vous). D’ici là on seras sur de la DDR6, serie 4000/5000 en CG, etc, à un prix normal.
spytec
faudrait plutot tester avec une Cm Asus …les resultats sont tres etranges au vue des autres test sur la toile …tres clairement cela sent la plateforme foireuse …
Nerces
Précise ta pensée, je ne vois rien de «&nbsp;très étrange&nbsp;» et j’ai bien sûr consulter les papiers de pas mal de confrères.
spytec
Je ne doutes pas de tes test ! mais de la plateforme de test … c est une nuance <br /> Je penses que ta plateforme est bugge oui …
spytec
Voigt-Kampf:<br /> orroborent les dires de Clubic, sur un OS non im<br /> si tu veux un vrai test en francais il y a le site overclocking com
cbubu67
Étrange ! Quand on jette un coup d’œil auprès des autres tests fait sur le net, le 12900 K est, en moyenne, plus performant que le fleuron d’AMD.<br /> Il n’y a pas que les jeux qu’il faut prendre en comtpe … ( à destination de certains membres )<br /> Clubic a des actions chez AMD ?
Pernel
C’est pas une vraie nouvelle architecture, juste une autre façon de le faire.
spytec
non je penses pas … je penses plutot qu il a un soucis de plateforme (CM)
aktool
Les données affichées sur cette page ont été recueillies via un process qui, parmi une multitude d’autres, permet de calibrer une analyse comparative. Exactement comme on peut en observer ailleurs… A l’instar des différents sites orientés high tech, Clubic a fait sa calibration et ce test me parait avoir été conçu et mené en toute bonne foi. Quant à l’analyse qui en découle, l’auteur (de cet article) argumente par rapport à ce que lui disent les chiffres. Je ne détecte pas de langue de bois commerciale pro AMD.<br /> Relativement aux sites dont la configuration de benchmark débouche sur des résultats favorables à Intel, eux aussi ont l’air de plus ou moins procéder comme Clubic. Autrement dit, leurs commentaires sont largement rédigés en fonction des chiffres qu’on peut voire sur les tableaux qu’ils ont publiés.<br /> Les chiffres sont une bonne base. Mais doit-on se voiler la face pour autant ? Doit-on nier la réalité sous-jacente et crier à la victoire complète des processeurs Alder Lake ?<br /> D’accord, Intel a rattrapé son retard. Il n’empêche que l’ensemble du résultat n’est pas propre, c’est un succès partiel, pour ne pas dire bâtard. Depuis quelques années, on sait très bien comment cette firme opère pour faire grimper les performances de ses CPU. C’est en multipliant les méthodes d’overclocking automatique (turbo boost, velocity boost, ABT…). Certaines puces, comme le i9, cumulent jusqu’à 4 types de boost différents. Cette manière de procéder n’est évidemment pas gratuite… Tout le monde le sait maintenant, ça se paye par une consommation électrique délirante et des températures déraisonnables. Oui, mais les prix proposés par Intel sont plus bas que ceux d’AMD. C’est juste. Le hic c’est que l’alimentation et le refroidissement d’un système à base des trois derniers chipsets Intel coûtent beaucoup plus chère en comparaison à une configuration AMD. Parce que chez ce dernier, pour des performances équivalentes ou mieux, les températures et les exigences en courant électrique sont bien plus basses.<br /> Autre point pour faire ressortir que la réussite d’Intel est malpropre. Par rapport à l’urgence climatique, nous venons d’amorcer la transition écologique. Tous les agents économiques (états, institutions, entreprises, ménages) doivent réduire leur consommation d’énergie. Apparemment, Intel s’en contre fiche. Le business est sa priorité. S’agissant de l’écologie, c’est un frein actuellement incompatible avec la manière dont cette compagnie gère la conception et la fabrication de ses processeurs.<br /> Plusieurs sites spécialisés ont tout intérêt à ce que la génération Alder Lake soit bien notée. Parce que sur les pages où ils mettent leurs appréciations, on remarque la présence de liens pointant vers les e-marchands qui revendent ces nouveaux CPU. Caresser Intel dans le sens du poil doit leur apporter des petits revenus publicitaires.<br /> Pour l’instant, parmi les sites dont les benchmarks donnent gagnantes les puces Alder Lake, j’en ai trouvé qu’un seul ayant admis qu’il est impossible de féliciter Intel. C’est HardwareCooking_FR. Leur conclusion est mitigée à cause des questions énergétiques posées par le i9-12900k. Ce faisant, ils ont accordé la médaille d’or au i5-12600k, lequel est plus modéré en chauffe et en courant électrique. Ça m’a paru mérité.<br /> Encore une fois Clubic, merci pour ce test. C’est très apprécié.
stealthshadow
La différence du test clubic par rapport aux autres (cowcotland) c’est que Clubic a fait un Vrai test comparatif avec des config similaire. Clubic a mis des plateformes avec 32 Go de DDR alors que les autres Test (cowcotland) ont mis que 16 Go de DDR pour l’AMD. Donc il est clair que dans ce cas l’Intel est au dessus de l’Amd sur pas mal de test. Donc le test de clubic est le plus réaliste.
c_planet
@Doss<br /> c’est la 1er itération du 10nm<br /> En passant, une itération c’est l’opposé de ce dont on parle ici. Itération, c’est synonyme de répétition, copie.<br /> @Grebz<br /> Dans le domaine qui m’intéresse le plus, à savoir la MAO (musique), Intel est traditionnellement plus efficace qu’AMD, même avant l’arrivée des Alder Lake. Dommage qu’aucun test ici ne permette de mesurer cela, je verrai ça sur les sites spécialisés, avec des tests d’utilisateurs.<br /> C’est bien le souci, Les articles de benchs comparatifs c’est une vue biaisée. En utilisation d’apps quotidienne, les cpu récents perdent énormément de leur attrait (propos vérifiés il y a un an venant d’un i7-3770 vers un R7 3700x) . A priori pour booster son travail avec des apps ou des fichiers ciblés je conseille plutôt de les tester depuis un ramdisk … c’est plus simple que de prendre la famille du développeur en otage pour l’obliger à se sortir les doigts de l’oreiller afin d’optimiser son soft pour les rigs modernes.
sebzuki
C’est dommage que l’on continu à tester des config à 3000€ en full HD…<br /> C’est le seul moyen certes pour mettre les CPU en compétition mais c’est aussi complétement à coté de la plaque…<br /> Je trouve que ça trompe l’utilisateur qui pense que sa machine va être un monstre alors qu’il ne verra pas la différence avec un proc AMD…<br /> Ces tests sont has been pour moi, il faut trouver autre chose…<br /> Cinebench optimisé pour les hautes fréquences et tests de compression… ça ne reflète pas une utilisation courante et c’est bien ça qu’on veut voir…<br /> En tout cas si j’achète un cpu à 900€ et une carte à 2000€ ça sera pas pour jouer en full HD sur un moniteur à 200 balles… c’est ouf de toujours mettre ça en avant !
bmustang
c’est du intel dans toute sa splendeur, des annonces, des annonces, mais rien au bout. cà dit que ça fait mieux !? Mais sur quoi exactement et à quel prix ? Une hausse de la conso et de la température pour gagner quoi ? Là où AMD fait mieux avec moins Étrange cette manière de rédiger un article pour un produit nouveau qui n’apporte rien ou rien d’autre que moins.
bmustang
Chez intel ! c’est l’enfumage qui continu et rien de bien sous le soleil.
GhostKilla
Bon finalement rien d’extraordinaire, ok ils repassent légèrement devant, au prix d’une consommation et chauffe mal maîtrisée, face à une architecture qui a maintenant plus d’un an, il serait bien de s’en rappeler.<br /> Je pense qu’AMD sera donc logiquement devant avec la nouvelle itération qui arrive sous peu.<br /> Puis pour le moment je dois dire que j’ai du mal à voir l’intérêt d’un système type big.LITTLE sur des CPU desktop. Pour du portable ok mais dans l’immédiat en pc de bureau on ne voit pas le bénéfice. Personnellement je trouve cela plus gadget qu’autre chose.<br /> Puis sur le jeu on ne voit que des tests avec du N’Vidia, mais les plateformes AMD ne sont-elle pas sensées tirer bénéfice maintenant de travailler de concert ? on peut imaginer que sur certains jeu, avec du full AMD, on soit sur des performances similaires ?
tfpsly
Un leak intéressant sur AMD Zen4D et Zen5 :<br /> Zen4 Genoa jusque 96 cores; fréquences plus élevées que 4D.<br /> 4D Bermago serait 4 dense : 16 cores par chiplet <br /> Il devrait être un peu plus lent que Zen4 en monotâche, mais plus rapide en multitâche. L3 plus petit et peut-être support de AVX-512 enlevé ou simplifié pour permettre d’avoir plus de cores.<br /> Zen5 lancé au Q3 2022<br /> Zen5 serait une architecture 6nm big-Little, utilisant 8 cores Zen5 +16 little cores Zen4D.<br /> image773×319 92.6 KB<br /> GhostKilla:<br /> je dois dire que j’ai du mal à voir l’intérêt d’un système type big.LITTLE sur des CPU desktop.<br /> Si ça permet d’avoir des cores rapides pour le monotâche / multi-tâche, plus pleins de cores pour le multi-tâche plus massif, pourquoi pas ? Ca permet d’avoir plus de cores dans la même surface, sans faire exploser la consommation. C’est également un plus pour les serveurs.
ypapanoel
@Senka<br /> …J’en reviendrai toujours au même et je le rabâcherai encore : on n’achète pas un 12900K ou un 5950 pour du jeu video seulement.<br /> Tu veux taper du FPS… et seulement ça? Offre toi une RTX3090 ou 3080TI et compare la à ce que tu veux, y compris un core I5.<br /> C’est ça qui fait les FPS. Pas le CPU
aktool
Trois ans auparavant, jamais je n’aurais mis en doute le dogme selon lequel la photolithographie d’Intel était de 3 points plus fin que celui de TSMC (le sous-traitant d’AMD). À l’époque, cela devait être vrai… Mais depuis, le temps a passé et le manufacturier taïwanais a visiblement amélioré sa minutie et sa finesse de gravure. La preuve en est qu’Intel est contraint d’abuser des technologies de boost pour talonner la concurrence (RIX, Apple, AMD). C’est pourquoi je ne suis plus convaincu que le 10nm d’Intel égale le 7nm d’AMD. Vraiment, je n’arrive plus à avaler cette satanée pilule. J’en suis même troublé… Tiens donc ! Et par quoi explicitement ? C’est cette agaçante impression qu’on tente de me faire prendre des vessies pour des lanternes. Vous aimez ça vous ?<br /> Dans tous les cas de figure, pour le moment Intel n’est pas encore à la dérive. On sent qu’il y a des crapules, euh pardon, des managers qui magouillent fermement, oh excusez-moi, qui manœuvrent fermement pour mentir le cap. Je voulais dire : pour maintenir le cap… Si Intel persévérait sur son déboire actuel, zut désolé, sa trajectoire actuelle, il est possible que la firme parvienne bientôt à réaliser un tour de force sans précédent : bruler le soleil… Dans ce scénario de hot hardware-fiction, il n’y aura plus d’alimentation de bureau pour satisfaire son incomparable gourmandise électrique et plus de refroidisseurs grand public capables d’évacuer son extraordinaire rayonnement calorifique. Ha-ha-ha-hi-hi-ho-ho-ha-ha… Clop!
lightness
Le haut de gamme de Intel fait mieux en perf brut, a 10 nm avec des techno de boost qui rendront nos cartes mères encore plus instable qu’elles le sont déjà. Toute ces technos de boost et d’overclocking qui n’aurait jamais dû voir le jour comme la multiplicité des concurrents. Ces chouettes toutes ces mémoires estampillé XMP pour cacher qu’elles ne passent pas les tests JEDEC rendent 90% du temps votre pc instable avec la complicité des revendeurs. Et puis la pollution pour toute cette multiplicité indécente. Ces LEDs inutiles qui s’invitent dans les tours alors qu’ils est possible de réduire drastiquement les tailles avec une carte graphique en extérieur. Bref et maintenant Intel en rajoute ils préfèrent mentir une fois de plus «&nbsp;Intel 7&nbsp;» eh oui du 10 nm trompeur pour l’esprit des gens c’est comme le mbit/s et le mo/s par les opérateurs téléphoniques. Un mensonge marketing pour perdre déjà les utilisateurs bien perdu par toutes cette masse de debili… croissante bref ça reste du 10 nm c’est instable et ça chauffe pour les besoins actuels.
nicodunord
Merci pour ce test très clair et ultra complet !
ypapanoel
Le problème (et je radote encore une fois…) c’est que comparer des «&nbsp;I9 12900 vs 5900x&nbsp;» pour des jeux : déjà c’est une idée débile.<br /> Le GPU fait 90% des perfs : pour essayer de comparer les CPU la méthode la plus logique est de mettre le GPU en «&nbsp;dormance&nbsp;» en 1080p : la différence se fait alors sur CPU… oui<br /> sauf qu’aucun de ces jeux n’est optimisé pour ça (à juste titre car il n’en n’a pas besoin) : donc test biaisé<br /> tester ces CPU sur des jeux n’a pas de sens, et en acheter un pour ça uniquement n’en a pas non plus.<br /> Quand je tape ryzen x9xx vs core I9 xxx et que je vois que des valeurs de FPS de jeux, ça me bouffe…<br /> Ce sont des CPU à utilisation avancée : calculs sur logiciels pro… autocad ou photoshop trés poussé, utilisation simultanée multi-logicielle… etc… et ils s’accompagnent dans ce cas impérativement de RAM et SSD performants pour avoir un ensemble homogène.<br /> Et à ce moment on commence aussi à s’intéresser au rapport perf/conso.<br /> Un des rares liens que j’ai trouvé et qui permet de mieux voir les écarts en appli dédiée :<br /> Tom's Hardware – 26 Nov 20<br /> AMD Ryzen 9 5950X and 5900X Review: Zen 3 Breaks the 5 GHz Barrier<br /> AMD's Magnum Opus<br /> Encore une fois : si on n’est pas dans ce type d’utilisation … quel intérêt à part «&nbsp;se la raconter à la récré&nbsp;»?<br /> Du jeu uniquement? Un I5 ou 5600x suffira largement. Le blé dans le GPU !<br /> Ca tombe bien : un bon vaut plus cher aujourd’hui que tout le reste de la machine.
TNZ
Bref, merci pour le test tout d’abord.<br /> Tout a été dit dans les commentaires, Intel ne fais pas mieux.<br /> Pour tester un proc, une compilation du noyau Linux est un bon test. Et c’est pour ça que les 32 threads du ryzen 5950x ne sont pas prêt à me pousser vers les « délires » d’Intel.<br /> (et puis, monter un config Intel qui n’est compatible qu’avec une seule génération de processeur, comment dire … je n’ai pas assez de pognon pour acheter d’la m****)
TotO
Dans les «&nbsp;moins&nbsp;», j’aurai mis le prix.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Snapdragon 8cx Gen 3 et 7c+ Gen 3 : Qualcomm met le paquet sur les PC Windows et Chromebook
NVIDIA travaillerait sur une RTX 3050 8 Go, pour répondre à Intel ARC
Seagate présente deux disques durs de 20 To au prix logiquement rédhibitoire
AMD : les Radeon RX 6500 XT lancées en janvier, les RX 6400 en mars
NVIDIA : pourquoi la FTC bloque-t-elle le rachat d’ARM ?
L'informatique
Crise des semi-conducteurs : l’Europe ne sera jamais indépendante, selon la Commission européenne
Intel Alder Lake : le Core i3-12100 surpasse son équivalent actuel chez AMD
Certains Macbook Pro 16 ne se chargent pas quand ils sont éteints (et ça fait mal pour du haut de gamme)
La carte graphique Intel ARC A380 aurait des perfs comparables à celles d'une GTX 1650 SUPER
Haut de page