La mémoire vive DDR5 arrive dans nos PC : faisons le point sur ses apports

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
12 août 2021 à 15h04
45
ram
© SK Hynix

Si tout va comme prévu, d’ici quelques mois nous devrions voir débouler les premières cartes mères capables d’exploiter de la DDR5. En toute logique, les premières barrettes de ladite DDR5 seront également disponibles… En réalité, un constructeur en propose même dès à présent sans qu’il soit possible d’en faire quoi que ce soit puisque les plateformes ne sont pas encore là. L’occasion pour nous faire le point sur cette nouveauté technique.

Les premiers travaux autour de cette DDR5 ont été officialisés en septembre 2017 par la société Rambus. Alors que le standard DDR5 n’était encore que préliminaire, SK Hynix a été le premier à annoncer une puce DDR5 fonctionnelle accélérant de fait les besoins d’une certification précise. Les principaux acteurs du marché de la mémoire sont parvenus à un accord en juillet 2020 ouvrant la voie à une exploitation à grande échelle de ce nouveau standard. Avant d’entrer dans le détail de cette DDR5, il convient donc de voir comment nous en sommes arrivés là.

Puce SRAM © RS-Online
Une puce de SRAM. Non, elle n'est pas d'époque © RS-Online

Petite histoire de la mémoire vive

Celle que nous connaissons sous le nom de DDR4 est en réalité nommée improprement. Pour être rigoureux, il faudrait effectivement parler de DDR4 SDRAM et, pour éviter d’audacieux acronyme, de Double Data Rate 4th generation Synchronous Dynamic Random Access Memory. Le terme est évidemment barbare, mais il a l’avantage de préciser les choses et de permettre de mieux comprendre ce qui se cache derrière.

Vous le savez tous, la DDR4 est de la mémoire vive que l’on connaît sous l’acronyme RAM pour Random Access Memory ou mémoire à accès aléatoire. Le terme ne date pas d’hier… il est même carrément ancien puisqu'utilisé pour la première fois en 1965. L’idée était alors de distinguer cette génération de puces mémoires des précédentes, les fameuses ROM – Read Only Memory – que l’on inscrit une fois pour toutes et qui ne bougent « plus jamais ». Nous autres Français, plus romantiques, avons opté pour les termes mémoire vive et mémoire morte.

Mémoire EDO SIMM © Wikipedia
Parce que seuls les « vrais » sauront, une barrette de SIMM EDO 32 Mo © Wikipedia

Pendant des décennies, deux types de RAM se sont opposées – la SRAM et la DRAM – avant que n’arrive une mémoire dont le nom évoquera quelque chose aux plus anciens, la SDRAM pour Synchronous Dynamic Random Access Memory ou mémoire dynamique synchrone à accès aléatoire. L’intérêt de cette nouvelle mémoire réside évidemment dans le terme synchrone. En effet, à partir de cette génération de RAM qui a grosso modo débarqué en 1992, la RAM était synchronisée au bus, simplifiant grandement la gestion des instructions entrantes.

Très vite cependant, les débits ont montré leurs limites et dans la perpétuelle fuite en avant que connaît l’industrie micro-informatique, certains ont l’idée d’aller plus loin en exploitant à la fois le front montant et le front descendant des impulsions d’horloge. De fait, on profite d’un accès doublé à la mémoire, que ce soit en lecture ou en écriture. Vous vous en doutez, il fallait trouver un nom pour cette SDRAM d’un genre un peu particulier et, là encore ce n’est pas vraiment une surprise, fut adopté le terme DDR SDRAM ou Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory.

Mémoire vive, RAM © Shutterstock
© Shutterstock

DDR, DDR2, DDR3, DDR4 en attendant la suite

La révolution apportée par la DDR SDRAM est arrivée six ans après la sortie des premières puces de SDRAM. Dans un cas comme dans l’autre, c’est d’ailleurs Samsung – oui, le Sud-coréen était déjà aux premières loges – qui a lancé la chose avec des processus de gravure qui feraient doucement rigoler aujourd’hui puisque nous parlions de 180 nm, 150 nm ou 140 nm dans le meilleur des cas. Logiquement, les choses ont évolué avec la sortie en 2001 de la DDR2 puis en 2003 de la DDR3.

À chaque nouvelle génération, les constructeurs ont sensiblement amélioré les caractéristiques techniques des barrettes de mémoire qui restent cependant dans des formats très similaires. Cela fait d’ailleurs bien longtemps que l’on parle toujours de barrettes DIMM pour les modules mémoires à destination du marché desktop et de SO-DIMM pour ceux que l’on envisage sur les machines les plus compactes ainsi que sur les ordinateurs portables.

Différences DDR1, 2, 3, 4 © Wikipedia
© Wikipedia

Par rapport à la DDR, la DDR2 vient doubler le taux de transfert afin de permettre des débits bien plus importants. En revanche, le gain est en partie perdu sur certains types d’accès, car la DDR2 est contrainte de faire avec des temps de latence plus élevés, mais d’autres améliorations techniques ont malgré tout permis d’imposer rapidement la DDR2 auprès des constructeurs. L’un des arguments de poids est la consommation électrique nettement inférieure. Alors que la SDRAM nécessitait 3,3 V, on est passé à 2,5 V sur la DDR et même 1,8 V avec la DDR2.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
Des différences physiques entre barrette de DDR4 et barrette de DDR5 © Teamgroup

De manière assez schématique, on retiendra que la DDR2 a permis de doubler la bande passante par canal avec 6,4 Go/s officiellement reconnus par le JEDEC, l’organisme chargé de standardiser les caractéristiques des modules mémoires : il a même existé des modules capables d’atteindre 8, voire 9 Go/s quand la DDR a toujours été limitée à 3,2 Go/s dans le meilleur des cas. En toute logique, la DDR3 a permis de consolider ces progrès et d’aller encore un peu plus loin pour suivre les évolutions dans tous les autres secteurs.

Réellement disponible à partir de 2007, cette DDR3 capitalise sur les réussites de la DDR2 pour aller un petit peu plus loin à chaque fois. C’est ainsi que l’on évoque une meilleure mémoire tampon de prélecture ou une finesse de gravure encore plus remarquable. L’un dans l’autre et sans qu’il soit question d’imaginer de nouveaux modes de fonctionnement, un module de DDR3 consomme jusqu’à 40% d’électricité en moins qu’un module de DDR tout en assurant des débits plus élevés avec une bande passante qui dépasse maintenant les 10 Go/s.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
Des fréquences sensiblement plus élevées sont attendues avec la DDR5 © Teamgroup

En 2014, petit bouleversement puisque c’est SK Hynix qui, le premier, finalise un module de DDR4 alors que Samsung avait toujours dégainé le plus vite. Entre autres avantages de cette nouvelle génération de mémoire figurent une densité plus importante et de moindres exigences électriques. Alors que la DDR3 se limitait à des DIMM de 16 Go alimentées en 1,35 V, on peut compter sur de la DDR4 capable d’atteindre 64 Go par DIMM en se limitant à 1,2 V. Les fréquences sont aussi plus élevées, jusqu’à 1 600 MHz quand la DDR3 se « contentait » de 1 067 MHz.

Alors cette DDR5, une révolution ?

Cinquième génération de DDR, la nouvelle mémoire qui nous attend d’ici la fin de l’année entreprend de moderniser encore nos chères barrettes DIMM. La chose a d’ailleurs connu un peu de retard puisqu’il était un temps prévu de finaliser tout ça courant 2018 et le JEDEC n’a finalement arrêté ses décisions que le 14 juillet 2020. En toute logique, les membres du JEDEC ont cherché à pousser encore plus loin les spécificités de la DDR4 pour justifier une nouvelle évolution. Il est ainsi possible de mettre en avant quelques points clés.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
La gestion électrique des barrettes ne se fera plus depuis la carte mère © Teamgroup

Tout d'abord, retenons que la DDR5 pousse encore les débits de données avec un doublement de ce que nous connaissons sur les puces actuelles : de 3200 à 6400 MTps pour la DDR5 contre 1600 à 3200 MTps pour la DDR4. Pour garder une échelle comparable aux valeurs avancées sur les précédentes générations de DDR, parlons en bande passante globale, là encore, la DDR5 marque de notables avancées : le plafond de 25,6 Go/s de la DDR4 est ainsi porté à 32 Go/s… Encore que des constructeurs évoquent déjà de la DDR5-10000 et une bande passante de 160 Go/s.

Autre nouveauté introduite par la DDR5 qui, là aussi, permet de poursuivre les progrès réalisés à chaque génération de DDR : il est question d’abaisser encore les exigences électriques de chaque module. Avec la DDR5, on parle maintenant de 1,1 V contre 1,2 V. Si abaissement, il y a encore, notons toutefois que l’écart est plus faible que par le passé.

Il convient toutefois de signaler que des débits plus importants, une tension moindre et des fréquences plus élevées limitent la marge de manœuvre dans la gestion du bruit. Le signal se dégrade avec ce que l'on nomme des pertes d'insertion et de multiples interférences. Une fonctionnalité baptisée Decision Feedback Equalization fait son apparition : elle permet d'ajuster le signal plus efficacement en fonction de multiples retours d'informations.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
La tension de fonctionnement des barrettes de DDR5 va légèrement baisser © Teamgroup

Puisque nous parlons alimentation, il est important de noter que la DDR5 implique un changement de taille. En effet, alors que jusqu’à présent la gestion électrique des barrettes était dévolue à la carte mère, la chose a été déplacée sur la RAM elle-même avec la DDR5. Ceux que l’on nomme PMIC – pour Power Manager Integrated Circuit ou circuit intégré de gestion de l’énergie – ont déjà été conçus par des constructeurs comme Samsung afin d’offrir une meilleure gestion de l’alimentation des barrettes : le Sud-Coréen évoque notamment une meilleure efficacité.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
Les barrettes de DDR5 pourront intégrer l'ECC © Teamgroup

Autre nouveauté « structurelle » dans la conception des barrettes de DDR5, celles-ci vont intégrer ce que l’on appelle l’ECC – pour Error-Correcting Code ou code correcteur d’erreurs – et qui permettra donc d’analyser les données et intercepter d’éventuelles erreurs avant d’envoyer tout ça au CPU. Attention cependant, les spécifications du JEDEC confirment qu’il existera des DIMM de DDR5 dépourvue de l’ECC. Sans doute pour limiter les coûts et il faudra alors voir le gain réel d’un tel apport pour un usage domestique.

Enfin, même s’il existe encore d’autres changements architecturaux importants, nous terminerons cette présentation des apports de la DDR5 en évoquant la question de la capacité des barrettes DIMM. En effet, si la DDR4 avait déjà permis de considérablement augmenter cette capacité, la DDR5 se propose d’aller bien plus loin. On parle ainsi d'un quadruplement de la densité : sur une unique puce, il est possible d'atteindre 64 Gb contre « seulement » 16 Gb sur la DDR4. De fait, on peut aboutir à 128 Go de capacité maximale par barrette UDIMM (unregistred) quand il fallait se contenter de 32 Go sur la DDR4.

Barrette mémoire DDR5 © Teamgroup
La DDR5 est la promesse de modules de bien plus grande capacité © Teamgroup

Il va falloir « tout changer »

Problème, vous vous en doutez, le passage à la DDR5 implique de notables changements matériels. D’ailleurs, afin de ne pas mélanger barrettes de DDR4 et barrettes de DDR5, ces dernières seront légèrement modifiées : le détrompeur est décalé un soupçon vers le centre de la barrette, tout en prenant soin qu'il ne soit pas pile au milieu afin qu’il fasse encore office… de détrompeur justement. Reste que nos cartes mères actuelles ne sont pas pourvues de la sorte et, de toute façon, nos CPU et leur contrôleur mémoire sont bien incapables d’exploiter la DDR5.

Une fois encore, il faudra donc « tout changer » pour profiter des progrès de la DDR5. Chez Intel, la chose pourrait démarrer dès la sortie de la prochaine génération de processeurs, Alder Lake-S. Intel n’a pas fait mystère de sa volonté d’aller de l’avant après avoir connu bien des déboires sur son processus de gravure en 10 nm. La sortie d’Alder Lake-S n’est pas encore officialisée, mais elle pourrait intervenir dès les mois d’octobre ou de novembre 2021 avec, bien sûr, toute une ribambelle de cartes mères pour l’accueillir.

Intel Alder Lake-S © Tom's Hardware
Alder Lake-S devrait être le premier processeur à prendre en charge cette DDR5 © Tom's Hardware

Chez AMD, il faudra faire preuve d’un tout petit peu plus de patience puisque rien n’est prévu pour l’année 2021 et que la prise en charge de la DDR5 devrait coïncider avec la sortie de la prochaine génération de cœurs Zen, les Zen 4 que l’on devrait retrouver au sein des Ryzen de série 7000. En l’absence de boule de cristal fiable, il convient donc de prendre un peu de distance, mais AMD s’est régulièrement présenté comme « sur les rails » pour une sortie autour des 2nd / 3e trimestre 2022. L’avenir nous dira évidemment ce qu’il en est.

Une évolution logique plus qu'une révolution

Comme nous l'avons vu tout au long de ce dossier, la DDR5 n’est rien de plus que l’évolution logique de cette mémoire Double Data Rate qui habite nos PC depuis maintenant plus de vingt ans. Elle n’a pas vocation à bouleverser notre quotidien, mais en insistant sur les points que les constructeurs ont fait évoluer à chaque nouvelle génération, elle devrait apporter un surcroît de confort et d’efficacité.

Parts de la DDR5 © Yole Developments
La part des différents types de RAM 2015-2026 © Yole Developments

Une consommation électrique plus mesurée ou la possibilité de barrettes de plus grande capacité sont autant d’atouts qui auront leurs amateurs… quand bien même l’immense majorité de la population n’aura « pas besoin » de ces améliorations. Notons cependant que des changements plus profonds dans l’architecture même de la DDR5, dans la présence d’un circuit de gestion de l’alimentation intégré aux barrettes ou dans la généralisation de l’ECC sont à même d’inspirer des bouleversements un peu plus importants.

Reste que, comme à chaque génération, il ne faut pas s’attendre à un raz-de-marée DDR5 dès la sortie de ces barrettes. Bien sûr, les industriels ont tout intérêt à ce que l’adoption se fasse aussi vite que massivement, mais même les instituts les plus optimistes n’envisagent le point de bascule DDR4 / DDR5 qu’autour de 2023 avec une DDR4 qui représenterait encore 20% du marché à l’horizon 2025.

Qu'il soit question de tester cela parallèlement à la sortie d'Alder Lake-S, à l'arrivée des premiers CPU Zen 4, vous pouvez bien sûr compter sur nous pour vous rendre compte, dès que possible.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
45
31
Bestdoud
Dommage de pas avoir parlé des mémoires EDO et RAMBUS
yatto
Merci pour ce récap technique mais accessible !
gamez
article très interessant. par contre concernant la DDR5 j’ai pas compris la phrase «&nbsp;On parle ainsi de 128 Go au maximum par module (…) une barrette de mémoire de DDR5 peut ainsi atteindre l’impressionnante capacité de 256 Go.&nbsp;»<br /> pour atteindre 256go il faut donc 2 modules? c’est quoi un module?
neyslim
C’est la puce mémoire à proprement parler.<br /> Donc tu as raison, pour une barrette de 256Go il pourra n’y avoir que 2 modules de 128, ou 4 de 64, etc.
santec
il voulais dire par face sûrement !?
libero78
@neyslim et @gamez<br /> Je pense que c’est plutôt 128 Gb par modules (les puces mémoires) et comme il y en a 8 par face, et double face possible, ça fait bien 256 Go (ou 256 GB) maxi par barrette.<br /> (128 Gb * 8 * 2) = 2048 Gb et pour passer en Go (ou GB), 2048 / 8 = 256 Go (GB).<br /> Sauf erreur de ma part ou mauvaise compréhension bien sûr
neyslim
Oui tu as raison !<br /> Définition module de mémoire :<br /> est un terme qui est utilisé pour définir la série de la mémoire dynamique à accès aléatoire
gamez
quand on parle de débit je sais qu’on utilise souvent les unités bit/s et Byte/s mais en quantité de mémoire on a toujours utilisé le Byte et jamais le bit.<br /> ca me parait louche
libero78
Oui, tout à fait, c’est bien le cas pour la plupart des composants dits de «&nbsp;stockage&nbsp;», mais pour les puces mémoires, si je ne me trompe pas, c’est bien en Gb qu’on parle.<br /> Regarde ici (https://www.samsung.com/semiconductor/global.semi/file/resource/2018/05/M471A5244CB0-CRC00.pdf), ligne 4, ce sont des modules mémoires de 8 Gb.<br /> Pourquoi on utilise plus des Gb que des GB ou Go, je ne sais pas par contre.
gamez
pourtant dans l’image juste au dessus du paragraphe «&nbsp;il va falloir tout changer&nbsp;» c’est bien 128GB qui est précisé.<br /> sinon ca voudrait dire que les modules de la ddr5 ne seraient «&nbsp;que&nbsp;» de 16Go? (moins que la ddr4)
Nerces
Désolé, si je ne suis pas clair sur ces questions. Je vais tâcher de reformuler pour que ce soit plus limpide.<br /> Voilà, j’espère que c’est plus clair maintenant.
BossRreynolds
C’est ceux qui auront un PC portable en DDR5 qui seront avantagé qui plus est en 5G… enfin si ils pensent les faire évoluer aussi pour smartphone, soit un doublement de vitesse et capacité acceptable… et qui trouveras sa place dans de gros domaine, certes avec la «&nbsp;réalité augmentée&nbsp;» c’est autre chose mais pour d’autre domaine «&nbsp;Business&nbsp;» si si. mais faites l’expérience … en Gaming et overclocking des que vous le pourrez (si pénurie de composant n’existe plus ou presque plus), bel article approfondie qui distingue bien l’évolution de la RAM. au fait une petite question : sur la puce A15 d’Apple serra t-elle en DDR5 ?
MattS32
libero78:<br /> Pourquoi on utilise plus des Gb que des GB ou Go, je ne sais pas par contre.<br /> Tout a fait, pour les puces brutes, les capacités sont exprimés en bits.<br /> Et la raison, c’est qu’en fait on exprime la capacité sous la forme nombre de «&nbsp;lignes&nbsp;» dans la mémoire x largeur d’une ligne.<br /> Par exemple, pour la puce dont parle le PDF que tu cites, on a 512 «&nbsp;millions&nbsp;» (en fait 2^20, 1024x1024, car dans le domaine des RAM on a gardé les des préfixes binaires) de «&nbsp;lignes&nbsp;» de 64 bits chacune, soit 512M(i)x64 = 32 G(i)b.
omar44
La rambus coûter un bras ce qui a fait que les gens mangeaient sans couvert.
sources
Y a un truc qui m’échappe quand même. Il est dit que la DDR2 pouvait atteindre 6,4 Gbps alors que la DDR5 fait 4,8 à 6,4 Gbps, et moitié moins pour la DDR4. Soit les chiffres sont erronées, soit il y a autre chose qui fait varier les débits. Sinon, quel intérêt? Tout le monde n’a pas besoin de mettre 64 ou 128 Go dans son pc.<br /> EDIT : la DDR4-2400 est à PC-19400, donc 19,4 Gbps.
DrGeekill
Article très intéressant à lire, bravo
Nerces
Désolé là encore si ce n’est pas clair. Pour la DDR2, c’est la bande passante totale qui atteint 6,4 Go/s dans le meilleur des cas. Je vais modifier pour éviter les incompréhensions.<br /> J’espère que là encore, c’est plus clair maintenant.
fgh39
Un point me dérange dans cet article : vous ne précisez pas ce qu’est réellement la sram ==&gt; s ram veut dire static ram. Sur un plan théorique la sram est bien plus rapide que la dynamic ram =&gt; dram.<br /> Le top ce serait que le cpu dialogue directement avec de la sram, plus besoin de mémoire cache et une rapidité accrue des ordi.<br /> Tant qu’ii y aura de la ddr ce sera un goulet d’étranglement.<br /> Sinon j’admets que la ddr5 c mieux que la ddr4 c sûr.
ramses_deux
La principale différence entre la SRAM et la DRAM est que;<br /> Pour la SRAM les données sont stockées dans des transistors et nécessitent un flux de puissance constant.<br /> Avec son alimentation continue la SRAM n’a pas besoin d’être actualisée pour se souvenir des données stockées.<br /> L’avantage est que la SRAM est plus rapide, mais bien plus chère a fabriquer.<br /> Avec la DRAM les données sont stockées dans des condensateurs. Ces condensateurs qui stockent les données se déchargent progressivement en énergie et une absence d’énergie signifie que les données son perdues. De ce fait, un rafraîchissement périodique de l’alimentation est nécessaire pour fonctionner.<br /> L’avantage est que la DRAM bien que moins rapide, et bien moins (beaucoup moins) chère a produire!<br /> Tout les ordinateurs possèdent de la SRAM, c’est le cache qui est présent dans le CPU <br /> (Enfin sauf a quelques exceptions près chez IBM en archi POWER il me semble…)<br /> Donc quand on voit le prix de la RAM, je ne suis pas presse que cela passe en SRAM
MattS32
Et outre le prix, la DRAM est aussi bien plus économe en énergie. Des Go de SRAM, ça consommerait beaucoup trop pour être mis dans un PC.<br /> Et les Power utilisent bien de la SRAM pour les cache L1 et L2, tandis que les L3 et l’éventuel L4 sont en eDRAM (ce qu’on a aussi vu pour le L4 chez Intel sur certains *well et *lake, dotés d’un gros L4 de 64 ou 128 Mo pour booster les performances de l’iGPU).
libero78
@MattS32<br /> Ah ben voilà l’explication, merci Matt <br /> Et merci aussi à Nerces pour l’article !
ramses_deux
Ah oui merci pour le retour @MattS32 , je savais qu’il y avait quelque chose avec POWER mais je ne savait plus ce que c’était
MarcoDu37
Je tiens à mettre ma pierre à l’édifice puisque contrairement à toi j’y étais,<br /> L’opposition entre la ram statique et la ram dynamique n’est jamais venue de la synchronisation.<br /> La synchronisation était une conséquence.<br /> La ram statique était une bénédiction a utiliser. Pour écrire il suffisait de positionner les bits d’adresse, les bits de données d’actionner la ligne r/w, et tant qu’on alimentait la puce, les données étaient conservées.<br /> Si on en est venus aux mémoires dynamiques, c’est parce qu’il fallait moins de transistors pour gérer un bit, et que du coup, sur une puce, pour le même prix in stockait plus d’infos.<br /> Le problème c’est que ces mémoires avaient tendance a perdre leurs infos (le 1 qui voulait absolument devenir un zéro), et il fallait absolument les rafraîchir pour éviter qu’elles se transforment en légume.<br /> Non on ne versait pas de l’eau dessus pour faire ça, mais il fallait réécrire régulièrement ce qu’il y avait dessus, d’où l’idée d’une synchronisation, puisqu’il fallait faire ça en permanence, et de préférence, lorsque le processeur n’y accédait pas lui même.<br /> Et comme à l’époque, les processeurs n’avaient pas été faits pour ce type de mémoire, et qu’il n’y avait ni northbridge ni southbridge, il fallait se palucher la synchronisation soi même.<br /> Je te dis pas l’usine à gaz.<br /> Tout ça pour dire que si on m’avait demandé, je serais resté sur la ram statique.<br /> Mais y paraît que les gens préfèrent des ordinateurs moins chers.<br /> De toutes façons j’avais aucune voix au chapitre, et les ram statiques ont vite disparu du paysage.
SlashUzero
couplé à la technologie de gestion de mémoire AMD et Intel(notamment avec la répartition et l’allocation de la mémoire vidéo) y’a de quoi créer un peu de remous…
Zimt
RAMBUS est une marque, peut-être voulais-tu parler de la RDRAM
Gwynplaine
J’aurais bien aimé un comparatif avec la gestion de la mémoire chez Apple en plus
Stef_R
128Go max par barrette (module)… 2 slots = 256Go max, donc 4 slots 512Go max.<br /> Microsoft et tant d’autres vont pouvoir encore moins optimiser les programmes
Grebz
Est-ce que cela va aussi bénéficier aux SSD et NVMe ? La technologie employée pour ces derniers est-elle un dérivé, ou similaire à la technologie de la RAM ? Dans ce cas, la vitesse et la capacité de stockage des SSD et NVMe vont logiquement augmenter en parallèle aussi.<br /> Ou est-ce que ce sont des technologies totalement différentes et indépendantes l’une de l’autre ?
Daeneroc
Merci pour cet article !
MattS32
Non, rien à voir, ce n’est pas du tout le même type de technologie.<br /> Le seul point sur lequel ça pourrait éventuellement affecter les SSD, c’est sur leur mémoire cache/mémoire de travail, qui pourrait éventuellement passer à la DDR5, mais ça n’aura pas un impact très important sur les performances.
Grebz
OK, merci.
Ogral
Va falloir qu’ils apprennent à faire des graphiques chez TeamGroup…<br /> Les échelles sont fausses et le rendu final trompeur sur l’évolution des performances/capacités…<br /> Ca nuit à ce très bon article.
jvachez
Pourquoi passer par cette étape déjà obsolète ? Les cartes graphiques ont déjà de la DDR6 depuis longtemps.
_Reg24
DDR =/= GDR.<br /> Pas le temps sur le moment de plus développer.
Nmut
La mémoire graphique n’a pas les mêmes contraintes ni la même gestion. La GDDR est assez éloignée de la DDR.<br /> Pour simplifier, on va dire que la GDDR est orientée débit et effacement par blocks (remise à zéro en un cycle pour chaque frame) alors que la DDR est orientée accès aléatoires.
Wifi93
Cette histoire de DDR5, c’est surtout une histoire de business. Il faudra à nouveau changer de carte-mère et tout ce qui suit. Faut bien faire marcher le commerce !!! C’est pour quand la DDR7 ou 8 ?
MattS32
Personne ne t’oblige à changer hein, si tu es content des performances de ta machine actuelle, aucune raison de la remplacer par une machine en DDR5…
ar-s
Oui je suis content que la DDR5 arrive, le temps que ça se démocratise, que les prix s’équilibrent, il faudra bien 2 ou 3 ans… Le temps de poncer mon matos actuel (3700x et ses 32go). Tout se passe comme prévu, mouhahahaaaaa
lapin-tfc
Si on appliquait ta logique il ne serait rien passé depuis 20 ans… Oui les choses évoluent et tant mieux et il en sera toujours ainsi, rien ne t’empêche de rester sur un pc sous 3dfx de 1999
Guillaume1972
C’est de la Gddr6. Et non DDR6.
Guillaume1972
Exact, la bande passante ainsi que les tensions sont également différentes.
Guillaume1972
Un module=une barrette mais elle peut être simple ou double face d’où les 128 Go *2.
Stef_R
1 Byte ou Octet = 8 bits
gamez
Stef_R:<br /> 1 Byte ou Octet = 8 bits<br /> oui ça tout le monde le sait, je pense que tu n’as pas compris mon commentaire
Mich_280
Bonjour,<br /> Existe-t’il un article qui parle de la vitesse réelle de la RAM? Dans l’article, j’ai l’impression qu’on confonds la bande passante et la vitesse.<br /> Merci
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Attention à cette fausse app MSI Afterburner, elle peut vous voler vos données
Sites de téléchargement : c'est terminé pour les films et séries piratés par le groupe EVO
Vous en rêviez ? Le PalmPilot revient en émulateur sur Internet Archive
Twitter : en interne, la restauration de 62 000 comptes bloqués est appelée le
Nouveau scandale chez Uber, accusé d'espionner ses chauffeurs
Portal avec du ray tracing, ça arrive très vite !
Rachat de Salto : Molotov dément les rumeurs
L'après Black Friday, c'est un écran PC gaming ViewSonic 2K 144 Hz en promo
Fissures et démontage : le chantier du réacteur de fusion ITER va prendre beaucoup de retard
Après le Black Friday, la Xbox Series S n'a toujours pas remonté de prix !
Haut de page