ProtonMail avertit sur les nouvelles propositions européennes concernant la collecte de données

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
04 décembre 2019 à 09h51
4
e-evidence commission européenne protonmail
© ProtonMail

Alerté par de nouvelles propositions de la Commission européenne visant à faciliter l'obtention de « e-preuves » par les agences gouvernementales, le Suisse ProtonMail signe une lettre ouverte enjoignant les responsables à plus de mesures.

Bien que non concernée par les éventuels débouchés de ses propositions — car basée en Suisse —, la plateforme webmail soucieuse de la confidentialité de ses clients monte au créneau pour avertir sur les dangers de ces nouvelles mesures.

Qu'est-ce qui risque de changer ?

Partant du principe que l'interconnexion des individus via les services de messagerie et les applications facilite l'organisation criminelle, la Commission européenne propose de faciliter le travail des agences gouvernementales. Comment ? En allégeant les démarches judiciaires nécessaires pour que celles-ci puissent collecter des données sur les ressortissants européens ayant attiré leur attention.

Autrement dit, explique ProtonMail, ces propositions pourraient permettre à des services de renseignement européens de forcer les entreprises localisées en Europe (notamment les FAI) à fournir les données de leurs clients. Et cela, sans qu'aucun juge ne passe en revue ni n'approuve la requête au préalable. Pour reprendre le cas spécifique des fournisseurs d'accès à Internet, ils sont pour l'heure régis par un cadre légal très strict en ce qui concerne la collaboration avec des services de renseignement étrangers. En réalité, ils n'ont l'autorisation de fournir les données de leurs clients qu'à des agences nationales et ne peuvent donc pas collaborer avec des gouvernements étrangers.

« De la même façon qu'il existe des lois régissant la manière dont les preuves physiques sont récoltées pour protéger la vie privée des citoyens, nous croyons qu'il devrait y avoir des lois similaires pour la collecte de preuves numériques », écrit ProtonMail sur son blog.

La crainte de l'escalade sécuritaire

Alors que l'Europe jouit encore de nombreuses barrières juridiques à l'obtention de données par les agences gouvernementales, ce n'est pas le cas des États-Unis. Or ces nouvelles propositions de la Commission tenteraient à nous rapprocher du modèle américain.

Peu souhaitable, d'après la plateforme basée en Suisse, qui s'est ainsi alliée à Privacy Tech Europe — un groupement d'entreprises européennes concernées par la confidentialité des données — pour rédiger une lettre ouverte enjoignant aux membres du Comité parlementaire européen sur les libertés civiles, la justice et les affaires intérieures à soutenir les amendements proposés par la rapporteuse Birgit Sippel décrits ci-après.

Les amendements proposés par la démocrate allemande ont pour vocation de faciliter le travail des agences gouvernementales sans pour autant renier le droit à la vie privée des citoyens européens. Ses propositions ne transigent notamment pas sur le fait d'impliquer un juge local pour toute requête visant à récolter les données d'un citoyen. Pour Birgit Sippel, les utilisateurs des services et applications ciblées devraient aussi être informés clairement par celles-ci en cas de requête de collecte de données les concernant — si cela ne venait pas entraver une enquête.

Source : ProtonMail
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
LeGrosWinnie
Toujours aussi imbitable les propositions… Même pas la peine d’essayer de lire le doc PDF…<br /> Et on s’étonne que rien ne marche, mais 55 pages pour dire : « si un mecs est suspecté de meurtre on pourra examiner ses données numériques sans procédure ou rpesque » ?
exoje
Soit on est face à une commission de schizophrènes, soit des gens totalement dénués de logique. Cette commission est à la ramasse sur les trois quarts des sujets, tout est sous les yeux des gens mais on en est encore à avoir peur de partir de cette union des pourris européens… et puis c’est chiant faudra sortir son passeport pour voyager en Europe et changer sa monnaie gnééé :’(
xryl
Ce qu’il manque toujours, c’est quel est le dédommagement du mec s’il s’avère qu’il est innocent ? Parce que, quand quelqu’un vient chez toi pour fouiller ton armoire, tes papiers ou ton coffre (et qu’en plus, il part avec les infos/objets), c’est un délit. Quid des « instances juridiques bosniaques ou bulgares » si un tel texte passe ?
obyoneone
on aime on reste, on aime pas on se casse loin ou on s’isole dans la montagne sans communications.<br /> nous ne décidons plus de rien depuis longtemps et même la violence serait inutile, le boycotte peut marcher, retour au courrier papier, aux ondes courtes…
Gaby22200
Dédommagement ! Aucun.<br /> Pour avoir connu des gens qui ont subis des perquisitions injustifiées je peux te dire que tu n’as rien en retour. Pourtant les mecs n’y vont pas avec le dos de la cuillère, ils te retournent toute la maison sans ménagement quitte à péter 2-3 trucs et t’as rien à dire.<br /> Au final ils ont été complètement innocentés mais n’ont obtenu aucune compensation.<br /> C’est honteux dans une société démocratique mais c’est comme ça :-/
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Même les employés de Facebook ne lui font pas confiance pour gérer des données bancaires
Le Samsung Galaxy Fold 2 serait beaucoup (beaucoup) plus abordable que son aîné
Withings vous permet de confronter votre activité physique aux millions d'utilisateurs de Strava
Halo : Reach sur PC ? C'est aujourd'hui !
Jeu concours : pour Noël, tentez de gagner 2 smartphones Alcatel 3X 2019 d'une valeur de 149,99€
Grève : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
Bon plan Free : nouvelle vente privée sur la Freebox Mini 4K et Netflix
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Forfait mobile : prolongation de l'offre Sosh 50Go pour 9,99€ par mois
Haut de page