Le gouvernement chinois force la mise en place d'algorithmes relayant du contenu "positif"

23 décembre 2019 à 14h24
0
drapeau-chine.jpg
© Pixabay

Une nouvelle fois, le gouvernement de Pékin semble resserrer son emprise sur ce qu'il se passe dans le cyberespace chinois.

Les nouvelles lois publiées par la Cyberespace Administration of China imposent la manière dont les entreprises du web doivent sélectionner leur contenu, notamment en incluant des recommandations algorithmiques d'idées « positives ».

Des algorithmes « positifs » pour une liberté amoindrie

La Cyberespace Administration of China est un organisme de contrôle du gouvernement de Pékin traitant de tout ce qui se déroule sur l'Internet chinois.

Leurs nouvelles règles, publiées le 20 décembre dernier et qui doivent entrer en vigueur au premier mars 2020, ciblent en premier lieu les créateurs d'applications, de sites internet et de plateformes sociales, mais aussi les individus, comme nous l'apprend le Wall Street Journal.

Cette nouvelle réglementation exigent en effet des créateurs de contenus en ligne qu'ils encouragent les recommandations algorithmes emmenant les internautes vers des « idées positives », excluant le « mauvais » contenu. Cela peut sembler un peu étrange et très manichéen au premier abord, mais s'applique en réalité de façon très claire.

La Cyberespace Administration of China souhaite ainsi interdire le contenu qui est susceptible de « mettre en danger la sécurité nationale, révéler des secrets d'État, renverser le pouvoir de l'État et sape l'unité nationale ». Clair comme de l'eau de roche.

La Cyberespace Administration of China, un pouvoir bien ancré

Il est rare d'entendre parler d'une institution qui ne cherche pas à bannir les biais algorithmiques, mais à en promouvoir certains. Créée en 2015, la Cyberespace Administration of China s'illustre régulièrement par des choix très radicaux dans la gestion du cyberespace chinois.

À la fin du mois de novembre, l'institution a ainsi annoncé que la publication de fausses informations créées avec des technologies d'intelligence artificielle serait désormais considérée comme un acte criminel. Selon Reuters, cette annonce visait en particulier l'utilisation de deepfakes.

Source : Engadget
Modifié le 23/12/2019 à 14h24
6
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
scroll top