Google, Meta et les ministres européens de la Justice s'entendent contre la haine en ligne

04 février 2022 à 16h40
5
Eric Dupond-Moretti
Capture d'écran Twitter ©justice_gouv

La rencontre entre les entreprises du numérique et les ministres européens de la Justice sur la haine en ligne a été fructueuse. Un consensus a été trouvé autour d'un cadre juridique clair et nécessaire.

Réunis en fin de semaine à Lille, les ministres de la Justice des 27 pays de l'Union européenne ont eu « des échanges très constructifs » avec les représentants des géants Google et Meta (maison-mère de Facebook), autour des discours et contenus haineux en ligne, comme l'a indiqué vendredi le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, ce dernier évoquant même des « des opinions très convergentes ».

Google et Meta s'assoient à la table de l'Union européenne, la « politique de la chaise vide » pour Twitter

L'Europe a accentué la pression sur les géants du numérique ces derniers mois, le symbole de cette stratégie étant, du point de vue des contenus, le Digital Services Act (DSA), récemment voté par le Parlement européen, qui devrait entrer en vigueur d'ici la fin de l'année prochaine. Rappelons que ce texte doit imposer aux grandes plateformes toute une série d'obligations visant à les responsabiliser dans la modération de leurs contenus, et à plus facilement les faire coopérer avec les autorités judiciaires des États de l'Union européenne, pour appréhender notamment les individus à l'origine de contenus haineux et illicites. Des amendes pouvant atteindre 6 % du chiffre d'affaires des plateformes qui ne respectent pas les futures mesures pourraient être prononcées.

Au sortir de sa rencontre avec Google et Meta, le Garde des Sceaux a évoqué une vraie volonté, de leur part, de mettre en place un « cadre légal » autour des dérives potentielles pouvant découler des plateformes. « C'est la justice qui doit avoir le dernier mot, la justice de tous les pays de l'UE. Il nous faut un cadre européen, clair, net et précis, respectueux de la liberté d'expression. Mais personne n'a rien à craindre sur ce terrain », a-t-il ajouté, tout en adressant une petite pique à Twitter, qui a brillé par son absence dans le Nord, adoptant ainsi « la politique de la chaise vide ».

Le ministre a évoqué le projet de règlement de preuve électronique E-evidence (dont les travaux ont commencé il y a déjà quatre ans), qui permettra, en Europe et une fois adopté, de demander aux plateformes, dans un délai manifestement court, un certain nombre de renseignements dont la justice a besoin.

Une volonté commune de dessiner un cadre légal, mais une définition claire de la haine en ligne à trouver

Il semble donc, selon Éric Dupond-Moretti, y avoir un certain consensus, à date, entre les autorités européennes, les ministres de la Justice des pays de l'Union, et les plateformes. Mais plusieurs questions majeures restent à trancher, comme la prévention, la liberté d'expression ou la répression.

L'objectif prochain de l'UE sera de s'accorder, avec les grands acteurs du numérique, autour d'une définition de ce qu'est la haine en ligne. Ce ne sera sans doute pas la plus partie la plus amusante ni la plus facile à régler, d'un côté comme de l'autre.

« Les plateformes sont au cœur d'enjeux sociétaux qui sont extrêmement importants pour l'avenir de notre démocratie », a expliqué le ministre français. Le fait que Google et Meta aient fait le déplacement à Lille est, pour lui, « le signe de l'intérêt qu'ils portent » à la volonté de l'Union européenne. « Je n'ai pas senti de réticence de la part des plateformes, mais de la bonne volonté ». Rester à joindre la parole aux actes désormais. Les prochains mois livreront des réponses quant à l'adoption future des différents textes.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Koin-Koin
Dommage qu’Alphabet ait délégué à Google.
nicgrover
Je hais Meta en ligne…
Voigt-Kampf
Il est super ce ministre !
spip74
On y crois vachement…Une fake news, un post haineux a pus d’impact et de retweet qu’un bon post d’information. Donc plus de revenus publicitaires.
Reppa75
la Justice s’entendent contre la haine en ligne &lt; ah ben faut que la minorité-gauche-nazi soit disant ultra tolérante et qui prônent la diversité à outrance, tolère que la majorité des gens sur terre ne pensent pas comme eux.<br /> Commencons déjà par celà on avancera dans la lutte contre la haine sur internet, moi je les empêches pas d’avoir leur façon de voir la vie, alors pourquoi eux voudrait m’empêcher de voir la vie comme j’ai envie !!<br /> C’est le même problème avec les végans ! on les forces pas à manger de la viande, alors pourquoi eux voudrait nous forcer à ne plus manger de viande ! NON
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Attention à cette fausse app MSI Afterburner, elle peut vous voler vos données
Sites de téléchargement : c'est terminé pour les films et séries piratés par le groupe EVO
Vous en rêviez ? Le PalmPilot revient en émulateur sur Internet Archive
Twitter : en interne, la restauration de 62 000 comptes bloqués est appelée le
Nouveau scandale chez Uber, accusé d'espionner ses chauffeurs
Portal avec du ray tracing, ça arrive très vite !
Rachat de Salto : Molotov dément les rumeurs
L'après Black Friday, c'est un écran PC gaming ViewSonic 2K 144 Hz en promo
Fissures et démontage : le chantier du réacteur de fusion ITER va prendre beaucoup de retard
Après le Black Friday, la Xbox Series S n'a toujours pas remonté de prix !
Haut de page