🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

La Commission européenne met le cap sur l'autonomie numérique d'ici 2030

10 mars 2021 à 09h53
3
commission européenne.jpg

L'institution bruxelloise a présenté, mardi, sa vision et ses objectifs pour réussir le transformation numérique européenne des dix prochaines années, qui devront être érigées en « décennie numérique ». On fait le point sur cette stratégie.

Sur le chemin d'une économie neutre pour le climat, circulaire et résiliente, l'Union européenne n'en perd pas moins ses ambitions de souveraineté numérique, à la fois des entreprises et des citoyens de la zone, dont les compétences en la matière doivent évoluer, pour contribuer à lutter contre les dépendances technologiques. La Commission européenne a dévoilé, mardi 9 mars, sa stratégie pour donner vie à son idée de « décennie numérique ».

Une boussole numérique qui fera l'objet d'un suivi des autorités européennes

Nous ne sommes pas dans un épisode de Koh-Lanta, mais la Commission européenne propose une « boussole numérique » visant à définir plus en détails ses ambitions pour 2030. Une date butoir qui vaut pour chacun des quatre points majeurs dessinant les contours de cette boussole :

  • Des citoyens dotés de compétences numériques, et des professionnels du numériques encore plus qualifiés. Bruxelles souhaiterait que d'ici 2030, 80 % des adultes disposent de compétences numériques de base. Et que l'UE emploie 20 millions de spécialistes des TIC, dont plus de femmes.
  • Des infrastructures numériques sûres, performantes et durables. Ici, l'UE prévoit une connexion internet en gigabit dans chaque foyer, et une couverture totale en 5G. La production mondiale des semi-conducteurs devra provenir à hauteur de 20 % de l'Union européenne, et la zone devra être propriétaire de son premier ordinateur quantique.
  • La transformation numérique des entreprises. 3 entreprises sur 4 devront utiliser des services dans le Cloud, l'IA et le big data. Bruxelles s'attend aussi à voir le nombre de licornes doubler (rappelons que la France mise sur 25 licornes dès 2025, contre une dizaine aujourd'hui).
  • La numérisation des services publics. Tous les services publics clés devront être disponibles en ligne, et chaque citoyen devra avoir accès à son dossier médical en ligne. L'UE mise sur une solution d'identification électronique utilisée par 8 citoyens sur 10.

Ces divers objectifs seront inscrits dans un programme de politiques, et des rapports annuels permettront le bon suivi de la boussole, qui ne devra pas perdre le Nord.

Offrir aux citoyens des droits en ligne aussi forts que les droits hors ligne

La Commission européenne compte sur les États membres pour faciliter le lancement de projet plurinationaux, avec des budgets pris en charge à la fois par les États, l'UE et le secteur. Les États devront consacrer au moins 20 % des financements prévus dans le cadre de leur plan de relance au développement numérique, ce qui n'est pas gagné. Des initiatives sur des administrations publiques connectées ou l'émergence d'une nouvelle génération de processeurs à basse consommation sont déjà soufflées par Bruxelles.

L'UE, via la Commission, se propose d'élaborer un cadre de principes numériques pour renforcer les droits des Européens. Il s'agira notamment, comme évoqué avec la boussole numérique, de favoriser la connectivité de haute qualité, de développer les compétences numériques et d'étendre les droits applicables hors ligne en ligne.

« La pandémie a révélé à quel point les technologies et les compétences numériques sont essentielles pour travailler, étudier et communiquer, ainsi que les points sur lesquels nous devons nous améliorer. Il nous faut maintenant réaliser cette décennie numérique de l'Europe afin que tous les citoyens et toutes les entreprises puissent accéder à ce que le monde numérique peut offrir de mieux. La boussole numérique que nous présentons aujourd'hui nous donne une vision claire de la manière d'y arriver », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Source : communiqué de presse

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
carinae
Hé ben il n’y a plus qu’à espérer que la partie cloud soit bien européenne et non américaine
twenty94470
Sans l’obligation aux États, collectivités ou autres de choisir des solutions nationales / européennes, aucune entreprise ne va sortir du lot, comme la France qui préfère Microsoft à OVH pour stocker des données médicales.
norwy
Super, en 2030, on sera au niveau de 2010, c’est bien !<br /> Je ne suis pas un chantre du tout numérique mais un peu d’ambition locale pour fouetter le marché et revenir à une concurrence saine, ça ne ferait pas de mal.<br /> Pourquoi ne pas adopter des plans stratégiques qui rivaliseraient avec la compétitivité de l’industrie asiatique par exemple ?
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Améliorez votre cybersécurité avec cet antivirus complet et facile à utiliser
Des scientifiques ont réussi à recréer un mini Terminator T-1000 qui passe à travers des barreaux
Qu'est-ce que la SafetyCase d'Orange, cette énorme valise de 70 kg qui assure une connexion d'urgence par satellite ?
Cette tablette graphique est de retour à son prix le plus bas pendant les soldes (moins de 95€)
Lara Croft bientôt de retour dans une série Tomb Raider !
Samsung dévoile le premier écran plat Mini-LED pour joueurs, et il ne fait pas les choses à moitié
Profitez dès maintenant de ce kit RAM Corsair à son prix le plus pendant les soldes d'hiver !
Epic fail : un voleur se prend en selfie avec un iPhone fraîchement dérobé… et se fait arrêter
Vous avez vu ? L'app Google se fait une beauté sur Android !
Surveillance : comment ces vêtements peuvent vous invisibiliser aux yeux de la reconnaissance faciale
Haut de page